lundi, 22 octobre 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

NITA Actu Niger 1 min

menaka 0

Selon le gouverneur de Ménaka au Mali, deux attaques à deux jours d'intervalle ont fait une quarantaine de morts. La première attaque, dans les environs de la localité d'Andéramboukane, aurait fait 12 morts selon le MSA, entre 6 et 9 selon les autorités locales. Le lendemain, le 27 avril, non loin d'Infoukaretane, 31 personnes ont été tuées. Selon les premiers éléments d'informations recueillis par le gouverneur de Ménaka, les assaillants sont décrits comme des « Peuls à moto », accusés de faire partie de l'Etat islamique. Il pourrait s'agir de représailles suite à des opérations de deux groupes armés, le MSA et le Gatia, soutenus par les forces françaises Barkhane.

 

« Les 26 et 27 nous avons eu deux attaques, explique le gouverneur de Ménaka Daouda Maïga. Une au sud-est d’Andéramboukane, dans un endroit appelé Akliz, et le 27, une au nord-est d’Infoukaretane, dans un site appelé Wakasa. Pour la première attaque du côté d’Andéramboukane, on parle d’entre 6 et 9 tués. Et pour la seconde, les sources s’accordent à 31 tués, sur le site même, par des éléments supposés de l’État islamique, que tout le monde caractérise de "Peuls à moto" ».

Daouda Maïga : « Nous pensons que c’était probablement une action de représailles, mais aussi pour terrifier les populations, afin de dire "voici ce que nous pouvons faire". En deux attaques, on parle d’une quarantaine de tués. »

Selon le gouverneur, il pourrait s'agir de represailles suite à des opérations de deux groupes armés, le MSA et le Gatia, soutenus par les forces françaises Barkhane. L'ONU disait avoir reçu des informations faisant état de dizaines d'exécutions sommaires dans le cadre de ces opérations. Informations démenties par les deux groupes armés.

« Il y a de fortes chances que ce soient des représailles par rapport aux dernières interventions du MSA et du Gatia sur les éléments de Abou Walid al-Sahraoui, donc de l’État islamique, qui sont au sud-ouest de la région de Ménaka, précise Daouda Maïga. Nous pensons que c’était probablement une action de représailles, mais aussi pour terrifier les populations, afin de dire "voici ce que nous pouvons faire". En deux attaques, on parle d’une quarantaine de tués, ce qui est énorme. »

Le gouverneur de Ménaka lance un appel au calme et à tout faire pour éviter un embrasement communautaire. Il rappelle que les groupes armés, comme les groupes terroristes, ne sont pas composés d'une mais de plusieurs ethnies. Et que rien ne justifie des représailles contre des populations civiles.

Daouda Maïga : « Il faut donner une chance à la paix. Nous sommes dans un accord pour la paix et la réconciliation au Mali, qui avance assez bien, et il y a également des organisations internationales qui organisent des colloques, qui prennent des leaders des différentes communautés pour créer un climat de confiance, de vivre ensemble dans cette zone. »

Pour le gouverneur de Ménaka, ces attaques sont en tout cas de nature à mettre de l'huile sur le feu et favorisent « l’éclatement d’un conflit intercommunautaire, en stigmatisant justement deux communautés, celles des Peuls et des Daoussaks ». Des communautés nomades qui ont déjà connu des affrontements par le passé.

Cette double attaque intervient alors que des discussions ont lieu à Niamey sous l'égide d'une ONG entre plusieurs leaders des communautés présentes dans la région de Ménaka.

 

RFI

Ajouter un Commentaire

FONAF 2018

EXE-promo-decodeur-internet-265x285 (2).jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Erdogan promet de raconter «la vérité nue» sur la mort de Jamal Khashoggi

21 octobre 2018
Erdogan promet de raconter «la vérité nue» sur la mort de Jamal Khashoggi

Le Président turc a assuré qu'il révélerait prochainement toute la vérité sur les circonstances de la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Tandis que le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel...

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi aurait été torturé puis découpé par un médecin qui écoutait de la musique

18 octobre 2018
Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi aurait été torturé  puis découpé par un médecin qui écoutait de la musique

Des détails sordides sur son possible assassinat ont fuité dans la presse turque. Chaque jour son lot de révélations dans l’affaire du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, mystérieusement disparu depuis le...

NIGERIA: une humanitaire exécutée par une faction de Boko Haram

17 octobre 2018
NIGERIA: une humanitaire exécutée par une faction de Boko Haram

C’est le gouvernement nigérian qui a annoncé la mort d'une infirmière du Comité international de la Croix rouge, lundi 15 octobre. Hauwa Leman, 24 ans, faisait partie des trois humanitaires...

ELECTIONS LOCALES EN COTE D'IVOIRE: large victoire du parti présidentiel

17 octobre 2018
ELECTIONS LOCALES EN COTE D'IVOIRE: large victoire du parti présidentiel

Après les élections municipales et régionales de samedi, les Ivoiriens connaissent le nom de leurs maires et de leurs conseillers régionaux. La CEI a achevé de proclamer les résultats complets...

Burkina Faso: raid de la force Barkhane après l'attaque d'une gendarmerie

4 octobre 2018
Burkina Faso: raid de la force Barkhane après l'attaque d'une gendarmerie

Selon un communiqué de l'état-major français, la force Barkhane a mené un raid aérien dans la nuit du 3 au 4 octobre dans le nord du Burkina Faso. L'opération faisait...

Recrudescence des attaques de Boko Haram au Tchad

30 septembre 2018
Recrudescence des attaques de Boko Haram au Tchad

  Une attaque d'éléments de Boko Haram dans la nuit de vendredi 28 à samedi 29 septembre a fait six morts sur la rive nord du lac Tchad, et dix-sept...