dimanche 4 décembre 2022

2791 lecteurs en ligne -

fraren

Loi des Finances 2023 : le budget passera de 2.908 milliards en 2022 à 3.245 milliards en 2023 (ministre des Finances)

Dr Ahmat Jidoud assembee

Le ministre des Finances, Dr Ahmat Jidoud a présenté ce mercredi 5 octobre 2022, à la plénière de l’Assemblée Nationale, le projet de la loi des finances pour l’année budgétaire 2023 qui passera de 2.908 milliards en 2022 à 3.245 milliards en 2023, soit une hausse relative de 11,58%. S’agissant de cette hausse de 11,58%, Dr. Jidoud estime que c'est « une hausse raisonnable, relativement au contexte qui prévaut pour nous, et aussi aux besoins colossaux du développement que nous faisons face notamment dans les secteurs stratégiques définis par le Programme de Renaissance III du Président de la République, qui sont déclinés dans la Déclaration de politique Générale du Premier ministre et aussi le plan du développement économique et social (PDES 2022-2026) ».

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

A l’occasion de la présentation solennelle du Projet de loi des finances pour l’année Budgétaire 2023, devant la représentation nationale, ce mercredi 5 octobre 2022, en séance plénière, le Ministre des Finances Dr. Ahmat Jidoud a déclaré que « Le projet de loi soumis,  repose sur les perspectives économiques ». Pour Dr. Jidoud « les perspectives économiques pour nous sont positive en 2022 avec un taux de croissance que nous estimons être autour de 7% en 2022, mais surtout un taux de croissance qui va se raffermir en 2023 avec une projection de 16,2% et s'inscrit aussi toujours  dans une dynamique de maîtrise du déficit que nous avons ciblé ».

L’ambition de ce Programme, précise-t-il, est de «  stabiliser et renforcer le cadre macroéconomique et transformer le tissu économique en vue de réduire considérablement la pauvreté et permettre la création d’emploi, notamment pour les jeunes et les femmes ».

Les secteurs prioritaires, du présent projet de loi, demeurent les mêmes, indique le ministre des Finances, selon qui c'est « l'éducation, la sécurité de notre population et la souveraineté de notre intégrité territoriale de notre pays, c'est aussi le développement du monde rural, le développement de l'énergie, qui est un facteur de production important ».

Naturellement,  un projet de loi budgétaire est toujours accompagné des mesures fiscales et douanières nouvelles, qui sont destinées de manière sommaire à l'élargissement de la recette fiscale, pour ce qui est de celui-ci, le ministre annonce que « c'est ce que nous avons fait sur certaines impôts, notamment l'ISB avec le renforcement du recouvrement de la TVA à travers la facture certifiée pour laquelle nous avons prévu des modalités qui ont lieu à la question de la facilitation de mobilisation des ressources ».

 « Nous avons prévu des mesures permettant de redresser les recettes fiscales, sur certains domaines tout en restant dans les limites des taux qui sont prévues par les textes communautaires », a-t-il poursuivi.

« Beaucoup des mesures d'assistance aussi, ont été prévues dans ce document, notamment celles qui consistent à promouvoir les recrutements des jeunes au niveau des entreprises avec des allègement des impôts, des mesures aussi destinées  à promouvoir et à renforcer les secteurs du Sports et des activités culturelles par des entreprises privées à travers des allègements fiscaux s'ils financent ces domaines », a expliqué Dr. Jidoud.

Selon lui, Il y a également des mesures incitatives destinées à «  promouvoir et à renforcer notre secteur privé,  en particulier les PME, PMU et les grandes entreprises. Des allègements pour des importations et exportations sont aussi prévus à ce niveau ».

Le présent projet de budget au titre de l'exercice 2023 soumis à l’appréciation de l’Assemblée Nationale ce jour, par le Ministre des Finances, est sous tendu par un Rapport Economique, Social et Financier, établi en conformité avec les dispositions pertinentes de la loi organique relative aux lois de finances, indique-t-on.

Ce rapport, décrit les développements macroéconomiques et financiers récents ayant marqué l'économie nationale et internationale, les perspectives pour la fin de l'année 2022, ainsi que les projections actualisées pour l'année 2023 et à moyen terme, lesquelles ont déjà fait l'objet du Débat d'Orientation Budgétaire au mois de juin passé.

ANP

.

Commentaires  

+2 #1 HALADOU HACHIMOU 06-10-2022 06:21
Nous ne voulons pas d’une réforme du franc CFA. Nous voulons la fin du franc CFA, c’est-à-dire la fin de tout accord de coopération monétaire avec la France. Nous voulons créer et gérer nos propres monnaies indépendamment de toute ingérence de la France. Nous ne sommes pas des "Francs" (l'ethnie fondatrice du pays appelé "France"). Nous voulons un nom authentiquement africain pour notre monnaie commune. Plus aucune monnaie africaine ne doit s'appeler "franc".

Nous dénonçons les accords léonins de « coopération » imposés par la France au moment des « indépendances » et grâce auxquels elle a un statut préférentiel dans l’octroi des contrats, marchés et concessions qui lui permettent de piller nos richesses minières. Nous ne voulons plus être un marché captif pour l’écoulement des produits de l’industrie française. Nous voulons une industrie de transformation de nos matières premières sur notre propre sol. Nous voulons diversifier nos partenaires au plan mondial ; nous voulons commercer avec qui nous voulons. En ce sens, nous dénonçons les accords commerciaux qui accordent un statut préférentiel à la France dans l’approvisionnement de l’Afrique en produits manufacturés.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #2 Loozap 06-10-2022 06:36
Nous pourrions toujours compter sur le gouvernement
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #3 Dan Niger 06-10-2022 10:32
Comme à l'accoutumée nous assistons à la même rhétorique au même discours sur les dépenses régaliennes de l'état en prelude à l'année qui s'annonce mais le comble ce que le politique va réserver Ehontement le même traitement dans la gestion des deniers publics conformément à ses desideratas et sa soif effrénée de satisfaire la clientèle politique tapie dans des institutions Budgétivores et autres postes politiques pompeusement crées pour siphonner nos maigres ressources .Et rien ne parviendrait aux populations rurales et autres invisibles de la république dans l'exécution du Budget qui sont hantés quotidiennement par l'insécurité grandissante une école qui va à vau l'eau et un service public inexistant ..Et en lieu et place nous assisterons fatalement à l'émergence des nouveaux grace aux contrats juteux et nous verrons Gambadées sur nos routes jonchées des nid de poules des voitures de luxe et nous serons témoins impuissants des châteaux et autres bungalows haut standing qui vont jaillir du sous sol de nos centre urbains ..Je me dis il est grand temps que nos états aillent le courage d'etablir une correlation entre le discours et les actes et de penser un temps soit peu aux populations qui l'a élu.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 KATAKO 06-10-2022 17:17
Citation en provenance du commentaire précédent de Loozap :
Nous pourrions toujours compter sur le gouvernement


IDIOT!!!!!!
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com