jeudi, 02 juillet 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Adamou Bachirou costume

La colère légitime suscitée au sein de l’opinion, par les récents rapports (puisqu’il en existe désormais deux versions) d’inspection au ministère de la défense, mettant en lumière un vaste réseau de détournement de fonds destinés à équiper l’armée, n’a pas semblé, ne serait-ce par humilité, freiner l’élan d’une certaine élite bonimenteuse, constituée en « syndicat de défense du régime », en sommant ceux d’entre nous qui s’indignent, de se départir.

La preuve a été administrée hier soir, par un éditorial de la télévision nationale, spécialement commandé pour la circonstance, dans le but, permettez-moi l’expression, de « noyer le poisson », et faire passer pour des pernicieux, tous ceux des Nigériens qui s’en offusquent. Ils poussent l’outrecuidance jusqu’à menacer ceux qui oseront s’intéresser de près à cette affaire, de poursuites.

Qu’à cela ne tienne ! Le sombre tableau sur la corruption et le scandale sous la Septième République ne changera pas de couleur. Car, durant la décennie qui l’a caractérisé, le régime de la Septième République a été marqué bien souvent par une collusion entre l’argent et la politique comme on peut le constater dans les différents rapports de la Haute autorité à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HALCIA), dans les différentes dossiers enregistrés au pôle économique et financier du tribunal de grande instance hors classe de Niamey et dans les différents scandales financiers rapportés par la presse.

C’est un constat factuel, la multiplication et l’ampleur des révélations concernant des affaires de corruption ont profondément terni l’image de ce régime. Et, quand ces affaires touchent des ministres, des institutions aussi importantes que l’armée, la justice, l’éducation, on est en droit de se demander si l’heure n’est pas venue de réhabiliter la fonction politique.

Dans La démocratie en Amérique[1], Alexis Tocqueville désigne d’une manière prophétique, il faut bien l’admettre, deux types de régimes : aristocratiques et démocratiques. Il relève avec précision que : « Dans les gouvernements aristocratiques, les hommes qui arrivent aux affaires sont des gens riches qui ne désirent que du pouvoir. Dans les démocraties, les hommes d’État sont pauvres et ont leur fortune à faire. Il s’ensuit que dans les États aristocratiques, les gouvernants sont peu accessibles à la corruption et n’ont qu’un goût très modéré pour l’argent, tandis que le contraire arrive chez les peuples démocratiques[2]. »

Dans le contexte nigérien, on peut précisément rattacher ce constat aux deux types de régime qui ont caractérisé la gestion du pouvoir : les régimes d’exception et les régimes démocratiques. Là également, le constat est le même, il occulte la corruption des hommes dans les régimes d’exception et accable la démocratie. Au Niger, cette dernière a favorisé la corruption des élites, c’est-à-dire la grande corruption qui se manifeste au sommet. C’est d’autant plus vrai que la forte corruption des élites a été observée peu de temps après l’instauration du régime démocratique.

Il faut donc arrêter cette fourberie et reconnaître une fois pour toute que la corruption est chronique et pathogène dans le système politique et institutionnel de ce pays.

Il faut cesser de présenter ce régime comme  un système providentiel, alors que, de très loin, l’aspect dominant de son fonctionnement s’appuie sur des stéréotypes, corrodé par un clanisme congénital.

L’État est approprié par une camarilla d’aventuriers savants et privatisé de sorte que, chaque titulaire d’une parcelle d’autorité publique l’accapare à son profit et à celui de son réseau[3]. La fonction prédatrice des ressources étatiques, poussée par les besoins de constituer des rentes perpétuelles, est devenue  leur modus operandi.

Les marchés publics, les entreprises et offices d’État, les aides extérieures, ont constitué une manne pour lubrifier un système patrimonial confortant la légitimation des élites au pouvoir[4]. La fortune, au lieu d’être un objet de blâme est l’attribut du vrai chef. Elle doit donc être visible pour devenir une vertu politique. Il serait, par conséquent inadéquat d’opposer à la corruption le sentiment de « honte » qu’elle ferait naître chez ses pratiquants. Il ne peut pas y avoir condamnation de la part de ceux qui bénéficient des retombées, sauf s’ils pensent que d’autres sont mieux servis[5].

L’idée même d’un audit général est, à leurs yeux,  impensable, car à l’évidence, ces nouveaux riches entendent utiliser ce patrimoine pour entretenir le premier cercle afin de s’assurer de disposer de l’influence et de la légitimité nécessaires à leur élection ou, pour les laudateurs,  à l’élection du candidat dont ils sont assurés qu’il leur permettra de maintenir à plein régime, un système savamment organisé, qui leur garantira les rentes de l’Etat.

Toute leur stratégie procède d’une logique d’assombrissement afin de freiner la mise en œuvre des programmes d’assainissement et d’en atténuer leurs effets. Pour cela, ils utilisent toute la mécanique institutionnelle leur servant de rempart. Celle-ci procède d’abord, d’un bilan élogieux du programme politique du président, de l’encensement de sa personne et de la glorification de son être. Puis, on rappelle les scandales qui ont eu lieu sous d’autres régimes passés pour légitimer et excuser la forfaiture. Ensuite, on trouve le moyen de discréditer toute forme d’opposition et enfin vient le déchainement médiatique dans la presse écrite et sur les réseaux sociaux pour contrer les éventuels débats publics. 

La corruption, remplie dans notre pays, et particulièrement dans ce régime, une fonction utile, notamment dans le cercle du Président, là où l’argent et le pouvoir convergent. A commencer par son domicile, où sont gérées des organisations budgétivores qui échappent à tout contrôle. Ces fondations de bienfaisance des premières dames dont le mode de financement demeure un mystère et leurs comptabilités intrinsèquement occultes. Puis, le cabinet présidentiel, le lieu de toutes les décisions et où les visiteurs charitables y sont reçus et célébrés en grande pompe. Le centre névralgique du pouvoir, où la camarilla qui détient le gouvernail, est impliquée dans tous les scandales. Ce n’est pas étonnant qu’elle soit défavorable à un audit général et hystérique à l’idée d’une enquête judiciaire de l’audit déjà diligenté au ministère de la défense. C’est pourquoi, elle s’arc-boute sur la solution politique, en proposant ce qu’il convient d’appeler désormais l’opération « remboursement contre blanchiment ».

Et, dans leur logique, comme le constate très justement Pierre Jacquemont, « s’enrichir, même de manière illicite, n’est pas perçu comme un mal en soi, en revanche s’enrichir sans partager est considéré comme contraire à l’éthique. Pire, celui qui n’aura pas su saisir l’occasion lorsqu’elle s’est présentée sera suspecté d’avoir “mangé tout seul“  ».

Le régime actuel illustre parfaitement cette situation. Et comme, le Chef de l’Etat est réputé pour ne pas « manger tout-seul », que dis-je, pour sa grande générosité, la peur qu’un autre régime moins généreux accède au pouvoir devient terrifiante, comme l’expliquait, au cours d’une réunion publique, un gouverneur de région, cadre du parti au pouvoir, qu’ils sont prêts à tout pour conserver le pouvoir.

L’impunité doit être combattue. Nous sommes tous unanimes sur la question. Mais, ce combat devient difficile quand celui qui doit réprimer un cas de détournement de fonds publics se révèle en être l’un de ses bénéficiaires. Dans un système où la malversation existe à une certaine échelle, jusqu’où aller en matière de sanction ? Voilà les questions existentielles qui se posent à ce régime et qui l’empêche de lutter contre le fléau que constitue le détournement des deniers publics.

L’absence de volonté politique est si évidente que la rhétorique de la lutte contre la corruption et l’impunité est définie par une  doctrine qui leur est propre. C’est pour eux, la manière commode de se débarrasser d’adversaires gênants, davantage que comme manifestant une sincère volonté de modifier le système.

Quoi qu’il en soit, il faut bien admettre que les valeurs fondamentales de la démocratie, imprégnées de transparence et de justice sociales ne sont plus aujourd’hui, ce qu’elles étaient hier. C’est cet effondrement de valeurs qui nourrit la méfiance endémique à l’égard du régime et qui explique qu’on ne fait plus confiance « au président et aux ministres » comme le relevait très justement le ministre de la justice devant le parlement à l’occasion des débats sur le projet de loi portant interception des communications émises par voie électronique.

Bachirou AMADOU ADAMOU,

Docteur en droit public.

[1] TOCQUEVILLE A. (de), De la démocratie en Amérique, Paris, Union Général d’Editions, 1963 ( 1835).

[2] Ibid., p. 131.

[3] Voir sur ce sujet Jacquemot, Pierre. « Comprendre la corruption des élites en Afrique subsaharienne », Revue internationale et stratégique, vol. 85, no. 1, 2012, pp. 125-130.

[4] Ibid.

[5] Ibid., voir également Gérard Blondo et Jean-Pierre Olivier de Sardan, État et corruption en Afrique. Une anthropologie comparative des relations entre fonctionnaires et usagers (Bénin, Niger, Sénégal), Paris, Karthala, 2007.

«Avertissement : Les opinions exprimées sont propres à l’auteur qui en assume la pleine portée »

 

Commentaires  

+8 #1 Madou 05-06-2020 16:46
Merci Monsieur Bachirou très belle analyse.
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #2 Moujia 06-06-2020 15:09
Monsieur Adama, tu as touche la principale cause du notre mallheur des Nigeriens. Malheureusement le regime actuel est tres allergique aux critiques. Tout ceux qui tentent de precher la vertue sont menaces et jeter en prison. Le vrai probleme c'est que le PNDS se voit deja gagant des prochaines elections. C'est pourquoi des mesures dictatiriales sont en train d'etre votees a l'assemblee pour museler le peuple. Beaucoup de personnes ne sont pas consciente de la descente aux enfers du Niger bien causee par ce regime. Mais rien d'etonnant on est dans le dernier pays de la planete. Il est temps d'eveiller la conscience du peuple sur la tromperie, la demagogie, la corruption, le nepostisme et l'injustice qui caracterise ce regime. Le peuple doit s'unir pour barrer la route au PNDS aux prochaine election. La strategie de ce regime c'est d'endormir la conscience du peuple avec des eloges a la tele et sur les reseaux sociaux tout en menacant tous qui ceux tentent de donner leur point de vue sur leur gestion chaotique. En resume, l'avenir de ce pays est vraiment incertain a l'allure ou vont les choses.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #3 Intarou 06-06-2020 15:23
Les nigériens vont s'assumer au moment opportun. Seule la vérité est durable.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #4 Sani Ali 06-06-2020 17:22
Nos intellectuels nous ont trahis!
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #5 Issa 06-06-2020 17:42
Je suis parfaitement d’accord avec cette analyse.
Il faut reconnaitre que le président a été courageux de diligenter un tel audit. Il est rare en Afrique subsaharien d’auditer le ministère de la défense. Je ne dit le président Issoufou a été clean tout au long de son régime, mais la il faut le féliciter. La corruption et le détournement des deniers est devenu comme une culture et une motivation pour la conquête du pouvoir. C’est cette culture qu’il faut combattre par des propositions stratégiques pour espérer une transformation de notre société. Et c’est le moment opportun pour tirer le dividende démographique en orientation cette jeunesse montante vers une culture démocratique qui profite au Niger tout entier. Il ya des bonnes pratiques qu’il faut encourager, et des attitudes déviantes qui faut corriger et sanctionner. L’affaire MEBA a été auditée, mais aucun incriminé n’a été inquiété, certains sont déjà décèdes. Notre espoir que ce dossier du ministère de la défense soit bien traité et que les coupables soient avant la fin du régime de Issoufou.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Easy does it 07-06-2020 13:54
Ce texte est difficile à lire en raison du style syntaxique lourd. L'auteur gagnerait à le faire réviser pour le rendre plus concis (plain language review).

Après la forme, voyons le fond : il est vrai que Mahamadou Issoufou est le chef d'une clique et il ne recule devant aucune ignominie. Une des illustration de leur cupidité est l'attribution d'une pension de retraite dorée à son entourage (golden plate pension plan). Nous savons tous qu'un fonds de retraite se bâtit sur une carrière d'environ 30 ans pendant laquelle l'employé et l'employeur cotisent et les argents sont systématiquement investis. Il y a un seuil minimal de rendement qu'il faudrait atteindre autrement le fonds sera déficitaire. Bref il y a tout un mécanisme qu'il faut mettre en place pour que les futurs retraités puissent espérer toucher des revenus de retraite. D'aucune manière, on ne peut financer les retraites à partir des fonds publics.
Voilà que Mahamadou Issoufou décide de rejeter ce principe en attribuant à sa bande d'amis des pensions à même nos fonds publics. Ce détournement n'a pas d'égal. On parle de milliards de fcfa à perpétuité.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #7 Easy does it - take 2 07-06-2020 14:15
En ce qui concerne le détournement des deniers publics. Mahamadou Issoufou n'est qu'un pur produit de la culture nigérienne qui promeut la "richesse par magie". Les africains incluant les nigériens n'ont aucun sens du travail et de la récompense. Tout le monde veut être milliardaire peu importe le chemin. Les nigériens mentent même pour se proclamer milliardaires alors qu'ils ne le sont pas. Dans cet état d'esprit, l'instinct mercantile qui sommeillait en Mahamadou Issoufou et sa clique s'est subitement réveillé à la vue des nouveaux milliards du Niger.

Regardez sa garde sa garde rapprochée : Hassoumi, Foumakoye, Bazoum. Ce ne sont pas des personnes qui auront de la retenue et de la décence face à l'argent public.

Regardez également leur mode opératoire : la désignation de Bazoum comme candidat. Issoufou lui remettra le pouvoir pour protéger ses arrières. Comme le ridicule ne tue pas. Mahamadou Issoufou voudra le poste de Secretaire Général des Nations Unies après la pire gabegie des finances publiques nigériennes.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #8 nigerien 07-06-2020 20:47
Citation en provenance du commentaire précédent de Issa :
Je suis parfaitement d’accord avec cette analyse.
Il faut reconnaitre que le président a été courageux de diligenter un tel audit. Il est rare en Afrique subsaharien d’auditer le ministère de la défense. Je ne dit le président Issoufou a été clean tout au long de son régime, mais la il faut le féliciter. La corruption et le détournement des deniers est devenu comme une culture et une motivation pour la conquête du pouvoir. C’est cette culture qu’il faut combattre par des propositions stratégiques pour espérer une transformation de notre société. Et c’est le moment opportun pour tirer le dividende démographique en orientation cette jeunesse montante vers une culture démocratique qui profite au Niger tout entier. ... certains sont déjà décèdes. Notre espoir que ce dossier du ministère de la défense soit bien traité et que les coupables soient avant la fin du régime de Issoufou.


Issoufou est le seul et unique responsable de la corruption qui a metastase dans le corps nigerien. La fin de son sinistre reigne mettra a nu la trahison contre le Niger et son peuple dont lui et ses camarades se sont rendus coupables.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 Vendeur de vent 08-06-2020 09:30
Je vous vendrais du vent (jolie immeuble, route, échangeur, ...) et après je ramasserai le sable sur lequel est posé les fondations).
Bilan excellent, en 10 ans on a fait mieux que en 30ans,...
Ce qui veulent dormir, continué à dormir car le vendeur de vent est là pour ventiller votre sommeil si précieux qui riste de s'apparenter à la mort tout court.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

NITA Banniere web 03

Top de la semaine

Publier le 02/07/2020, 08:40
insecurite-liberation-des-humanitaires-enleves-a-bossey-bangou-a-la-frontiere-burkinabe Les neuf (9) humanitaires enlevés le 24 juin dernier à Bossey Bongou, près de Bolsi,  dans le...Lire plus...
Publier le 01/07/2020, 20:57
covid-19-0-nouveau-cas-sur-96-testes-et-0-deces-ce-mercredi-1er-juillet-2020 Ce mercredi 1er  juillet, aucun cas positif n’a été enregistré sur 96 tests réalisés, a annoncé...Lire plus...
Publier le 01/07/2020, 15:56
poste-et-telecoms-219-milliards-de-francs-cfa-et-11-millions-d-abonnes-a-la-telephonie-mobile-pour-les-operateurs-en-2019-arcep Le Niger compte 11 millions d’abonnés à la téléphonie mobile en 2019 avec, pour les opérateurs, un...Lire plus...
Publier le 01/07/2020, 14:26
mali-le-mandat-de-la-minusma-proroge-jusqu-au-30-juin-2021 Le Conseil de sécurité a décidé, lundi 29 juin 2020, de proroger pour un an, le mandat de la Mission...Lire plus...
Publier le 01/07/2020, 13:56
dialogue-politique-a-la-demande-des-non-affilies-une-nouvelle-session-pour-ce-vendredi-3-juillet-2020 A la demande du groupe des partis non-affiliés, le premier ministre et président du Conseil national...Lire plus...
Publier le 27/06/2020, 19:25
renaissance-culturelle-le-gouvernement-veut-mettre-fin-aux-depenses-ostentatoires-lors-des-evenements-sociaux Le gouvernement nigérien a décidé de sévir contre les dépenses ostentatoires lors des événements...
Publier le 28/06/2020, 23:20
presidentielles-l-ancien-chef-de-l-etat-salou-djibo-investi-candidat-du-pjp-doubara L’ancien chef de la junte militaire qui a dirigée le Niger de 2010 à 2011, Salou Djibo, a été investi...
Publier le 29/06/2020, 19:58
reamenagement-technique-du-gouvernement-bazoum-mohamed-laisse-son-maroquin-ministeriel Le Président de la République Mahamadou Issoufou a procédé ce lundi 29 juin 2020, à un léger...
Publier le 30/06/2020, 07:47
g5-sahel-a-nouakchott-les-chefs-d-etat-font-le-point-avec-macron-sur-les-engagements-pris-a-pau La capitale mauritanienne accueille ce mardi 30 juin 2020, un sommet des Chefs d’Etat des 5 pays...
Publier le 27/06/2020, 16:08
tchad-eleve-au-grade-de-marechal-le-president-idriss-deby-distingue-pour-ses-victoires-militaires Les députés tchadiens ont élevé, vendredi 26 juin, le président Idriss Déby Itno au grade honorifique...
Publier le 29/06/2020, 19:58
reamenagement-technique-du-gouvernement-bazoum-mohamed-laisse-son-maroquin-ministeriel Le Président de la République Mahamadou Issoufou a procédé ce lundi 29 juin 2020, à un léger...
Publier le 27/06/2020, 19:25
renaissance-culturelle-le-gouvernement-veut-mettre-fin-aux-depenses-ostentatoires-lors-des-evenements-sociaux Le gouvernement nigérien a décidé de sévir contre les dépenses ostentatoires lors des événements...
Publier le 30/06/2020, 08:15
gouvernement-ce-qu-il-faut-retenir-du-dernier-reamenagement-de-l-equipe-de-brigi-rafini Le Président de la République Issoufou Mahamadou a procédé, lundi 29 juin 2020 dans la soirée, à un...
Publier le 26/06/2020, 19:18
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-26-juin-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 26 juin 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 28/06/2020, 23:20
presidentielles-l-ancien-chef-de-l-etat-salou-djibo-investi-candidat-du-pjp-doubara L’ancien chef de la junte militaire qui a dirigée le Niger de 2010 à 2011, Salou Djibo, a été investi...

Dans la même Rubrique

Pour Dr Anasser Ag Rhissa, pour le Mali, le dialogue est incontournable entre les pro-IBK et les anti-IBK du M5RFP dans le cadre de la médiation

19 juin 2020
Pour Dr Anasser Ag Rhissa, pour le Mali, le dialogue est incontournable entre les pro-IBK et les anti-IBK du M5RFP dans le cadre de la médiation

Compte-tenu des propositions concrètes d’IBK (arrêt de la grève des enseignants (augmentation de leurs salaires de 20 %) en instruisant le Premier Ministre pour le respect de l’article 39, constituer...

Lettre Ouverte au Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) du Niger (Par Bachirou AMADOU ADAMOU)

18 juin 2020
Lettre Ouverte au Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) du Niger (Par Bachirou AMADOU ADAMOU)

  Monsieur le Président, Les élections générales à venir au Niger en 2021 questionnent avant tout les spécialistes du droit constitutionnel ou encore le politiste. Elles ne sont toutefois pas...

Point de vue sur la surfacturation dans les marchés publics (Par Adamou ISSOUFOU)

17 juin 2020
Point de vue sur la surfacturation dans les marchés publics (Par Adamou ISSOUFOU)

La surfacturation est l’un des grands classiques du droit de la commande publique. Elle ne se pratique, généralement, que lorsque la relation commerciale est déjà installée entre le fournisseur et...

Biométrie et vote électronique : Quelle différence ?

6 juin 2020
Biométrie et vote électronique : Quelle différence ?

Introduction Depuis l’avènement de son renouveau démocratique, le Niger a toujours oeuvré pour le renforcement de sa démocratie et de ses institutions démocratiques. Ainsi depuis 1993, des élections générales sont...

VERS LA FIN DU RÈGNE DE LA CORRUPTION ET DE L’IMPUNITÉ ? (Par Bachirou AMADOU)

4 juin 2020
VERS LA FIN DU RÈGNE DE LA CORRUPTION ET DE L’IMPUNITÉ ? (Par Bachirou AMADOU)

La colère légitime suscitée au sein de l’opinion, par les récents rapports (puisqu’il en existe désormais deux versions) d’inspection au ministère de la défense, mettant en lumière un vaste réseau...

Dans la lutte contre le terrorisme, le G5 Sahel et la Coalition pour le Sahel doivent intégrer et impliquer plus les citoyens et les communautés du sahel (Par Dr ANASSER AG RHISSA)

30 mai 2020
Dans la lutte contre le terrorisme, le G5 Sahel et la Coalition pour le Sahel doivent intégrer et impliquer plus les citoyens et les communautés du sahel (Par Dr ANASSER AG RHISSA)

Je suis Dr Anasser Ag Rhissa, Président de l’ONG Tilwat International, ressortissant de la zone sahel, qui avait proposé, aux chefs d’états de la zone sahel et à leurs partenaires,...