mardi, 18 décembre 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Djibril bare

M.Président du CEN/PNDS TARAYYA, et cher frère

Dans votre discours prononcé à l’ouverture de « l’Université d’été » des jeunes Tarayya (OJT) tenue du 29 au 30 septembre 2018 à Niamey, vous avez eu à tenir les propos graves suivants : « En effet, c'est un truisme, le problème numéro 1 de notre pays est celui de son système scolaire, qui lui-même ne saurait être bien appréhendé s'il n'était corrélé à l'évolution de la démographie et aux défis spécifiques qu'elle pose.

 

Évidemment, la problématique de l'emploi des jeunes aussi est indissociable de la question de la qualité de notre système éducatif ainsi que de la croissance démographique. …Or notre école se porte très mal. »

L’un de vos plus célèbres camarades a institué une règle que nous nous efforcerons de respecter à la lettre : « puisque vous avez parlé de nous (acteurs des anciens régimes), nous parlerons de vous ».

Sans verser dans la polémique sur le qualificatif d’Université d’été donnée à votre rencontre à l’instar du parti socialiste français en fin septembre, quelques semaines après la rentrée du cycle secondaire et supérieur, ce sont donc ces propos graves, tenus face à des jeunes de votre parti sans défense, parce que non témoins privilégiés de la période de l’ajustement sauvage des années 90, derrière laquelle « les camarades » tentent de se réfugier, qui m’inspirent les interrogations ci-après :

1 –  Pourquoi attendre que notre pays soit à nouveau rétrogradé une deuxième fois en sept ans de renaissance au dernier rang du classement mondial de l’Indicateur du Développement Humain (IDH) en 2018 après la RCA, un pays dévasté par la guerre depuis une décennie, pour constater et conclure que la cause de cette contreperformance de notre système éducatif est « le choix fait, à partir des années 1990 par notre pays, de massification de la scolarité telle que prônée par le Programme décennal de développement de l'éducation (PDDE) ayant institué le système du volontariat (qui) a conduit au recrutement de nombreux jeunes maîtres dépourvus de la moindre petite qualification…. » ?

2 - Pourquoi attendre seulement aujourd’hui pour constater qu’ « en effet l'évaluation du niveau des enseignants contractuels réalisée au cours de l'année 2017 par le ministère de l'enseignement primaire a mis en évidence une réalité terrible …? Sans cependant préciser que c’est suite à la courageuse intervention du Ministre Daouda Marthé, à contre-courant des camarades, qui a constaté que malheureusement « 50% des élèves de CP ne savent lisent à peine ….qu’une seule lettre de l’alphabet (français de 26 lettres) que 60% n’arrivent à lire que cinq (5) lettres....»

3 - Pourquoi poser comme diagnostic incongru que : « L'amélioration du système scolaire, pour des raisons financières évidentes, ne saurait donc être dissociée de l'impératif de l'avènement de mœurs nouvelles relativement aux questions de la santé de la reproduction et de la natalité » ? En quoi la démographie peut–elle influer sur la qualité de l’enseignement quand les ressources financières suivent et que du fait d’une politique non volontariste, moins de 20 % du budget sont consacrée à l’éducation dont 70% est assuré par les donateurs extérieurs, dans un pays peuplé de 75% de jeunes ? Sans compter la mauvaise qualité de la dépense dans le secteur qui affecte l’effectivité des investissements dans le secteur ?

4 – Pourquoi M. le président du CEN Tarraya, n’arrive-t-il pas à se souvenir que des forces politiques actives qui, avant, pendant et après la Conférence Nationale Souveraine, avaient refusé l’application du programme d’ajustement structurel,  sans pour autant proposer des mesures alternatives crédibles, posture qui a eu pour fâcheuse conséquence, d’accélérer la précarisation de l’économie et partant de la situation de l’école nigérienne ?  

5 – Pourquoi taire que ces dites forces ont largement contribué à la politisation outrancière du corps enseignant, des élèves et étudiants pour en faire sa clientèle politique privilégiée dans le seul but de conquérir et conserver le pouvoir pour ensuite délaisser ce secteur qui a fait d’eux ce qu’ils sont, sitôt parvenus à leurs fins ?

6 - Pourquoi le président du CEN n’aborde-t-il pas la problématique des choix optimal d’un de système éducatif pour analyser la débâcle que sur l’angle des moyens en particulier le recrutement et la formation des enseignants sur des bases politiques ;

7 – Pourquoi le Président du CEN a-t-il volontairement omis d’évoquer le refus de leur gouvernement, d’appliquer dès 2011, l’An 1 de la « renaissance », les mécanismes de contrôle de la qualité aussi bien des enseignements que des enseignants prévus par la précieuse Loi n° 98-12 du 1er juin 1998, portant Orientation du Système Educatif nigérien (LOSEN), prévoyant entre autres mesures préventives :

 La dépolitisation du système éducatif et son adaptation à l’environnement socio culturel en privilégiant une approche qualitative du système en usant du benchmarking (comparaison par régions, par pays par zones africaines) pour une efficience maximale ?

L’allocation d’une part importante du budget à la hauteur des efforts à fournir pour la refondation de notre système éducatif et non pas un simple rattrapage d’un retard quelconque ?

8 - En quoi la démographie peut-elle freiner la mise en œuvre d’un système éducatif efficace, quand des pays en guerre, sans uranium ni or, ni pétrole, ont pu assurer et maintenir une éducation de qualité ? Surtout que les recettes totales et dons spectaculaires engrangés, passés, du fait de la manne pétrolière, de 515,8 à 933,5 milliards de FCFA de 2010 à 2013, soit une hausse substantielle de  81% en 3 ans, jamais égalée auparavant, auraient pu servir à améliorer qualitativement l’école si les autorités ne s’étaient pas lancées dans une autosatisfaction injustifiée en abordant la question exclusivement sous son aspect quantitatif ? Que pense alors le ministre d’Etat des conclusions du modèle de l’économiste néoclassique Robert Solow contredisant ses propos, en nous informant plutôt que si la proportion de la population active est très substantielle dans un pays, le revenu croit à condition d’investir dans le renforcement du capital humain par la maximisation de l’éducation et la santé ?

le président du CEN Tarraya, l’adage nous enseigne, qu’ « une équation bien posée est à moitié résolue. » Et il va de soi qu’à l’inverse, un mauvais diagnostic entraine forcément de mauvaises solutions. C’est pourquoi, nous vous prions de bien vouloir avouer aux jeunes de votre parti qui constituent son avenir la responsabilité de l’échec des choix opérés par votre gouvernement depuis l’avènement de la « renaissance » en 2011, et de prospecter les solutions idoines proposées par le Ministre Marthé que nous encourageons à persévérer dans la voie salutaire du réalisme qu’il s’est tracé.

In fine, je vous prie de convaincre vos camarades de prendre le classement mondial de l’IDH du PNUD, au-delà de l’émoi provoqué par sa publication annuelle, pour ce qu’il est : un instrument de benchmarking (meilleures pratiques), interne, concurrentiel, fonctionnel et générique en vue d’optimiser les secteurs impactant le développement humain.

Acceptez mes salutations chaleureuses.

 

 

Djibrilla Mainassara Baré

Economiste – Ancien Gouverneur Suppléant du FMI (1997), Gouverneur de la Banque mondiale (1998)- Ancien Auditeur Interne de la BCEAO - Membre de l’Institute of Internal Auditors (IIA- USA)

 

Commentaires   

-7 #1 lolna 03-10-2018 22:58
Djibril tu nous casses les tympans, c'est comme si c'est ta famille qui a gouverne le Niger depuis l'independance , des qu'on parle de regimes precedents, tu sors des inepties sans tete ni queue. Qui se souvient d'ailleurs de ton frère sur le theme de d'education, il ne comprenait rien, d'ailleurs toi non plus!
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #2 Dodo sani 03-10-2018 23:23
Ta reaction est juste. Mais comprend la justesse de son recit et tu deviendra un militant divident
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 Adodo Bozari 04-10-2018 09:09
Djibrill, la critique est aisé, l'art difficile...Dans ce domaine crucial comme dans beaucoup d'autres, nous, Nigériens, sommes tous coupables...Et contrairement à tes affirmations, surtout venant d'un économiste, ancien gouverneur et ancien vice président, la démographie, n'en déplaise, influe beaucoup sur la qualité d'un système éducatif, surtout un pays pauvre comme le Niger où tout est prioritaire...est-ce l'eau, la nourriture, le soin ou l'éducation qu'il faut prioriser ? sans oublier la sécurité sans qui, il n'y aurait pas d'Etat...Vous, intellectuels avez une grande part de responsabilité dans l'éveil de conscience de nos concitoyens, mais malheureusement l'on constate que vous avez choisi la solution facile qui consiste à tjrs détruire, dénigrer au lieu de faire des propositions concrètes, tangibles, pragmatiques...Amicalement
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #4 Bako 04-10-2018 09:44
Ce qui est sur l'avenir d'un peuple se construit sur sur une bonne education de sa jeunesse.tout le monde peut faire la politique mais n'est pas competent tout politicien.c'est dire qu'il faut absolument depolitiser l'administration ainsi que l'education.c'est la voie sage pour reussir et developper notre cher pays qui a le minimum pour se developper.bonne chance au pauvre NIGER.
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #5 zamo 04-10-2018 11:26
En tout cas on sent que Djibril est au chomage ( peut etre bien merité) Il ne rate aucune occasion pour faire son laius
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #6 LOSEN 04-10-2018 13:19
Justement, en vous référant à la LOSEN, on y voit la non adhésion effective des acteurs pour l'application effective de ses dispositions , les seules clefs des solutions aux problèmes de l'école nigérienne. L'une des grandes chances du système éducatif nigérien c'est de disposer de la LOSEN. Mais peut etre que les acteurs à tous les niveaux ne sont pas prets ou preparés à la voir appliquée de façon effective..
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #7 Sidi 04-10-2018 15:09
Est ce que ce Monsieur se porte bien? On constate qu'il devient de plus en plus paltoquet.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #8 Sidi 04-10-2018 15:17
Ancien gouverneur, ancien conseiller, ancien, ancien, ancien... Tu dois te reposer maintenant pour ne pas dire des bêtises. Tu est dépassé sur tous les plans. Il y a aujourd'hui des jeunes bien formés auprès desquels tu a beaucoup à apprendre. Les qualificatifs que tu utilise pour ta personne même s'ils sont justes nous font ressortir ta personnalité. Tu n'est pas modeste. Tu es obligé de regarder les autres faire...
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 MAI IDON GANI 04-10-2018 16:28
ENCOURAGE LE MINISTRE MARTHE C'EST DE FACTO CROIRE A LA POLITIQUE DE RENAISSANCE MISE EN OEUVRE PAR LES DIFFERENTS MINISTERE. MERCI DE SAVOIR LE GOUVERNEMENT ACTUEL EST ENTRAINE DE REUSSIR POUR REDONNER A L'ECOLE NIGERIENNE SA PLACE D'EN TEMPS.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #10 Addah 04-10-2018 17:37
Merci Djibril, seul toi n'a pas peur de parler. D'ailleurs, tu auras peur de quoi? Après le froid assassinat de ton cher frère (paix à son âme, amen) sous les yeux de tout le monde?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 Le Sage 05-10-2018 10:22
Citation en provenance du commentaire précédent de lolna :
Djibril tu nous casses les tympans, c'est comme si c'est ta famille qui a gouverne le Niger depuis l'independance , des qu'on parle de regimes precedents, tu sors des inepties sans tete ni queue. Qui se souvient d'ailleurs de ton frère sur le theme de d'education, il ne comprenait rien, d'ailleurs toi non plus!

Lolna,
Pourquoi tu insultes Djibril, puisque ce n'est pas lui qui a classé le Niger dernier. Djibril est le père et le grand père de certains nigériens, si on insultes ton père, tu seras content ? Quand le journal en ligne Mondafrique a parlé de la mère de ton Champion, tu as vu le tollé. Donc sois prudent. N'insultes pas, proposes !!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 Mamane 06-10-2018 07:11
Citation en provenance du commentaire précédent de Sidi :
Ancien gouverneur, ancien conseiller, ancien, ancien, ancien... Tu dois te reposer maintenant pour ne pas dire des bêtises. Tu est dépassé sur tous les plans. Il y a aujourd'hui des jeunes bien formés auprès desquels tu a beaucoup à apprendre. Les qualificatifs que tu utilise pour ta personne même s'ils sont justes nous font ressortir ta personnalité. Tu n'est pas modeste. Tu es obligé de regarder les autres faire...

Et surtout que c'est lui qui a classé le Niger dernier. Raisonnement type guri! Pas de critique.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #13 Lankawa 07-10-2018 12:33
Citation en provenance du commentaire précédent de Sidi :
Est ce que ce Monsieur se porte bien? On constate qu'il devient de plus en plus paltoquet.

Mr Sidi c'est toi qui est malade parce que aveugle et idiot. Attaché au mensonge et acceptant mal les critiques en quoi l'analyse de Djibril te fait dire qu'il est malade. Tu n'es qu'un mal élevé mal éduqué et un imbecile. Vas te faire foutre.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #14 Lankawa 07-10-2018 12:38
Si les autres n'ont pas de réponses à donner c'est leur droit mais tant que Djibril a des choses à dire il le fera contre vents et marées. Ce qui est dit est dit
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #15 Lankawa 09-10-2018 12:13
Djibril cadre de la banque centrale a eu une retraite bien méritée. Alhamdoulilah il n’est pas un chômeur comme toi dont la seule vocation est d’etre Un griot. Dommage.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #16 la mouche 10-10-2018 21:04
les questions d’éducation et de formation ont occupé une place de choix dans mon projet professionnel et témoignent mes différents mémoires soutenus à l’université de Strasbourg en France. je viens d’achever une thèse en sciences de l’éducation non encore soutenue sur le thème: l'expérience des pratiques d'enseignement des contractuels de l’éducation du Niger en situation de travail" . les déséquilibres et les écarts constatés dans le système éducatif nigérien sont plus profonds et aigus et exigent de nous des plans d'actions efficaces et pragmatiques pour y arriver à bout
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #17 dan zabarma 13-10-2018 06:09
djibril, sois faire play et reconnais les erreurs du president barre di erreurs il y a.
et le depart a la retraite apres 30 ans de service ayant emporté les meilleurs des enseignants?
Et le double flux?
Ce ne sont pas des choix opérés sous Barre? ce sont la de bons choix pour l'ecole nigerienne? Je ne le pense pas.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #18 Tagazar guida 19-10-2018 12:52
j'aurai aimé que l'auteur de cet article nous dise ce qu'il a apporté personnellement comme contribution à l'éducation des enfants nigériens comme abdou rabiou, mindaoudou et bien d'autres que de nous livrer à cette polémique stérile. les nigériens doivent comprendre que chacun a un rôle personnel à jouer dans le développement du système éducatif du pays. il est illusoire de penser qu'un Etat comme le Niger qui lutte contre le terrorisme et diverses formes d'insécurité puisse couvrir tous les besoins en matière d'éducation. allez y voir dans les autres pays comment l'éducation est prise en charge. les parents contribuent financièrement pour que leurs enfants étudient. ceux qui ont géré le pays et ceux qui ne l'ont pas fait et qui ont les moyens participent activement. moi j'ai étudié dans un amphithéâtre construit par Moshood Abiola. j'ai étudié dans un complexe académique construit par des ressortissants nigérians résidant au ghana appelé ghana house. et je vous dit là-bas ils n'attendent pas que le gouv fédéral leur fasse tout pour scolariser leurs enfants et voilà pourquoi ils avancent plus rapidement que nous. arrêtez la démagogie svp. le Niger n'a pas besoin de cela.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #19 la mouche 17-11-2018 01:09
le niger aussi a connu ces exemples que vous venez de citer plus haut et mieux car ces interventions généreuses des populations nigériennes se sont aussi étendues dans tous les secteurs de l'éducation à la santé, de l'agriculture à l'environnement, etc. les idées émises par notre compatriotes sont pertinentes et ne doivent pas être exclusivement perçues sous l'angle politique. il a eu le courage de poser des questions, notre rôle en tant que lecteur ou acteur est d'en débattre ensemble pour déduire d'un projet constructif dans le domaine de l'éducation et non de vouloir rechigner dans le vide et pour rien du tout au finish.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #20 la mouche 17-11-2018 01:25
pour revenir sur cette question de l'éducation qui me tient à cœur, j'invite mes compatriotes qui auront la chance de passer à Strasbourg (France) de visiter la bibliothèque de la faculté des sciences de l'éducation et de psychologie de consulter mes mémoires de Maîtrise, de Master et mon projet de thèse sur " l'expérience de la pratique de terrain des enseignants atypiques du Niger". j'ai été ramené au Niger pour être suspendu de la fonction publique pendant plus d'un an, mis à la retraite anticipée par un département ministèriel qui ignore tout de mon existence professionnelle au grand désarroi de mon ministère de tutelle sur la base d'une fausse accusation d'abandon de poste qui aurait duré 10 ans alors que je n'ai passé que 5 ans hors du Niger en toute légalité.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

EXE-promo-decodeur-internet-265x285 (2).jpg

Orange Bonus 300

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Mahamane Tar Choukou, une victime emblématique du système Bazoum

14 décembre 2018
Mahamane Tar Choukou, une victime emblématique du système Bazoum

Mahamane Tar Choukou, c'est certainement un nom que très peu de gens connaissent; puisqu'il n'est ni un artiste de renommée, ni une personnalité politique de haut rang. C'est un jeune...

Lettre ouverte citoyenne au Président de la République : pour une enquête indépendante sur la mort du Président Baré

13 décembre 2018
Lettre ouverte citoyenne au Président de la République : pour une enquête indépendante sur la mort du Président Baré

M.le Président de la République, Je ne me lasserai jamais de vous écrire puisque Dieu a décidé qu’en tant que magistrat suprême, vous décidiez du sort de nombreuses causes. Je...

Proposition de création de la Fédération des Etats du Sahel et autour du Sahel : voir plus loin que le G5 Sahel et son extension au G7

7 décembre 2018
Proposition de création de la Fédération des Etats du Sahel et autour du Sahel : voir plus loin que le G5 Sahel et son extension au G7

Lettre ouverte en ligne adressée aux Présidents des pays membres du G5 Sahel, aux partenaires du G5 Sahel, à l'Algérie, à la Libye, aux candidats à la présidentielle au Mali,...

LETTRE CITOYENNE OUVERTE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE : plaidoyer pour des élections inclusives en 2021

23 novembre 2018
LETTRE CITOYENNE OUVERTE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE : plaidoyer pour des élections inclusives en 2021

M.le Président de la République, Le président Baré (Paix à son Âme), de son vivant, considérait comme le plus  fréquentable des opposants « C'est Hama Amadou…Il me semble que c'est le...

580 MILLIONS DISSIPÉS : une attaque gratuite sans fondement contre le compte unique du Trésor public

23 novembre 2018
580 MILLIONS DISSIPÉS : une attaque gratuite sans fondement contre le compte unique du Trésor public

En effet, une  lettre RS/FL/MD/MC/DK/2018 N 144/D du 7 novembre 2018 ,signée  de Rita Santos Suarez, coordonnatrice Générale BTC/AECID au Niger, point Focal FC , adressée au coordonnateur du fonds...

PROCÈS EN CASSATION DE L’AFFAIRE COUP D’ETAT : lettre citoyenne au Président de la République

15 novembre 2018
PROCÈS EN CASSATION DE L’AFFAIRE COUP D’ETAT : lettre citoyenne au Président de la République

A la veille du procès en Cassation de l’affaire dite de la « tentative de coup d’Etat » de décembre 2015, le juriste ISSA MOUSSA NOUREDDINE, revient, dans une lettre adressée au...