samedi, 08 août 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Ibrahim Bare et Chirac

Sur le refus de reconnaître son titre d’Ancien Président de la République au Général Ibrahim Mainassara BARE par la Présidence de la République à travers son Site Internet, en violation de l’Arrêt n°96-107/CC du 21 juillet 1996 de la Cour Suprême (http://www.presidence.ne/sites/default/files/cv-ibrahim-bare-mainassara.pdf).

Monsieur le Président de la République,

Profitant de cette veille du 55ème anniversaire de la proclamation de l’Indépendance notre pays, j’ai l’honneur de soumettre à votre haute bienveillance, le cas d’un refus de la Présidence de la République de reconnaître au Général Ibrahim Mainassara Baré (PSA), sa qualité d’Ancien Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement que lui confère la Constitution tel qu’il ressort de son site Internet(www.presidence.ne). En effet, de sa biographie publiée à l’adresse susmentionnée, il ressort que seul, le titre de Président du Conseil de Salut National est attribué au Président Baré. Même si j’ai été surpris de découvrir sur ce site, que le Président du Conseil de Réconciliation Nationale (CRN) dont on évite de mentionner les dates d’entrée et de sortie à l’école primaire et au secondaire, lui, était en poste dès le 9 avril 1999, jour de l’assassinat, et avant même la création du CRN, le 11 avril 1999.Est-ce une simple étourderie des auteurs de la biographie, ou alors une réelle volonté de nuire en falsifiant l’histoire du Niger sur la vitrine de l’Institution la plus prestigieuse de la République? Je ne saurais résoudre cette énigme.

Alors, face à une telle injustice, fallait-il continuer à se taire et laisser faire ou alors alerter le Maître des lieux « afin que nul n’en ignore »? J’ai fini par opter pour celle de la sagesse, en ayant à l’esprit l’adage « Qui peut et n’empêche, pèche » (Loisel), opposable au Président de la République. Après plusieurs tentatives infructueuses de recherche d’une solution auprès de certains de vos proches, j’ai compris que La cessation delà violation de ce droit élémentaire ne pouvait être garanti que par le Président, qui a juré solennellement sur le Livre Saint, « devant Dieu et devant le Peuple nigérien souverain », de « respecter et faire respecter la Constitution. …et de respecter et défendre les droits et libertés des citoyens. » Cette Constitution qui énonce en son article 10, « Tous les Nigériens naissent et demeurent libres et égaux en droits et en devoirs. »

La Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, ratifiée par le Niger, ne dit pas autre chose en ses articles 3 et 5 : « Toutes les personnes bénéficient d'une totale égalité devant la loi » et « Toutindividu a droit ….à la reconnaissance de sa personnalité juridique ».

Je dois avouer que le grands dilemme auquel j’ai été confronté était comment réussir à convaincre l’ancien opposant historique que vous étiez, devenu Président de la République, à respecter une décision de la Cour Suprême contestée à tort en 1996 ?

Le Président Baré, faut-il le rappeler, avait participé à tous les Sommets et rencontres internationales de la CEDEAO de l’ex OUA, de l’ONU du CILSS, de la CENSAD du Conseil de l’Entente, en tant que Président de la République. Et comme vous le savez, c’est es-qualité, en vertu des pouvoirs qui lui étaient conférés par l’article 118 de la Constitution, qu’il avait négocié et signé :

- les accords financiers avec les institutions de Brettons Woods qui ont permis le redressement économique et financier du Niger ;

- l’accord de rétablissement, le 19 août 1996, des relations diplomatiques entre le Niger et la République Populaire de Chine, devenue incontournable dans la réalisation de votre programme de la Renaissance ;

- la création, le 4 février 1998 à Tripoli, de lCommunauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD), au départ par six (6) Etats visionnaires et dont l’utilité au plan diplomatique et économique n’est plus à démontrer ;

- la création, en 1998 de la Force Multinationale Conjointe (FMT) entre le Niger, le Nigéria et  le Tchad, initialement dédiée à la lutte contre la criminalité transfrontalière, devenue incontournable aujourd’hui pour la lutte contre le terrorisme pour la survie de nos Etats.

Est-ce possible de reconnaître la valeur juridique de ces accords, pour ne citer que ceux-là, sans pour autant reconnaître sa qualité au signataire qui n’était personne d’autre que le Président de la République Baré, Chef du Gouvernement de 1996 à 1999 ?

Monsieur le Président,

Face aux énormes enjeux de pouvoir, les contentieux électoraux sont si fréquents dans nos jeunes démocraties que tout candidat Président sortant, peut facilement se retrouver dans la même situation que le Président Baré en 1996, puisque dit-on, « l’histoire est encore plus rancunière que les hommes » (N. Karamzine). Sur ce plan « la règle d’or » est formelle : « Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas qu’on vous fasse. »

C’est pourquoi, je vous convie solennellement et en toute humilité au respect de l’Arrêt n°96-107/Ch. Cons du 21 juillet 1996de la Cour Suprême proclamant élu le candidat indépendant Ibrahim Mainassara Baré dès le premier tour des élections présidentielles des 7 et 8 juillet 1996. Les arrêts de la Cour Suprême d’hier, comme ceux de la Cour Constitutionnelle d’aujourd’hui, ne sont susceptibles d’aucun recours. Ils lient les pouvoirs publics et toutes les autorités administratives, civiles, militaires et judiciaires. » Nous rappelons à certains esprits amnésiques que le Vice-président du Conseil Constitutionnel de Transition qui a prononcé votre élection le 1er avril en 2011, n’était personne d’autre que le très intègre et compétent Magistrat hors pair Abdourahamane SOLY, qui était Procureur Général près la Cour Suprême le 21 juillet 1996 qui continue encore aujourd’hui avec courage et abnégation à défendre le droit, rien que le droit. Et le très sage Ousmane Mory CISSOKO, par son expérience inégalée acquise à l’ancienne Cour Suprême et ailleurs, continue de rendre d’énormes services à la nation au sein de l’actuelle Cour Constitutionnelle.

En conséquence, l’usage, sur un site officiel de la République, des commentaires du genre « Résultats du hold-up électoral des 7 et 8 juillet 1996 tels que proclamés par la Cour Suprême présidée par Ali Bandiaré..», ne l’honore point. Ces qualificatifs peuvent  en toute logique être considérés comme un « jet de discrédit sur une décision de justice » et un « outrage à magistrat » punis par la loi. En effet, notre Loi fondamentale tranche en son article 117 : « Les décisions judiciaires s’imposent à tous, aux pouvoirs publics comme aux citoyens. Elles ne peuvent être critiquées que par les voies et sous les formes autorisées par la loi. » 

Le président le plus populaire au monde à la tête du pays le plus puissant et le plus démocratique du monde, en l’occurrence Barack OBAMA, vient de nous rappeler fort opportunément du haut de la tribune de l’union Africaine que « La loi est la loi, et personne n’est au-dessus de la loi, même le président…La démocratie, n’est pas seulement la tenue d’élections…..Quand des journalistes sont emprisonnés…..vous avez peut une démocratie sur le papier, mais pas en substance. » Le Président Baré n’avait certes pas été élu lors d’une élection imparfaite, mais il avait autorisé des centaines de manifestations, la liberté à outrance de la presse (les archives peuvent l’attester) et malgré les violences physiques et verbales de certains acteurs, il demeure l’un des rares dirigeants militaires en terre africaine (rendons à César, ce qui est à César) à n’avoir ni blessé ni tué personne à balles réelles lors des manifestations durant son magistère de 1996 à 1999. Il a soigneusement évité de menacer, condamner, emprisonner le frère, la sœur l’oncle ou la tante, l’épouse ou l’époux, le grand-père ou la grand-mère, le fils ou la fille d’un citoyen pour ses opinions contre sa propre personne durant son mandat et je défie quiconque de me prouver le contraire (un musulman a l’obligation de témoigner sur un autre musulman qui n’est plu de ce monde).

Monsieur le Président de la République,

Connaissant votre attachement à l’idéal républicain et votre noble charge de Gardien de la Constitution, je ne saurais douter un seul instant qu’il vous plairait d’instruire les Services compétents pour prendre les mesures idoines visant à préserver les intérêts du Président BARE et ses ayants-droits. L’admirateur du Calife Omar Ibn Al-Khattab, protecteur des veuves et des orphelins, ne peut faire moins.

Cette page du contentieux électoral de 1996 doit être définitivement tournée pour permettre aux fils du pays, dont l’Hymne national appelle à juste raison « à éviter les vaines querelles », de se consacrer exclusivement aux gigantesques chantiers du développement pour lesquels ils sont le plus attendus.

Je me tiens à l’entière disposition de vos services pour la recherche de la solution idoine à l’épineuse question.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma déférence.

 PJ : Biographie actualisée du Président Ibrahim Mainassara Baré

Ampliations : Presse nationale et internationale – Assemblée Nationale - Gouvernement - Cour Constitutionnelle – Conseil d’Etat – Haute Cour de Justice- Conseil Supérieur de la Communication - Médiateur de la République –Commission Nationale des Droits Humains (CNDH)- Représentations diplomatiques – SAMAN - Organisations de Défense des Droits de l’Homme - Partis politiques – Société civile.                                                        

Le 31 juillet 2015

Djibrilla Mainassara BARE - Ancien Conseiller Spécial du Président de la République

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

BIOGRAPHIE DE IBRAHIM MAINASSARA BARE  

(Les passages en couleur rouge sont les omissions par rapport à la biographie publiée à l’adresse : http://www.presidence.ne/sites/default/files/cv-ibrahim-bare-mainassara.pdf)

Né le 9 mai 1949 à Maradi

Officier des Forces Armées Nigériennes

Ministre puis Ambassadeur

Conseiller Militaire du Premier Ministre de Transition, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées

Chef d’Etat -major Particulier du Président de la République

Chef d’Etat-major Général des Forces Armées Nigériennes

Président du Conseil de Salut National, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement

Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, Chef Suprême des Armées

 

Etudes et diplômes

- Etudes primaires, à Ayérou, Niamey, Tillabéry, Diffa : CEPE ;

- Etudes secondaires au Lycée National de Niamey actuel Lycée Issa Korombé, de 1963 à 1970, BEPC et BAC A4 ;

- Formation militaire initiale à l’Académie Militaire Malgache d’Antsirabé, d’octobre 1970 à juillet 1973, Diplôme d’Officier de carrière ;                                     

Brevet de l’Athlète MALHASY 1972 ;

- Diplôme de Surveillant de Baignade 1972

- Ecole d’Application d’Infanterie (IAI) de Montpellier en France de septembre 1974 à  août 1975, Certificat de Fin de Stage d’Application Infanterie ;

- Stage d’Officiers Instructeurs Commando, mai à juin 1975, Certificat de fin de stage d’Officiers Instructeurs Commando en septembre 1975 ;

- Certificat d’Aptitude aux fonctions de largueur de personnel sur TRANSALL ;

- Stage de Certificat de Langue Française du 2nd et 3ème degré au début du 3ème trimestre 1975, Certificat de Langue Française du 2nd degré ; Certificat de Langue Française du 3ème degré ;

- Cours de pilotage : Brevet de Pilote Privé « Avion » qualification bimoteur ;

- Stage d’Officiers Troupes Aéroportées (TAP) à Pau en France de septembre à octobre 1980 : Certificat d’Aptitude aux TAP d’Officier Active ;

- Stage des Cours de Capitaines à Montpellier à Montpellier (France) en août 1981 : Attestation de Fin de Stage de Perfectionnement des Capitaines TAP;

- Stage des Officiers Spécialistes en Techniques Aéroportées à Pau (France) de mars à juin 1984 : Certificat d’Officier Instructeur de Parachutiste;

- Stage d’Etat-major de Compiègne en France de mars à juin1984 : Diplôme d’Etat-major

- Stage au Collège Inter armées de Défense à Paris (France) de juin 1994 à juillet 1995 (2nd promotion), Brevet d’Etudes Militaires Supérieures ;

- Stage au Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques (CEDS) de Paris,Diplôme de Docteur Honoris Causa du CEDS à titre posthume en juin 2003

Fonctions militaires

- 1er octobre 1970 : incorporé aux Forces Armées Nigériennes en qualité d’Engagé Volontaire ;

- 1er septembre 1973 : Affecté au Centre d’Instruction des Forces Armées Nigériennes de Tondibia ;

- 1er mai à septembre 1974, puis de septembre 1975 à août 1976 : Aide de Camp du Lieutenant-colonel Seyni Kountché, Président du Conseil Militaire Suprême, Chef de l’Etat ;

- Cumule les fonctions d’Aide de Camp du Chef de l’Etat avec celles d’Adjoint au Chef de Corps de la Garde présidentielle ;

-1er septembre 1976  au 1er août 1978 : Commandant de la Garde présidentielle

-1er août 1978 au 12 septembre 1980 Commandant de la Compagnie Parachutiste de Niamey (1er séjour)

- 15 février 1982 au 22 mars 1984 Commandant de la Compagnie Parachutiste de Niamey (2ème séjour) ;

- 25 juin au 1984 au 1er septembre 1984 Commandant de la Compagnie Parachutiste de Niamey (3ème séjour)

- Septembre 1984 : Chef du 3ème Bureau de l’Etat-major Général des Forces Armées Nigériennes ;

- Décembre 1985 : Attaché militaire à l’Ambassade du Niger à Paris ;

- Pour compter du 21 août 1992 : Chef du Bureau de la Coopération Militaire au Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération à Niamey ; cumule ces fonctions avec les suivantes:

- A compter du 23 septembre 1992 : Conseiller Militaire du Premier Ministre de Transition, SE Cheiffou Amadou, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, Chef Suprême des Armées, aux lendemains de la Conférence Nationale Souveraine, cumulativement avec ses fonctions précédentes de Chef du Bureau de Coopération Militaire ;

- Mai 1993 - juin 1994 : Chef d’Etat-major Particulier du Président de la République Mahamane Ousmane, Responsabilités assumées jusqu’à son départ en stage en France ;

- du 15 mars1995 : Chef d’Etat-major général des Forces Armées Nigériennes, Fonctions assumées jusqu’au coup d’Etat militaire qu’il a perpétré le 27 janvier 1996.

 

Fonctions politiques

- Du 7 septembre 1987 au 10 mars 1988 : Ministre de la Santé publique et des Affaires Sociales (Gouvernement dont le Premier Ministre était M. Hamid Algabid ; le Chef de l’Etat et du Gouvernement étant d’abord le Général Seyni Kountché et ensuite le Général Ali Saibou) ;

- A compter du 15 juillet 1988 : Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire du Niger auprès de la République Française, du Royaume d’Espagne, de la  Grande-Bretagne et du Portugalavec Résidence à Paris ;

- A compter du 29 janvier 1990 : Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République du Niger auprès de la République Algérienne Démocratique et Populaire avec résidence à Alger ;

- 15 mars 1995 : Chef d’Etat-major Général des Forces Armées Nigériennes ;

- 27 janvier au 9 août 1996 : Président du Conseil de Salut National (CSN) et de facto Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement ; le CSN étant un Directoire militaire mis en place suite au coup d’Etat militaire du 27 janvier 1996 ;

-9 août au 09 avril 1999 : Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement.

Elu le 21 juillet 1996 Président de la République aux élections présidentielles organisées les 7 et 8 juillet 1996 et investi le 9 août 1996 ;

Résultats des élections des 7 et 8 juillet 1996 proclamés par la Cour Suprême par Arrêt n°96-107/Ch. Cons du 21 juillet 1996 :

Nombre de bureaux de vote : 8 371

Nombre de bureaux de vote dont les résultats sont parvenus : 8 297

Inscrits : 3 804 750- Votants : 2 525 019 - Bulletins blancs ou nuls : 107 830 –

Nombre de suffrages exprimés : 2 417 189

Répartition des voix par candidat :

Djermakoye Moumouni Adamou (ANDP) : 115 302 voix soit 4,77%

Mahamadou Issoufou (PNDS Tarayya) :183 826 voix soit 7,60%

Mamadou Tandja (MNSD Nassara) 378 322 voix soit 15,65%

Mahamane Ousmane (CDS Rahama) : 477 431 voix soit 19,75%

Ibrahim Maïnassara Baré (Indépendant) : 1 262 308 voix soit 52,22%, élu au premier tour

Grades successifs dans les Forces Armées Nigériennes

- Aspirant – le 1er octobre 1970

- Sous-lieutenant – le 1er octobre 1973

- Lieutenant – le 1er octobre 1975

- Capitaine – le 1er octobre 1980

- Chef de Bataillon – le 1er octobre 1986

- Lieutenant-colonel – le 1er janvier 1993

- Colonel  – (avancement exceptionnel) -le 1er octobre 1995 suite à l’obtention duBrevet d’Etudes Militaires Supérieures

- Général de brigade (avancement exceptionnel) – le 15 mai 1996.

 

Expérience associative

-De 1963 à 1970 : Membre de l’Association des Elèves du Lycée National de Niamey ;

-De 1980 à 1981 : Président de la Fédération Nigérienne de Judo et Disciplines Assimilées.

 Activités politiques

-Mai 1996 : Création et pilotage du Comité de soutien de la candidature à la présidence du Général Ibrahim Mainassara Baré à l’élection présidentielle de juillet 1996 (COSIMBA)

-Novembre 1996 : Fondateur et Coordonnateur de  l’Union Nationale des Indépendants pour le Renouveau Démocratique (UNIRD), représentant le Président Ibrahim Mainassara Baré à l’Assemblée Nationale de décembre 1996 au 09 avril 1999

Création et animation de la “Convergence Pour la République,” une coalition regroupant plusieurs partis politiques ayant soutenu l’action du Président Baré de 1997 à 1999)

-En Août 1997 : Création du Rassemblement pour la Démocratie et le Progrès RDP-JAMA’A représenté au parlement de manière interrompue depuis 2000. Le RDP JAMA’A est né sous les cendres de l’UNIRD

Décorations

- Chevalier dans l’Ordre National du Niger ;

- Officier dans l’Ordre National du Niger ;

- Grand Officier dans l’Ordre National du Niger ;

- Commandeur dans l’Ordre National du Niger ;

- Chevalier de la Légion d’Honneur (France) – Décret n°113 LHE 82 – Prise de rang le 21 mai 1982 ;

- Lettre de félicitation du Chef d'Etat-major des Forces Armées Nigériennes,  le 19 février 1981

- Brevet d’Ordre National de la République Populaire Révolutionnaire de Guinée,  le 16 février 1982 ;

- Brevet d’Ordre National de la République du Bénin (Commandeur),  le 10 octobre 1983 ;

- Brevet d’Ordre du mérite de la République Fédérale d’Allemagne (Commandeur), le 24 novembre 1983                     

- Brevet d’Ordre du mérite du Royaume d’Arabie Saoudite en 1978.

- Grand-Croix dans l’Ordre National du Niger : 9 août 1996

{jathumbnail off}

Commentaires  

+4 #1 killman 31-07-2015 18:26
Quant a Djibril, vous me decevez en jettant des fleurs aux Magistrats pourris qui rodent encore autour de mahamdou issoufou qui fait parti des commanditeurs. As-tu oublie que Mahamadou issoufou a une haine viscerale contre Baare? Il ne dit jamais sauf par lapsus President baare! (Crime passionnel) Tu ne dois pas jetter des fleurs a des magistrats qui ont perdu leur credibilite et honneur avec le regime de Mahamdou Issoufou ou des gens qui se disent baaristes pour garder leur parti RDP a flot?? Les ecrits sur le forum des badaux comme sur tamtaminfo ne vaut rien Creer un parti , tu seras surpris
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #2 cool 31-07-2015 18:39
Frère digne; je te te soutiens. Contestable pour contestable, les élections de 2011 ....................No comment
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #3 Tchiwake 31-07-2015 19:14
Nous peuple Nigérien savons bien que Baare est un des président que nous avons tant aime, si une personne dite qu'elle ne reconnaît pas tel ça fait son problème . Il ne peut pas changer l'histoire d'un peuple quelque soit son pouvoir et son insolence
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #4 beenmak 31-07-2015 20:08
:ne: :ne: Allah kikan mazan daga :ne: :ne:
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #5 HANKOURI 31-07-2015 20:29
KILMANN, les magistrats sont la voûte de la société au nom du contrat social de JJ ROUSSEAU. On leur doit respect et considération. Dans tous les corps de métiers y compris ceux de la santé et de l'éducation il y a des malfrats, des truands, des obsédés sexuels, des trafiquants. Certains magistrats sont le produit donc le reflet de notre société. MAIS JE PENSE HONNETEMENT QUE NOUS AVONS UNE BONNE JUSTICE ET BONS MAGISTRATS. BIEN SUR QU'IL YA DES MAUVAIS.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #6 Almoustapha 01-08-2015 21:22
ls grands hmme fn l'histoire :ne: :ne:
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #7 Killman 01-08-2015 21:23
Hankouri, tu said que tous Les bons enseignants de droit a l,'universite ont recu des nomination? Avec tout ca, ils sont incapables de negocier des contrats a notre faveur? A quoi bon des magistrats qui se contradisent Dans leur deliberations?
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #8 HANKOURI 02-08-2015 02:21
KILLMAN tu es un très bon débatteur c'est pour ça que je t'apprécie, mais tu sais le président du Conseil Supérieur de la Magistrature, tu sais que le Ministère de la justice a brûlé, tu sais aussi que le poisson pourri par la tête. Alors laisses les magistrats tranquilles. C'est toute notre société actuelle qui est gangrenée par les passe-droits, la corruption, la concussion. Les magistrats ne peuvent y échapper. Les sujets du BAC sur....Facebook...qui l'y cru ?
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 mahamadou 05-08-2015 11:47
au Niger, il y'a une hypocrisie collective sur des faits et actes.....

patience mes frères, le moyen viendra inch Allah et personnes ne pouvait plus rien nié sur le fait que, Général et Pr,BARE.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Uastm rentree 2020

CANAL RECRUTEMENT 10500F

Top de la semaine

Publier le 08/08/2020, 17:34
inondations-une-vingtaine-de-victimes-par-noyade-d-importants-degats-et-plus-de-53-000-sinistres-enregistres Les pluies diluviennes enregistrées ces derniers jours au Niger ont occasionné une vingtaine de...Lire plus...
Publier le 07/08/2020, 19:08
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-07-aout-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour,  vendredi 07 août 2020, dans la salle...Lire plus...
Publier le 07/08/2020, 18:33
lutte-contre-la-pandemie-du-covid-19-a-travers-le-papev-la-cedeao-apporte-son-soutien-au-niger-avec-un-don-en-faveur-des-enfants Dans le cadre du soutien au Niger dans la lutte contre le Covid-19, la CEDEAO en partenariat avec le...Lire plus...
Publier le 07/08/2020, 18:15
changement-climatique-et-securite-de-l-eau-les-journalistes-et-les-acteurs-de-la-societe-civile-au-coeur-de-la-lutte  Le Directeur-Pays de l’ONG Internationale Water Aid a présidé le Jeudi 06 Août 2020 à la maison...Lire plus...
Publier le 05/08/2020, 13:53
proces-lumana-en-appel-le-president-par-interim-oumarou-noma-obtient-gain-de-cause Le délibéré du procès en appel de l’affaire qui oppose le président par intérim du MODEN/FA Lumana...
Publier le 02/08/2020, 22:28
message-a-la-nation-du-president-de-la-republique-chef-de-l-etat-sem-issoufou-mahamadou-a-l-occasion-du-60e-anniversaire-de-l-independance-du-niger  Nigériennes, Nigériens, Mes Chers Concitoyens, C’est la dixième fois que je m’adresse à vous à...
Publier le 06/08/2020, 21:14
cote-d-ivoire-le-president-ado-candidat-a-un-troisieme-mandat Le président Alassane Dramane Ouattara (ADO) a annoncé, dans un message à la nation ce jeudi 6 Août...
Publier le 02/08/2020, 20:24
message-a-la-nation-de-l-opposition-politique-nigerienne-a-l-occasion-du-60eme-anniverssaire-de-la-proclamation-de-l-independance  Nigériennes, Nigériens, Chers hôtes vivant parmi nous, L’Opposition Nigérienne, regroupée au...
Publier le 03/08/2020, 22:18
alliance-gayya-zappe-le-pna-et-son-president-ne-sont-nullement-engages-par-l-investiture-d-un-candidat-a-la-presidentielle Le président du PNA Al’Oumma a confirmé à actuniger que ni lui et encore moins son parti ne sont en...
Publier le 05/08/2020, 13:53
proces-lumana-en-appel-le-president-par-interim-oumarou-noma-obtient-gain-de-cause Le délibéré du procès en appel de l’affaire qui oppose le président par intérim du MODEN/FA Lumana...
Publier le 03/08/2020, 22:18
alliance-gayya-zappe-le-pna-et-son-president-ne-sont-nullement-engages-par-l-investiture-d-un-candidat-a-la-presidentielle Le président du PNA Al’Oumma a confirmé à actuniger que ni lui et encore moins son parti ne sont en...
Publier le 07/08/2020, 07:06
gestion-des-fonds-de-la-defense-apres-sa-vaine-indignation-le-ministre-katambe-s-en-remet-desormais-a-dieu Le jeudi 30 juillet dernier, le ministre de la Défense nationale était au camp Garba Hassane de Niamey...
Publier le 07/08/2020, 19:08
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-07-aout-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour,  vendredi 07 août 2020, dans la salle...
Publier le 02/08/2020, 20:24
message-a-la-nation-de-l-opposition-politique-nigerienne-a-l-occasion-du-60eme-anniverssaire-de-la-proclamation-de-l-independance  Nigériennes, Nigériens, Chers hôtes vivant parmi nous, L’Opposition Nigérienne, regroupée au...

Dans la même Rubrique

Lettre ouverte citoyenne au Président de la République du Niger, Président en Exercice de la CEDEAO, sur l’accès au droit à la vérité aux Ayants droit du président Baré et des trois (3) autres victimes d’assassinat (Par Djibrilla Mainassara Baré)

8 août 2020
Lettre ouverte citoyenne au Président de la République du Niger, Président en Exercice de la CEDEAO, sur l’accès au droit à la vérité aux Ayants droit du président Baré et des trois (3) autres victimes d’assassinat (Par Djibrilla Mainassara Baré)

En exécution de l’Arrêt N°ECW/CCJ/APP/25/13, N°ECW/CCJ/JUD/23/15, rendu le 23 octobre 2015 par la Cour de justice de la CEDEAO sur « l’affaire Ayants Droit Ibrahim Mainassara Baré » relative aux...

La modification de la loi portant indemnités et avantages des députés : Quand les subtilités de la procédure législative financière échappent aux acteurs politiques !

3 août 2020
La modification de la loi portant indemnités et avantages des députés : Quand les subtilités de la procédure législative financière échappent aux acteurs politiques !

   Dans sa volonté de circonscrire les domaines de compétence du législateur, le constituant de 2010 a prévu à l’article 99 de la Constitution que « la loi fixe les règles...

Lettre ouverte au président de la République du Niger, Président en Exercice de la CEDEAO sur la crise au Mali (Djibrilla Mainassara Baré)

27 juillet 2020
Lettre ouverte au président de la République du Niger, Président en Exercice de la CEDEAO sur la crise au Mali (Djibrilla Mainassara Baré)

Monsieur le Président de la République, J’ai suivi avec un grand intérêt, à l’instar de tous nos compatriotes et les membres de notre communauté ouest africaine, la mission que vous...

Adieu, Docteur Jean-Pierre MAVOUNGOU, le beau-frère, l’ami et le confident

18 juillet 2020
Adieu, Docteur Jean-Pierre MAVOUNGOU, le beau-frère, l’ami et le confident

J’ai été froidement cueilli dans cette triste après-midi du dimanche 12 juillet 2020 par ces mots que nous redoutons tous tant et qui finissent par tomber fatalement un jour :...

La coalition pour le Sahel : le tremplin que le Niger attendait ? (Par Adam Maiga)

15 juillet 2020
La coalition pour le Sahel : le tremplin que le Niger attendait ? (Par Adam Maiga)

Comparé au Mali et au Burkina, le Niger garde une stabilité relative même si une extension de la menace djihadiste dans le Sahel pourrait changer cette donne. Toutefois, malgré ses...

Nouvelle ère politique (par Nouhou Garba Abdourahamane)

11 juillet 2020
Nouvelle ère politique (par Nouhou Garba Abdourahamane)

Après l’indépendance de notre pays, le Niger, plusieurs évènements se sont succédés, notamment la conférence souveraine de 1991, l’heure de la démocratie au Niger, ainsi depuis cette époque des partis...