jeudi, 22 octobre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Brigi Rafini assi fauteuil

En fonction depuis 2011, le Chef du Gouvernement dresse le bilan de la première année du nouveau quinquennat.

Brigi Rafini est considéré comme « un sage ». Natif d’Iferouane, dans la région d’Agadez, ce Touareg de 64 ans symbolise à lui seul l’unité du pays, notamment face à la menace terroriste. Homme de consensus, rationnel et ponctuel, il est un pur produit de l’École nationale d’administration de Niamey.

Zeyna transfert argent bis

Ancien sous-préfet de Dosso et de Keïta, rapporteur du Conseil des sages en 1996 (après le coup d’État de Maïnassara), vice-président du Conseil consultatif national au lendemain du putsch de 1999, il a toujours mis le dialogue au cœur de sa méthode. Nommé à la tête du gouvernement en avril 2011, reconduit au lendemain des législatives et de la présidentielle en mars 2016, Brigi Rafini semble bien parti pour rester en fonction jusqu’à la fin du deuxième mandat du président Issoufou. Il a reçu Jeune Afrique à la primature, entre deux réunions avec les syndicats de fonctionnaires.

JEUNE AFRIQUE: Quel bilan faites-vous de votre action, un an après le début du nouveau quinquennat ?

BRIGI RAFINI : Rien que pour l’année 2016, des résultats très appréciables ont été enregistrés, notamment l’organisation réussie des élections générales, qui ont permis une stabilité politique, l’installation et le fonctionnement de toutes les institutions de la République, ou encore la maîtrise des incursions terroristes dans la région de Diffa et à la frontière avec le Mali. Nous faisons des investissements importants dans les infrastructures de base, le taux de croissance a été maintenu au moins au niveau de la moyenne africaine [5 %, lire p. 66], et le faible niveau d’inflation préserve le pouvoir d’achat des populations. En matière d’éducation, le taux d’admission au primaire a progressé l’an dernier de 4,6 points, et le taux brut de scolarisation de 2,5 points par rapport à 2015. En matière d’hydraulique villageoise, les nouveaux ouvrages réalisés équivalent à un total de 3 396 points d’eau modernes, qui ont permis de desservir 84900 ménages supplémentaires. Dans tous les domaines sociaux la liste de nos réalisations est longue, comme l’annonçait le programme Renaissance du Niger [PRN], sur la base duquel le président Mahamadou Issoufou a été réélu.

Pourtant, l’opposition déplore le manque d’investissements sur le volet social…

Il y a de petites luttes sur le plan politique. Le président a réussi à rassembler beaucoup de personnalités de l’opposition autour de son projet. Alors, forcément, une forme de désespoir s’installe chez certains. N’arrivant pas à s’imposer démocratiquement, ils sombrent dans les insultes et la caricature.

Les citoyens, eux, se plaignent des délestages récurrents et des salaires trop bas. Que leur dites-vous?

On peut comprendre leur impatience. Mais ces difficultés ne sont pas de notre seul fait. La récession touche de nombreux pays, et notre économie dépend de facteurs exogènes qui la mettent à rude épreuve, pèsent sur notre capacité à mobiliser des ressources, y compris des recettes fiscales, et, donc, réduisent nos marges de financement pour le développement socio-économique. Alors que nous comptions beaucoup sur ces ressources pour alimenter notre budget, la chute du prix des matières premières, pétrole comme uranium, ne nous aide pas. Nous sommes aussi confrontés aux conséquences du changement climatique, qui créent régulièrement des tensions en matière de sécurité alimentaire. Même chose pour la sécurité « tout court », domaine pour lequel nous sommes contraints de faire de gros efforts financiers… Mais la stabilité et la paix n’ont pas de prix, elles sont le socle du développement socio-économique. Et nous sommes fiers des résultats de ces sacrifices, notamment à diffa, où la reprise de l’activité est bien réelle. Les citoyens doivent comprendre que le Niger n’est pas ce pays riche qui, d’un coup de baguette magique, peut satisfaire toutes leurs aspirations. Nous devons construire l’avenir ensemble. Les gens veulent souvent jouir des revenus de la croissance sans faire d’effort. Il va falloir se mettre au travail !

Que faites-vous pour améliorer le climat des affaires?

La corruption est un réel problème au Niger. Mais de qui est-elle le fait ? Le plus souvent des citoyens qui viennent acheter des services, corrompre des administrations… Tant que cette culture existera dans l’esprit des Nigériens, nous aurons des difficultés à mettre nos performances au service de l’intérêt général. Cependant, notre pays a enregistré de réels progrès dans la lutte contre la corruption, comme le montre son évolution dans le classement de Transparency International [101e place sur 176 pays classés en 2016, selon le rapport publié fin janvier, contre 134e place sur 183 en 2011]. Nous allons continuer, mais il n’y a que la société qui puisse vraiment juguler ce fléau. Nous essayons donc de la sensibiliser pour que les mauvaises habitudes disparaissent. Et, pour cela, il faut aussi plus d’éducation…

Qu’est-ce qui peut être amélioré pour que la croissance soit plus inclusive?

Le vœu le plus cher du chef de l’État est de passer le témoin en 2021 à un autre président que les Nigériens auront choisi librement et de façon transparente. Son vœu est de laisser à son successeur un pays uni et en paix, sur le sentier de la croissance, un Niger où la sécheresse n’est plus synonyme de famine, où la population a accès à une éducation, à des soins de santé de qualité et à l’eau potable, en ville comme dans les campagnes. Dans les faits, la croissance est déjà inclusive au Niger, car elle est tirée par les richesses créées par le secteur agricole, qui emploie 80% de la population active, grâce notamment à l’« Initiative 3N » [les Nigériens nourrissent les Nigériens]. Nous devons poursuivre les efforts pour promouvoir davantage le travail décent et l’accès aux services sociaux de base. Ces efforts vont aussi permettre la création de nouvelles perspectives pour les jeunes, la participation des citoyens à la gouvernance publique et un meilleur partage des bénéfices de la croissance.

La région d’Agadez a connu des difficultés ces dernières années: menace terroriste, trafics en tout genre, transit des migrants, etc. Vous qui en êtes originaire, que pensez-vous du programme de développement que l’État vient d’y engager ?

Je suis avant tout le Premier ministre du Niger. Certes, je suis de la région, mais pour moi voir Maradi ou Zinder se développer, c’est aussi important. Malheureusement, nous ne sommes pas en capacité de satisfaire pleinement les attentes de la population, car nos moyens font défaut. Agadez est pleine de ressources naturelles, il y a de l’or, de l’uranium, du charbon… L’objectif est donc d’investir dans des infrastructures pour rendre ses richesses plus accessibles et en faire profiter l’ensemble de la nation. C’est aussi permettre à la population du Nord, qui vit dans des zones difficiles en désertification, de bénéficier aussi de ces infrastructures. Et du développement qui va avec !

Un mot sur l’arrivée du nouveau président français et de son gouvernement « gauche droite », un peu comme ici…

Nous nous félicitons de l’arrivée au pouvoir de celui qui fut aussi l’ancien ministre de l’Économie de François Hollande, grand ami du président Issoufou et du Niger. Emmanuel Macron montre qu’il veut avoir des relations objectives avec l’Afrique, fondées sur les intérêts vitaux et convergents des différents pays, le respect mutuel, des valeurs de solidarité et de coopération. Ce sont tout simplement des valeurs de civilisation que nous partageons.

 

Jeune Afrique

Zeyna transfert argent bis

Commentaires  

+1 #1 rien 28-06-2017 07:54
"il n’y a que la société qui puisse vraiment juguler ce fléau" selon le PM. Je suis pas du tout d'accord. Il faudrait avoir des corrompus pour que les corrupteurs existent. LA classe politique, les fonctionnaires du public et du privé ont poussé la population à corrompre pour accéder aux services. Il revient au gouvernement et à la justice de mettre une stratégie efficace pour épingler les corrompus. Une centaine de bonne sanction suffit pour dissuader les autres.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 corruption 28-06-2017 09:58
Il faut à tout prix s'attaquer à la corruption, fléau n°1 qui mine les efforts de développement et le partage de la croissance. Il ne faut pas se satisfaire de l'amélioration du classement du Niger par Transparency, la réalité est tout autre. Si Issoufou veut laisser des marques, il doit faire de ce problème de corruption un vrai défi de son dernier mandat et le Niger ira mieux les Nigériens lui en seront éternellement reconnaissant...éternellement!. N'Est-ce pas un problème de "déculture"? puisque qu'il a inscrit son second mandat sur le registre de la renaissance culturelle...en ayant le courage de reconnaître de reconnaitre que (1). le "poisson pourrit par la tête" et en donnant l'exemple quant au train de vie de l'Etat (2) en disant aux Nigériens que le secret de la réussite, c'est le travail, la promotion est au mérite, ce slogan va s'appliquer aux agriculteurs, au personnel de l'adm, de la politique et partout partout. comme, au Rwanda, en Ethiopie etc
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 Icelander 28-06-2017 11:07
La société fait de son mieux pour alerter les tenants du pouvoir sur le fléau de la corruption. Mais la société ne peut avoir le pouvoir de contrer la corruption.
Mr le Premier Ministre, l'honneur est à vous de corriger ce mal qui gangrène l'administration nigérienne.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #4 Nagode 28-06-2017 12:54
Quand on est incapable, quand on se sait inutile voire nuisible, on degage. La societe ne manipule pas les leviers de la justice et ne controle pas le bras arme de la police, c´est vous qui avez ce pouvoir et vous l´avez utiliser pour spolier la societe et la reduire a la misere. Quand la societe essaie de manifester sa plainte quant a votre gestion calamiteuse, vous actionnez tous les leviers du pouvoir sous votre controle pour l´en empecher. Alors, honetement, que pourrait faire d´autre la societe pour vous aider a voir ce que vous ne voulez pas voir ou bien faire ce que vous ne voulez pas faire. La societe ou les nigeriens constitue le cadet de ton soucis, toi brigitte, car autrement tu auraios demissionne pour incompetence, reconnu ta part de responsabilite dans le pillage de l´etat et dans la perversion des moeurs des nigeriens juste pour servir vos seuls interets. Alors, madame brigitte, tu es tres mal placee pour parler de la societe. Contente toi de manger et ferme ton clapet.
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #5 ibrahim 28-06-2017 17:29
les lumanistes en gros racistes s'en prennent a l honnete homme tout simplement car pour eux seul un zarma doit etre president ou PM.
le racisme vous tuera.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #6 ibrahim gna 28-06-2017 17:35
Citation en provenance du commentaire précédent de ibrahim :
les lumanistes en gros racistes s'en prennent a l honnete homme tout simplement car pour eux seul un zarma doit etre president ou PM.
le racisme vous tuera.

On ne peut rien contre la betise humaine.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #7 morou 28-06-2017 19:55
Citation en provenance du commentaire précédent de ibrahim :
les lumanistes en gros racistes s'en prennent a l honnete homme tout simplement car pour eux seul un zarma doit etre president ou PM.
le racisme vous tuera.

Tu es fou?Es que Hama Amadou est Zarma? Vous avez une haine contre les Zarmas ça va vous tué.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

campagne nouvelles chaines ACTU NIGER 800 800 pixels

Top de la semaine

Publier le 21/10/2020, 22:15
infrastructures-routieres-inauguration-officielle-de-la-route-illela-bagaraoua-region-de-tahoua Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a procédé mercredi, 21 octobre...Lire plus...
Publier le 21/10/2020, 16:23
direction-generale-des-douanes-vulgarisation-du-nouveau-code-des-douanes-et-de-ses-principales-innovations La Direction générale des Douanes (DGD) a organisé le mardi 20 octobre 2020 à Niamey, un atelier de...Lire plus...
Publier le 20/10/2020, 22:32
sahel-central-1-7-milliard-de-dollars-d-aide-humanitaire-promis-par-les-bailleurs-de-fonds-onu Les bailleurs de fonds ont annoncé  ce mardi 20 octobre 2020, plus de 1,7 milliard de dollars...Lire plus...
Publier le 20/10/2020, 22:29
industrie-et-infrastructures-lancement-des-travaux-de-construction-de-la-cimenterie-de-kao-et-de-rehabilitation-de-la-route-rta-kao-tchintabaraden-tahoua  Le Président Issoufou Mahamadou a procédé ce mardi  20 octobre à Kao, dans la région de...Lire plus...
Publier le 20/10/2020, 09:51
semaine-des-nations-unies-un-dialogue-sur-le-role-des-jeunes-et-des-femmes-en-periode-electorale-pour-lancer-la-celebration-de-75-ans-d-engagement-en-faveur-de-la-paix-dans-le-monde Les activités entrant dans le cadre de la commémoration de l’édition 2020 de la Semaine des Nations...Lire plus...
Publier le 16/10/2020, 19:44
inauguration-officielle-de-l-hotel-des-finances-une-infrastructure-ultramoderne-et-multifonctionnelle-au-coeur-de-la-capitale Le Président de la République a inauguré jeudi 15 octobre 2020, l’Hôtel des Finances,  le nouvel...
Publier le 20/10/2020, 22:29
industrie-et-infrastructures-lancement-des-travaux-de-construction-de-la-cimenterie-de-kao-et-de-rehabilitation-de-la-route-rta-kao-tchintabaraden-tahoua  Le Président Issoufou Mahamadou a procédé ce mardi  20 octobre à Kao, dans la région de...
Publier le 19/10/2020, 19:16
guinee-l-opposant-cellou-dalein-diallo-proclame-sa-victoire-des-le-premier-tour-a-la-presidentielle-du-18-octobre Au lendemain de l’élection présidentielle du dimanche 18 octobre, l’opposant guinéen Cellou Dalein...
Publier le 16/10/2020, 07:22
journee-mondiale-du-lavage-des-mains-edition-2020-des-progres-enregistres-en-matiere-de-changement-de-comportement  Le Directeur General de l’Assainissement du Ministère de l’hydraulique et de l’assainissement...
Publier le 21/10/2020, 22:15
infrastructures-routieres-inauguration-officielle-de-la-route-illela-bagaraoua-region-de-tahoua Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a procédé mercredi, 21 octobre...
Publier le 16/10/2020, 20:13
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-16-octobre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 16 octobre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 16/10/2020, 19:44
inauguration-officielle-de-l-hotel-des-finances-une-infrastructure-ultramoderne-et-multifonctionnelle-au-coeur-de-la-capitale Le Président de la République a inauguré jeudi 15 octobre 2020, l’Hôtel des Finances,  le nouvel...
Publier le 20/10/2020, 22:29
industrie-et-infrastructures-lancement-des-travaux-de-construction-de-la-cimenterie-de-kao-et-de-rehabilitation-de-la-route-rta-kao-tchintabaraden-tahoua  Le Président Issoufou Mahamadou a procédé ce mardi  20 octobre à Kao, dans la région de...
Publier le 17/10/2020, 12:38
haroun-printing-les-raisons-de-la-plainte-contre-l-activiste-bana-ibrahim-pour-chantage-et-tentative-d-extorsion-de-fonds Le Directeur général par intérim de la société Haroun Printing, Mahamadou Siradji Issa, a animé la...
Publier le 19/10/2020, 06:56
strategie-nationale-de-securite-de-proximite-des-consultations-multi-acteurs-pour-une-approche-plus-inclusive-en-matiere-de-gestion-securitaire Après Tillabéri et de Dosso et en attendant les autres régions, Niamey a abrité du 16 et 17 octobre...

Dans la même Rubrique

Industrie et infrastructures : lancement des travaux de construction de la cimenterie de Kao et de réhabilitation de la Route RTA-Kao-Tchintabaraden (Tahoua)

20 octobre 2020
Industrie et infrastructures : lancement des travaux de construction de la cimenterie de Kao et de réhabilitation de la Route RTA-Kao-Tchintabaraden (Tahoua)

  Le Président Issoufou Mahamadou a procédé ce mardi  20 octobre à Kao, dans la région de Tahoua, au lancement des travaux de construction de la cimenterie de Kao et...

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 16 OCTOBRE 2020

16 octobre 2020
COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 16 OCTOBRE 2020

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 16 octobre 2020, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la...

Le parlement approuve la 2ème rectification à la loi de finances 2020

13 octobre 2020
Le parlement approuve la 2ème rectification à la loi de finances 2020

Les parlementaires nigériens ont approuvé, ce lundi 12 octobre, la deuxième rectification de la loi de Finances pour l’année budgétaire, portent ainsi le budget 2020 de l'Etat du Niger à 2.514,40...

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 09 OCTOBRE 2020

10 octobre 2020
COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 09 OCTOBRE 2020

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 09 octobre 2020, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la...

Processus électoral : le NDI renforce les capacités des partis politiques en prévention et gestion des contentieux électoraux

8 octobre 2020
Processus électoral : le NDI renforce les capacités des partis politiques en prévention et gestion des contentieux électoraux

Du 6 au 9 octobre 2020, le National Democratic Institute (NDI)  a organisé à Niamey, une session de formation et de renforcement des capacités des partis politiques en prévention et...

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU MARDI 06 OCTOBRE 2020

7 octobre 2020
COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU MARDI 06 OCTOBRE 2020

En application de l’article 73 de la Constitution, le Premier Ministre a reçu du Président de la République, une délégation de pouvoirs pour la présidence d’un Conseil des Ministres.