NITA Fond Site Web 675 x 240

palais presidentiel Algerie

Au lendemain de la réunion du Comité des chefs d’états-majors de la Cédéao pour la planification de l’intervention militaire en vue de restaurer l’ordre constitutionnel au Niger, l’Algérie a annoncé dans un communiqué, « regretter profondément que le recours à la violence ait pris le pas sur la voie d’une solution politique négociée ». Dans le communiqué publié samedi 19 aout, le ministère des Affaires étrangères du pays voisin du Niger a de nouveau mis en garde contre les risques d’une telle option tout en estimant qu’une sortie de crise pacifique est encore possible.

Zeyna commission0

« A un moment ou l'intervention militaire au Niger se précise, l’Algérie regrette profondément que le recours à la violence ait pris le pas sur la voie d’une solution politique négociée rétablissant pacifiquement l’ordre constitutionnel et démocratique dans ce pays frère et voisin », a précisé le ministère dans son communiqué.

Selon la même source, « l’Algérie demeure, en effet, animée d’une forte conviction que cette solution politique négociée demeure encore possible, que toutes les voies qui peuvent y conduire n’ont pas été empruntées et que toutes ces possibilités n’ont pas été épuisées ».

Le ministère algérien des Affaires étrangères a aussi souligné que « l’histoire de notre région enseigne abondamment que les interventions militaires ont été porteuses d’un surcroît de problèmes que de solutions et qu’elles ont été des facteurs supplémentaires d’affrontements et de déchirements plutôt que des sources de stabilité et de sécurité ».

C’est en ce sens que, d’après le communiqué, « avant que l’irréparable ne soit commis, et avant que la région ne soit prise dans l’engrenage de la violence dont nul ne peut prédire les conséquences incalculables, l’Algérie appelle toutes les parties à la retenue, à la sagesse et à la raison qui toutes commandent de redonner résolument la plus haute priorité à l’option politique négociée à la crise constitutionnelle actuelle épargnant ainsi au Niger frère et à l’ensemble de la région des lendemains lourds de menaces et de périls dont notamment un regain de vigueur et d’agressivité du terrorisme et des autres formes de criminalité qui affectent gravement la région ».

Rejet catégorique de l’option militaire

Il convient de rappeler qu’au lendemain des évènements du 26 juillet 2023 avec la prise de pouvoir par le Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP), l’Algérie avait réitéré son « profond attachement au retour à l'ordre constitutionnel au Niger » et « son "soutienà M. Mohamed Bazoum comme Président légitime ».

Suite à la décision des chefs d’Etat de la Cédéao de recourir à l’usage de force pour restaurer l’ordre constitutionnel, le gouvernement algérien a mis en garde contre les intentions d'intervention militaire étrangère. « L'Algérie renouvelle son profond attachement au retour à l'ordre constitutionnel au Niger et au respect des exigences de l'Etat de droit. Dans cet esprit, le gouvernement algérien réaffirme son soutien à Monsieur Mohamed Bazoum comme Président légitime de la République du Niger », avait indiqué le gouvernement dans un communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères qui a aussi souligné que « le retour à l'ordre constitutionnel doit impérativement s'accomplir par des moyens pacifiques qui éviteront au Niger frère et à l'ensemble de la région un surcroit d'insécurité et d'instabilité et à nos peuples un surcroit d'adversité et d'épreuve ». En conséquence, est-il précisé, « l'Algérie met en garde et appelle à la prudence et à la retenue face aux intentions d'interventions militaires étrangères qui sont, malheureusement, considérées comme des options envisageables et utilisables alors qu'elles ne sont que des facteurs de complication et d'aggravation de la crise actuelle ».

Dans un entretien télévisé qui a été diffusé le 3 août dernier, le président Abdelmadjid Tebboune, a été très ferme sur la question en exprimant « son rejet total et catégorique de toute intervention militaire ». Pour l’Algérie, en effet, toute intervention militaire au Niger constituerait « une menace directe » pour leur pays.

A.Y. Barma (actuniger.com)



Commentaires

3
Issa
8 mois ya
Pour avoir une sortie politique
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
lilwayne
8 mois ya
@ISSA , ne t'inquiete pas quelque soit leurs intentions ....la seule chose qui nous interesse c'est bouter la france dehors ... c'est tout
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
Idi
8 mois ya
Liwayne, vous semblez avoir c
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
7
Saliou
8 mois ya
L
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
Baraka
8 mois ya
[quote name="Idi"]Liwayne, vous semblez avoir c
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
Dan Agadez
8 mois ya
[quote name="Issa"]Pour avoir une sortie politique
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
magawata
8 mois ya
L AGENT CAUSALE DE TOUTS LES MAUX DONT SOUFFRE LE NIGER C EST issoufou mahamadou dit issoufou dandazi
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Idi
8 mois ya
[quote name="Baraka"][quote name="Idi"]Liwayne, vous semblez avoir c
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
lilwayne
8 mois ya
SVP cherchez qui a les nouvelles du VRAI NIGERIEN...ces commentaires ROSES nous manquent beaucoup
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
noufou da babay
8 mois ya
comment une minable cedeao qui na pas pu liberer les 49 watners au mali c est le libyen bazoum qu elle va liberer
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
vive le Niger
8 mois ya
A Mr Saliou
L'Alg
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
1660 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
512 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
305 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
448 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
337 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
345 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2272 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages