samedi, 19 janvier 2019
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

BANNER1 Prodec cpa min

satrapcnpc

Il vous souviendra que 15 délégués du personnel nigériens de la CNPC ont été licenciés suite à l’organisation d’un sit-in le 31 octobre 2016, sur autorisation des inspecteurs de travail de Niamey et N’gourti et six autres délégués du personnel ont écopés de blâmes autorisés par l’inspecteur de travail de Zinder.

 

Le collectif des délégués du personnel avait aussitôt saisit le ministère de l’emploi d’un recours hiérarchique qui a infirmé les décisions des inspecteurs de Niamey et N’gourti par décision N°011/MET/PS/DGT du 05 janvier 2017.
La CNPC saisit à son tour le ministère l’emploi d’un autre recours gracieux par lequel, le ministre lui fera droit concernant le licenciement de quinze délégués par décision N°0163/MET/PS/DGT/E du27 février 2017.
Le collectif des délégués du personnel saisit dès lors le Conseil d’Etat pour obtenir l’annulation de la décision N°0163/MET/PS/DGT/E du 27 février 2017.
La chambre du contentieux du Conseil d’Etat, s’est prononcée par arrêt N°50/18/Cont du 11 juillet 2018, pour annuler la décision du ministre sur laquelle la CNPC basait sa décision de licenciement, avec comme conséquence immédiate la réintégration de quinze délégués à leurs postes.
Contre toute attente, en lieu et place d’exécuter la décision de la plus haute juridiction en matière administrative, la CNPC par lettres des 24 et 31 août 2018, respectivement adressées au Syndicat Autonome des Travailleurs du Pétrole (SATRAP) syndicat d’affiliation des délégués licenciés et son conseil, que la décision de licenciement est définitive pour la CNPC et qu’elle ne sera pas remise en cause.
Alors même qu’avant la décision du conseil d’Etat, il y a eu deux rencontres de conciliation sanctionnées par des PV dans lesquels la CNPC a soutenu que la situation des délégués devait être laissée au seul ressort de la justice car l’affaire y étant pendante.
C’est donc dans cette situation de refus par la CNPC d’exécuter une décision de justice, ordonnant la réintégration des quinze délégués injustement licenciés, que nous vous saisissons l’occasion pour informer l’opinion nationale et internationale .

Niamey le 11 septembre 2018
Le BEN SATRAP

 

 

Commentaires   

0 #1 courage 13-09-2018 07:39
courage courage
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Idon gari 13-09-2018 19:10
Des entreprises étrangères qui refusent d'executer une décision, kay tcho Gondwana Kenan. Ce qui est grave c'est le ministre de l'emploi du niger même qui donne l'aval à la CNPC pour licencier des nigériens.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 bagague 14-09-2018 08:24
Vous ferez mieux de les aider à trouver d'emplois.
Ces sociétés étrangères,nul ne peut les battre à procès,et meme si ça arrive,il y aura des coups de fil qui remettront tout en cause.
Je connais quelqu'un employé par société américaine BL Harbert International qui construit actuellement l nouvelle ambassade des USA à NY.
Seulement 2 mois après son premier contrat,il a été abusivement licencié,et l'affaire est parti jusqu'au tribunal où il avait remporté le procès.Ladite société lui devait des dommages.Elle avait refusé de payer,puis un hussier a été saisi.Pour etre concis,c'est au meme tribunal de grande Instance de Niamey qu'une autre nouvoeuvre surnoise a été déclanchée par un autre juge avec l'aide du greffier en chef pour étouffer l'affaire à la demande de la société,et ce après plusieurs passés.
Dans ce pays,ne parlons pas de justice,mais plutot d'injustice
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Mendicité à Niamey : un phénomène qui prend de l'ampleur

18 janvier 2019
Mendicité à Niamey : un phénomène qui prend de l'ampleur

Pas un carrefour ou une grande place publique de Niamey qui ne soit aujourd'hui envahi par des enfants, des femmes et des hommes en quête d'aumône. Ils prennent d'assaut ces...

Révocation : le Premier Ministre Brigi Rafini se débarrasse de TRADAM, l’un de ses plus proches collaborateurs

17 janvier 2019
Révocation : le Premier Ministre Brigi Rafini se débarrasse de TRADAM, l’un de ses plus proches collaborateurs

Hier, 16 janvier 2019 en fin d'après-midi, le Premier Ministre SEM Brigi Rafini a pris un arrêté mettant fin aux fonctions de l’un de ses plus proches collaborateurs depuis près...

Défense : le Groupe d'Action Rapide (GAR-SI), nouvelle unité d’élite de la gendarmerie, désormais opérationnel

16 janvier 2019
Défense : le Groupe d'Action Rapide (GAR-SI), nouvelle unité d’élite de la gendarmerie, désormais opérationnel

Le mercredi 16 janvier 2019 s'est tenue à l'École nationale de la Gendarmerie, la cérémonie de présentation officielle d’une nouvelle unité d’élite des Forces de défense et de sécurité nigériennes....

Insécurité : 4 soldats morts dans l’explosion d’engins improvisés vers Torodi

16 janvier 2019
Insécurité : 4 soldats morts dans l’explosion d’engins improvisés vers Torodi

Le samedi 12 janvier dernier, quatre (4) soldats nigériens ont perdu la vie à la suite de l’explosion d’engins explosifs improvisés, communément appelés mines, au passage de leur convoi. Les engins...

Cour Constitutionnelle : Orange Niger déboutée sur sa requête contre le Code général des impôts

16 janvier 2019
Cour Constitutionnelle : Orange Niger déboutée sur sa requête contre le Code général des impôts

L’opérateur télécoms Orange Niger a bien fait d’avoir finalement consenti à négocier à l’amiable avec la DGI sur le contentieux fiscal qui lui a valu la fermeture durant un mois...

90.000 F le prix de la tonne du ciment 100% nigérien de Malbaza, selon un responsable

15 janvier 2019
90.000 F le prix de la tonne du ciment 100% nigérien de Malbaza, selon un responsable

Le prix de la tonne du ciment de Malbaza ciment campany est à 90.000 FCFA à Niamey, a déclaré à l’Agence Nigérienne de Presse ce mardi 15 janvier 2019, le...