dimanche, 20 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


lemaireIssoufou

En marge de la rencontre des ministres des Finances de la Zone Franc de ce jeudi 26 mars à Niamey, le ministre français de l’Economie et des finances s’est entretenu avec le président nigérien. Selon Bruno Le Maire, il a évoqué avec Issoufou Mahamadou la réforme du franc CFA à laquelle la France est ouverte. C’est aux Etats membres toutefois de décider selon le ministre français. En pleine polémique sur la question, l’opinion y perçoit comme un camouflet à la monnaie unique de la CEDEAO que promet Le président Issoufou pour 2020.

Zeyna transfert argent bis

Il fallait s’y attendre à ce que la polémique toujours persistante sur le franc CFA, s’invite à la première rencontre semestrielle de l’année des ministres des Finances des pays membres de la Zone Franc. Réunis à Niamey ce jeudi 28 mars, les ministres des 14 pays membres (UEMOA, CEMAC et Comores) ainsi que leur homologue français Bruno Le Maire, ont pourtant soigneusement évité le débat durant la journée de travail qui a été consacrée à l’examen et les échanges sur « le développement économique des pays de la zone et la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme ». Dans le communiqué final ayant sanctionné la réunion, les ministres des Finances, les présidents des institutions régionales et les gouverneurs des banques centrales de l’espace monétaire ont tenu à réaffirmer, « l’importance des mécanismes et institutions de la Zone franc pour la stabilité et le développement des économies de la Zone ». Ils ont aussi « réitéré leur volonté de continuer à faire de la Zone franc un espace de coordination active des politiques publiques, en lien avec les principaux bailleurs et institutions ».

A l’évidence donc, les Etats membres continuent à maintenir fermement leur confiance à la monnaie commune. Aux antipodes du sentiment ambiant qui prédomine et qui attise une vive polémique au sein d’une opinion majoritairement hostile au franc CFA. A tort ou à raison, le débat est loin d’être tranché,  cette monnaie commune que vante les dirigeants est vue par l’opinion comme l’un des derniers vestiges de la colonisation française et un frein à la pleine souveraineté économique et donc au développement des pays de la Zone Franc.

Issoufou et Le Maire parlent du Franc CFA

Du franc CFA, il a été pourtant bel et bien question à Niamey. En marge du conclave de la Zone Franc, le ministre français de l’Economie et des finances s’est entretenu avec le chef de l’Etat nigérien au Palais de la Présidence. Selon les déclarations de Bruno Le Maire, interrogé par les journalistes à l’issue de son audience avec le président Issoufou, ils ont évoqué ensemble la question de la réforme du franc CFA.  « Les ministres des finances de la zone franc sont satisfaits de leur zone. Tous réaffirment leur attachement à cette zone Franc en disant des choses très simples, c’est un moyen de la stabilité, de lutter contre l’inflation. La zone Franc garantit de la stabilité, elle permet un développement économique dans les meilleures conditions possibles », a rapporté le grand argentier français,  qui a ajouté avoir aussi abordé la question de la réforme du franc CFA avec le chef de l’Etat nigérien. « Je lui ai dit que c’était aux pays membres de nous faire des propositions, et que c’est eux qui décideraient. Nous sommes totalement ouverts à une réforme en profondeur de la Zone Franc, mais c’est aux Etats membres de faire des propositions, et c’est à eux aussi de décider », a fait savoir le ministre français.

Ce n’est pas la première fois qu’un haut responsable politique français renvoie la question de la décision de la réforme du franc CFA à la décision des dirigeants africains. On se rappelle que quelques semaines avant de passer le témoin à Emmanuel Macron, l’ancien président français François Hollande avait déjà fait des déclarations similaires en renvoyant la balle dans le camp des Etats membres de la zone. En clair, c’est à eux qu’incombe la décision de réformer ou de rompre avec le trésor français.  Cette fois et pour de nouvelles raisons, les déclarations du ministre Bruno Le Maire ont encore enflammé la toile, actualisant ce qui prend l’allure d’un éternel débat mais qui cristallise régulièrement l’actualité africaine.

En attendant la monnaie unique de la CEDEAO

La levée des boucliers par des critiques des plus acerbes qui s’est aussitôt répandue sur les réseaux sociaux, ravivant de plus belle la polémique sur le franc CFA. Le fait que c’est à Niamey, chez et avec le président Issoufou Mahamadou, leader de la task force de la CEDEAO pour la monnaie unique, que le défi a été lancé, en a certainement beaucoup amplifié l’écho. Tant dans le communiqué final dans lequel sont co-signés et consignés les grandes décisions des Etats membres, que dans les échanges entre le président Issoufou Mahamadou avec Bruno Le Maire ; il n’a été nullement ou presque question de cette monnaie unique de l’Afrique de l’Ouest. Au sortir de la rencontre de Niamey, les Etats membres de la Zone franc se sont même engagés à « œuvrer pour le développement de la Zone franc et de mettre en œuvre des politiques économiques soutenables axées sur la diversification économique et le renforcement de la mobilisation des ressources domestiques ». C’est écrit et lu dans le communiqué final, et c’est pourtant le chef de l’Etat nigérien qui s’active pour la création de la monnaie unique de la CEDEAO, dont il a annoncé à maintes reprises l’avènement pour 2020. Lors de l’ouverture officielle, c’est-à-dire somme toute protocolaire, de la réunion des ministres de la Zone Franc, le premier ministre Brigi Rafini avait d’ailleurs rappelé et salué, « les efforts inlassables que déploie le Président de la République Issoufou Mahamadou en étroite relation avec ses pairs pour l’intégration économique et financière de l’Afrique à travers notamment la Task Force présidentielle pour l’avènement de la monnaie unique de la CEDEAO et de la Zone de libre échange continentale, la ZLECAF ». Il est vrai qu’auparavant, le chef du gouvernement nigérien s’était plutôt félicité de « l’engagement et l’attachement » des pays membres de la Zone Franc, « à la bonne marche de notre coopération monétaire qui demeure un facteur de stabilité et de bonne gestion macroéconomique de nos économies ».

A deux ans de l’échéance sur laquelle s’est engagé le président Issoufou Mahamadou, qui il est vrai doit faire avec plusieurs réticences afin de converger les ambitions des uns et des autres, les signaux envoyés de Niamey sont de nature à assombrir davantage l’horizon de 2020. Celle-ci pourrait n’avoir jamais aussi bien collée à sa définition telle qu’enseignée à l’école primaire : une ligne imaginaire qui s’éloigne au fur et à mesure qu’on s’approche. Dans la capitale nigérienne plus que partout ailleurs, le rendez-vous de Niamey a été en tout cas perçu comme « le cheveu dans la soupe ». Il en est sorti des décisions et des déclarations aux antipodes de ce qu’attendaient les jeunes nigériens et au-delà africains. Comme l’ont d’ailleurs parfaitement montré, les étudiants de l’Université Abdou Moumouni de Niamey qui ont massivement répondu présent, le samedi 23 février sur le campus, à la gigantesque manifestation « anti CFA » animée par un certain Kemi Séba dans son fameux « procès de la Françafrique ». Quoique l’on puisse dire, le très controversé activiste et chantre autoproclamé de « la nouvelle lutte impérialiste », aura encore et à nouveau du grain à moudre avec ces nouvelles déclarations sur « les vertus » du franc CFA. Le vrai débat reste certes et toujours ouvert, même si à Niamey, les autorités françaises ont une nouvelle fois mis au défi, pour ne pas dire dos au mur, les dirigeants africains de qui l’opinion attend désormais la riposte. Ou pas… !

A.Y.Barma (Actuniger.com)  

 

Commentaires  

0 #1 ipsdb 29-03-2019 06:34
du n'importe quoi,lutte contre le blanchissement et le financement du terrorisme...
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #2 DIYANFO 29-03-2019 08:25
Ceux qui soutiennent que Hassoumi a été limogé parce qu'il a osé parler du FCFA ont maintenant eu tort. Nous le savons et les Français aussi le savent le FCFA n'a jamais été un frein au développement c'est plutôt la corruption dans nos Etats. Jamais la France n'a demandé qu'un dirigeant africain soit déchu pour détournement des deniers publics encore moins ses collaborateurs mais elle préfère plutôt parler de liberté et de démocratie hors comment un pays gangréné par la corruption puisse t-il respecter les libertés d'expression.Si le peuple ne dispose pas de la puissance publique, il a la langue pour agir.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #3 Hum 29-03-2019 09:30
Il est venu tiré les oreilles de Charlie pour avoir accepté l organisation de la réunion des ministres de finances sur son territoire.
Regardez plutôt son regard, il a piqué une peur bleu devant son maître.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #4 Abdourazak Hamadou Goumey 29-03-2019 11:41
Pourquoi faudra t-il qu' à chaque fois ils se mêlent des affaires internes de nos pays. Essayons de faire souvent sans eux.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #5 Mohamed M. 29-03-2019 13:21
Nous encourageons et soutenons le Président Issoufou, c'est une mission noble qu'il a porté sur ses épaules. Il est vrai que ça va pas être facile,mais vue l'engagement du président Issoufou , il ne reste plus qu'à convaincre de plus ses pairs. Le rideau va tomber au sommet UA2019. Vive l'Afique!!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Ismaël aouta 29-03-2019 15:30
Ce qui est dit par le ministre français Bruno Lemaire est le seul moyen d'y quiter la zone ou de promouvoir de réforme. Mais selon moi la création de monnaie unique est le seul issu de développement de l'Afrique, que la France-Afrique nous a freiné pendant des années. Pour cela j'appelle les dirigeants Africains d'accentuer leurs efforts. Le peuple Africain peut être fier de vous a ce point
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #7 Ibrahim 29-03-2019 16:14
Peut importe qu'on change le franc CFA ou on le maintient tant que la France s'interfere dans les affaires économiques Africaines on aura pas gain de cause
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 Abou Sahaya 30-03-2019 00:07
Nous multiplions les invocations pour notre cher leader ossoufou , Qu'Allah ait pitié de vos bonnes intentions pour que ensemble nous mettons fin cet CFA de merde.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #9 a savoir 30-03-2019 03:44
pour quoi ce conseil de ministre?pour quoi une loi de finance base uniquement sur des resoirce interne?
bref la reponse est la!!
depuis que la france a compris que en afrique er ailleurs on a compris son systeme de senrichir sur les ressoirces africaines et jeter les africains dans la miseure.elle revient maintenant pour donner des plan de devrloppement aux pays franc afin de continier son carnage economique.ce pourquoi vous constater partout en afrique franc il ya un gonflement de taxe qui coute chere a la population,des chantier un peu partout afin de dire leconomie tourne sur c meme fcfa.
en bref tout c reforme bidgetaire c pour nous pousser a faire du progres sans apporder la question du franc cfa.
la seule chose qu'il faut retenir la france veux garder le franc cfa malgre que lon.a compri le systeme tout en nous permetant de creer dautres,issu d revenus et,oublie labondon du franc or cela ne va jamais,marche tanque on a pas,la metrise de notre monais,et que nos ressource naturelle exterieure ne sont pas a notre possetion totale.le developpement c'est dabord la gestion economique,puis tout le reste advient aisement...
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #10 a savoir HM 30-03-2019 04:00
ditez a monsieur BRUNO c'est ne pas de reforme nous voulons,c un abondon stricte du franc cfa que nous voulons et que nous allons faire incha alah
il n'ya aucune question de reforme la question est l'abondon du franc cfa
je suis sure beaucoup des presidents veullent cette abondon du franc cfa,mais ils ont perd du complot france pour les liquider.et a vous les president d'oser quelque soit le prix,ainsi on saura que vs avez aimez votre peuple tout comme baba tanja qui a ose
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #11 Gassir diouf 30-03-2019 21:23
Ils ne nous disent pas la vraie réalité
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #12 Ousseynou Faye 30-03-2019 23:01
In fine, je crois qu'il est plus sage de.rester dans le CFA, moyennant qq concessions du côté français, comme la suppression pure et simple du Compte d'Opérations, et à la place, payer un intérêt symbolique au Trésor français, pour sa garantie assurée au FCFA.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 IDO 31-03-2019 08:52
Ce n'est la monnaie commune ouest africaine qui est le problème mais c'est la main mise de la france sur cette monnaie.
C'est une bonne idée d'avoir une monnaie de la CEADO mais honnetement, il est grand temps qu'on gère notre systeme economique. La france prend des décision dans les reunions de la BCEAO avec droit de veto, pouvez vous imaginer cela? Soyons courageux et prenons notre destin en main. Tout début a ses difficultés, Mais ces difficultés ne doivent pas nous empécher d'etre autonome.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #14 MR X 01-04-2019 15:36
Bonsoir, s'il vous plait ne nous parlez pas de corruption ici, elle est un mal d'accord, on dirait que Mr DIYANFO ne comprend pas, ce qu'il faut comprendre, c'est que la france ne veut pas accepter cette nouvelle donne car elle s'enrichie sur le dos du peuple AFRICAIN (plus généralement les pays de la zone franc), tant que nous ne quittons pas cette monnaie nous ne serons jamais jamais souverains! mettez vous ça en tête.
L'Afrique doit s'unir ou périr (selon KWAME N'KRUMAH).
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #15 MR X 01-04-2019 15:43
En tout cas, il faut oser pour les générations futures, sinon vos travaux auraient été vains MR les chefs d'Etat, mieux vaut parler du bien de vous que du mal,
prenez l'exemple de MR SEKOU TOURE, MR SYLVANIUS OLYMPIO, et je ne sais qui encore,
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #16 marissa 26-04-2019 15:33
:-*
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 18/09/2020, 20:33
marathon-day-du-groupe-bollore-au-niger-l-edition-2020-en-solidarite-avec-les-victimes-des-inondations Comme chaque année depuis 2016, les collaborateurs du groupe Bolloré ont répondu présent au...Lire plus...
Publier le 18/09/2020, 12:17
unicef-niger-en-fin-de-mission-la-representante-dr-felicite-tchibindat-felicitee-par-les-autorites-pour-son-travail-au-service-des-enfants Le Premier Ministre, M. Brigi Rafini, a exprimé au nom du Gouvernement du Niger, jeudi 17 septembre au...Lire plus...
Publier le 17/09/2020, 06:28
lutte-contre-le-chomage-des-jeunes-lancement-de-la-formation-de-reconversion-professionnelle-des-jeunes-diplomes-par-l-anpe-sur-financement-du-prodec Le Centre de Perfectionnement des Travaux Publics (CPTP) de Niamey a servi de cadre, mardi 15...Lire plus...
Publier le 16/09/2020, 20:17
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-16-septembre-2020  Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mercredi 16 septembre 2020, dans la salle...Lire plus...
Publier le 14/09/2020, 08:14
fichier-electoral-biometrique-les-coalitions-politiques-cap-20-21-et-gayya-zabbe-rejettent-en-bloc-les-resultats-de-l-audit-communique Communiqué des coalitions politiques CAP 20-21 et GAYYA ZABBE relatif a l’audit du fichier électoral...
Publier le 15/09/2020, 21:10
barkhane-dans-la-region-de-tillaberi-deux-lieutenants-francais-et-nigerien-dirigent-conjointement-une-operation-militaire Fin juillet 2020, sur une base opérationnelle avancée temporaire (BOAT) au cœur de la région de...
Publier le 16/09/2020, 11:19
mali-les-chefs-d-etat-de-la-cedeao-exigent-une-transition-civile-et-la-dissolution-du-cnsp-pour-lever-les-sanctions-communique-final-du-sommet-d-accra Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte...
Publier le 14/09/2020, 08:29
insecurite-2-soldats-de-la-garde-nationale-tues-dans-une-attaque-non-revendiquee-a-assamaka-region-d-agadez Deux (2) éléments de la Garde nationale du Niger (GNN) ont été tués samedi dernier suite à une attaque...
Publier le 16/09/2020, 20:17
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-16-septembre-2020  Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mercredi 16 septembre 2020, dans la salle...
Publier le 15/09/2020, 21:10
barkhane-dans-la-region-de-tillaberi-deux-lieutenants-francais-et-nigerien-dirigent-conjointement-une-operation-militaire Fin juillet 2020, sur une base opérationnelle avancée temporaire (BOAT) au cœur de la région de...
Publier le 14/09/2020, 08:14
fichier-electoral-biometrique-les-coalitions-politiques-cap-20-21-et-gayya-zabbe-rejettent-en-bloc-les-resultats-de-l-audit-communique Communiqué des coalitions politiques CAP 20-21 et GAYYA ZABBE relatif a l’audit du fichier électoral...

Dans la même Rubrique

Marathon Day du Groupe Bolloré : au Niger, l’édition 2020 en solidarité avec les victimes des inondations

18 septembre 2020
Marathon Day du Groupe Bolloré : au Niger, l’édition 2020 en solidarité avec les victimes des inondations

Comme chaque année depuis 2016, les collaborateurs du groupe Bolloré ont répondu présent au « Marathon Day », une course de solidarité qui vise à lever des fonds en faveur de ceux...

Unicef  Niger : en fin de mission, la Représentante Dr. Félicité Tchibindat félicitée par les autorités pour son travail au service des enfants

18 septembre 2020
Unicef  Niger : en fin de mission, la Représentante Dr. Félicité Tchibindat félicitée par les autorités pour son travail au service des enfants

Le Premier Ministre, M. Brigi Rafini, a exprimé au nom du Gouvernement du Niger, jeudi 17 septembre au cours d’une cérémonie solennelle d’au revoir, son témoignage de satisfaction à Dr....

« Au stade actuel de l’enquête, aucun indice ne permet d’attribuer la responsabilité aux éléments des forces armées nigériennes (Elhadj Amadou BARHAME, Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Tillaberi)

17 septembre 2020
« Au stade actuel de l’enquête, aucun indice ne permet d’attribuer la responsabilité aux éléments des forces armées nigériennes (Elhadj Amadou BARHAME, Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Tillaberi)

Communiqué de presse du Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Tillaberi relatif à l'évolution de l'enquête sur l'affaire de présomption d’exécutions sommaires de 102 personnes...

Lutte contre le chômage des jeunes : lancement de la formation de reconversion professionnelle des jeunes diplômés par l’ANPE sur financement du PRODEC

17 septembre 2020
Lutte contre le chômage des jeunes : lancement de la formation de reconversion professionnelle des jeunes diplômés par l’ANPE sur financement du PRODEC

Le Centre de Perfectionnement des Travaux Publics (CPTP) de Niamey a servi de cadre, mardi 15 septembre 2020, pour le lancement officiel de la formation de reconversion professionnelle des jeunes...

Communiqué de presse conjoint : trois défenseurs des droits humains injustement détenus entament leur sixième mois en prison

16 septembre 2020
Communiqué de presse conjoint : trois défenseurs des droits humains injustement détenus entament leur sixième mois en prison

● Moudi Moussa, Halidou Mounkaila et Maikoul Zodi sont des prisonniers de conscience qui doivent être libérés immédiatement et sans condition ●Inquiétudes face à une répression croissante des droits humains...

Inondations : l’Union européenne décaisse 52,4 millions FCFA pour les populations affectées

16 septembre 2020
Inondations : l’Union européenne décaisse 52,4 millions FCFA pour les populations affectées

En réponse aux fortes inondations causées par les pluies diluviennes pendant le mois d’août et de septembre, au Niger dans les régions de Dosso, Tahoua et Maradi, l'Union européenne a...