samedi 13 août 2022

3415 lecteurs en ligne -

fraren

Affaire Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé : déclaration du Procureur de la CPI, Fatou Bensouda

Fatou Bensouda Declaration

Dans une décision rendue oralement ce matin, deux des trois juges de la Chambre de première instance I de la Cour dans l'affaire contre Messieurs Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ont décidé de les acquitter des crimes contre l'humanité qu'ils auraient, selon nous, commis sur la base des éléments à charge collectés dans une enquête menée en toute indépendance et objectivité. Les juges ont rendu leur décision. L'Accusation a le droit d'interjeter appel de cette décision.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Il était question d'allégations de crimes graves commis en Côte d'Ivoire et visés au Statut de Rome.

Nous allons examiner attentivement la décision écrite de la Chambre de première instance I et ses motifs dès qu'ils seront disponibles et nous allons déterminer la marche à suivre.

La remise en liberté de Messieurs Gbagbo et Blé Goudé a été suspendue jusqu'à demain matin, lorsque l'Accusation entend présenter ses observations sur la question devant la Chambre de première instance I de la Cour.

Je tiens à ajouter que nos enquêtes se poursuivent en Côte d'Ivoire. Nous restons déterminés à nous acquitter de notre mandat en vertu du Statut de Rome. Ce faisant, mon Bureau est résolument déterminé à remplir son rôle, en gardant avant tout et toujours à l'esprit le sort des victimes dans ce pays.

Bureau du Procureur de la CPI mène des examens préliminaires, des enquêtes et des poursuites à propos du crime de génocide, des crimes contre l'humanité, des crimes de guerre et du crime d'agression, en toute impartialité et en toute indépendance. Depuis 2003, le Bureau enquête sur plusieurs situations relevant de la compétence de la CPI, notamment au Burundi, en Côte d'Ivoire, au Darfour (Soudan), en Géorgie, au Kenya, en Libye, au Mali, en Ouganda, en République centrafricaine (deux situations distinctes) et en République démocratique du Congo. La Chambre préliminaire II de la Cour est saisie de la demande d'autorisation d'ouvrir une enquête sur la situation en République islamique d'Afghanistan déposée par le Procureur. Le Bureau conduit également des examens préliminaires à propos des situations au Bangladesh/Birmanie, en Colombie, en Guinée, en Iraq/Royaume-Uni, au Nigéria, en Palestine, aux Philippines, en Ukraine et au Venezuela.

Source : Bureau du Procureur



Commentaires  

+1 #1 Dieu sera au contrôle 15-01-2019 20:20
Dieu est au contrôle
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #2 3eeeeeeeeeeeeeeeeeee 16-01-2019 01:28
HONTE A TOI BENSOUDA. PETITE ESCLAVE DES BLANCS. NEGRESSE DE MAISON
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 Alkaly 16-01-2019 08:34
Pourquoi vous n'examinez pas les crimes commis par soro et ouattara notamment à doukouré ? Un vrai massacre des forces nouvelles de soro. Vous simplement un pion de l'impérialisme occidental et non une cour de justice?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 Ido 16-01-2019 08:42
Honte a toi...toi qui traines l'image de tout un pays dans la boue sans aucune preuve pendant 7ans. Honte à toi qui as joué le rôle de la France pour museler Gbagbo. Honte à toi qui parles de justice mais une justice qui ne s'applique pas à tous de le même manière.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Angel 16-01-2019 23:25
Et ouij'ai honte à votre place madame bensouda.vous etre la honte de l'Afrique .essayez d'abord de faire des vrai enquêtes avant de mettre les gens en prison .en plus arreter de gaspier l'argent du contibuable à ne rien fairecque de grand discours....nous on se rejouir de cette decision .si vous voulez faites appel on va repondre si en 7ans vous n'avez pas puis prouver que les deux sont coupable ce n'est pas maintenant que ca va changer .....
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com