mercredi, 30 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


IBK 19 08 2020

Le président Ibrahim Boubacar Keita (IBK) a accepté de démissionner à travers une déclaration depuis le camp militaire de Kati et qui a été diffusée en direct à 00H00TU sur la télévision malienne (ORTM). « J’ai décidé de quitter mes fonctions et toutes mes fonctions à partir de ce moment », a déclaré le chef de l’Etat, très abattu, avant d’annoncer également la dissolution de l’Assemblée nationale et du gouvernement.

 

« Je voudrais à ce moment précis, tout en remerciant le peuple malien de son accompagnement au long de ces longues années et la chaleur de son affection, vous dire ma décision de quitter mes fonctions, toutes mes fonctions, à partir de ce moment. Et avec toutes les conséquences de droit, la dissolution de l'Assemblée nationale et celle du gouvernement ». C’est un IBK abattu après une rude journée éprouvante et visiblement résigné qui s’est adressé aux maliens, dans ce qui est désormais son dernier message à la nation et qui a été diffusée en direct à 00h00TU, à l’occasion d’une édition spéciale du journal télévisée de l’ORTM, la chaîne nationale. Avec pleins d’émotions et toujours sa verve qui a fait sa marque de fabrique, le désormais ex-président malien a rendu sa démission non sa avoir dit sa part de vérité. « Je pense qu’à chaque moment, sa vérité », devrait d’ailleurs dire IBK qui a souligné avoir tout donné et du pour « redresser le pays » durant ses sept ans au pouvoir. « Pendant sept ans, j'ai eu le bonheur et la joie d'essayer de redresser ce pays du mieux de mes efforts, car dès l'abord, dès ma première mission de chef de gouvernement de ce pays, j’étais convaincu de l'effort fabuleux qu'il fallait mettre en œuvre pour donner corps et vie à l'armée malienne. D'où cette idée de loi de programmation et d'orientation militaire », a expliqué celui qui était encore président. « Boua », du surnom qui lui a été affublé par ses sympathisants, a aussi affirmé avoir mis en garde sur les risques que font encourir au pays, les meneurs de la contestation qui a fait des victimes à qui il a tenu à rendre hommage. « J'avais toujours mis en garde vu que, quand on mène dans la rue, on ne sait jamais ce qui peut en résulter de bien ou de pire. Hélas, le pire en a résulté ! ». Et IBK de se demander, plus que jamais résigné de son sort,  «si aujourd'hui, après des semaines de turbulences, de manifestations diverses, ponctuées hélas par des victimes, devant lesquelles je m'incline, que je ne suis jamais souhaitées, et  chacun dans ce pays le sait, il a plu à certains éléments des FDS que cela devait se conclure par [sa] démission, ai-je réellement le choix que de m’y soumettre ? ». «  Je ne souhaite qu'aucun sang soit versé pour mon maintien au pouvoir », s’est-il justifié avant d’annoncer sa démission et que la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale. En signe de requiem, le président démissionnaire a affirmé qu’il « n'éprouve aucune haine vis-à-vis de personne ». « Mon amour pour mon pays ne me le permet pas. Que Dieu nous sauve. Qu'Allah aide et bénisse le Mali», tels étaient les derniers mots d’IBK comme président.

Vide constitutionnel et incertitude politique

La messe est donc dite pour IBK qui a été acculé à la démission par les militaires après avoir tenu aux manifestations de rue de l’opposition. Cette démission, qui est certes prévue par la constitution, ne résout qu’une partie du problème car avec la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée nationale, qui sont des prérogatives constitutionnelles du Président de la République, le Mali se trouve dans une sorte de vide constitutionnel. La Constitution n’est pas suspendue mais qui va assurer les charges de président par intérim en l’absence d’un Premier ministre ou du Président de l’Assemblée nationale ? Au cas où les mutins ainsi que les opposants se réfèrent à la Constitution, la Cour constitutionnelle peut certes éventuellement constater la vacance de pouvoir, mais qui va assurer les charges présidentielles jusqu’aux prochaines élections? Et si les putschistes assument leur coup de force et installent une transition militaire à la tête du pays, que vont dire la Cedeao et les autres organisations internationales comme l’UA, l’ONU, la France, les USA, l’UE et OIF qui ont déjà prévenu qu’elles s’opposent à « tout changement anticonstitutionnel » comme solution à la crise au Mali ? Autant de questions qui ne trouveront de réponses que dans les prochains jours en fonction de l’évolution des évènements, et notamment de la déclaration attendue des nouveaux maîtres du Mali. La CEDEAO a déjà annoncé une série de décisions et mêmes des sanctions et si cette démission est une prudence prise par les militaires putschistes, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un «renversement du régime démocratiquement élu du président Ibrahim Boubacar Keita», qu’horripile l’organisation communautaire.

Plus que jamais, le Mali est de nouveau plongé dans une zone pleines d’incertitudes alors que des défis majeurs persistent toujours notamment la situation sécuritaire toujours critique ainsi que les velléités indépendantistes non encore éteintes des mouvements rebelles touaregs dans le nord. Des problématiques majeures pour le pays qui risquent d’être reléguées au second plan, avec de probables conséquences fâcheuses,  par la résolution de cette crise politique qui est loin d’avoir tirée son épilogue. Autant dire que l’on s’achemine droit vers le saut dans l’inconnu que la communauté internationale redoutait et dont les maliens doivent gérer au mieux l’atterrissage pour éviter à leur pays une véritable descente aux enfers de laquelle le pays mettra du temps à se remettre…

A.Y.B (actuniger.com)

 

Commentaires  

+5 #1 Bouba Boubacae 19-08-2020 00:45
Malheureux et pauvre des ici et ça reste pour l'au-delà pour tes crimes avec tes complices interne et externe vive le peuple mali qu'Allah protège le mali contre les vampires modernes a la solde des l'Occident
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #2 Abdou Ahmed 19-08-2020 00:48
La honte au président de la CEDEAO et L'UA de incapable. Vous avez failli
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #3 Amadou Talatou Boureima 19-08-2020 00:49
La CEDEAO qui voulait nous embrouillé avec ces gros mots en français, n'a qu'à exploser
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #4 Issa Tassiou Laouali 19-08-2020 00:54
Ça servira une vraie leçon aux présidents africains notamment francophones qui ont tendance à rester éternellement au pouvoir .
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 Gaya.gaskia@yahoo.fr 19-08-2020 03:59
Bonjour,
IBK ce que vous venez de faire je pense est mieux pour la quiétude au Mali. Organisez des élections qui soient transparentes et qui rapprochent tous les maliens j'espère que le peuple retrouvera la souveraineté totale de son territoire en demandant aux forces du mal de quitter le pays. Bon courage !
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #6 Soulhou 19-08-2020 06:53
Certes ce n'est pas la bonne manière de prendre le pouvoir mais quand l'execire du pouvoir se fait avec du népotisme, de la gabegie, la corruption, la concussion, l'incurie, les passe-droits, la discrimination d'une partie des citoyens, la rupture de contrat avec le peuple, il faut bien qu'un beau jour tout cela s'arrête. Les hommes passent le pays reste. Il faut bien que nos dirigeants africains apprennent de l'histoire. Les condamnations c'est la même chanson que l'on entend mais nous savons comment les occidentaux ferment les yeux dès qu'il s'agit de leur intérêts. Vive le Mali et son peuple!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 hamidou rabe 19-08-2020 07:41
Sécurité au Sahel : Paris voit la zone presque partout en rouge !
HA!HA! Ça vient! Ne trouvez vous pas une coïncidence avec ce rouge masqué décrété par la France sur le Mali, le Niger , la Mauritanie et le Cameroun qui en réalité connaissent les mêmes problèmes de fond?
A méditer!!!
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #8 Nostradamus 19-08-2020 09:01
Si IBK est reduit a demissionner par la force, c'est bien aussi parcequ'il n'a pas divise les maliens entre bons et mauvais citoyens, entre peuls et bambara, entre partisans et ennemis, entre justiciables et non justiciables pour les assujetir afin de mieux les voler, les piller sans rien leur offrir en echange. IBK a démissionné et pourtant quand on regarde les griefs contre lui, ce n'est qu'une infime partie des crimes dont les nigériens accusent issoufou le soi disant mediateur. IBK a certes failli dans sa gestion du pouvoir du peuple mais il laisse derrière lui des maliens plus unis que des nigeriens plus divises que jamais par issoufou et son systeme. Les maliens ont certes de bonnes raisons de faire partir IBK mais qu'ils sachent qu'il y'a plus incompétent et incapable que lui a cote et qui serait prêt a brûler son pays et massacrer sa population juste pour passer encore quelques jours ou semaines de plus sur un pouvoir dont il a perdu la légitimité et l'amour de son peuple. IBK a fait preuve de sagesse en se retirant pacifiquement sans effusion de sang contre l'appel du mediateur de la cedeao qui lui ignore totalement que le pouvoir appartient avant tout au peuple.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 Le sage 19-08-2020 16:10
Malgré l’intervention de l’armée, moi personnellement je salue la démission de IBK sans aucune trace de sang d’aucun Malien. Ça prouve que IBK a de l’amour pour le peuple Malien.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 30/09/2020, 09:48
niamey-le-delegue-special-mouctar-mamoudou-demissionne-pour-briguer-la-presidence-du-conseil-de-ville Le Président de la Délégation Spéciale de Niamey, Mouctar Mamoudou,  a annoncé sa démission mardi...Lire plus...
Publier le 29/09/2020, 14:13
societe-civile-apres-6-mois-de-detention-mounkaila-halidou-maikoul-zodi-et-moudi-moussa-libres-en-attendant-le-delibere-de-leur-proces-en-appel Les 3 acteurs de la société civile Mounkaila Halidou, Maikoul Zodi et Moudi Moussa ont été libérés...Lire plus...
Publier le 29/09/2020, 10:07
journee-de-solidarite-coris-day-2020-coris-bank-niger-offre-des-vivres-et-du-materiel-a-plus-de-300-sinistres-de-harobanda-et-de-saga L’édition 2020 de la Journée de solidarité, « CORIS DAY », de Coris Bank International a été...Lire plus...
Publier le 29/09/2020, 08:48
communique-du-conseil-des-ministres-du-lundi-28-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, lundi 28 septembre 2020, dans la salle habituelle des...Lire plus...
Publier le 28/09/2020, 14:47
togo-le-president-faure-nomme-victoire-tomegah-dogbe-a-la-tete-du-gouvernement Le président togolais, Faure Gnassingbé, a nommé ce lundi 28 septembre, Mme Victoire Tomegah-Dogbé,...Lire plus...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...
Publier le 27/09/2020, 15:45
presidentielles-le-journaliste-salou-gobi-investi-candidat-du-cnr-gayya La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des...
Publier le 30/09/2020, 09:48
niamey-le-delegue-special-mouctar-mamoudou-demissionne-pour-briguer-la-presidence-du-conseil-de-ville Le Président de la Délégation Spéciale de Niamey, Mouctar Mamoudou,  a annoncé sa démission mardi...
Publier le 28/09/2020, 14:47
togo-le-president-faure-nomme-victoire-tomegah-dogbe-a-la-tete-du-gouvernement Le président togolais, Faure Gnassingbé, a nommé ce lundi 28 septembre, Mme Victoire Tomegah-Dogbé,...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 27/09/2020, 16:24
niger-des-partis-politiques-comme-s-il-en-pleuvait Niger, 147 partis politiques légalement reconnus, 21 en instance de l’être ; Côte d’Ivoire 130...
Publier le 29/09/2020, 08:48
communique-du-conseil-des-ministres-du-lundi-28-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, lundi 28 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 27/09/2020, 15:45
presidentielles-le-journaliste-salou-gobi-investi-candidat-du-cnr-gayya La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...

Dans la même Rubrique

Togo : le président Faure nomme Victoire Tomegah Dogbe à la tête du gouvernement

28 septembre 2020
Togo : le président Faure nomme Victoire Tomegah Dogbe à la tête du gouvernement

Le président togolais, Faure Gnassingbé, a nommé ce lundi 28 septembre, Mme Victoire Tomegah-Dogbé, comme Premier Ministre. C’est la première femme à être nommée à la tête du gouvernement dans...

Mali : le diplomate Moctar Ouane nommé Premier ministre de la Transition

27 septembre 2020
Mali : le diplomate Moctar Ouane nommé Premier ministre de la Transition

L’ancien chef de la diplomatie malienne, Moctar Ouane, a été nommé ce dimanche 27 septembre, premier ministre de la transition. Après le président et le vice-président, il est la troisième...

Mali : un ancien militaire comme chef d’Etat et l’essentiel du pouvoir dans les mains de la junte militaire

21 septembre 2020
Mali : un ancien militaire comme chef d’Etat et l’essentiel du pouvoir dans les mains de la junte militaire

Les premières autorités de la transition politique sont connues depuis ce lundi 21 septembre 2020, veille de la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance du pays. Il s’agit du colonel-major...

Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

16 septembre 2020
Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte militaire lors du mini-sommet sur la crise malienne qu’ils ont tenu le lundi 15...

Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

15 septembre 2020
Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

L’ancien président malien, le général à la retraite Moussa Traoré,  est décédé ce mardi 15 septembre 2020 à 83 ans, selon des sources familiales citées par plusieurs médias maliens. Au...

Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

7 septembre 2020
Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

Les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de la CEDEAO qui se sont réunis ce lundi en sommet ordinaire à Niamey, ont exigé la nomination d'un président de...