dimanche, 29 novembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Jonhatan delegation cedeao au Mali

La délégation de haut niveau de la CEDEAO pour le Mali est arrivée à Bamako ce samedi 22 août 2020. Conduite par le médiateur Goodluck Jonathan, elle a eu un premier contact avec le CNSP, la junte qui a pris le pouvoir après avoir acculé le président IBK à la démission. Au cours de son séjour,  la mission va également s’entretenir avec le président déchu, les principaux acteurs de la crise malienne ainsi que les représentants de la communauté internationale. Au menu des discussions, envisager les voies et moyens de restaurer l’ordre constitutionnel dans le pays conformément à la feuille de la route de la CEDEAO.

Zeyna transfert argent bis

ADO investit candidat

Le président Alassane Dramane Ouattara (ADO) a été investi ce samedi 22  août 2020 à Abidjan, candidat du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) pour l’élection présidentielle du 31 octobre prochain. Malgré la contestation de l’opposition qui s’amplifie, le chef de l’Etat est revenu sur sa décision de ne pas se représenter après deux mandats. Dans son discours d’investiture, le président ADO a de nouveau motivé cette décision qui pour lui, « est un sacrifice pour son pays », avant de dévoiler une ébauche de son programme. Avec comme ambition, la victoire dès  le 1er tour…

Zeyna transfert argent bis

Assimi Goita

On connait désormais le chef de la junte militaire qui a pris le pouvoir au Mali le mardi 18 Août 2020, après avoir acculé l’ancien président IBK à la démission. Il s’agit du discret colonel Assimi Goita, qui a été porté à la tête du Conseil National pour le Salut du Peuple (CNSP). Officier des forces spéciales de l’armée malienne, c’est à lui d’assumer les charges de chef de l’Etat pour gérer la transition politique en compagnie d’autres officiers de l’armée et des forces de défense malienne.

Zeyna transfert argent bis

cnspmali

La junte militaire qui a poussé le président IBK à la démission a mis en place un Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) « pour assurer la continuité de l’Etat ». Dans leur premier communiqué diffusé à 4H00TU et lu par le porte-parole du CNSP, le colonel-major Ismaël Wagué, les nouveaux maîtres du Mali ont appelé à une « transition civile jusqu’à l’organisation d’élections crédibles » et ont annoncé quelques décisions notamment le respect de l’Accord d’Alger sur la Paix qui a été signé avec les groupes indépendantistes de l’Azawad ainsi que le maintien de la collaboration avec les partenaires du Mali comme la force française Barkhane et la MINUSMA. Par ailleurs, un couvre-feu a été instauré sur toute l’étendue du territoire de 21h00 à 5h00 et les frontières aériennes et terrestres du Mali fermées jusqu’à nouvel ordre.

 

Zeyna transfert argent bis

IBK 19 08 2020

Le président Ibrahim Boubacar Keita (IBK) a accepté de démissionner à travers une déclaration depuis le camp militaire de Kati et qui a été diffusée en direct à 00H00TU sur la télévision malienne (ORTM). « J’ai décidé de quitter mes fonctions et toutes mes fonctions à partir de ce moment », a déclaré le chef de l’Etat, très abattu, avant d’annoncer également la dissolution de l’Assemblée nationale et du gouvernement.

 

« Je voudrais à ce moment précis, tout en remerciant le peuple malien de son accompagnement au long de ces longues années et la chaleur de son affection, vous dire ma décision de quitter mes fonctions, toutes mes fonctions, à partir de ce moment. Et avec toutes les conséquences de droit, la dissolution de l'Assemblée nationale et celle du gouvernement ». C’est un IBK abattu après une rude journée éprouvante et visiblement résigné qui s’est adressé aux maliens, dans ce qui est désormais son dernier message à la nation et qui a été diffusée en direct à 00h00TU, à l’occasion d’une édition spéciale du journal télévisée de l’ORTM, la chaîne nationale. Avec pleins d’émotions et toujours sa verve qui a fait sa marque de fabrique, le désormais ex-président malien a rendu sa démission non sa avoir dit sa part de vérité. « Je pense qu’à chaque moment, sa vérité », devrait d’ailleurs dire IBK qui a souligné avoir tout donné et du pour « redresser le pays » durant ses sept ans au pouvoir. « Pendant sept ans, j'ai eu le bonheur et la joie d'essayer de redresser ce pays du mieux de mes efforts, car dès l'abord, dès ma première mission de chef de gouvernement de ce pays, j’étais convaincu de l'effort fabuleux qu'il fallait mettre en œuvre pour donner corps et vie à l'armée malienne. D'où cette idée de loi de programmation et d'orientation militaire », a expliqué celui qui était encore président. « Boua », du surnom qui lui a été affublé par ses sympathisants, a aussi affirmé avoir mis en garde sur les risques que font encourir au pays, les meneurs de la contestation qui a fait des victimes à qui il a tenu à rendre hommage. « J'avais toujours mis en garde vu que, quand on mène dans la rue, on ne sait jamais ce qui peut en résulter de bien ou de pire. Hélas, le pire en a résulté ! ». Et IBK de se demander, plus que jamais résigné de son sort,  «si aujourd'hui, après des semaines de turbulences, de manifestations diverses, ponctuées hélas par des victimes, devant lesquelles je m'incline, que je ne suis jamais souhaitées, et  chacun dans ce pays le sait, il a plu à certains éléments des FDS que cela devait se conclure par [sa] démission, ai-je réellement le choix que de m’y soumettre ? ». «  Je ne souhaite qu'aucun sang soit versé pour mon maintien au pouvoir », s’est-il justifié avant d’annoncer sa démission et que la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale. En signe de requiem, le président démissionnaire a affirmé qu’il « n'éprouve aucune haine vis-à-vis de personne ». « Mon amour pour mon pays ne me le permet pas. Que Dieu nous sauve. Qu'Allah aide et bénisse le Mali», tels étaient les derniers mots d’IBK comme président.

Vide constitutionnel et incertitude politique

La messe est donc dite pour IBK qui a été acculé à la démission par les militaires après avoir tenu aux manifestations de rue de l’opposition. Cette démission, qui est certes prévue par la constitution, ne résout qu’une partie du problème car avec la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale, qui sont des prérogatives constitutionnelles du Président de la République, le Mali se trouve dans une sorte de vide constitutionnel. La Constitution n’est pas suspendue mais qui va assurer les charges de président par intérim en l’absence d’un Premier ministre ou du Président de l’Assemblée nationale ? Au cas où les mutins ainsi que les opposants se réfèrent à la Constitution, la Cour constitutionnelle peut certes éventuellement constater la vacance de pouvoir, mais qui va assurer les charges présidentielles jusqu’aux prochaines élections? Et si les putschistes assument leur coup de force et installent une transition militaire à la tête du pays, que vont dire la Cedeao et les autres organisations internationales comme l’UA, l’ONU, la France, les USA, l’UE et OIF qui ont déjà prévenu qu’elles s’opposent à « tout changement anticonstitutionnel » comme solution à la crise au Mali ? Autant de questions qui ne trouveront de réponses que dans les prochains jours en fonction de l’évolution des évènements, et notamment de la déclaration attendue des nouveaux maîtres du Mali. La CEDEAO a déjà annoncé une série de décisions et mêmes des sanctions et si cette démission est une prudence prise par les militaires putschistes, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un «renversement du régime démocratiquement élu du président Ibrahim Boubacar Keita», qu’horripile l’organisation communautaire.

Plus que jamais, le Mali est de nouveau plongé dans une zone pleines d’incertitudes alors que des défis majeurs persistent toujours notamment la situation sécuritaire toujours critique ainsi que les velléités indépendantistes non encore éteintes des mouvements rebelles touaregs dans le nord. Des problématiques majeures pour le pays qui risquent d’être reléguées au second plan, avec de probables conséquences fâcheuses,  par la résolution de cette crise politique qui est loin d’avoir tirée son épilogue. Autant dire que l’on s’achemine droit vers le saut dans l’inconnu que la communauté internationale redoutait et dont les maliens doivent gérer au mieux l’atterrissage pour éviter à leur pays une véritable descente aux enfers de laquelle le pays mettra du temps à se remettre…

A.Y.B (actuniger.com)

 

Cedeao chefs etats reunis

Dans un second communiqué publié en début de soirée de ce mardi 18 août 2020, la CEDEAO a annoncé une série de mesures sur la situation qui prévaut au Mali. Après avoir noté avec « une très grande préoccupation, la prise de pouvoir par des militaires putschistes maliens », l’organisation a condamné « avec la plus grande fermeté » cette prise de pouvoir « par des militaires putschistes » à qui elle « dénie catégoriquement toute forme de légitimité ». Tout en exigeant « le rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel», la CEDEAO a décidé de « suspendre le Mali de tous ses organes avec  effet immédiat», de « la fermeture de toutes les frontières terrestres et aériennes ainsi que l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, commerciales et financières » entre les pays membres et le Mali, tout en y invitant « ses partenaires à y faire de même». Aussi, la CEDEAO a demandé « la montée en puissance immédiate de la Force en attente » et a engagé « la Commission de la CEDEAO à mettre en œuvre immédiatement un ensemble de sanctions contre tous les putschistes et leurs partenaires et collaborateurs ».

IBk et Onu

Dans une déclaration de son porte-parole, le Secrétaire général des Nations unies (ONU)  a condamné  l’arrestation du président IBK et des membres de son gouvernement et a « exigé leur libération immédiate ».  António Guterres a également appelé au « rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel et de l’état de droit au Mali», tout en plaidant pour une « solution négociée et à un règlement pacifique » de la crise. Une condamnation partagée par l’Union européenne (UE) pour qui un « changement anticonstitutionnel » ne peut en aucun cas être une réponse à la profonde crise sociopolitique qui frappe le pays.

Zeyna transfert argent bis

Coris Bank Epargne

banniere spotlight BIS

Canal Horizon Nov Dec

Top de la semaine

Publier le 28/11/2020, 17:44
infrastructures-inauguration-officielle-de-la-route-bitumee-maradi-madarounfa-frontiere-du-nigeria Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a inauguré officiellement,...Lire plus...
Publier le 28/11/2020, 14:32
47e-session-du-conseil-des-ministres-de-l-oci-a-niamey-la-lutte-contre-le-terrorisme-au-coeur-du-conclave-des-chefs-de-la-diplomatie-des-pays-musulmans La capitale nigérienne abrite, du 27 au 28 novembre 2020, les assises de la 47e session du Conseil des...Lire plus...
Publier le 28/11/2020, 09:36
ce-que-tandja-m-a-dit-l-emouvant-hommage-du-journaliste-abdoulaye-barry-a-tandja-mamadou Un grand baobab vient de se coucher pour toujours. Homme d’état au patriotisme inaltérable, son...Lire plus...
Publier le 28/11/2020, 09:36
issa-abdou-eleve-de-16-ans-nos-conditions-de-vie-sont-vraiment-precaires-sur-ce-site-qui-accueille-les-sinistres-des-inondations Dans le cadre de la célébration de l’édition 2020 de la Journée Mondiale de l’Enfance,  célébrée...Lire plus...
Publier le 28/11/2020, 09:22
lutte-contre-drogue-des-series-de-saisies-de-drogue-operees-a-l-interieur-du-pays-ces-deux-dernieres-semaines-police-nationale Les services de la police nationale ont procédés, ces deux dernières semaines, à une série de saisies...Lire plus...
Publier le 24/11/2020, 19:52
officiel-baba-tandja-n-est-plus L’ancien président Tandja Mamadou vient de tirer sa révérence ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey. A 82...
Publier le 23/11/2020, 09:00
coalition-bazoum2021-45-partis-soutiennent-bazoum-mohamed-pour-l-election-presidentielle Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont...
Publier le 26/11/2020, 11:27
obseques-officielles-de-tandja-mamadou-hommage-national-a-l-ancien-president-au-palais-de-la-presidence Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a assisté, jeudi matin, 26...
Publier le 23/11/2020, 07:46
elections-malgre-des-defis-importants-le-niger-a-l-opportunite-d-assurer-un-transfert-paisible-du-pouvoir-selon-mohamed-ibn-chambas-envoye-special-du-sg-de-l-onu Le Représentant spécial du SG des nations unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel  de l’ONU,...
Publier le 25/11/2020, 10:24
disparition-de-tandja-mamadou-le-peuple-nigerien-vient-de-perdre-un-de-ses-illustres-fils-selon-hama-amadou-son-ancien-premier-ministre-et-bras-droit Dans son message de condoléances, l’ancien premier ministre (2000 à 2007) Hama Amadou  a tenu à...
Publier le 24/11/2020, 20:59
disparition-de-tandja-mamadou-le-president-issoufou-reporte-sa-visite-dans-la-region-de-maradi Suite à la disparition de l’ancien chef de l’Etat Tandja Mamadou ce mardi à Niamey, le président...
Publier le 24/11/2020, 19:52
officiel-baba-tandja-n-est-plus L’ancien président Tandja Mamadou vient de tirer sa révérence ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey. A 82...
Publier le 23/11/2020, 09:00
coalition-bazoum2021-45-partis-soutiennent-bazoum-mohamed-pour-l-election-presidentielle Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont...
Publier le 26/11/2020, 11:27
obseques-officielles-de-tandja-mamadou-hommage-national-a-l-ancien-president-au-palais-de-la-presidence Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a assisté, jeudi matin, 26...
Publier le 25/11/2020, 22:44
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-25-novembre-2020 En application de l’article 73 de la Constitution, le Premier Ministre a reçu du Président de la...

Dans la même Rubrique

Burkina : le président Roch Marc Christian Kaboré réélu dès le premier tour avec 57,87% des voix (CENI)

26 novembre 2020
Burkina : le président Roch Marc Christian Kaboré réélu dès le premier tour avec 57,87% des voix (CENI)

Le président sortant Roch Kaboré, candidat du MPP, a été réélu dès le premier tour de l’élection présidentielle avec 57,87% des voix, a annoncé la CENI qui a proclamé ce...

Ghana : l’ancien président Jerry Rawlings a tiré sa révérence

12 novembre 2020
Ghana : l’ancien président Jerry Rawlings a tiré sa révérence

L’ancien chef de l’Etat ghanéen, John Jerry Rawlings,  est décédé ce jeudi 12 novembre à Accra, ont annoncé plusieurs sources officielles. A 73 ans, cet ancien putschiste a dirigé l’ex...

Election américaine : Joe Biden est élu 46e président des Etats-Unis

7 novembre 2020
Election américaine : Joe Biden est élu 46e président des Etats-Unis

Joe Biden a été élu samedi président des États-Unis, l’emportant face à Donald Trump et mettant fin à une séquence politique inédite qui a secoué l’Amérique et le monde. Le candidat...

Côte d’ivoire : le président Alassane Ouattara réélu au premier tour avec 94, 27% (CEI)

3 novembre 2020
Côte d’ivoire : le président Alassane Ouattara réélu au premier tour avec 94, 27% (CEI)

La Commission électorale indépendante  (CEI) a annoncé que le président Alassane Ouattara a été réélu dès le premier tour de l’élection présidentielle du 31 octobre dernier avec 94,27% des voix....

Guinée : Alpha Condé réélu pour un 3e mandat dès le premier tour avec 59,49% des voix (CENI)

24 octobre 2020
Guinée : Alpha Condé réélu pour un 3e mandat dès le premier tour avec 59,49% des voix (CENI)

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a proclamé ce samedi les résultats globaux provisoires de l’élection présidentielle du 18 octobre dernier. C’est le président sortant, Alpha Condé, qui est arrivé...

Nigeria : Buhari ferme et intransigeant face aux protestataires

23 octobre 2020
Nigeria : Buhari ferme et intransigeant face aux protestataires

Le président nigérian est enfin sorti de son silence plusieurs jours après le début des manifestations contre les violences policières qui ont déjà fait plusieurs dizaines de victimes et provoqué...