mercredi 17 août 2022

2953 lecteurs en ligne -

fraren

Burkina : le gouvernement dément l’installation d’une base française à Djibo

Remi Fulgance Dandjinou

Rémi Fulgance Dandjinou, ministre porte-parole du gouvernement burkinabé

Le gouvernement burkinabé a démenti l’information, rapportée par certains médias, sur l’installation en cours d’une base militaire française à Djibo, dans la province du Soum (Région du Sahel). Dans un point de presse qu’il a animé, ce jeudi 3 octobre, le ministre porte-parole du gouvernement, Rémi Fulgance Dandjinou, a été catégorique : « il n’y a pas de base française installée à Djibo ».

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

« Il n y a pas de bases militaires étrangères à Djibo. Les forces étrangères sont intervenues à la demande de l’Etat burkinabè et sont reparties après ». Rémi Fulgance Dandjinou, ministre porte-parole du gouvernement burkinabé.

Selon le ministre Dandjinou, il s’agit plutôt des interventions qui sont faites par les forces françaises, « à la demande de l’état-major du Burkina ». Le porte-parole du gouvernement a précisé que des éléments de la force française Barkhane sont intervenus, par deux fois, à la demande des autorités militaires burkinabés.

La province du Soum est l’une des régions les plus touchées du pays, par les attaques des groupes terroristes actifs dans cette partie du Sahel. A plusieurs reprises, la ville de Djibo ainsi que les villages environnants,  ont été la cible d’assauts lancés par des individus armés se revendiquant de plusieurs groupes jihadistes. Ce qui a provoqué une dégradation inquiétante de la situation sécuritaire ainsi que le déplacement de milliers de personnes, qui fuient les violences. Malgré le renforcement du dispositif militaire dans la zone, l’armée burkinabé a dû, à plusieurs reprises, solliciter l’intervention de la force française Barkhane, pour contenir les menaces sécuritaires. Mi-septembre dernier, les militaires françaises ont justement pris position à Djibo, afin notamment de sécuriser le sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO et du G5 Sahel sur le terrorisme dans la sous-région. Des opérations confirmées par l’état-major français.

A.Y.B (Actuniger.com)



Commentaires  

-2 #1 Alfaga 03-10-2019 13:21
Pour les autorites Burkinabe, la Constitution de leur pays n'est pas un chiffon de papier que n'importe quel energumene peut pietiner en toute impunite. Par ailleurs, la revolution des annees 80 les a debarrasse du complexe de la peau blanche qui guide les issoufou mahamadou et autres petits negres de service des dirigeants francais.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #2 Bouchira Abdourahamane 03-10-2019 20:00
Voilà comment sa commencer au Niger on dément on dément jusqu'au arrivée des bas étrangers même pas la France seulement
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Afriki 07-10-2019 19:54
Nous ne voulons pas de l'aide qui nous condamne aa l'aide . Nous ne voulons pas de l'aide provoquee .
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com