NITA Fond Site Web 675 x 240

Buhari adresse a la nation 22 10 2020

Le président nigérian est enfin sorti de son silence plusieurs jours après le début des manifestations contre les violences policières qui ont déjà fait plusieurs dizaines de victimes et provoqué d’importants dégâts matériels dans plusieurs villes du pays. Dans un message à la nation diffusé en début de soirée le jeudi 22 octobre, Muhammadu Buhari a dit avoir entendu et compris les revendications initiales des contestataires et a annoncé avoir déjà engagé des réformes dans le secteur de la police. Toutefois, il a dénoncé la récupération et le détournement de ces revendications légitimes ainsi que les violences qui ont suivi. Tout en appelant au calme, le chef de l’Etat nigérian s’est montré ferme sur l’engagement de son régime à protéger les citoyens et leurs biens et a promis zéro tolérance contre toute atteinte à la sécurité nationale.

Zeyna commission0

 

C’est un message à la nation qui a laissé beaucoup de nigérians sur leur faim au regard des commentaires qui ont suivi l’allocution télévisée du chef de l’état nigérian, diffusée dans la soirée du mardi 22 octobre 2020. Le président Buhari a, en effet, décidé de s’adresser à la nation plusieurs jours après le début des manifestations contre les violences policières (#EndSRAS) qui ont pris une ampleur sans précédent ces derniers jours dans plusieurs villes du pays avec des dizaines de victimes et d’importants dégâts matériels enregistrés comme à Lagos, la plus grande ville et ancienne capitale du pays. Dans son message qu’il dit avoir estimé nécessaire de faire suite à la tournure que prennent les évènements et après une réunion avec l’ensemble des chefs des services de sécurité, le président nigérian a commencé à « mettre en garde tous ceux qui ont détourné et mal orienté la protestation initiale et bien intentionnée de certains de nos jeunes dans certaines régions du pays contre les excès de certains membres de la Brigade spécial anti-vols (SRAS), désormais dissoute ». Le président nigérian a fait savoir que dès le lundi 12 octobre, il a pris actes « des véritables inquiétudes » des manifestants contre l'usage excessif de la force par certains membres du SRAS. « Le choix de manifester pacifiquement est un droit fondamental des citoyens, consacré dans l'article 40 de notre Constitution et d'autres textes législatifs; mais ce droit de protestation impose également aux manifestants la responsabilité de respecter les droits des autres citoyens et la nécessité d'opérer dans le respect de la loi », a rappelé Buhari, avant d’ajouter que, «en tant que gouvernement démocratique, nous avons écouté et évalué soigneusement les revendications en cinq points des manifestants. Et, après les avoir acceptés, nous avons immédiatement mis au rebut le SRAS et mis en place des mesures pour répondre aux autres demandes de nos jeunes ».

Selon Buhari, en approuvant la fin du SRAS, il a déjà « indiqué clairement qu’elle était conforme à notre engagement de mettre en œuvre de vastes réformes de la police ». Malheureusement, a-t-il déploré, « la promptitude avec laquelle nous avons agi semble avoir été interprétée à tort comme un signe de faiblesse par certains en raison de leurs intérêts égoïstes et antipatriotiques ». Buhari a regretté ce qui en a suivi avec des vies humaines qui ont été perdues; des actes de violence sexuelle signalés; deux grands établissements pénitentiaires attaqués et des condamnés libérés; des propriétés publiques et privées complètement détruites ou vandalisées; par des «  soi-disant manifestants », qui ont envahi un aéroport international et, ce faisant, ont perturbé les plans de voyage de nos compatriotes nigérians et de nos visiteurs.

« Tous ces déplorables actes de violences ont été exécutés au nom des protestations EndSARS. Je suis profondément peiné que des vies innocentes aient été perdues. Ces tragédies sont injustifiées et inutiles. Certes, il n'y a aucun moyen de lier ces mauvais actes à l'expression légitime des griefs des jeunes de notre pays. La diffusion de fausses informations et de mensonges délibérés à travers les médias sociaux en particulier, indiquant que ce gouvernement est inconscient des souffrances et de la détresse de ses citoyens, est un stratagème visant à induire en erreur les imprudents à l'intérieur et à l'extérieur du Nigéria dans un jugement injuste et un comportement perturbateur. Au contraire, nos actes et nos paroles ont montré à quel point cette administration s'est engagée envers le bien-être et le bien-être des citoyens, même avec la diminution constante des revenus et les responsabilités et restrictions supplémentaires dues à la pandémie de coronavirus ».

Tolérance zéro contre toute atteinte à la sécurité nationale

Le président nigérian a consacré une bonne partie de son discours à rappeler le bilan de son administration à travers plusieurs actions et initiatives en faveur des populations et des travailleurs, malgré le conteste économique difficile qui selon lui s’est traduit par un amenuisement des revenus pour le gouvernement fédéral. « Aucun gouvernement nigérian dans le passé n'a abordé la réduction de la pauvreté de manière méthodique et sérieuse comme nous l'avons fait », a déclaré Buhari, qui a également mis en avant les décisions prise pour l’amélioration des conditions de vie de travail du personnel de la police et des autres services paramilitaires. « Afin de souligner l'importance de l'éducation pour préparer les jeunes à l'avenir, cette administration a mis au point une nouvelle structure salariale et d'autres incitations pour nos enseignants », a-t-il également ajouté.

« Je voudrais à ce stade réaffirmer l’engagement du gouvernement fédéral à préserver l’unité de ce pays. Nous continuerons d'améliorer la bonne gouvernance et notre processus démocratique, notamment grâce à un engagement soutenu. Nous continuerons de veiller à ce que la liberté et la liberté, ainsi que les droits fondamentaux de tous les citoyens soient protégés. Mais rappelez-vous que le gouvernement a également l'obligation de protéger les vies et les biens, ainsi que le droit des citoyens de vaquer librement à leurs activités quotidiennes et à l'abri des actes de violence. À nos voisins en particulier, et aux membres de la communauté internationale, dont beaucoup se sont déclarés préoccupés par le développement en cours au Nigéria, nous vous remercions et vous exhortons tous à chercher à connaître tous les faits disponibles avant de prendre position ou de se précipiter pour juger et faire des déclarations hâtives ».

Le président nigérian a terminé son discours comme il l’a commencé, en faisant preuve de fermeté et surtout en mettant en garde les protestataires contre les excès et les abus. « Dans ces circonstances, je voudrais appeler les manifestants à prendre note des diverses initiatives bien pensées de cette administration visant à rendre leur vie meilleure et plus significative et à résister à la tentation d'être utilisé par certains éléments subversifs pour provoquer le chaos dans le but de tronquer notre démocratie naissante. Agir autrement reviendrait à porter atteinte à la sécurité nationale et à l’ordre public. En aucun cas cela ne sera toléré », a déclaré Buhari qui n’a pas manqué de lancer un appel aux jeunes, « à mettre fin aux manifestations de rue et à accompagner de manière constructive le gouvernement dans la recherche de solutions ». « Votre voix a été entendue haut et fort et nous répondons », a poursuivi le chef d’Etat nigérian qui a appelé également les « Nigérians à vaquer à leurs occupations normales », tout en enjoignant les agences de sécurité à « continuer à protéger la vie et les propriétés de tous les citoyens respectueux des lois sans nuire à ceux qu'ils sont censés protéger ». Le président nigérian a tenu à rendre hommage aux agents de la police nigériane qui ont tragiquement perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions au cours de ces manifestations, et a aussi les gouverneurs d’État, les chefs traditionnels et religieux qui ont appelé au calme et à la retenue ainsi que les jeunes leaders qui ont empêché leurs partisans de se faire justice. « Ce gouvernement respecte et continuera de respecter tous les droits démocratiques et les libertés civiles du peuple, mais il ne permettra à personne ou à des groupes de perturber la paix de notre nation », a conclu Muhammadu Buhari, sans aucune référence à la répression violente par les membres de la police ou de l’armée, de certaines manifestations comme celle de mardi dernier à Lagos. Une omission visiblement délibérée et qui risque d’attiser davantage les tensions dans le pays le plus peuplé et la première économie du continent.

A.Y.B (actuniger.com)



Commentaires

1
Nafiou Man Nafiou
3 années ya
Il n'a qu'
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
Mahaman Sani
3 années ya
Un G
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Laouali Issa Assalam
3 années ya
La fermet
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
Mallam
3 années ya
IBK aussi s'etait montre ferme voir tres ferme.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Hum
3 années ya
Depuis son message d hier l
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
2
Kesso
3 années ya
Lui au moins parle a son peuple, un autre n'a jamais voulu se "rabaisser" pour parler a un peuple dont il pretend tenir sa "legitimite". Si il parle c'est devant les micros des medias francais et sur le sol francais. En bon leader courageux, Buhari a parle a son peuple
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
Lecteur-Actuniger
3 années ya
[quote name="Kesso"]Lui au moins parle a son peuple, un autre n'a jamais voulu se "rabaisser" pour parler a un peuple dont il pretend tenir sa "legitimite". Si il parle c'est devant les micros des medias francais et sur le sol francais. En bon leader courageux, Buhari a parle a son peuple
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
1660 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
512 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
305 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
448 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
337 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
345 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2272 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages