NITA Fond Site Web 675 x 240

Aboubacar Diakite au tribunal de Dakar le 10 janvier 2017

La justice sénégalaise a accepté ce mardi 10 janvier la demande de la Guinée d'extrader le militaire guinéen Aboubacar Diakité. L'ancien chef de la garde présidentielle guinéenne a été arrêté le 15 décembre dernier à Dakar, après une cavale qui aura duré sept ans. Un mandat d'arrêt international avait été lancé contre lui. Il est accusé d'être responsable des massacres du stade de Conakry le 28 septembre 2009. Celui qui est plus connu sous le nom de «Toumba» avait demandé à ne pas être extradé lors de son interrogatoire avec le procureur général le 28 décembre.

Zeyna commission0

Habillé du même jogging rouge que lors de son interrogatoire avec le procureur général, Aboubacar Diakité, surnommé « Toumba », n'a pas montré d'émotion particulière à l'annonce de son extradition. A sa sortie, fermement tenu par deux gendarmes, il s'est cependant énervé, refusant d'être filmé.

L'audience publique traitant de sa demande d'extradition a eu lieu dans le bureau du président de la chambre d'accusation de la cour d'appel. Deux proches de Aboubacar Diakité sont venus le soutenir. Deux sportifs qu'il a connus à Ouakam, le quartier de Dakar où il résidait lorsqu'il a été arrêté.

Lors de cette audience, qui a duré une heure, Aboubacar Diakité a répété ce qu'il avait déjà dit : il ne veut pas être extradé, craignant pour sa sécurité, ajoutant que les personnes concernées par les massacres du stade de Conakry le 28 septembre 2009 sont toujours en fonction.

Après de courtes délibérations, la chambre d'accusation a annoncé avoir accepté la demande d'extradition venant du gouvernement guinéen. Pour que l'extradition soit validée, le président de la République doit désormais prendre un décret.

Me Baba Diop, l'avocat de Aboubacar Diakité, a dénoncé une décision politique. « La diplomatie l'a emporté sur le droit parce que le droit était avec nous. Nous allons continuer le combat parce qu'après cet avis le président devra prendre le décret d'extradition. La loi nous donne aussi la possibilité de l'attaquer en annulation devant la Cour suprême », explique-t-il.

Dans son réquisitoire, Alioune Ndao, l'avocat général, a argumenté expliquant que les faits imputés à Diakité sont des infraction de droit commun. Selon l'avocat général, une extradition entre le Sénégal et la Guinée n'est pas possible si ces infractions relèvent du politique ou du militaire.

Pour Me Diop, c'est bien de cela qu'il s'agit. « De part le mobile, de part le caractère des faits, il y a une fonction militaire qui s'attache aux infractions, souligne-t-il. Les faits ont été commis dans un contexte de pouvoir politique par les militaires. Nous avons pensé de notre point de vue qu'on ne pouvait pas demander une extradition. »

RFI

Zeyna commission0



Ajouter un Commentaire

Enregistrer
CANAL + BAN1

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
2600 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
569 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
361 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
509 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
400 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
386 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2287 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages