Sidebar

Airtel Kassoua Garbal

NITA Fond Site Web 675 x 240

Macky Sall discours Nation

Dans un message à la nation ce samedi 3 février, le président sénégalais Macky Sall a annoncé le report de l’élection présidentielle prévue le 25 février 2024, à quelques heures de l’ouverture de la campagne électorale. Aucune nouvelle date n’a été annoncée par le chef de l’État, qui a évoqué dans son message un « conflit ouvert » entre l’Assemblée nationale et le Conseil constitutionnel pour justifier ce report sine die du scrutin auquel il ne se présente pas au terme de ses deux mandats légaux. Dans des réactions à chaud, des candidats, opposants et responsables d’associations de la société civile ont dénoncé « un coup d'État institutionnel ».

  

Zeyna commission0

  

Dans son message radiotélévisé à la nation, le chef de l'État a évoqué un « conflit ouvert » sur un « différend » entre l’Assemblée nationale et le Conseil constitutionnel, sur fond « d’une supposée affaire de corruption de juges », pour justifier sa décision d’abroger le décret sur la convocation du corps électoral, reportant de facto la tenue de l’élection présidentielle du 25 février 2024, dont la campagne électorale s’ouvre dans quelques heures.

Le président de la République, Macky Sall, qui a réaffirmé sa décision de ne pas se présenter à la prochaine présidentielle, a pris cette décision en attendant les résultats de la commission d’enquête parlementaire visant à clarifier les conditions dans lesquelles certaines candidatures ont été déclarées irrecevables.

Le Parti démocratique sénégalais (PDS) avait, en effet, demandé et obtenu la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire après l’invalidation de la candidature de Karim Wade à l’élection présidentielle pour cause de double nationalité. Le PDS a émis des accusations de corruption présumée à l’encontre de certains membres du Conseil constitutionnel, chargé de l’examen des candidatures à ce scrutin.

Conflit entre les pouvoirs législatif et judiciaire

Dans son message, le Président sénégalais a toutefois noté que le Conseil constitutionnel, dans son communiqué du 29 janvier 2024 signé par tous ses membres, « a réfuté les allégations portées contre lui, tout en prenant la mesure de la gravité des accusations, et en tenant à ce que toute la lumière soit faite dans le respect des procédures constitutionnelles et légales régissant les relations entre les institutions, notamment la séparation des pouvoirs et le statut de ses membres ». Et d’ajouter qu’« à cette situation suffisamment grave et confuse, est venue s’ajouter la polémique sur une candidate dont la binationalité a été découverte après la publication de la liste définitive des candidats par le Conseil constitutionnel ». Ce qui, a-t-il mis en évidence, « constitue une violation de l’article 28 de la Constitution qui dispose que « tout candidat à la Présidence de la République doit être exclusivement de nationalité sénégalaise » ».

Selon le président de la République sénégalais, « ces conditions troubles pourraient gravement nuire à la crédibilité du scrutin en installant les germes d’un contentieux pré et postélectoral ».

« Alors qu'il porte encore les stigmates des violentes manifestations de mars 2021 et de juin 2023, notre pays ne peut pas se permettre une nouvelle crise », sans compter « qu’en ma qualité de président de la République, garant du fonctionnement régulier des institutions, et respectueux de la séparation des pouvoirs, je ne saurais intervenir dans le conflit opposant le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire », a ajouté Macky Sall. Il a signalé que l’Assemblée nationale, « agissant en vertu de ses prérogatives », l’a saisi, pour avis, conformément à son règlement intérieur, d’une proposition de loi constitutionnelle en procédure d’urgence portant dérogation aux dispositions de l’article 31 de la Constitution. Le président Sall dit avoir pris acte de « cette saisine après avoir consulté le président de l’Assemblée nationale, le Premier ministre, le président du Haut Conseil des collectivités territoriales, le président du Conseil économique, social et environnemental et le président du Conseil constitutionnel ».

« En conséquence, compte tenu des délibérations en cours à l’Assemblée nationale réunie en procédure d’urgence, et sans préjuger du vote des députés, j’ai signé le décret n° 2024-106 du 3 février 2024 abrogeant le décret n° 2023-2283 du 29 novembre 2023 portant convocation du corps électoral », a annoncé le président de la République, qui a conclu son adresse en réitérant son « engagement solennel » à ne pas se présenter à l’élection présidentielle, tout en faisant part de sa décision d’engager « un dialogue national ouvert, afin de réunir les conditions d’une élection libre, transparente et inclusive dans un Sénégal apaisé et réconcilié ».

« Coup d’Etat institutionnel »

Les rumeurs sur un éventuel report du très attendu scrutin du 25 février faisaient la une de l’actualité sénégalaise depuis plusieurs semaines. Mais elles ont été jusqu'à présent démenties par le camp présidentiel. À plusieurs reprises, le dauphin du président sortant, l’actuel Premier ministre Amadou Ba, a même catégoriquement écarté cette éventualité.

L’annonce du report du scrutin présidentiel a provoqué une véritable levée de boucliers dans le pays, notamment de la part des autres candidats ainsi que des associations de la société civile qui dénoncent « un coup d’état institutionnel ». Avant même la diffusion du message, la Coalition Khalifa Sall, qui soutient l’ancien maire de Dakar pour la présidentielle, a rejeté catégoriquement tout report du scrutin du 25 février. « Le respect du calendrier républicain est essentiel pour garantir la légitimité du processus démocratique et la stabilité politique », a déclaré Khalifa Sall.

Cette annonce du report du scrutin présidentiel du 25 février 2024 risque d’amplifier la crise politique qui émergeait depuis quelques mois au Sénégal. Le président Sall avait fixé le scrutin présidentiel au 25 février dans un décret daté du 29 novembre 2023. Il avait promis fin décembre de remettre début avril le pouvoir au président élu à l'issue du scrutin et l'a réitéré plusieurs fois.

Élu en 2012 pour sept ans et réélu en 2019 pour cinq ans, il a annoncé en juillet 2023 ne pas être candidat à un nouveau mandat. Il a désigné comme dauphin en septembre le Premier ministre Amadou Bâ, un responsable du parti présidentiel. Le Conseil constitutionnel a exclu du scrutin des dizaines de prétendants. Parmi eux, deux ténors de l'opposition, le candidat antisystème Ousmane Sonko, en prison depuis juillet 2023 notamment pour appel à l'insurrection et disqualifié par le Conseil à la suite d'une condamnation pour diffamation dans un dossier distinct, et Karim Wade, ministre et fils de l'ex-président Abdoulaye Wade (2000-2012).

M. Abdoul Karim (actuniger.com)



Commentaires

2
Adam
3 semaines ya
WOW, ou est la CDEAO!!!!
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Ali
3 semaines ya
Coup d'état! Lol
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Taipei
3 semaines ya
Le problème avec les dirigeants du monde entier aucun respect et considération pour le peuple, on se lève un bon matin et bam on prend des décisions à l'opposé des aspirations de la masse sans explication ni rien, circulez il n'y a rien à voire comme si être président veux dire être au dessous des lois et règlements..Moi je vous dis c'est de l'anarchie pure et simple. :sigh:
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
lilwayne
3 semaines ya
@Taipei, c'est ca la definition de la democratie francaise qui n'a rien a voir avec celle des USA. SI TRUMP ETAIT FRANCAIS, MACRON L'AURAIT EMBASTILLE DEPUIS BELLE LURETTE. C'EST POUR CELA QUE CE SYSTEME EST HYPOCRITE ET INADAPTE POUR LES PAYS AFRICAINS.
Like J'aime haha 2 Répondre | Signaler ce commentaire
1
lil wayne
3 semaines ya
@Taipei, c'est ca la definition de la democratie francaise qui n'a rien a voir avec celle des USA. SI TRUMP ETAIT FRANCAIS, MACRON L'AURAIT EMBASTILLE DEPUIS BELLE LURETTE. C'EST POUR CELA QUE CE SYSTEME EST HYPOCRITE ET INADAPTE POUR LES PAYS AFRICAINS.
Like J'aime haha 1 Répondre | Signaler ce commentaire
1
gorgui
3 semaines ya
L'AES est prete au dialogue avec la junte senegalaise du Colonel Macky pour discuter de tous les sujets d'interet commun.
Like J'aime like 1 Répondre | Signaler ce commentaire
0
lil wayne
3 semaines ya
:D :D :D :D :D :D :D :D
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
Solo
3 semaines ya
Les demonstrates de la CDEAO unbelievable celui même qui voulais attaqué notre pays wow.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
zoom
3 semaines ya
Sénégal - DGSE : l'ultime mission de Bernard Émié à Dakar: Désormais ex-patron du renseignement extérieur français, Bernard Émié a effectué un dernier discret déplacement sur le continent, mi-décembre. L'occasion pour l'ancien maître-espion d'Emmanuel Macron d'acter la passation à la tête du service auprès de la présidence sénégalaise. Africa Intelligence

La suite on la connait.
Like J'aime haha 1 Répondre | Signaler ce commentaire
1
Justice au Peuple
3 semaines ya
Le tronc d'arbre a beau sejourne dans la riviere il ne sera jamais un crocodile. Macky Sall qui menacait de faire la guerre au Niger pour restaurer la democratie n'a jamais ete democrate. Le report de la presidentielle senegalaise vise juste a lui eviter l'ultime humiliation avec la victoire du candidat prisonnier BDF soutenu par sonko et qui va marquer le debut de la fin de la pluie et du beau temps de la france au senegal. La france qui a instruit issoufou de courronner bazoum lequel bazoum s'est revele faible et naif a conduit a la perte de tous. La france ne veut pas prendre des risques avec le candidat terne choisi par macky pour couvrir ses arrieres et continuer a servir les interets occidentaux. Cette france a simplement ordonne macky sall de stopper tout et rebattre les cartes pour choisir un pantin qui va la servir. Helas, l'homme propose, Dieu dispose. Macky sera balaye par la rue senegalaise sinon par un groupuscule de militaires sous les applaudissements des senegalais.
Like J'aime haha 1 Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
972 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
484 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
266 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
417 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
304 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
314 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2258 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages