lundi, 01 juin 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


SAMI Youssoufou opinion

Le sens commun se réfère souvent au silence, "le silence est d’or, les grandes douleurs sont muettes", ceux qui partent aux cimetières en connaissent la valeur. 

photomainassara2N« POUR SAVOIR OÙ ON VA, IL FAUT SAVOIR D’OÙ ON VIENT ».

Août 1960–Août 2015, 55 ans déjà que le Niger est indépendant.Mais cette indépendance,avait été précédée par une longue période de décolonisation menée pardes acteurs nigériens de premiers plans comme Djibo Bakary, Diori Hamani, Boubou Hama, DiamballaYansambouMaiga, DAN GALADIMA, Issoufou Seydou DJERMAKOYE, DIALLO Abdoulaye, LY Souleymane, Noma KAKA, Léopold KAZIENDE(majuscules trop agressives) et bien d’autres hommes illustres du Niger,tous engagés.

Cour Constitutionnelle du Niger

Dans une communication orale présentée aux doctorales de l’université de Toulon le 17 octobre 2014, nous  nous  étions attachés  à mettre en lumière les relations croisées qui se sont établies au fil du temps entre deux acteurs majeurs de la vie démocratique nigérienne : le juge constitutionnel et le pouvoir politique.  Nous rappelions dans cette communication que, de l’histoire du constitutionnalisme en Afrique francophone, la justice constitutionnelle au Niger a été la plus marquée par les vicissitudes de l’événement politique[2].

Oumar Moussa Toure

Chers membres du comité:

C'est avec désolation que vos compatriotes ont lu le communiqué sorti de la conférence téléphonique des partis politiques et associations Nigériens présents ici aux USA.

Harouna MOUMOUNI MOUSSA 

Excellence Monsieur le Président de la République,

Permettez-moi de vous adresser toutes mes félicitations pour l’accomplissement, en si peu de temps, d’innombrables actions, conformément à votre promesse électorale, actions qui bénéficient en 4 ans aux 18 millions de vos compatriotes. Je vous en félicite et espère que ces actions iront de l’avant tout en se maintenant et s’améliorant afin que notre pays demeure sur la rampe du développement.

Excellence,

Monage ali cheffou ousmane bare hama

Si vous ne le saviez pas, prenez immédiatement  connaissance du portrait de l’Homme de parole (ci-joint) publié sur le site Internet de la Présidence de la République du Niger. Si ne vous ne mesurez pas la chance saisie par les Nigériens en 2011, et ne cernez pas bien l’Histoire des 20 dernières années du pays  en matière de gouvernance, il est urgent de lire et décrypter le portrait ou l’autoportrait (puisqu’il n’a pas été signé) de l’Homme de principe et de parole publié à l’adresse : http://www.presidence.ne/portrait-du-president#sthash.TIBsUsOv.dpbs.


Pour ma part en prenant connaissance de ce portrait, j’ai été amer d’avoir servi une République Gondwanaise avec un Père Fondateur qui d’après le portrait qu’en fait son créateur Mamane de Rfi, n’avait aucun souci pour son peuple. Pourtant que croyais bien faire. Tout citoyen digne se devrait de ne pas ignorer qu’en 2011, il a eu la chance de sa vie. Parce que « partout dans le monde, et de tout temps, le rêve de tous les citoyens a été d’avoir à leur tête des dirigeants vertueux. Et en portant Mahamadou Issoufou, l’Homme providentiel exceptionnel à la tête de la Nation nigérienne en 2011, les nigériens ont pu « transformer en réalité le rêve légitime de tous les peuples du monde, et de tout temps, à savoir celui d’avoir à leur tête des dirigeants vertueux ». Il est important de retenir du portrait de l’Homme de Parole que (je cite) :

« Après deux décennies d’expérimentations…les citoyens (nigériens) ont établi leur bilan, et décidé enfin de confier leur destin aux femmes et aux hommes qui ont montré constance, courage, loyauté, volontarisme et compétence. Toutes vertus qui n’étaient pas les choses les mieux partagées par la plupart de ceux qui, deux décennies durant, avaient eu le privilège de conduire la barque Niger, non pas à bon port, mais…au chavirement. »

2011, était l’heure « d’arrêter la liste des Républiques « Gondwanaises », de suspendre le décompte des années perdues…. ».

2011, (est) un tournant pour le Niger : dans notre cher pays où « tout le monde se connaît ». Il n’y en a qu’un qui se soit détaché du lot, qui rassure et qui peut encore représenter l’espoir d’un Niger capable de rebondir et d’emprunter la rampe du progrès. Mahamadou Issoufou, …

«Homme de principe, Mahamadou Issoufou est aussi réputé être un homme de parole. Tous ceux qui l’ont côtoyé savent qu’il n’a jamais renié un engagement. L’histoire récente du Niger, ….a montré que c’est souvent lui, Issoufou, qui est trahi... »

«  Beaucoup de Nigériens, fatigués de promesses de bien-être non tenues, …de ceux qu’ils ont naguère contribué à porter au pouvoir, sans en voir d’autre effet que la misère, l’injustice, l’insécurité ou tout simplement l’indifférence, ..tous ces Nigériens vivent depuis trois ans une gouvernance responsable. »

« ..Grâce à l’Initiative 3 N, l’autosuffisance alimentaire – par où commence la dignité nationale – est une réalité » ;

« Le Niger,….a exigé et obtenu une juste rétribution de l’exploitation de son uranium. »

« Les populations rurales, principales bénéficiaires des services sociaux de base, s’étonnent chaque jour de se voir dotées en quelques mois d’écoles, de dispensaires et d’adductions d’eau potable souvent attendues depuis quarante ans. …et « rompu avec la faim, la soif et l’indifférence des dirigeants qui ont été leur lot quotidien pendant des décennies.. ».

Question : que retenir de ce portrait de l’Homme de Parole ?

Nous retenons que :

Le Niger a vécu sous  des Républiques « Gondwanaises » dirigés par les « Pères Fondateurs »  Saibou, Ousmane, Baré, Tanja des 2è, 3è, 4è, 5è, 6ème Républiques de 1991 à  2010 qui ont été « des années perdues »….Pour ceux qui ne le sauraient pas, la très très démocratique République du Gondwana, imaginée par notre compatriote chroniqueur Mamane de Rfi, est un pays d'Afrique ou d'ailleurs où tout va mal, livrée à l’injustice, l’arbitraire, la corruption, le manque de démocratie, la mauvaise gouvernance, le délestage, etc….. Ce pays imaginaire est dirigé par un Président-Fondateur, son dirigeant à vie, qui ne pense qu’à conserver son pouvoir à tout prix, adepte des élections-surprise qui tombent "comme la pluie",  qui n’aime pas des rassemblements de plus d’une personne etc…. 

Que le Général Ali Saibou, le Premier Ministre Cheiffou Amadou, le Président Mahamane Ousmane, Souley Abdoulaye, le Général Ibrahim Mainassara BARE, Tanja Mamadou, Hama Amadou, Seyni Oumarou et Gamatié « qui ont eu le privilège de conduire la barque Niger »

Ils nous ont tous« roulés dans la farine » et fait perdre notre temps et « n’ont pas toujours eu comme vertu la constance, le courage, loyauté, volontarisme et compétence » et ont conduit le Niger « non à bon port, mais…au chavirement. »;

leur gouvernance du pays n’a eu« pour effet que la misère, l’injustice, l’insécurité ou tout simplement l’indifférence » puisqu’ils n’ont pas pu « doter les populations de dispensaires et d’adductions d’eau potable »et leur faire rompre avec la faim, la soif, et leur indifférence à leurs problèmes ;

avec eux le Niger n’a pas pu« exiger et obtenir une juste rétribution de l’exploitation de son uranium » et n’a pas pu atteindre l’autosuffisance alimentaire. Puisque désormais, avec l’’Homme de parole et son programme 3N, les nigériens mangent tous à leur faim sans faire la manche. La dignité est sauve.

No comment ! Comme disent les Anglais.

Parcourez le portrait de « l’Homme de parole » pour vous faire une idée et vous serez heureux de découvrir que les Nigériens sont comblés.

Hama, un conseil : avec ce portrait de « l’Homme de parole », tu n’as aucune chance, rentre au bercail et va cultiver des choux, des carottes et du « Kopto »(salade locale) à Youri ton village et la République (la vraie, pas la gondwanaise) restera en paix.

D. B Ancien Conseiller du Président Fondateur de la 4ème République Gondwanaise

Zeyna transfert argent bis

Portrait du Président sur le site de la présidence 

http://www.presidence.ne/portrait-du-president#sthash.TIBsUsOv.dpbs

Portrait de l’homme de parole

Mahamadou Issoufou, une ambition pour le Niger

Partout dans le monde, et de tout temps, le rêve de tous les citoyens a été d’avoir à leur tête des dirigeants vertueux. Ce rêve légitime de tous les peuples du monde, les Nigériens l’ont transformé en réalité au début de l’année 2011. En effet, après deux décennies d’expérimentations – sinon d’alchimies - démocratiques, jalonnées de coups d’État militaires et civils, d’agitations sociales en tous genres, de marasme (sinon de recul) économique, de libertés octroyées en dents de scie, d’insécurité au nord, à l’est et à l’ouest, de changements plus souvent douloureux que d’espoirs réalisés, ils ont établi leur bilan, et décidé enfin de confier leur destin aux femmes et aux hommes qui ont montré constance, courage, loyauté, volontarisme et compétence. Toutes vertus qui n’étaient pas les choses les mieux partagées par la plupart de ceux qui, deux décennies durant, avaient eu le privilège de conduire la barque Niger, non pas à bon port, mais…au chavirement.

En 2011, était venue l’heure d’arrêter la liste des Républiques « Gondwanaises », de suspendre le décompte des années perdues et des occasions manquées, de quitter la « Une » infamante des medias internationaux, pour rejoindre le groupe des pays respectés. Ces pays qui font la fierté de leurs peuples, ces pays dont les citoyens vivent en paix et ressentent les bienfaits partagés de la croissance et de la bonne gouvernance, ces pays qui, pour accéder à cet état enviable, se sont d’abord donné de bons dirigeants. Car, tout est lié

2011, un tournant pour le Niger : dans notre cher pays où « tout le monde se connaît », où pendant 20 ans les citoyens ont eu le loisir d’observer à la loupe le comportement de tous les leaders politiques qui prétendent faire leur bonheur, il n’y en a qu’un qui se soit détaché du lot, qui rassure et qui peut encore représenter l’espoir d’un Niger capable de rebondir et d’emprunter la rampe du progrès.

Mahamadou Issoufou, puisqu’il s’agit de lui, est d’abord ce militant « tout court » qui, des années campus aux prétoires officiels en passant par les états-majors des partis politiques, a défendu avec constance et détermination la liberté et la solidarité pour les personnes, la démocratie et la bonne gouvernance pour le pays, et le panafricanisme pour faire contrepoids dans le monde. Cet engagement, il l’a à maintes reprises démontré, en organisant et en conduisant notamment les fronts  de refus chaque fois que la démocratie a été remise en cause au Niger. Mais aussi, en tissant à l’extérieur de solides relations avec des mouvements politiques et des gouvernements dont l’expérience et l’amitié seront le moment venu précieux pour le Niger.

Homme de principe, Mahamadou Issoufou est aussi réputé être un homme de parole. Tous ceux qui l’ont côtoyé savent qu’il n’a jamais renié un engagement. L’histoire récente du Niger, en particulier à l’occasion d’accords préélectoraux, a montré que c’est souvent lui, Issoufou, qui est trahi. Il en a parfois payé le prix cher, en ayant souvent raté la magistrature suprême du fait d’avoir cru que les valeurs morales qu’il prône sont partagées par tous. Mais il n’en a pas fait un drame, convaincu qu’il est que de toute façon, un fort consensus est à bâtir au sein de la classe politique. À l’époque, « le candidat du PNDS a souvent trop donné de sa confiance, estime un politologue, et celle-ci a été souvent trahie. Mais cela est mieux que de ne pas faire confiance. Chaque fois qu’il y a eu des problèmes à la fin, il a préféré en tirer des leçons utiles pour l’avenir, ce qui conforte davantage sa position actuellement. À coup sûr, il jouera le premier rôle aux prochaines élections ». Il est effectivement élu le 31 janvier 2011. Et depuis, il exécute son contrat avec le peuple nigérien, qui le connaît d’ailleurs très bien.

Depuis la Conférence nationale souveraine de 1991 en effet, son visage, sa silhouette et ses prises de parole, alternant pondération et passion, faisaient partie de notre vie, tant il était présent, en tournée dans les villages, en meeting dans les centres urbains, ou en réunion avec ses pairs pour booster l’unité des forces progressistes. En 2011, c’est donc un homme de 59 ans, mûr, aguerri, qui était porté au pouvoir par les Nigériens, sous la bannière du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme, qu’il a cofondé en décembre 1990, et qui depuis cette date lui a renouvelé régulièrement sa confiance. Et pour cause : malgré toutes les turbulences connues par la vie démocratique du Niger, Mahamadou Issoufou a toujours su montrer à ses camarades le chemin de l’honneur et de la dignité. Raison pour laquelle ce parti est le seul qui soit resté entier, et en progrès constants dans les joutes électorales, grâce à sa discipline et au sérieux de ses militants et de ses dirigeants. Le Vice-président du parti de l’époque Bazoum Mohamed –depuis il est devenu Président- le rappelait, les atouts principaux du PNDS-Tarayya sont « la qualité rare de l’engagement de ses militants d’une part et les qualités exceptionnelles de l’homme que nous avons porté à sa tête d’autre part ».

Et en effet, en 20 ans de présence sur l’échiquier politique, Mahamadou Issoufou et ses camarades ont montré aux Nigériens que la démocratie et la liberté se conquièrent par le courage et  l’abnégation, que le peuple reste unique souverain, et que la politique a besoin, pour donner des résultats économiques, d’une morale et de compétences. Un ancien membre de l’opposition actuelle a tenu publiquement ces propos : « Issoufou a un fort caractère, et il est un cadre technique de très haut niveau. Son patriotisme et son sens de responsabilité sont indéniables, et tout à fait admirables. J’ai dit à mes anciens camarades : nous ne pouvons continuer de fermer les yeux sur cette vérité - là ».

Comme ce concitoyen, beaucoup de Nigériens, fatigués de promesses de bien-être non tenues, lassés par les discours creux et les tours de passe-passe de ceux qu’ils ont naguère contribué à porter au pouvoir, sans en voir d’autre effet que la misère, l’injustice, l’insécurité ou tout simplement l’indifférence, - tous ces Nigériens vivent depuis trois ans une gouvernance responsable.

Depuis que « le Lion » (Issoufou Mahamadou est surnommé « Zaki » par ses fans) a débarqué au Palais, les résultats sont là, visibles : au plan économique, grâce à l’Initiative 3 N, l’autosuffisance alimentaire – par où commence la dignité nationale – est une réalité ; le projet Kandadji est en train de sortir de terre ; la capitale se transforme progressivement avec le Programme Niamey Nyala, pour devenir à terme une plaque tournante des événements régionaux et offrir aux investisseurs un cadre serein de travail ; des routes sont en construction ou en réhabilitation dans toutes les régions ; la boucle ferroviaire pointe enfin son nez sur notre territoire ; et le Niger, devenu pays pétrolier depuis un an et demi, a exigé et obtenu une juste rétribution de l’exploitation de son uranium.

Au plan politique, l’ensemble des institutions de la République ont été mises en place et fonctionnent normalement ; les Nigériens vivent dans la paix et la tranquillité, malgré un environnement régional plutôt marqué par des troubles aux frontières, que le leadership du Président Issoufou a d’ailleurs fortement contribué à contenir.

Au plan social enfin, chacun a pu observer les efforts fournis dans les domaines de l’éducation, de la santé et de l’emploi. Les populations rurales, principales bénéficiaires des services sociaux de base, s’étonnent chaque jour de se voir dotées en quelques mois d’écoles, de dispensaires et d’adductions d’eau potable souvent attendues depuis quarante ans. Plus que toutes autres personnes ou structures tentant de minimiser l’œuvre accomplie depuis trois ans, ce sont ces populations-là qu’il faut écouter. Ayant rompu avec la faim, la soif et l’indifférence des dirigeants qui ont été leur lot quotidien pendant des décennies, ce sont elles qui, par leurs témoignages, rassurent Issoufou Mahamadou dans la justesse de son action.

 

Alhassane GARBA

«Le silence devient un péché lorsqu’il prend la place qui revient à la protestation; et, d’un homme, il en fait un lâche», Abraham Lincoln.

Suite à votre élection à la magistrature suprême, beaucoup des Nigériens soutenaient que les électeurs  avaient davantage sanctionné le régime précédent.

Hackaton

Nita mai2020

promo canal mars

Top de la semaine

Publier le 01/06/2020, 21:33
covid-19-0-cas-et-un-deces-enregistres-ce-lundi-1er-juin-2020 Selon le point de situation du ministère de la Santé publique de ce lundi 1er juin, aucun cas ...Lire plus...
Publier le 01/06/2020, 18:06
justice-le-saman-revient-a-la-charge-et-accuse-le-ministre-marou-de-banaliser-le-pouvoir-judiciaire Le bras de fer, par joutes épistolaires interposées, continue entre le Syndicat autonome des...Lire plus...
Publier le 01/06/2020, 16:06
ecoutes-telephoniques-apres-ses-propos-polemiques-a-l-assemblee-le-ministre-marou-amadou-tente-de-se-raviser Le ministre de la Justice Marou Amadou est revenu sur ses déclarations du samedi 30 mai à l’Assemblée...Lire plus...
Publier le 01/06/2020, 15:59
tahoua-au-moins-cinq-5-morts-et-des-infrastructures-etatiques-incendiees-a-intikane-tillia Des individus armés non identifiés aux guidons de plusieurs motos ont attaqué aux environs de 18...Lire plus...
Publier le 01/06/2020, 12:51
burkina-des-attaques-terroristes-font-plus-de-50-morts-en-48-heures Le Burkina a enregistré, le vendredi 29 et samedi 30 mai, une série d’attaques qui ont fait plus de 50...Lire plus...
Publier le 30/05/2020, 19:03
diplomatie-les-raisons-de-la-fermeture-de-l-ambassade-du-benin-au-niger L’ambassade du Bénin au Niger fermera définitivement ses portes le 31 juillet prochain. Une décision...
Publier le 28/05/2020, 21:54
niger-l-enigmatique-audit-du-ministere-de-la-defense-nationale-par-abdoulahi-attayoub Au terme de son second mandat, le président Mahamadou Issoufou fait face à un scandale financier qui...
Publier le 30/05/2020, 14:53
prise-en-charge-des-malades-du-covid-19-le-niger-maintient-le-traitement-a-base-de-chloroquine-associee-a-l-azithromycine A l’opposé des recommandations de l’OMS qui a, en début de semaine, préconisé la suspension de...
Publier le 01/06/2020, 16:06
ecoutes-telephoniques-apres-ses-propos-polemiques-a-l-assemblee-le-ministre-marou-amadou-tente-de-se-raviser Le ministre de la Justice Marou Amadou est revenu sur ses déclarations du samedi 30 mai à l’Assemblée...
Publier le 26/05/2020, 23:40
covid-19-retour-presque-a-la-normale-dans-l-administration-et-les-services-publics Depuis le lundi 25 mai, c’est le retour à la normale dans les administrations et services publics....
Publier le 30/05/2020, 19:03
diplomatie-les-raisons-de-la-fermeture-de-l-ambassade-du-benin-au-niger L’ambassade du Bénin au Niger fermera définitivement ses portes le 31 juillet prochain. Une décision...
Publier le 29/05/2020, 19:28
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-29-mai-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour,  vendredi 29 mai 2020, dans la salle...
Publier le 28/05/2020, 21:54
niger-l-enigmatique-audit-du-ministere-de-la-defense-nationale-par-abdoulahi-attayoub Au terme de son second mandat, le président Mahamadou Issoufou fait face à un scandale financier qui...
Publier le 26/05/2020, 23:35
covid-19-au-niger-environ-une-personne-atteinte-sur-5-est-un-agent-de-sante-et-1-cas-sur-10-est-un-eleve-ou-etudiant Dans son dernier rapport hebdomadaire de la situation sur la gestion de la pandémie du Covid-19 du 25...
Publier le 29/05/2020, 14:48
assemblee-nationale-adoption-du-projet-de-loi-sur-l-interception-de-certaines-communications-emises-par-voie-electronique-au-niger En l’absence des députés de l’opposition, les députés de la majorité parlementaire viennent d’adopter...

Dans la même Rubrique

Dans la lutte contre le terrorisme, le G5 Sahel et la Coalition pour le Sahel doivent intégrer et impliquer plus les citoyens et les communautés du sahel (Par Dr ANASSER AG RHISSA)

30 mai 2020
Dans la lutte contre le terrorisme, le G5 Sahel et la Coalition pour le Sahel doivent intégrer et impliquer plus les citoyens et les communautés du sahel (Par Dr ANASSER AG RHISSA)

Je suis Dr Anasser Ag Rhissa, Président de l’ONG Tilwat International, ressortissant de la zone sahel, qui avait proposé, aux chefs d’états de la zone sahel et à leurs partenaires,...

Niger : l’énigmatique audit du Ministère de la Défense nationale (Par Abdoulahi ATTAYOUB)

28 mai 2020
Niger : l’énigmatique audit du Ministère de la Défense nationale (Par Abdoulahi ATTAYOUB)

Au terme de son second mandat, le président Mahamadou Issoufou fait face à un scandale financier qui risquerait de ruiner définitivement ses espoirs de laisser un bilan honorable de son...

Mon hommage à Abdel Kader Cissé Petit-frère, ami et complice de 40 ans (Par Djibril Baré)

28 mai 2020
Mon hommage à Abdel Kader Cissé Petit-frère, ami et complice de 40 ans (Par Djibril Baré)

22 Avril 1967 – 21 Mai 2020, Kader, ton père l’Inspecteur d’Etat Mahamadou Aldiouma Cissé qui, de son vivant, n’avait jamais rien fait au hasard, t’a choisi un nom des plus...

LE RETOUR A L’ECOLE FACE AU COVID-19 (Par Moustapha Liman Tinguiri)

20 mai 2020
LE RETOUR A L’ECOLE FACE AU COVID-19 (Par Moustapha Liman Tinguiri)

La pandémie la plus médiatisée de tous les temps, le Coronavirus ou COVID-19, qui est d’ailleurs très loin d’être la plus meurtrière, a développé une peur, une angoisse exagérée dans...

L’Occident n’a pas dit son dernier mot (Par Gado Alzouma)

20 mai 2020
L’Occident n’a pas dit son dernier mot (Par Gado Alzouma)

« Laisse-moi tranquille avec ton Orient. L’Occident n’a pas dit son dernier mot. Crois-tu que j’abdique, moi ? J’en ai encore pour des siècles. » Romain Rolland, Jean-Christophe. Comme à chaque fois qu’une...

Au Sahel, ne passons pas des bruits qui courent aux mots qui tuent !

13 mai 2020
Au Sahel, ne passons pas des bruits qui courent aux mots qui tuent !

Depuis fin 2019, le Sahel fait face à une recrudescence du terrorisme. L’ancrage de ce fléau dans le paysage a conduit à augmenter la présence de forces étrangères déployées dans...