samedi, 25 juin 2022
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Abdoulahi ATTAYOUB pics

L’investiture, comme candidats aux prochaines élections présidentielles, de deux autres poids lourds de la politique nigérienne, constitue à n’en point douter un évènement qui constitue un tournant majeur dans la campagne électorale 2020-2021. Par leur expérience politique et l'idée que les Nigériens se font de leurs personnalités, Hama Amadou et Albadé Abouba cristallisent les attentions comme épouvantes politiques pour certains et espoirs pour d'autres. Leurs envergures et l’importance de leurs réseaux à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, en font des adversaires redoutables, pour les autres candidats aux élections présidentielles.

Zeyna transfert argent bis

Reste à voir leur capacité à proposer des alternatives suffisamment crédibles pour espérer emporter l'adhésion du peuple et d'autres formations politiques dès le premier tour puis préparer de solides alliances pour le second. Alliances susceptibles de libérer les talents politiques et valoriser des leaderships porteurs d'espoir pour permettre au pays d'affronter les défis qui l'attendent.

Il faut dire que la pratique politique de ces dernières années a fini par avoir raison des velléités « fragiles » et a désorganisé le paysage politique dans son ensemble.

Les multiples affaires de corruption et certaines pratiques impertinentes employées comme moyen politique de soumettre toute autre expression ont largement contribué à dégrader la qualité du débat politique. Les difficultés que rencontre la justice à poursuivre les auteurs d'actes graves s’explique à l’évidence par la crainte de certains cercles du Pouvoir de devoir rendre compte de leurs agissements et restituer au peuple ce qui a été usurpé. Cette instrumentalisation excessive de la justice risque de conduire au désordre et à la déstabilisation d’un processus démocratique encore embryonnaire et hésitant.

En effet, un bref regard sur certains aspects du fonctionnement de la justice au Niger démontre le caractère par trop sélectif des affaires mises au-devant de la scène et qui font l'objet de traitements particulièrement zélés. Les obstacles juridiques, à cause du doute qui entoure la motivation de ceux qui ont contribué à les poser, ne sauraient abuser ni l’intelligence collective des citoyens, ni leur volonté de s'affranchir de l'instrumentalisation outrancière de leur conscience politique.

L’intérêt du pays réside dans le respect des règles garantissant un fonctionnement non partisan des institutions de l'État. La puissance publique ne saurait être utilisée pour brider l’avènement d’un Etat de droit et d’une culture républicaine idéalement intégrée par l’ensemble des citoyens.  

Le Niger n’a pas les moyens politiques de se permettre une crise électorale qui pourrait le précipiter dans une confusion supplémentaire. La classe politique, notamment le Président de la République, devrait s’attacher à créer les conditions d’une compétition inclusive, loyale et équitable, garantissant à tous les candidats, sans autre forme de préjugés, la possibilité de se présenter devant les électeurs en toute transparence et impartialité. Le réalisme commande de ne pas s’enfermer dans un juridisme suspect qui n’aura pour conséquence que de déstabiliser le pays et diviser davantage les citoyens. Les institutions sont encore trop fragiles et pas assez crédibles aux yeux de l’opinion pour que leurs décisions ne fassent l’objet de suspicions. Parfois, l’intérêt supérieur doit primer sur toute autre considération afin de préserver l’essentiel, c’est-à-dire le respect des fondamentaux sur lesquels repose l’existence même du pays.

Le pays a plus que jamais besoin de stabilité et de retrouver un climat apaisé. Pour cela, les échéances électorales à venir auraient besoin d’une attention particulière afin d’éviter que la fraude et l'achat de consciences n'atteignent un niveau qui risquerait de dénaturer la volonté du peuple et donner lieu à des tensions inutiles.

Le marasme politique actuel maintient le pays dans un doute existentiel dans lequel les valeurs qui fondent la société sont mises à rude épreuve par des intérêts particuliers dont les agendas exposent le pays à des lendemains incertains. Ainsi, le pays tarde à concevoir la politique comme moyen de viser le bien-être des populations car le concept d'intérêt général s’efface au point de n'être qu'un rêve ressassé par quelques illuminés en marge de la société.

Le contexte géopolitique invite à un leadership national non clivant, à même de porter les intérêts du pays de manière convaincante sur le plan international.

Abdoulahi ATTAYOUB

Consultant

@attayoub                                                                                         Lyon le 21 septembre 2020

Commentaires  

+3 #1 Emile 22-09-2020 07:29
Je reste convaincu, au-delà du bon sens des propos du compatriote Abdoulahi Attayoub, que l'avènement au Niger d'un Etat de droit passe assurément par l'élévation de la qualité de l'offre éducative. Le jour où chaque citoyen nigérien saura dissocier l'intérêt général des intérêts particuliers, le Niger deviendra ce Grand Pays idéalisé par nombre de ses fils. Aucun homme politique, si grand soit-il, aucune constitution, aussi parfaite soit-elle, aucun processus électif, aussi transparent, libre et équitable soit-il, ne pourront générer un Etat de droit autant que le réussiront des citoyens instruits et imbus des valeurs républicaines que leur aura dispensées l'école républicaine, laquelle tarde à naître au Niger.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #2 hamidou rabe 22-09-2020 08:54
Bonjour GRAND Abdoulahi ATTAYOUB
Cette analyse est très sage et devrait servir guide a qui de droit. En effet, sans un climat non clivant et apaisé rien de bon ne pourra être attendu des prochains scrutins.
A bon entendeur, salut!
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 gayakaskia@yahoo.fr 22-09-2020 10:47
Bonjour,

Merci pour votre analyse.
Je pense qu'à travers les derniers congrès de certains partis force est de reconnaitre la qualité de certains hommes politiques qui gardent endurance et vision indéniable pour ce beau pays le Niger.
Que Dieu aide le peuple à trancher et élire celui qui va apporter le changement tant attendu par le peuple!
Merci.
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #4 dan niger 22-09-2020 18:07
Analyse pertinente mais tendancieuse car ayant pour objectif d'imposer la candidature du tristement célèbre hamma +. Ce faisant vous allez à l'encontre de la justice que vous pronez au demeurant. On ne peut pas vouloir une chose et son contraire
.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 Boursanga 22-09-2020 19:48
Citation en provenance du commentaire précédent de dan niger :
Analyse pertinente mais tendancieuse car ayant pour objectif d'imposer la candidature du tristement célèbre hamma +. Ce faisant vous allez à l'encontre de la justice que vous pronez au demeurant. On ne peut pas vouloir une chose et son contraire
.

Laissez d'abord la justice se prononcer sur la candidature de Hammam puisque c'est à elle de décider et non à vous. Vous êtes trop pressé de voir cette candidature rejetée. N'oubliez pas que vous n'êtes pas plus Dan Niger que lui.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #6 Sankarafanon 22-09-2020 20:29
Très bonne analyse !!! Le pays doit aller de l'avant et nous devons éviter pour cela les intérêts claniques. Nous Nous devons avoir un processus démocratique transparent et crédible
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #7 hamidou rabe 23-09-2020 07:12
Le Niger doit se reconcilier avec tous ses fils afin de garantir une paix sociale durable et nous éviter des scénarios a la Malienne Dan ALLAH Dan Anabi!!!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 la mouche 26-09-2020 16:16
j'y avais cru et je jurais sur tous les toits qu'il allait nous unir, nous rassembler pour hisser notre pays au rang des grandes nations. Mais, les discours, les sirènes des salons des partisans véreux, l'ont égaré et éloigné de la justice sur son combat de la lutte contre la corruption, les détournement de deniers publics, j'y avais cru lorsque je voyais ces chantiers gigantesques pousser comme des champignons aux quatre coins du Niger, mais derrière tout ça se cachent des sans sous devenus milliardaires, j'y avais cru en l'homme qui se disait garant de la constitution, du code électoral, bref de l'ensemble des outils républicains et qui n'a jamais organisé une seule séance de rencontre et de travail avec les leaders de l'opposition, NOUS y reviendrons
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

ACTU NIGER 800 800 pixels Booster 30ANS Plan de travail 1 2

Top de la semaine

Publier le 23/06/2022, 22:23
faux-etudiant-en-medecine-l-universite-de-zinder-leve-l-equivoque Ces derniers jours, la toile a été inondée par une information relative à une affaire rocambolesque...Lire plus...
Publier le 23/06/2022, 08:48
hommage-boukari-sabo-dernier-survivant-de-la-premiere-republique Ancien ministre à plusieurs reprises sous la première République, Boukari Sabo, s'est éteint le...Lire plus...
Publier le 23/06/2022, 08:42
cybercriminalite-le-niger-supprime-la-peine-d-emprisonnement-pour-delit-de-diffamation-et-d-injure Les députés ont approuvé dans la matinée de ce mardi 21 juin 2022 le projet de loi modifiant et...Lire plus...
Publier le 22/06/2022, 19:31
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-22-juin-2022 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mercredi 22 juin 2022, dans la salle habituelle des...Lire plus...
Publier le 21/06/2022, 23:53
au-sahel-la-soif-de-securite-par-omar-sylla La région du Sahel couvre une superficie de 3 millions de km² mais compte peu de cours d’eau et de...Lire plus...
Publier le 19/06/2022, 16:25
affaire-dga-sonidep-vs-hamidou-amadou-konate-dg-madina-trans-mali-le-dga-illo-amadou-aboubacar-sort-de-sa-reserve Le DGA SONIDEP tient à apporter un démenti formel aux allégations de pot de vin portées à son encontre...
Publier le 20/06/2022, 19:56
reunion-du-panel-de-haut-niveau-sur-le-sahel-l-ancien-president-issoufou-prend-conseils-aupres-du-president-bazoum Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Mohamed Bazoum, a reçu lundi en fin d’après-midi,...
Publier le 20/06/2022, 13:59
bepc-2022-146-904-candidats-vont-affronter-les-epreuves-a-partir-de-ce-mardi-21-juin Les épreuves de la session 2022 du Brevet d’Etude du Premier Cycle (BEPC) vont débuter ce mardi 21...
Publier le 23/06/2022, 08:48
hommage-boukari-sabo-dernier-survivant-de-la-premiere-republique Ancien ministre à plusieurs reprises sous la première République, Boukari Sabo, s'est éteint le...
Publier le 23/06/2022, 22:23
faux-etudiant-en-medecine-l-universite-de-zinder-leve-l-equivoque Ces derniers jours, la toile a été inondée par une information relative à une affaire rocambolesque...
Publier le 22/06/2022, 19:31
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-22-juin-2022 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mercredi 22 juin 2022, dans la salle habituelle des...
Publier le 20/06/2022, 07:33
mali-plus-d-une-centaine-de-personnes-massacrees-par-des-hommes-armes-dans-la-region-de-bandiagara Au moins 110 personnes ont été massacrées dans une série d'attaques qui ont visé, ce dimanche 19 juin...
Publier le 19/06/2022, 16:25
affaire-dga-sonidep-vs-hamidou-amadou-konate-dg-madina-trans-mali-le-dga-illo-amadou-aboubacar-sort-de-sa-reserve Le DGA SONIDEP tient à apporter un démenti formel aux allégations de pot de vin portées à son encontre...
Publier le 21/06/2022, 17:57
hadj-2022-les-premiers-vols-prevus-a-partir-du-jeudi-23-juin Les premiers vols pour le convoyage des pèlerins nigériens pour l'édition 2022 du Hadj débuteront le...
Publier le 23/06/2022, 22:23
faux-etudiant-en-medecine-l-universite-de-zinder-leve-l-equivoque Ces derniers jours, la toile a été inondée par une information relative à une affaire rocambolesque...

Dans la même Rubrique

Au Sahel, la soif de sécurité (Par Omar Sylla)

21 juin 2022
Au Sahel, la soif de sécurité (Par Omar Sylla)

La région du Sahel couvre une superficie de 3 millions de km² mais compte peu de cours d’eau et de lacs et dépend essentiellement des réserves d’eau contenues en sous-sol....

L’augmentation de la population n’est pas un frein au développement : réponse à Monsieur Kiari Liman-Tinguiri (Par Gado Alzouma)

18 juin 2022
L’augmentation de la population n’est pas un frein au développement : réponse à Monsieur  Kiari Liman-Tinguiri (Par Gado Alzouma)

Monsieur Kiari Liman-Tinguiri, économiste et ambassadeur du Niger aux Etats-Unis, a récemment publié dans Jeune Afrique un article1 tout entier consacré à critiquer une tribune2 que j’ai publiée dans le même...

La venue de Kemi Seba au Niger n'a pas eu le succès escompté

10 juin 2022
La venue de Kemi Seba au Niger n'a pas eu le succès escompté

Alors que les Nigériens sont très concernés par la cause panafricaine et bien que Kemi Seba ait réussi à rentrer sur le territoire malgré des insultes répétées au pouvoir nigérien,...

Remplacer le franc CFA par l’ÉCO, cela ne changera rien

9 juin 2022
Remplacer le franc CFA par l’ÉCO, cela ne changera rien

Les revendications pour une réelle indépendance monétaire ont pris de l'ampleur en Afrique ces dernières années. Dans une récente interview avec les médias ouest-africains, le président du Niger, Mohamed Bazoum,...

Polygamie et fécondité: mensonges et demi-vérités (Par Gado Alzouma)

1 juin 2022
Polygamie et fécondité: mensonges et demi-vérités (Par Gado Alzouma)

Le Nigériens réduisent généralement la polygamie, qui est un terme polysémique, à la seule forme de polygamie qu’ils connaissent et qu’on appelle en réalité polygynie : le fait pour un...

Viols, meurtres et complicité avec les rebelles : ce que fait l’ONU en RCA

26 mai 2022
Viols, meurtres et complicité avec les rebelles : ce que fait l’ONU en RCA

Le déploiement de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) en 2014 a malheureusement donné peu de résultats visibles. L'un des principaux problèmes de...