mercredi 17 août 2022

3786 lecteurs en ligne -

fraren

Entretien avec un jeune déscolarisé : « J’ai quitté l’école à partir de la classe de 6ème parce que mes parents n’ont pas les moyens… »

Chamsou Amadou

La déscolarisation, phénomène qui touche les jeunes de moins de 16 ans sortis du système scolaire, soit car ils ne sont inscrits dans aucun établissement, soit car ils ont arrêté de fréquenter l'établissement dans lequel ils sont inscrits, soit car ils ont été exclus et n'ont pas encore intégré de nouvel établissement est une réalité qui contribue à rehausser le taux d’analphabétisme, marginalisation sociale et oisiveté.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

La question de la mendicité et ses conséquences a été au centre de la commémoration de la Journée de l’Enfant Africain édition 2022 au Niger dont le thème général est « Élimination des pratiques néfastes affectant les enfants : Progrès sur les politiques et pratiques depuis 2013 ».

Un autre phénomène qui a une même racine que la mendicité à savoir, la pauvreté, le décrochage scolaire constitue un autre recul dans la réalisation des droits des enfants. Au Niger, c’est une frange importante d’enfants qui abandonnent l’école surtout entre le primaire et le secondaire.

Pauvreté, mariages d’enfants, renoncement, apprentissage insuffisant et la manque d’intérêt de certains enfants sont entre autres causes qui sont à la base de l’abandon de l’école au Niger. 

Dans l’entretien accordé à notre jeune reporter Chamsou Amadou, un enfant déscolarisé, a évoqué les raisons qui l’ont conduit dans cette situation et son vœu de renouer d’avec l’école. Entretien.

ActuNiger: A partir de quelle classe tu as abandonné l’école et pourquoi?

Enfant: j’ai quitté l’école à partir de la classe de 6ème, parce que mes parents n’ont pas les moyens. Rien que les frais de COGES, c’est difficile pour moi de les apportés régulièrement. Du coup, ce problème a coïncidé avec un manque d’intérêt de ma part aussi pour l’école. Une fois qu’on me chasse de l’école pour non-paiement des frais du Comité de Gestion des Etablissements Scolaires (COGES), personne ne me demande pourquoi je suis à la maison.

Maintenant que tu ne pars plus à l’école qu’est-ce que tu fais ?   

Pendant la saison sèche, je viens en ville, ici à Niamey pour travailler soit dans les maisons ou dans un restaurant comme ici où  vous m’avez trouvé. L’argent que je gagne, je l’envoie à mes parents pour payer de la nourriture.

Est-ce que tu veux retourner à l’école ?

Bien sûr que oui, sauf que maintenant ça fait trois (3) ans que j’ai abandonné et j’ai 16 ans actuellement et en plus mes parents n’ont pas d’argent pour me payer le privé surtout que dans notre village, ces genres d’écoles n’existent même pas, il y a que le public.

Tu es le seul parmi tes camarades qui travaillent ici qui a quitté les bancs de l’école ?

Non je ne suis pas seul, j’ai des amis du même village que moi, qui sont dans la même situation. Mais eux, ils font des travaux domestiques. Le problème c’est qu’au village, il y a des parents en dehors même de la pauvreté, qui préfèrent envoyer les enfants à l’école coranique. Du coût, dès que l’enfant donne des signes d’un manque d’intérêt pour l’école, personne ne l’oblige à y aller et il finira soit, en ville pour chercher du travail, soit chez un marabout, où il va apprendre le Coran.

Est-ce que tu sais que l’école peut te permettre d’avoir un travail décent contrairement à ce que tu fais aujourd’hui ?

Oui je sais, mais si vous appartenez à une famille qui n’a pas de moyens, ta chance de rester sur le banc de l’école le plus longtemps possible est moindre.

Il y a des gens même qui te disent que l’école c’est une perte de temps surtout pour les jeunes filles. C’est pourquoi, au village elles sont mariées même si elles sont inscrites à l’école.

Interview réalisée par Chamsou Amadou pour actuniger.com

  

 



Commentaires  

-1 #1 Jerry 21-06-2022 09:47
L'Etat doit revoir cette situation : "les frais de COGES", de 2000 à 3000f CFA selon les établissements par élève et chaque année. En milieu rural, cette situation est l'une des principales causes d'abandon de l'école par les élèves. En plus des frais des fournitures, des frais de la tenue d'école, des frais de la tenue d'EPS viennent s'ajouter les frais de COGES. Ainsi plusieurs paysans n'ont pas les moyens de payer tout ça, surtout pour une famille qui a plusieurs élèves. Et pire encore, les frais de COGES difficilement cotisés par les pauvres paysans sont dans la plupart des cas DETOURNES par les responsables des établissements.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 TOTO A DIT 21-06-2022 20:28
:roll: :sigh: :o :o C'EST QUOI ENCORE ....cette trouvaille de paiement des frais du Comité de Gestion des Etablissements Scolaires (COGES), pour RACKETTER les parents d'élèves qui ont déjà du mal à joindre les deux bouts du mois ???

Depuis quand cela a été initié et implémenté ???

TOTO A DIT ne pense pas qu'aucun de ces IRRESPONSABLES au sommet de l'Etati ont eu à payer ces frais de comités quand ils étaient sur les bancs encore moins leurs parents ont eu à payer cette pactole Un terrorise des élèves , à l'exemple de ce jeune , a abandonné l'école faute de moyens.....

C'est ça l'école prônée et vantée par les socialistes transformés en milliardaires , toujours jadis enfants de pauvres issus de milieu défavorisé..... Ils semblent avoir oublié leur passé et expérience...

N'eût été l'école ce vaurien de Charlie ne serait il pas un CHASSEUR D'ÉCUREUILS quelque part dans son DANDADJI.....?

Très poignant et lamentable le témoignage de cet enfant dont L'ÉTAT a failli à son éducation....
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com