samedi, 19 janvier 2019
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

menaka 0

Selon le gouverneur de Ménaka au Mali, deux attaques à deux jours d'intervalle ont fait une quarantaine de morts. La première attaque, dans les environs de la localité d'Andéramboukane, aurait fait 12 morts selon le MSA, entre 6 et 9 selon les autorités locales. Le lendemain, le 27 avril, non loin d'Infoukaretane, 31 personnes ont été tuées. Selon les premiers éléments d'informations recueillis par le gouverneur de Ménaka, les assaillants sont décrits comme des « Peuls à moto », accusés de faire partie de l'Etat islamique. Il pourrait s'agir de représailles suite à des opérations de deux groupes armés, le MSA et le Gatia, soutenus par les forces françaises Barkhane.

 

« Les 26 et 27 nous avons eu deux attaques, explique le gouverneur de Ménaka Daouda Maïga. Une au sud-est d’Andéramboukane, dans un endroit appelé Akliz, et le 27, une au nord-est d’Infoukaretane, dans un site appelé Wakasa. Pour la première attaque du côté d’Andéramboukane, on parle d’entre 6 et 9 tués. Et pour la seconde, les sources s’accordent à 31 tués, sur le site même, par des éléments supposés de l’État islamique, que tout le monde caractérise de "Peuls à moto" ».

Daouda Maïga : « Nous pensons que c’était probablement une action de représailles, mais aussi pour terrifier les populations, afin de dire "voici ce que nous pouvons faire". En deux attaques, on parle d’une quarantaine de tués. »

Selon le gouverneur, il pourrait s'agir de represailles suite à des opérations de deux groupes armés, le MSA et le Gatia, soutenus par les forces françaises Barkhane. L'ONU disait avoir reçu des informations faisant état de dizaines d'exécutions sommaires dans le cadre de ces opérations. Informations démenties par les deux groupes armés.

« Il y a de fortes chances que ce soient des représailles par rapport aux dernières interventions du MSA et du Gatia sur les éléments de Abou Walid al-Sahraoui, donc de l’État islamique, qui sont au sud-ouest de la région de Ménaka, précise Daouda Maïga. Nous pensons que c’était probablement une action de représailles, mais aussi pour terrifier les populations, afin de dire "voici ce que nous pouvons faire". En deux attaques, on parle d’une quarantaine de tués, ce qui est énorme. »

Le gouverneur de Ménaka lance un appel au calme et à tout faire pour éviter un embrasement communautaire. Il rappelle que les groupes armés, comme les groupes terroristes, ne sont pas composés d'une mais de plusieurs ethnies. Et que rien ne justifie des représailles contre des populations civiles.

Daouda Maïga : « Il faut donner une chance à la paix. Nous sommes dans un accord pour la paix et la réconciliation au Mali, qui avance assez bien, et il y a également des organisations internationales qui organisent des colloques, qui prennent des leaders des différentes communautés pour créer un climat de confiance, de vivre ensemble dans cette zone. »

Pour le gouverneur de Ménaka, ces attaques sont en tout cas de nature à mettre de l'huile sur le feu et favorisent « l’éclatement d’un conflit intercommunautaire, en stigmatisant justement deux communautés, celles des Peuls et des Daoussaks ». Des communautés nomades qui ont déjà connu des affrontements par le passé.

Cette double attaque intervient alors que des discussions ont lieu à Niamey sous l'égide d'une ONG entre plusieurs leaders des communautés présentes dans la région de Ménaka.

 

RFI

Ajouter un Commentaire

IMG 20190108 WA0002

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

RDC : la Cour constitutionnelle dit non à l’Union africaine

19 janvier 2019
RDC : la Cour constitutionnelle dit non à l’Union africaine

L’Union africaine avait demandé à la République démocratique du Congo de suspendre la proclamation des résultats des élections du 30 décembre. Le message n’est visiblement pas passé ou les responsables...

Burkina Faso : contesté, le gouvernement de Kaba Thiéba rend le tablier

19 janvier 2019
Burkina Faso : contesté, le gouvernement de Kaba Thiéba rend le tablier

Le premier ministre Paul Kaba Thiéba a présenté, dans l’après-midi de ce vendredi 18 janvier, sa démission ainsi que celle du gouvernement. En poste depuis l’élection du président Roch Marc...

CPI : Gbagbo et Blé Goudé restent finalement en prison (CPI)

18 janvier 2019
CPI : Gbagbo et Blé Goudé restent finalement en prison (CPI)

La Chambre d'appel de la CPI maintient Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé en détention et programme une audience sur leur détention le 1er février 2019 La Chambre d'appel de...

RDC: l'UA demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats

18 janvier 2019
RDC: l'UA demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats

Les résultats contestés de l'élection présidentielle en RDC étaient au centre d'une réunion à huis-clos à Addis Abeba, ce jeudi 17 janvier, entre la SADC, la CIRGL et l'UA. Une...

Ghana: un journaliste d’investigation assassiné à Accra

18 janvier 2019
Ghana: un journaliste d’investigation assassiné à Accra

Un journaliste d'investigation a été abattu par balle mercredi soir alors qu'il rentrait chez lui à Accra au Ghana. Ahmed Husein participait à une vaste enquête sur la corruption dans...

Burkina : un canadien enlevé à la frontière avec le Niger, retrouvé mort (officiel)

17 janvier 2019
Burkina : un canadien enlevé à la frontière avec le Niger, retrouvé mort (officiel)

Communiqué du ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso C'est avec une vive émotion et une grande tristesse que nous avons appris la mort du canadien Kirk Woodman, enlevé par...