dimanche, 24 mars 2019
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

algeria protests 0

Des centaines de milliers de manifestants sont une nouvelle fois descendus pacifiquement dans les rues d'Alger, d'Oran et Constantine ce vendredi pour protester contre la décision du président Abdelaziz Bouteflika de briguer un cinquième mandat. Très largement supérieure à celle des manifestations des deux derniers vendredis à Alger, la mobilisation est difficile à chiffrer, les autorités ne donnant aucune évaluation du nombre de protestataires.

Les places et principales rues du centre d'Alger étaient noires de monde et le cortège a peiné à avancer en raison de la foule. La police a fait usage de gaz lacrymogènes et de grenades assourdissantes pour disperser des manifestants qui tentaient de forcer un cordon de police bloquant l'accès à une artère remontant vers la présidence de la République. Aucun autre incident notable n'a toutefois été signalé et la manifestation s'est déroulée dans une ambiance festive.

A Oran et Constantine, respectivement deuxième et troisième villes du pays, la mobilisation a également été très supérieure à celle des deux vendredis précédents. Des manifestations de grande ampleur ont été également été signalées à Oued Souf, Tizi-Ouzou, Skikda et Béjaïa, des marches spontanées initiées par des citoyens anonymes sur les réseaux sociaux.

Les profils des manifestants sont d'ailleurs extrêmement variés. D'après les témoignages recueillis par RFI, beaucoup de jeunes étaient présents, également des moins jeunes, des hommes, des enfants et aussi de nombreuses femmes. Les rassemblements de ce vendredi coïncident avec la Journée internationale des droits des femmes. A Alger, les militantes féministes étaient elles aussi au rendez-vous, comme Thinehinane Makaci, porte-parole de l'association féministe Tharwa N'Fadhma N'Soumeur : « Bien sûr, les slogans anti-5e mandat et anti-système sont éminemment présents puisqu'il est question d'une cause nationale. Mais la revendication féministe est présente puisque les associations féministes sont là avec des slogans particulièrement contre le Code de la famille, qui condamne aujourd'hui les femmes algériennes à être des citoyennes sous réserve. Il y a aussi la revendication des femmes pour le travail, la revendication des femmes pour la reconnaissance en tant que citoyennes à part entière éminemment présente dans les rues d'Alger aujourd'hui. »

Abdelaziz Bouteflika de plus en plus isolé

Des députés du FLN, le parti présidentiel qui dirige l'Algérie depuis son indépendance en 1962, se sont eux aussi joints à la contestation. Ils ont annoncé leur démission du parti. L'information a été révélée par la chaîne de télévision privée Echorouk TV. Mercredi déjà, plusieurs responsables du parti s'étaient distingués en défilant aux côtés de manifestants. Le maire FLN de Constantine a lui aussi manifesté dans sa ville.

De plus en plus isolé, Abdelaziz Bouteflika a perdu plusieurs soutiens qui lui étaient traditionnellement acquis. Il y a d'abord eu une vague de démissions au sein du Forum des chefs d'entreprise, une organisation patronale dirigée par Ali Haddad, réputé proche du chef de l'Etat. Il y a ensuite eu ce message de la puissante Organisation nationale des moudjahidines, un regroupement d'anciens combattants de la guerre d'indépendance, qui estime que les institutions algériennes « ne sont pas à la hauteur des aspirations du peuple. »

Enfin, plusieurs branches de l'Union générale des travailleurs algériens, syndicat traditionnellement acquis au pouvoir, se sont démarqués du patron de la centrale en apportant eux aussi leur appui aux manifestants.

Du côté de l'opposition, plusieurs partis et personnalités se sont réunis jeudi à Alger au siège du parti d'Ali Benflis, l'ancien Premier ministre d'Abdelaziz Bouteflika devenu l'un de ses plus grands adversaires politiques. Les participants se sont mis d'accord sur un report de la présidentielle prévue le 18 avril. Une question subsiste : doivent-ils négocier ou non avec le pouvoir ? Sur ce point, l'opposition reste pour l'instant divisée.

Protestation alger

 

RFI

Ajouter un Commentaire

800x800 visuel min

IMG 20190108 WA0002

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Mali: L'attaque d'un village peul fait plus de 100 morts dans le centre du pays

23 mars 2019
Mali: L'attaque d'un village peul fait plus de 100 morts dans le centre du pays

L’attaque ce samedi d’un village peul du centre du Mali a fait au moins 115 morts selon un nouveau bilan officiel. Un bilan officiel qui ne cesse de s’alourdir. L’attaque ce...

Ghana : plus de 60 morts dans la collision de deux autocars

22 mars 2019
Ghana : plus de 60 morts dans la collision de deux autocars

Deux bus, transportant chacun quelque 50 passagers, se sont percutés ce vendredi matin. Au moins 60 personnes ont péri.      L’accident s’est produit aux premières heures du 22 mars dans...

Mali : au moins 21 soldats tués lors de l'attaque d'un camp militaire par des présumés jihadistes

18 mars 2019
Mali : au moins 21 soldats tués lors de l'attaque d'un camp militaire par des présumés jihadistes

Une attaque menée contre un camp de l'armée par des jihadistes présumés au centre du Mali a fait au moins 21 morts parmi les militaires. L'opposition exhorte le président Ibrahim...

Attaques terroristes dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande : au moins 49 personnes tuées

15 mars 2019
Attaques terroristes dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande : au moins 49 personnes tuées

Quarante-neuf personnes ont été tuées et quarante-huit autres blessées dans des attaques contre deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Le tireur présumé est un Australien qui se serait inspiré de...

Algérie: Abdelaziz Bouteflika renonce à un 5e mandat et reporte les élections

11 mars 2019
Algérie: Abdelaziz Bouteflika renonce à un 5e mandat et reporte les élections

Le président algérien a annoncé ce lundi 11 mars via une lettre publiée par l'agence officielle APS qu'il renonçait à briguer un cinquième mandat et que l'élection présidentielle du 18...

Alpha Kaba: en Libye, «on nous vend comme des bêtes sauvages»

11 mars 2019
Alpha Kaba: en Libye, «on nous vend comme des bêtes sauvages»

Il a passé deux ans et demi de sa vie en Libye. Violenté, torturé, réduit en esclavage. Le journaliste guinéen Alpha Kaba raconte son expérience dans un livre intitulé « Esclave des...