samedi 13 août 2022

3525 lecteurs en ligne -

fraren

 DROITS DE LA FEMME : le protocole de Maputo au centre d’un atelier à Niamey

Atelier Droits Femme Niamey protocole Maputo

Le Réseau des femmes leaders pour le développement (RFLD) a organisé du 10 au 11 mai à Niamey, un colloque de lancement du plaidoyer pour la ratification par le Niger du protocole de Maputo sur les droits de la femme. Une trentaine de femmes formée lors de cet atelier dont l’ouverture a été présidé par la vice-présidente de la Commission nationale des droits humains (CNDH), Mme Kako Fatouma, en présence de la maire de la Commune 4 de Niamey.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Dans allocution qu’elle a prononcée à cette occasion, la vice-présidente de la CNDH a rappelé que « au Niger, les femmes représentent plus de la moitié de la population nigérienne, une supériorité statistique traduite par une présence et une implication importante de la gent féminine dans le développement économique, social et politique du pays. En effet, les femmes sont victimes de diverses discriminations liées à des stéréotypes culturels et traditionnels ». Elle a précisé que « Ces inégalités liées au genre prennent parfois des formes graves. Cela se traduit par diverses formes de violence à l'égard des femmes, des pratiques qui empêchent la promotion de l'égalité des genres et constituent des freins à la gent féminine dans la jouissance de ses droits reconnus par beaucoup de nos textes et lois ».

Selon Mme Kako Fatouma, « ce sont toutes ces difficultés, ces insuffisances ou ces vides juridiques qui ont conduit le Réseau des Femmes Leaders pour le Développement à organiser cet atelier de formation dans le cadre d’apporter un nouveau souffle au Protocole de Maputo qui est un instrument juridique international ».

Concernant le protocole proprement dit, la vice-présidente de la CNDH a souligné que « au Niger beaucoup reste à faire pour la prise en compte et l’application des différents textes fondamentaux y afférents ».

Mme Kako Fatouma a expliqué que « Cette thématique de violences basées sur le genre et connexes cadre parfaitement avec les missions de la CNDH qui est une autorité administrative indépendante constitutionnelle prévue par la Constitution du 25 novembre 2010, en son article 44 dans le domaine de la promotion et la protection des droits humains en général et particulier les droits de la femme, des enfants et des personnes vulnérables ».

Elle a rappelé les efforts du Gouvernement dans le domaine à savoir : l’amélioration du maintien dans le système éducatif des filles depuis l’enseignement de base jusqu’ au niveau universitaire ; l’amélioration de l’insertion des filles dans des formations académiques à caractère technique et scientifique ; l’amélioration du taux d’alphabétisation des femmes en vue de renforcer leurs potentialités pour relever les défis socio-économiques ; l’amélioration de la situation juridique des femmes par une effectivité de l’application des instruments juridiques relatifs aux droits des femmes ; l’amélioration de la santé reproductive de la femme ; l’amélioration de la prise en charge et du suivi des femmes infectées par le VIH ainsi que leurs enfants ; la garantie de l’indépendance économique des femmes que cela soit en milieu rural qu’en milieu urbain ; facilitation l’accès au micro-crédit, à la terre, proposition des formations de renforcement en capacité de gestion d’activité économique ; promotion pour la participation des femmes et leur représentativité dans les grandes instances de décision ainsi que leur présence au niveau des postes administratifs ou électifs ; organisation des rencontres d’échange sur les progrès, les obstacles liés à la situation des droits des femmes ; octroi des ressources financières et techniques pour la programmation et la concrétisation des recommandations précitées ; la promotion par la participation effective des femmes et leur représentativité dans les instances de décision aux postes nominatifs et électifs.

Quant à la présidente du RFLD, Mme AGUEH Dossi Sekonnou Gloria, elle a indiqué que « L’objectif général du projet est de disséminer le protocole de Maputo dans toutes les régions du Niger par le plaidoyer ; la participation à travers l’utilisation du protocole de Maputo au Niger. De manière spécifique le projet vise un plaidoyer pour la ratification du protocole de Maputo ». Elle a rappelé que le Niger a signé le protocole de Maputo le 06 juillet 2004.

La présidente du RFLD a souligné que « le protocole à la charte Africaine des Droits de l’homme et des peuples relatifs aux droits des femmes a été adopté afin de palier aux lacunes observées dans la charte quant aux droits des femmes par la deuxième session ordinaire de la conférence de l’union Africaine à Maputo (Mozambique) le 11 juillet 2003 ».

Elle a souligné que « Ce protocole stipule que les droits des femmes sont reconnus et garantis par tous les instruments internationaux relatifs aux de l’homme. Il s’agit de : droit à la participation au processus politique et à la prise de décision ; droit à la paix ; protection des femmes dans les conflits armés ; droit à l’éducation et à la formation ; droit économique et à la protection sociale ; droit à la santé et au contrôle des fonctions de reproduction ; droit à la sécurité alimentaire ; droit à un habitat adéquat ; droit de la veuve, droit de succession ; protection spéciale des femmes âgées et des femmes handicapées etc…

Elle a enfin remercié les partenaires l’Agence Suédoise de Coopération Internationale pour le Développement (SIDA) à travers Equality Now et SOAWR pour leur soutien technique et financier dans la mise en œuvre de ce projet.

La maire de la Commune 4 de Niamey, Mme Fouta Mariama s’est réjouie du choix porté sur la capitale Niamey pour abriter ce séminaire de formation.

Garé Amadou



Commentaires  

0 #1 Way to 13-05-2022 12:58
Protocole voué à l'échec !!!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 KZ 13-05-2022 17:21
HUM
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com