dimanche, 27 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


blaise compaore afp 512x288

L'ex-président burkinabè Blaise Compaoré, en exil en Côte d'Ivoire, et les ministres de son dernier gouvernement seront jugés à partir du 27 avril, a annoncé lundi 10 avril la Haute Cour de justice. Ils devront répondre d'« assassinat, complicité d’assassinat, coups et blessures » pour la répression de l'insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

Zeyna transfert argent bis

Tout a basculé le 30 octobre 2014, lorsque l'insurrection a éclaté au Burkina Faso pour empêcher la révision de l’article 37 de la Constitution. Si elle avait été votée par l'Assemblée nationale ce jour-là comme prévu, elle aurait permis à Blaise Compaoré de briguer un cinquième mandat présidentiel. Des dizaines de milliers de manifestants sont sortis dans la rue, incendiant l'hémicycle. Le soulèvement a emporté le régime de Blaise Compaoré en deux jours seulement. Mais à quel prix : officiellement, la répression a fait 33 morts et 625 blessés, essentiellement par balles.

L'accusation se fonde sur le Conseil extraordinaire des ministres du 29 octobre 2014, la veille du vote par l'Assemblée nationale et alors qu'un climat insurrectionnel s'est déjà installé dans le pays. Lors de ce Conseil des ministres, il est décidé de faire appel à l'armée pour réprimer les manifestants. Le procureur Armand Ouédraogo parle même d'« une réquisition complémentaire spéciale » qui autorise les militaires à faire usage de leurs armes à feu. Pour le parquet, « les ministres ont donné les moyens à ceux qui ont commis ces assassinats durant les journées troubles de le faire ». « Pour cela, ils sont mis en cause lors de ce procès. Pour cela et pour rien d'autre », explique un avocat burkinabè.

Blaise Compaoré en Côte d'Ivoire

En tout, 32 ministres vont être jugés. Parmi eux, le Premier ministre Luc Adolphe Tiao qui attend son procès en liberté provisoire, comme Jérôme Bougouma, le ministre de l'Administration territoriale, et Alain-Edouard Traoré, porte-parole à l'époque du gouvernement. Salif Kaboré, le ministre des Mines, est lui en exil comme d'autres anciens ministres.

Blaise Compaoré a même pris la nationalité ivoirienne. Il sera donc jugé par contumace. Mais il sera jugé. Une première. Il avait d'abord été question de poursuivre l'ancien président pour « haute trahison » ou « attentat à la Constitution ». Cette procédure a été avortée à cause, officiellement, d'un vide juridique. « Un problème d'achèvement des lois », avait expliqué le procureur de la Haute Cour de justice en septembre dernier. Cette fois, c'est donc en tant que ministre de la Défense – il cumulait les deux fonctions – que Blaise Compaoré sera jugé puisqu'il a assisté au fameux Conseil de ministres du 29 octobre 2014. En tant qu'ancien chef d'Etat, il est couvert par l'immunité, mais pas en tant que ministre de la Défense. S'il devait être condamné, rien ne dit cependant que la Côte d'Ivoire accepterait de l'extrader.

Un parfum d'inachevé

Avant même de commencer, ce procès a déjà un parfum d'inachevé. En raison de cette absence du président Compaoré, mais surtout parce que ce procès devant la Haute Cour de Justice se fera sans les victimes. En effet, les victimes ne peuvent pas se porter parties civiles devant cette juridiction. Elles attendent donc beaucoup des autres procédures ouvertes devant le tribunal de grande instance de Ouagadougou. Cela prend plus de temps, car la justice doit entendre plus de monde : des politiques, des militaires et bien sûr les victimes. Selon différentes sources, un procès pourrait avoir lieu en fin d'année et en début d'année prochaine. « Ce sera vraiment là le grand moment de vérité », estime Me Guy Hervé Kam, porte-parole du Balai citoyen, l’un des fers de lance de l'insurrection populaire.

Ce procès devant la Haute Cour de Justice est néanmoins très attendu, notamment dans le cadre de la lutte contre l'impunité. Selon Guy Hervé Kam, « au-delà de la responsabilité pénale, ce procès va ouvrir la voie à la responsabilité politique des gouvernants pour les actes qu'ils posent quand ils sont en fonction ». Les partisans de l'ancien régime dénoncent déjà quant à eux un « procès politique », un « procès joué d'avance » qui tient plus d'un « esprit de revanche » que d'un désir de justice.

 

RFI

Zeyna transfert argent bis

Ajouter un Commentaire

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...Lire plus...
Publier le 25/09/2020, 13:49
assemblee-nationale-discours-du-pan-a-l-ouverture-de-la-2e-session-ordinaire-au-titre-de-l-annee-2020 La 2ème session ordinaire de l’Assemblée nationale au titre de l’année 2020, dite Session...Lire plus...
Publier le 25/09/2020, 13:36
elections-2020-2021-l-union-europeenne-lance-son-programme-de-soutien-pour-un-processus-electoral-credible-inclusif-et-transparent Dans le cadre de sa coopération avec le Niger, l'Union européenne (UE) a signé une convention de...Lire plus...
Publier le 24/09/2020, 11:53
lutte-contre-la-covid-19-le-groupe-orano-renforce-les-capacites-operationnelles-du-cermes Dans le cadre du soutien aux autorités dans la lutte contre la pandémie du Covid-19, le groupe Orano...Lire plus...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...Lire plus...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...
Publier le 23/09/2020, 06:45
ethique-et-bonne-gouvernance-les-douanes-nigeriennes-a-l-ecole-du-programme-anti-corruption-et-de-promotion-de-l-integrite-de-l-organisation-mondiale-des-douanes-a-cpi-omd Niamey abrite, du 22 au 23 septembre 2020, la première réunion des contributeurs internes et externes...
Publier le 21/09/2020, 14:45
elections-presidentielles-investi-candidat-du-mpr-jamhuriya-albade-abouba-annonce-ses-ambitions Le Mouvement Patriotique pour la République (MPR Jamhuriya) a investi son président Albadé Abouba...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 22/09/2020, 06:24
elections-presidentielles-pour-une-confrontation-loyale-et-equitable-gage-d-une-certaine-intelligence-politique-au-service-du-pays L’investiture, comme candidats aux prochaines élections présidentielles, de deux autres poids lourds...
Publier le 23/09/2020, 20:23
situation-politique-selon-hama-amadou-ce-qui-s-est-passe-au-mali-pourrait-se-reproduire-au-niger Investi le 19 septembre dernier à Dosso, candidat du MODEN/FA Lumana, l’opposant Hama Amadou a animé...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 21/09/2020, 14:45
elections-presidentielles-investi-candidat-du-mpr-jamhuriya-albade-abouba-annonce-ses-ambitions Le Mouvement Patriotique pour la République (MPR Jamhuriya) a investi son président Albadé Abouba...
Publier le 21/09/2020, 22:15
mali-un-ancien-militaire-comme-chef-d-etat-et-l-essentiel-du-pouvoir-dans-les-mains-de-la-junte-militaire Les premières autorités de la transition politique sont connues depuis ce lundi 21 septembre 2020,...
Publier le 22/09/2020, 06:24
elections-presidentielles-pour-une-confrontation-loyale-et-equitable-gage-d-une-certaine-intelligence-politique-au-service-du-pays L’investiture, comme candidats aux prochaines élections présidentielles, de deux autres poids lourds...

Dans la même Rubrique

Mali : un ancien militaire comme chef d’Etat et l’essentiel du pouvoir dans les mains de la junte militaire

21 septembre 2020
Mali : un ancien militaire comme chef d’Etat et l’essentiel du pouvoir dans les mains de la junte militaire

Les premières autorités de la transition politique sont connues depuis ce lundi 21 septembre 2020, veille de la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance du pays. Il s’agit du colonel-major...

Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

16 septembre 2020
Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte militaire lors du mini-sommet sur la crise malienne qu’ils ont tenu le lundi 15...

Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

15 septembre 2020
Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

L’ancien président malien, le général à la retraite Moussa Traoré,  est décédé ce mardi 15 septembre 2020 à 83 ans, selon des sources familiales citées par plusieurs médias maliens. Au...

Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

7 septembre 2020
Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

Les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de la CEDEAO qui se sont réunis ce lundi en sommet ordinaire à Niamey, ont exigé la nomination d'un président de...

CPI/USA : la procureure Fatou Bensouda sur la liste noire des Etats-Unis

3 septembre 2020
CPI/USA : la procureure Fatou Bensouda sur la liste noire des Etats-Unis

Les Etats-Unis sont passés des menaces aux actes en imposant des sanctions à Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI). La gambienne est désormais inscrite sur la...

Guinée : Alpha Condé « accepte » d’être candidat pour un troisième mandat

2 septembre 2020
Guinée : Alpha Condé « accepte » d’être candidat pour un troisième mandat

Le président Alpha Condé s'est enfin exprimé ce mercredi sur sa candidature à la prochaine présidentielle du 18 octobre. A l’adresse de ses partisans réunis au Palais du peuple de...