mercredi, 14 novembre 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Tr./Opinion

Soumaila ABDOU SADOU ENAM

Madame la Ministre déléguée,

 J’avais suivi avec énormément d’intérêt  votre point de presse devant  les medias et dont le but consistait à expliquer aux nigériens les contours du transfert de la gestion des enseignants  contractuels  vers les collectivités Territoriales.  Par cette intervention pour avez sans nul doute voulu venir à la rescousse du Ministre de l’éducation qui avait paru très lamentable dans un exercice du même genre, il n’avait pas été capable d’expliquer calmement la notion de transfert de compétences. Votre approche beaucoup plus pédagogique est donc à saluer.

Seini Oumarou et Mahamadou Issoufou

De plus en plus de voix s’élèvent pour certifier un imminent rapprochement entre le PNDS et le MNSD, un des principaux partis d’opposition, deuxième force politique dans la coalition adverse au Président Issoufou Mahamadou et troisième au sein du Parlement, avec une vingtaine d’élus.

Hama cosard noir

Je vous adresse cet appel indépendamment de toute considération politique. Je suis guidé par l’unique vœu comme beaucoup d’autres nigériens de voir notre démocratie retrouvée son animation telle que définie par nos lois et que chacune de ses composantes concoure à la construction du Niger nouveau. 

Issoufou message nation 02 Aout 2016

Nous pouvons souligner une augmentation des salaires de fonctionnaires allant jusqu’à 25%, une création sensible d’emplois dans la fonction publique : cela constitue, entre autres, des résultats spécifiques et irréfutables du premier quinquennat. Tout comme les autres quinquennats, notamment la gouvernance de Tanja, de Baré… le Niger a également bénéficié de la construction de salles de classes, d’infrastructures routières, sanitaires et sociales.


L’Etat est une continuité, en effet, tous les gouvernements ont réalisé des infrastructures. Actuellement, sur le terrain, nous avons constaté la construction de classes, de centres de santé…Guri affirme créer en 5 ans plus de salles de classes que durant les 10 ans de Tanja -- sans rentrer dans cette discussion, je laisse le soin à l’opposition de continuer le débat contradictoire qu’elle a déjà engagé sur le nombre exact de salles de classe, de centres de santé créé par Guri.

Le taux de croissance moyen est de 6% pendant le premier mandat de Guri : doit-on rappeler que le Niger est un pays producteur de pétrole, d’or, d’uranium, à cela s’ajoute une activité économique qui va logiquement en crescendo étant donné que c’est un pays en développement et une production agricole souvent bonne -- de ce fait le Niger peut naturellement enregistrer une croissance économique sensible. Cette dernière n’est pas due exclusivement aux actions du gouvernement mais reste aussi liée à la disponibilité des ressources naturelles et des actifs économiques à fortiori dans un contexte où on n’a besoin d’être un expert en sciences de l’administration pour décrocher une telle croissance.

En ce qui concerne la pauvreté, la mandature de Tanja l’a réduite sensiblement, son gouvernement a hérité d’une situation sociale et économique sans précédente comme les arriérés de salaires, l’atrophie des ressources fiscales et financières. En 2000, la pauvreté touchait 62,61% de la population[1]. En 2005 et 2010, elle était respectivement de 59%[2]  et 63% à comparer en 2011 où elle concernait 48,2%[3] de la population. Incontestablement, Guri a réduit la pauvreté, en revanche il faut retenir qu’elle est fluctuante et s’aggrave particulièrement en période de mauvaise récolte agricole. De plus, la baisse de la pauvreté semble plus liée qu’au chiffre à la réalité sur le terrain. Dans un intervalle d’un an, soit de 2010 à 2011, il est très difficile de baisser la pauvreté de près de 15%, manifestement il y a un problème d’actualisation des statistiques, cela permet noter qu’en 2010, les 63% de seuil de pauvreté évoqué par le Président Issoufou dans son discours doivent être relativisés. Un autre point non moins important est que pendant la renaissance I, le Niger occupait la dernière place d’IDH sur 4 années successives, ceci pour dire que nous devons encore travailler pour améliorer le bienêtre de la population.  

Ayant noté avec attention l’objectif de mobiliser de plus de 8 000 milliards de FCFA pour les actions de la renaissance II. Etant aussi pour l’intérêt du pays, je souhaite que ces fonds soient mobilisés et surtout qu’ils soient efficacement investis pour le développement du Niger. Cependant, il conviendrait de distinguer les discours politiques et les discours des techniciens (administrateurs, financiers et économistes). Le volume de 8 000 milliards de FCFA est difficilement mobilisable pour les techniciens qui connaissent l’économie nigérienne, à cela s’ajoute un environnement économique régional et mondial peu favorable. Selon le budget de 2014[4], les ressources financières internes réellement mobilisées étaient de 560 milliards de FCFA. Sur la base de prévision réaliste, les recettes internes dépasseront difficilement 700 milliards/an, soit 3 500 milliards pour les 5 ans à venir. Il faudrait alors chercher la différence, soit 4 500 milliards pour compléter l’objectif de 8 000 milliards. D’autres leviers financiers existent tels que les emprunts, la privatisation et le don. Pour le premier, nous sommes déjà à un taux d’endettement élevé, 52% du PIB et surtout avons des dizaines de milliards de dettes arrivées à termes que nous avons du mal à rembourser. Son augmentation risque de basculer le pays dans l’incapacité totale d’honorer ses obligations et d’emprunter à nouveau, sans négliger les litiges juridico-financiers que cela peut engendrer en cas de défaut de paiement. En ce sens, selon la Lettre du Continent[5], une société de droit britannique AFRICARD CO LTD, par l’intermédiaire d’une agence spécialisée, aurait saisi les créances détenues par le Niger auprès d’AREVA. Le litige concernerait un emprunt de plus de 22 milliards de FCFA. En dépit, des risques évoqués plus haut,  le gouvernement continue à emprunter, entre autres, par émission des titres obligataires jusqu’à 6,5% d’intérêt (Laboukoye, le Courrier). Quant à la privatisation des entreprises, le Niger n’a pas pratiquement pas d’actif à vendre à moins qu’on veuille liquider certaines stratégiques, notamment la NIGELEC. Enfin, le volume des dons reste encore modeste rapporté aux dépenses budgétaires.

Sur la bonne gouvernance, beaucoup d’insuffisances sont à noter, notamment les surfacturations, les achats de conscience (vote des députés, des électeurs,…), les enrichissements illicites, le blanchiment d’argent (saisies des fonds à l’aéroport,…), les investissements improductifs et non prioritaires. Les exemples sont loin d’être exhaustifs, de ce fait il faudrait que Guri évite d’employer l’expression « progrès considérable dans la bonne gouvernance » dans ses discours. Quant au droit de manifester, il reste problématique. Sur la corruption, on peut dire que la population ne l’est pas, contrairement à une bonne partie de la classe politique, des élites et des commerçants.

Le Niger a été sélectionné pour le Programme Compact des Etats-Unis (plus de 260 milliards de FCFA), ceci permet de lutter contre la pauvreté. Le programme se base sur trois volets pour retenir un pays, ceux-ci sont : l’investissement en capital humain [dépense éducation, dépense de santé…], la liberté économique [politique budgétaire, droit foncier, liberté de création d’entreprise, politique commerciale…] et la bonne gouvernance [liberté politique, liberté civile, liberté d’information, efficacité du pouvoir public…]. Chaque volet regroupe environ 6 critères, aussi comme les autres volets celui de la bonne gouvernance occupe le tiers de l’ensemble des critères. Ainsi, l’assertion selon laquelle le Niger aurait bénéficié du programme sur la base de sa bonne gouvernance doit être relativisée. Par ailleurs, 10 sur 20 critères suffissent pour qu’un pays soit sélectionné, sachant que ceux-ci sont choisis dans les trois volets (investissement en capital humain ; liberté économique ; bonne gouvernance). De plus, le volet gouvernance fait sans doute dilution additionnée aux deux autres volets. Enfin, en dernier ressort, les Etats-Unis disposent d’un pouvoir discrétionnaire pour décider de l’éligibilité d’un pays, d’où parfois le caractère subjectif dans le choix. Or, le Niger est un état de droit de fait, a un positionnement géopolitique intéressant, il reste stable sur le plan sécuritaire, ce qui constitue un atout pour la sous-région et les pays occidentaux. Dans cette configuration, il faudrait alors l’aider pour lutter contre la pauvreté pouvant entrainer l’extrémisme, le terrorisme ou l’implosion sociale. Ceci peut expliquer son choix pour être récipiendaire du Programme Compact. Quoiqu’il en soit, le Programme Compact fait partie des points positifs du bilan du Président Issoufou.

Le Président a su stabiliser le pays sur le plan sécuritaire, et personne ne peut lui ôter cette action. En revanche, la stabilité sécuritaire du pays est surtout du fait de l’intrépidité des forces de défense et sécurité (FDS), qui malgré leur limite en ressources matérielles, ont su en général circonscrire les terroristes (Boko Haram, Aqmi) et les bandits armés. Des entretiens sommaires auprès de certains FDS soulignent des besoins en moyens matériels tels que les engins blindés, les avions et les hélicoptères, les aéronefs de reconnaissance nocturne…). Etant donné que la mouvance présidentielle affirme qu’elle dépense depuis 2013 plus de 10% du PIB (plus de 450 milliards chaque année) dans la sécurité et la défense, nous nous interrogeons sur l’efficacité et surtout l’effectivité de ces dépenses au regard des besoins matériels exprimés par l’armée. Toutefois, il ne faudrait pas oublier que la stabilité sécuritaire du territoire vient aussi de l’apport de la France, des Etats-Unis, de l’Algérie, du Nigéria, du Tchad et du Cameroun.

Quant au secteur de la santé, le gouvernement a recruté des médecins et des infirmiers, a construit des centres de santé, mais il faudrait davantage investir dans ce domaine. Dans la continuité de la construction des infrastructures d’éducation, le gouvernement a construit 4 universités, et dans la même optique le Président Issoufou affirme faire de l’éducation une priorité, encourage les jeunes d’aller chercher le savoir où il se trouve, mettre des bourses d’excellence aux étudiants pour poursuivre leurs études dans les meilleures universités du monde. Sauf que, d’une part, les universités nigériennes ne disposent pas assez de moyens matériels, financiers et humains, ceci est souvent corroboré par les débrayages des enseignants-chercheurs et des étudiants ou la démission de certains recteurs d’université. D’autre part, les étudiants nigériens à l’étranger sont habituellement en grève à cause du non-paiement de leur bourse et frais d’inscription, notamment ceux du Maroc, de Benin et de France, d’où la contradiction sur le discours «…de mettre des bourses d’excellence aux plus méritants pour poursuivre leurs études dans les meilleures universités du monde…» et les réalités du terrain.

Ayant eu une visibilité que les deux premières années du programme,  l’un des objectifs du 3N est de renforcer la sécurité alimentaire en assurant la disponibilité et l’accessibilité alimentaire via l’augmentation de la production des cultures pluviales et irriguées. Cela permet, ainsi, d’assurer un circuit court d’approvisionnement des marchés nationaux. Cependant, il s’avère que de mars à octobre, on note a une vraie pénurie de produits maraichers (salade, tomates, oignon, carotte…) sur les marchés nationaux. Cela nous oblige à importer ces légumes et fruits du Burkina, du Maroc ou de la France, et vendu souvent à des prix mirobolants aux consommateurs nigériens. Tels qu’une pièce de salade à 3 500 FCFA à Hadad Kahil, trois tomates à 500 FCFA ou encore deux oignons à 400 FCFA sur les marchés locaux. Visiblement l’apport du 3N sur la disponibilité et l’accessibilité des produits alimentaires ainsi que son aspect de lutte contre l’insécurité alimentaire sont loin d’obtenir un résultat pertinent et probant contrairement aux discours de la mouvance présidentielle. En effet, la pluralité des volets d’actions, l’écart entre l’intensité du tapage médiatique et les résultats obtenus, le manque de suivi expliquent pour l’essentiel les limites notoires du 3N.

Le bilan de la renaissance I montre des points positifs mais aussi beaucoup d’insuffisances au regard des ressources financières (internes et externes) obtenues, nous souhaiterons qu’elle tienne compte de ces limites pour mieux réussir la renaissance II. Les grands discours politiques doivent être laissés au profit des vraies actions de terrain, et surtout tenir compte de l’avis des techniciens pour l’exécution pour tout programme. Enfin, la réussite d’un programme politique est liée au concept de suivi et évaluation, à la libération totale du budget qui lui est affecté, et à l’intégrité et à la compétence des personnes censées l’exécuter.     

LIAM DJIBO          



[1]Programme de Recherche sur la Pauvreté Chronique en Afrique de l’Ouest « Pauvreté chronique au Niger Perceptions, stratégies et questions émergentes » Document de travail N°2, p. 10.

[2] INS Niger (2009) « Tendances, Profil et Déterminants de la Pauvreté au Niger : 2005-2008 », p. 37.

[3]http://www.ne.undp.org/content/niger/fr/home/countryinfo.html

[4]Source : Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, 2015.

[5]https://www.africaintelligence.fr/LC-/holding-and-business/2016/02/10/africard-victorieux-aux-etats-unis,108129488-BRE

                                                                               

 

Soumaila ABDOU SADOU ENAM

Un Etat ne vaut que ce que vaut son éducation dit-on, il est facile de constater que  le Niger n’échappe pas à cette  vérité qui semble immuable. Ainsi, en observant de très près on se rend aisément compte du degré de putréfaction  avancé qui caractérise l’école publique nigérienne correspond exactement  à l’image de l’état actuel de notre pays. 

Abdoulaye Diallo 01

      Au  moment  où  des   individus  déracinés,  des  fous ,  ces  terroristes  de  Boko Haram,  des  Jihadistes,  EI,   Aqmi  ,  Ansardine  et  autres  tentent  de  souiller  et  de blasphémer  nos  religions,  nous  disons  non  et  non.  Nous  sommes  debout  pour leur  barrer  la  route  parce  qu’ils  touchent  à ce  que  nous  avons  de  meilleur,  de  sacré  et  de  plus  cher :  nos  religions.

Soumaila ABDOU SADOU

Monsieur le Président de la République,

Pendant la dernière campagne  pour l’élection présidentielle dans notre pays, Monsieur le Président de la République,  par ailleurs candidat à votre propre succession vous aviez parcouru tout le Niger  en brandissant dans tous vos meetings combien nombreux,  un document intitulé « Programme   de la renaissance acte 2 ».

EXE-promo-decodeur-internet-265x285 (2).jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Lettre ouverte au Président de la République sur l’Inexécution de l’arrêt de la Cour de justice de la CEDEAO du 23 octobre 2015

6 novembre 2018
Lettre ouverte au Président de la République sur l’Inexécution de l’arrêt de la Cour de justice de la CEDEAO du 23 octobre 2015

Monsieur le Président de la République, J’ai l’honneur de vous rappeler que l’arrêt n°ECW/CCJ/JUD/25/15, rendu par la Cour de Justice de la CEDEAO, le 23 octobre 2015 sur « l’affaire AD...

IN MEMORIAM : Moulaye Abdoulaye, Communicant, Journaliste…..

24 octobre 2018
IN MEMORIAM : Moulaye Abdoulaye, Communicant, Journaliste…..

Décidemment, ces derniers temps, La Grande Faucheuse a décidé de ne plus nous accorder un seul répit ! C’est ainsi que j’ai été cueilli à froid, très tôt ce mardi matin,...

Non, M. Mohamed Bazoum, la crise actuelle de l’école, est loin d’être le seul fruit « des mauvais choix des précédents régimes »

3 octobre 2018
Non, M. Mohamed Bazoum, la crise actuelle de l’école, est loin d’être le seul fruit « des mauvais choix des précédents régimes »

M.Président du CEN/PNDS TARAYYA, et cher frère Dans votre discours prononcé à l’ouverture de « l’Université d’été » des jeunes Tarayya (OJT) tenue du 29 au 30 septembre 2018 à Niamey, vous...

LETTRE OUVERTE A LA CLASSE POLITIQUE NIGÉRIENNE

3 octobre 2018
LETTRE OUVERTE A LA CLASSE POLITIQUE NIGÉRIENNE

Nous jeunes, voudrions hériter un certain nombre de valeurs  tels que : le consensus-la paix-et la responsabilité. Fatigués de vos insultes et de vos jets de banane comme des petit...

DIALOGUE POLITIQUE: les pertinentes suggestions de l’expert Dr Badié Hima, ancien membre de la CENI

1 octobre 2018
DIALOGUE POLITIQUE: les pertinentes suggestions de l’expert Dr Badié Hima, ancien membre de la CENI

Il y a quelques jours, j'ai appelé à des discussions ouvertes et inclusives pour sauver le processus électoral, en particulier sur le sujet qui fâche en ce moment, tant les...

TRIBUNE LIBRE: réunion du CNDP, que peut-on attendre ?

28 septembre 2018
TRIBUNE LIBRE: réunion du CNDP, que peut-on attendre ?

Après une longue période de léthargie, le conseil national de dialogue politique se réunira le lundi 1er octobre 2018 dans la salle des banquets de la primature. La bonne nouvelle...