jeudi, 15 novembre 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

issa Tchiroma min

A la suite de la publication sur les réseaux sociaux, de choquantes images montrant des hommes en arme, supposés être des soldats camerounais, qui commettaient des exactions sur des civils notamment des femmes et des enfants, le ministre de la communication du pays a tenu à apporter sa version des faits des autorités du pays.

 

Sans vraiment convaincre, le ministre Issa Bakary Tchiroma a essayé de démontrer qu’il s’agit d’un grossier montage même si le président Paul Biya a demandé l’ouverture d’une enquête.

Les images, qui montrent l’exécution par balles de femmes et d’enfants présumés comme étant des complices de Boko Haram, sont d’une violence insoutenable et ont donné lieu à plusieurs interprétations, certaines tendancieuses, tout en  provoquant une nouvelle vague d’indignation sans précédent au sein de l’opinion africaine et même au-delà.

Voici en intégralité, le point de presse de ISSA BAKARY TCHIROMA, ministre de la Communication, et porte-parole du gouvernement camerounais.


« Messieurs les journalistes, 
Mesdames et messieurs,
Une fois de plus, notre Armée est injustement accusée de faits graves sur des populations civiles, cette fois au moyen d'une vidéo qui circule sur internet depuis un moment. Rien de ce qui y est diffusé ne concerne ni de près ni loin nos vaillantes Forces de défense et de sécurité, au demeurant qui ont toujours su faire preuve de professionnalisme.
Pour plus de détails à ce sujet, je vous invite à lire et à partager mon propos liminaire sur ce sujet.
Mesdames, Messieurs les Journalistes,
Un fake news réalisé sous forme d’un document vidéo, circule depuis quelques temps sur Internet et les réseaux sociaux, attribuant aux Forces de Défense camerounaises, des actes odieux d’exécution sommaire perpétrés sur des personnes civiles. 
Il s’agit à l’évidence d’une autre manœuvre de désinformation grossière, dont les faits projetés n’ont aucun rapport avec l’action menée par les Forces de Défense et de Sécurité dans le cadre des missions qui leurs sont confiées.
Dans cette veine de conspiration manifeste, la vidéo qui circule actuellement n’est rien d’autre qu’une malheureuse tentative de transfiguration de la réalité et d’intoxication du public, dont il est aisé de démentir la sincérité, au regard des éléments factuels contenus dans cet horrible trucage, avec des voix off approximativement apposées sur des séquences visuelles.
Je m’en vais à ce sujet, partager avec vous quelques éléments incongrus, qui ont été analysés par des experts en première appréciation lors des procédures d’authentification :
1. les militaires qui sont impliqués dans cette opération présentent visiblement le même phénotype. Or, l’Armée camerounaise est une Armée nationale qui réunit en son sein toutes les composantes sociologiques de la Nation. De plus, il est d’usage dans les protocoles d’intervention de notre Armée que les opérations s’exécutent sans aucune considération des appartenances ethniques ou sociologiques ;
2. l’élément vestimentaire étant fondamental dans l’identification d’une armée en rapport d’ailleurs avec l’environnement géographique, on note, à l’examen de cette vidéo que les hommes concernés arborent des uniformes bariolés pour certains de type « forêt », alors que le paysage et le relief indiquent clairement que l’on se trouve en zone sahélo-saharienne. En pareille circonstance, il est constant que les tenues de combat utilisées par l’Armée camerounaise sont toujours de type sahélien. Par ailleurs, toujours au registre de la tenue vestimentaire comme identifiant des Armées, les équipements individuels des militaires camerounais engagés dans la zone sont des équipements de combat conformes aux standards obligatoires de port de casques lourds, de gilets pare-balles et de chaussures de type bottes rangers. Ce qui manifestement n’est pas le cas des personnes contenues dans la vidéo ; 
3. les armes arborées par les présumés soldats présentés dans la vidéo ne sont pas celles utilisées par l’Armée camerounaise dans cette zone d’opération ;
4. Un des hommes, se faisant appeler « le caporal-chef CHO CHO Sissignon », n’arbore aucun signe de son grade. Par contre l’écusson parachutiste présenté n’est pas conforme au design de l’Armée camerounaise.
Comme vous pouvez donc le constater, le caractère mensonger de ce montage ne fait l’ombre d’aucun doute. 
Néanmoins et en dépit du caractère irréfutable des éléments probants qui viennent de vous être présentés, le Chef de l’État a prescrit l’ouverture d’une enquête conformément aux usages en la matière. 
Je saisis la présente opportunité pour rappeler aux uns et aux autres le professionnalisme des Forces de Défense et de Sécurité camerounaises, qui reçoivent une solide formation militaire et de maintien de l’ordre, autant qu’elles sont en permanence imprégnées de l’impératif du respect des lois et règlements de la République, des droits humains et des conventions internationales auxquelles le Cameroun est partie. 
Il va sans dire qu’engagées dans des opérations de lutte contre le terrorisme sur le territoire national, les Forces de Défense et de Sécurité camerounaises, sont aujourd’hui la cible de ceux-là mêmes qui, vaincus sur le terrain des opérations, démunis de tout soutien de la part des populations et de plus en plus isolés sur la scène internationale, tentent par de telles manœuvre de les discréditer, de saper leur moral et de provoquer leur démobilisation. 
Face à un tel dessein, le Gouvernement de la République dénonce avec véhémence cette démarche collusoire des ennemis de la nation, renouvelle son entière confiance à l’Armée nationale et aux Forces de Sécurité et les assure du soutien indéfectible de la nation tout entière.
Le Chef de l’État salue l’appui de la communauté internationale au combat que le peuple camerounais mène contre le péril terroriste et pour la stabilité de la nation. 
Le Président de la République exprime toute sa reconnaissance à l’action de la Force Multinationale Mixte et à celle de l’ensemble des pays de la ligne de front contre Boko Haram, de même qu’à l’excellence de la coopération entre la République Fédérale du Nigeria et le Cameroun, pour la sécurité et la stabilité dans nos deux pays. 
Le Chef de l’État, Son Excellence Paul BIYA, Chef des Armées, réitère sa détermination à vaincre le terrorisme, où qu’il se manifeste et en particulier sur le territoire national dans le strict respect des lois et règlements de la République et en parfaite conformité avec les engagements internationaux auxquels le Cameroun a librement consenti. 
Je vous remercie de votre aimable attention ».
Issa Bakary Tchiroma
Ministre de la Communication Cameroun

 

 

Ajouter un Commentaire

EXE-promo-decodeur-internet-265x285 (2).jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

GABON: le vice-président chargé des dossiers urgents en l'absence d'Ali Bongo

15 novembre 2018
GABON: le vice-président chargé des dossiers urgents en l'absence d'Ali Bongo

Trois semaines après l’hospitalisation du président Ali Bongo en Arabie saoudite, le Premier ministre gabonais a saisi la Cour constitutionnelle pour statuer sur les articles 13 et 16 de la...

SÉNÉGAL: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade

14 novembre 2018
SÉNÉGAL: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade

De passage à Paris pour le centenaire de l'armistice de 1914-1918, le président sénégalais a accordé une longue interview à nos confrères de France 24. Et pour la première fois,...

MALI: au moins 3 morts dans un attentat à la voiture piégée à Gao

13 novembre 2018
MALI: au moins 3 morts dans un attentat à la voiture piégée à Gao

Au Mali, un attentat à la voiture piégée dans la ville de Gao a fait au moins trois morts dans la soirée du 12 novembre. Dans un communiqué, le ministère de...

CAMEROUN: Soixante-dix-neuf élèves enlevés dans une zone anglophone

6 novembre 2018
CAMEROUN: Soixante-dix-neuf élèves enlevés dans une zone anglophone

Les élèves ainsi que « trois encadreurs » pourraient avoir été enlevés par des séparatistes anglophones… Soixante-dix-neuf élèves ont été enlevés ce lundi dans la région du nord-ouest du Cameroun, à la veille...

Guinée équatoriale: 42 militants exclus du parti au pouvoir

5 novembre 2018
Guinée équatoriale: 42 militants exclus du parti au pouvoir

En Guinée équatoriale, quarante-deux militants se trouvent exclus du parti au pouvoir. Ils sont tous accusés par les responsables du PDGE, le Parti démocratique de Guinée équatoriale, d’avoir participé à...

Le Pentagone sanctionne six militaires après l'embuscade mortelle de 2017 au Niger

4 novembre 2018
Le Pentagone sanctionne six militaires après l'embuscade mortelle de 2017 au Niger

L'armée américaine a sanctionné six militaires pour leur rôle dans une opération ratée au Niger, qui avait coûté la vie à quatre soldats américains et quatre Nigériens dans un guet-apens...