vendredi, 20 juillet 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Tr./Opinion

Djibril saidou

Hier, causant avec des amis, je contenais à peine ma bile. Sauf que je ne citerai aucun nom, ni aucune structure. Peu importe. J'ai entendu des voix qui s'élèvent, qui se précipitent à "tirer" sur la classe politique, sur les médias, sur la société civile. De bonne guerre.

bachir amadou maitre

Cela fait 24 ans que ça dure ! Dans le processus démocratique Nigérien, on pense pour les autres.

L’actuel régime conduit par monsieur Issoufou Mahamadou a trois ans. Trois ans suffisent pour que l’on puisse déterminer le lieu géométrique de ses actes et de ses paroles, de ses démarches et de ses tentatives, de ses trouvailles et de ses expériences et de l’espoir que le peuple est en droit d’attendre.

HamaetIssoufouPriere

Crise politique Ou pas ? En tout cas la chambre des représentants a cessé de fonctionner normalement  depuis plus de deux semaines à   Niamey. l`heure est grave et déplorable, aucune  solution ou une sortie de crise n`arrive pas à  une ouverture pour le problème du renouvellement du bureau parlementaire.

Afrique-ChinePremier partenaire commercial de l’Afrique et son principal bailleur de fonds depuis  2009 au détriment des européens et américains, L'Afrique et la Chine vivent une véritable histoire d'amour depuis plus d` une décennie..

Abdoulaye HASSANE DIALLOAprès la Journée du 1 er  Mai  consacrée  aux travailleurs du monde entier qui ont donné et donnent toujours leur force pour bâtir une société juste et humaine, le 3 Mai est dédié à la liberté de la Presse, cette institution, 4è pilier du pouvoir légitimement installé par le peuple, du  moins au nom du peuple.
Ces deux dates mémorables,ont été retenues à la suite des luttes acharnées et des durs combats engagés
et menés par des hommes et des femmes, parfois au péril de leurs vies.

Abdoulaye HASSANE DIALLO1Notre pays,  le Niger fête ce 24 Avril, l’anniversaire de la journée  de la Concorde. Une fête et un moment de ferveur, et souvenirs, de prières et de pensées  dédiées à tous les Nigériens morts dans la défense de  l'intangibilité nos frontières et de notre souveraineté.

Amadou Bachirou

La vie politique nigérienne se structure autour d’un rendez-vous majeur : l’éviction du président de l’Assemblée Nationale. Acceptée dans son principe par les dispositions de l’article 89 de la Constitution du 25 novembre 2010, la destitution du président de l’Assemblée Nationale n’intervient, selon la lettre de cet article, qu’en cas de crise de confiance entre celui-ci et les députés.


Et l'initiative de la destitution et la mise en œuvre de la procédure sont laissées aux soins exclusifs des membres composant l’institution.

Mais le règlement intérieur de l’assemblée nationale, comme toute œuvre humaine, souffre d’imperfections. Il passe sous silence la procédure de destitution du président en cas de crise de confiance et entretient un flou certain qui provient de la rédaction même du texte car son corps n’est pas exempt d’erreurs, de contradictions et de lacunes.

En effet, la situation politique inédite qui détermine la marche démocratique actuelle au Niger, semble heurter bon nombre d’observateurs. Pourtant, cela semble participer à l’exercice de l’animation de la vie démocratique nigérienne confortant ainsi son statut de « laboratoire de démocratie » et participe dans le même temps à une sorte d’expérimentation de sa maturité démocratique. Cette situation quoique inopportune pour la majorité, est prévisible dans un régime semi-présidentiel où les alliances déterminent le plus souvent le destin politique. Le constituant nigérien, en parlant de crise de confiance entre le président de l’Assemblée nationale et les députés, semble s’être préparé à la situation où un député membre de l’opposition puisse diriger l’institution.

Il convient donc de noter que sur le plan politique, depuis une quinzaine d’années, la situation aura peu évolué avec une même alliance qui alterne au pouvoir autour des mêmes hommes, chacun défendant son pré carré contre les postes. Les hommes politiques nigériens manifestent peu de goût pour les idées.

Destitution ou auto-destitution du président, telle est la question à laquelle la majorité parlementaire semble vouloir à tout prix répondre. Il est clair que si le président de l’Assemblée nationale ne démissionne pas de lui-même (alors même que son maintien n’a rien de contraire à la Constitution, donc au bon sens), la majorité parlementaire mettra tout en œuvre pour le destituer sans complaisance. Il lui est donc loisible de s’appuyer sur la crise de confiance de l’article 89 de la Constitution pour justifier la nécessité de le destituer. Mais quand est-il alors de la mise en œuvre de la procédure ? Après le vote complet du bureau de l’Assemblée nationale, celui-ci se réunira en pour une proposition de modification du règlement intérieur. Cette modification portera sur un seul point, la détermination de la procédure de destitution du président prévu à l’article 94 de la Constitution et repris à l’article premier du règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

C’est sur la validité, l’intelligibilité et l’objectivité de la procédure que va se tenir le débat en plénière les prochains jours. Ce débat, s’il est orienté sur les idées, de manière tout à fait démocratique et responsable, pourrait conduire les acteurs politiques qui concourent au sein de la représentation nationale à asseoir un précèdent important dans l’histoire démocratique de notre pays.  C’est pourquoi, opposition et majorité, doit s‘évertuer, dans un élan démocratique à élever la dignité du débat au sein de l’hémicycle.

Bachirou Amadou

{jathumbnail off}

 

265x285 C Jeunesse2018 Niger

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

IN MEMORIAM ! BOUKARY ADJI BANQUIER ÉMÉRITE, L’AUTRE HOMME DU CONSENSUS

9 juillet 2018
IN MEMORIAM ! BOUKARY ADJI BANQUIER ÉMÉRITE, L’AUTRE HOMME DU CONSENSUS

J’ai reçu en pleine figure la dévastatrice nouvelle très tôt la matinée du jeudi dernier. Je m’étais quelque peu inquiété de sa longue absence mais je me disais qu’il nous...

La leçon Grecque devrait ouvrir les yeux à nous aussi de la zone Franc…

30 juin 2018
La leçon Grecque devrait ouvrir les yeux à nous aussi de la zone Franc…

« Les Grecs ont inventé la démocratie, mais ils ont aussi inventé la démagogie ». Ainsi, s’exprimait Pierre Lellouche commentant le « NON » grec au référendum sur le plan des réformes proposées par...

Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré (Quatrième partie)

29 juin 2018
Le statut du personnel de l’Administration Territoriale ou la fin de la dégénérescence de l’Etat au niveau déconcentré (Quatrième partie)

L’année 2000 fut sans conteste marquée par l’arrivée au pouvoir de Mamadou Tandja, élu Président de la  République. Il inaugurait une nouvelle République, la cinquième de l’Histoire de notre pays,...

CES ZIMAS QUI NOUS GOUVERNENT !

25 juin 2018
CES ZIMAS QUI NOUS GOUVERNENT !

Cela fait exactement trois mois que les acteurs de la société civile croupissent dans les geôles du régime alors même que, a priori, rien ne justifie une détention pénitentiaire aussi...

LETTRE OUVERTE N° 4 : A SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU NIGER (PAR Mr. Mohammed Elhadji Attaher)

13 juin 2018
LETTRE OUVERTE N° 4 : A SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU NIGER (PAR Mr. Mohammed Elhadji Attaher)

Excellence, Monsieur le Président, Cette lettre ouverte vous est adressée par un chevaleresque fils usant sans  se lasser de sa plume pour contribuer et partager avec véhémence le cri d’un...

Minutes de réflexions, Le Fichier électoral biométrique pour 2021 … pourtant ça doit se faire !

1 juin 2018
Minutes de réflexions, Le Fichier électoral biométrique pour 2021 … pourtant ça doit se faire !

Monsieur Harouna MOUMOUNI MOUSSA, a été membre du Comité d’Experts commis par le CFEB (Comité du Fichier électoral Biométrique) pour aider dans le choix du prestataire devant mettre en place...