dimanche 4 décembre 2022

3567 lecteurs en ligne -

fraren

Coup d'État au Burkina Faso : renversé par l'armée, Paul-Henri Sandaogo Damiba démissionne (déclaration)

Paul Henri Sandaogo Damiba

Après 48 heures de d’incertitude, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba s’est finalement résolu à démissionner de ses fonctions de président de la transition, ce dimanche 2 octobre. C'est donc, à la suite des « actions de médiation » menées par les les communautés coutumières et religieuses, que « le  Président Paul-Henri Sandaogo DAMIBA a proposé lui-même sa démission afin d'éviter des affrontements aux conséquences humaines et matérielles graves », selon une déclaration des faitières desdites communautés.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Selon la déclaration, avant de démissionner, Paul Henri Sandaogo Damiba a posé sept (7) conditions qui ont toutes été acceptées par le Président designé du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), le capitaine Ibrahim Touré. Il s’agit entre autre " de la garantie de la sécurité et de la non poursuite des FDS engagés à ses côtés, la poursuite de la réconciliation nationale, la garantie de sa sécurité et de ses droits ainsi que ceux de ses collaborateurs ". 

Arrivé au pouvoir par les armes, le 24 janvier 2022, après avoir renversé le président élu démocratiquement Roch Marc Christian Kaboré, le Président de la transition Damiba avait fini par perdre progressivement ces dernieres heures, une large partie de l’armée qui a apporté son soutien à l’unité Cobra, à l’origine de la mutinerie, ne lui laissant d’autre choix que d’accepter sa défaite. Le capitaine Ibrahim Traoré, chef du 10e Régiment de commandement d’appui et de soutien, lui succède à la tête du Mouvement MPSR et assurera l’expédition des affaires courantes de l’Etat jusqu’à la prestation de serment du nouveau président désigné. C'est le second coup d'Etat en huit mois que connait le Burkina Faso, confronté depuis des années à de sanglantes attaques jihadistes. 

« La situation est sous contrôle et les choses sont en train de rentrer progressivement dans l’ordre », avait rassuré le capitaine Traoré, dans un communiqué lu à la télévision nationale, ce dimanche à 11h55. Le nouvel homme fort autoproclamé, a aussi appelé les manifestants à « se départir de tout acte de violence et de vandalisme ».

Voici les sept (7) conditions posées par Paul-Henri Sandaogo Damiba :

1. La poursuite des activités opérationnelles sur le terrain

2. La garantie de la sécurité et de la non-poursuite des FDS engagés à ses côtés

3. La poursuite du renforcement de la cohésion au sein des FDS

4. La poursuite de la réconciliation nationale

5. Le respect des engagements pris avec la CEDEAO

6. La poursuite de la réforme de l’Etat

7. La garantie de sa sécurité et de ses droits, ainsi que ceux de ses collaborateurs.

A.Karim (actuniger.com)

.

Commentaires  

+4 #1 Dotidjo 02-10-2022 18:04
C'est donc à la suite des " actions de médiation menées par les les communautés coutumières et religieuses" que le Président Paul-Henri Sandaogo DAMIBA a proposé lui-même sa démission.
Aussi longtemps que ces autorites coutumieres et religieuses ne seront pas infeodees a des systemes politiques corrompus et malfaisants, la ligne rouge de l'injustice et de la destruction ne sera jamais franchie. Encore des bonnes lecons a apprendre de nos freres burkinabes et maliens
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #2 Zig 02-10-2022 18:06
Il etait où le mediateur de la cedeao?
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #3 Haylouman 02-10-2022 18:43
Le médiateur Issoufou alias Charlie a de quoi s'arracher les cheveux. Sa médiation ne bat plus de l'aile met prend de l'eau et se noie.
Les hommes intègres sont en colère contre la France le pays des maîtres penseurs du guru de la secte rose des voleurs.
Quand Bazoum réfléchit sur comment faire durer aussi longtemps que possible leur parti au pouvoir. Un "président" qui parle de son parti devant le micro de RFI et France24. Quelle hérésie intellectuelle! Quelle est cette morve qui suinte les cerveaux des dits intellos nullards de tous les temps spécialistes de pillage de deniers publics?
Ah! "L'étranger qui se réclame du Niger". Tout comme son mentor, au lieu de philosopher sur le bien-être du peuple, il n'arrive pas à se détacher de son clan. Que c'est terrible!
Voilà pourquoi en 18 mois, il n'a rien opérer de bon.
D'ailleurs, que peut-on attendre de Bazoum? " l'étranger qui se réclame du Niger" si ce n'est de mauvais signes pour un pays qui n'est pas le sien. Que c'est terrible!
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #4 Mattam Mallam 02-10-2022 20:06
Le maudit gourou de la maudite secte rose doit etre en cours de reanimation a l'hopital de reference tellement le choc lui est insupportable. Un de ses jouets preferes lui a ete retire par le Jeune vaillant Capitaine Ibrahim Traore.
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #5 HALADOU HACHIMOU 02-10-2022 21:23
NOUS N'AURONS AUCUN REPIT TANT QUE NOUS N'AURONS PAS CHASSE LE DERNIER SOLDAT FRANCAIS DE LA TERRE SACREE D'AFRIQUE.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #6 Sani Saley 02-10-2022 21:49
Ce Damiba est comme Salou. Étudié en France et est prêt à mourir pour les intérêt s de la France. Toute l’Afrique peut brûler tant que la France tire profit
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #7 Gassa 03-10-2022 08:57
Citation en provenance du commentaire précédent de Sani Saley :
Ce Damiba est comme Salou. Étudié en France et est prêt à mourir pour les intérêt s de la France. Toute l’Afrique peut brûler tant que la France tire profit


Donc un jeune Capitaine peut faire coup d'etat et renverse un regime de generaux sous le nez et la barbe de forces speciales francaises sans que celles ci fassent ou disent kotok. Gassa
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #8 HALADOU HACHIMOU 03-10-2022 12:29
Nous n'aurons aucun répit tant que le dernier soldat français n'aura pas quitté la terre sacrée d'Afrique, tant que nous n'aurons pas banni le franc CFA, banni le français comme langue d'enseignement dans nos écoles, déchiré les "accords de coopération économique" et autres contrats léonins imposés par la France, récupéré le contrôle total de toutes nos richesses minières spoliées par la France, acquis le droit de diversifier nos partenaires internationaux sans aucun statut préférentiel donné à la France, instauré notre indépendance politique à l'ONU et bâti l'Etat Fédéral d'Afrique.

NOUS N'AVONS AUCUNE AUTRE AMBITION DANS CE MONDE QUE CELLE-LÀ. NOUS ALLONS SACRIFIER NOS VIES ET NOTRE TEMPS SUR TERRE À CET IDEAL POUR LEQUEL NOTRE GÉNÉRATION EST NÉE: LAVER L'HUMILIATION DE 5 SIÈCLES D'ESCLAVAGE, DE COLONISATION ET DE NÉOCOLONISATION PAR LA FRANCE. COURAGE! LE CHEMIN N'EST PLUS TRÈS LONG, CAMARADES.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #9 BAGOBIRI 03-10-2022 16:13
M.HALADOU HACHIMOU, vos propos sont d'une pureté et d'une précision chirurgicales. Je les reprends à mon compte intégralement, sans rien y changer, pas même une virgule. Big up.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 Naba 03-10-2022 17:08
5. Le respect des engagements pris avec la CEDEAO

Il demande ici le maintien du maudit gourou de la secte rose, plus grand valet de la Francecomme mediateur de la cedeao au burkina pour continuer a servir de messager occulte de Macron aupres des tombeurs du traitre Damiba. Je vois deja son nom sur la liste de la delegation de la cedeao attendu au burkina. Macron a instruit le clown mbalo de l'inscrire sur la liste de la delegation pour aller ecouter derriere les portes et lui rapporter apres.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com