dimanche 4 décembre 2022

3968 lecteurs en ligne -

fraren

Convention relative aux Droit des Personnes en situation de Handicap (CDPH) : l’État et ses partenaires renforcent leur engagement en faveur de l'inclusion des personnes handicapées

journee echange Unicef Etat CPDH BIS3

L’hôtel Radison Blu de Niamey a abrité ce lundi 03 octobre 2022, les travaux d’une journée de réflexion sur la mise en œuvre et le suivi de la Convention relative aux Droit des Personnes en situation de Handicap (CDPH). Organisée par la Fédération Nigérienne des Personnes en situation de Handicap (FNPH) en collaboration avec le Ministère de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales, avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), cette journée se veut un cadre de renforcement de l’engagement de l’État et ses partenaires, pour ainsi renforcer  les mécanismes de mise en œuvre et de suivi de la CPDH et des textes législatifs et réglementaires en faveur des personnes en situation de handicap.

C’est la Directrice de la Promotion des Personnes Handicapées et de l'Inclusion Sociale, Mme Moussa Aichatou, représentant le Ministre de la Santé, de la Population et des Affaires Sociales, qui présidé la cérémonie d’ouverture de cette journée de réflexion sur la mise en œuvre et le suivi de la convention relative aux Droit  des Personnes en situation de Handicap, en présence  la Secrétaire Générale du Ministère de l'Emploi, du Travail et de la Protection Sociale, d’un représentant du Ministre de l'Éducation Nationale, du représentant de l'UNICEF au Niger, M. Stefano Savi, de M. Alexandre Cote, Spécialiste Protection Sociale Handicap, UNICEF New-York, des Cadres Centraux du des ministères consternés, des Représentants des ONG et Partenaires Techniques et Financiers et des Responsables régionaux et nationaux des Organisations des Personnes en situation de handicap.

journee echange Unicef Etat CPDH BIS3

Devoir de gratitude oblige, en prenant la parole pour son mot de bienvenue, le 1er vice-président de la FNPH, M. Alzouma Maiga Idriss a tenu, après avoir souhaité la chaleureuse bienvenue à l’ensemble des participants, à témoigner la profonde gratitude des personnes en situation de handicap aux plus hautes autorités du Niger, au premier rang desquelles, le Président de la République, SEM Bazoum Mohamed, pour les multiples efforts en faveurs de leur cause.

« En effet, avec l'adoption de la loi 2019-62 du 10 décembre 2019 déterminant les principes fondamentaux de l'insertion sociale des personnes handicapées et son décret d'application en juillet 2021, un pas important vient d'être franchi vers une pleine et égale jouissance de tous les droits de l'homme et de toutes les libertés fondamentales par les personnes handicapées.

Dans le domaine de la planification aussi, il faut souligner et se réjouir de l'implication et de la participation active de la FNPH au processus d'élaboration du PDES 2022-2026 et dont la mise en œuvre inclusive, pourra impacter positivement la vie des personnes handicapées au Niger » a indiqué le 1er vice-président de la FNPH.

« C'est donc le lieu de remercier du fond du cœur, le Directeur Général de la Planification, et toute son équipe pour avoir fait confiance à notre organisation tout au long du processus. Il est également important de relever. L’intérêt sans cesse croissant des partenaires techniques et financiers, à l'inclusion des personnes handicapées dans les actions de développement. Le soutien à l'organisation et la tenue du présent atelier, et plusieurs autres actions d'envergure en sont des exemples

Illustratifs » a-t-il ajouté avant de souligner cependant qu’en dépit des efforts fournis, les conditions de vie des personnes handicapées restent très précaires, en particulier dans les zones rurales, ou vivent plus de 83% d'entre elles.

En effet, a poursuivi  M. Alzouma Maiga,  la très faible mobilisation des ressources, la réouverture et l'accroissement du fonds de soutien aux personnes handicapées, l'édition et la distribution de la carte d'égalité des chances, la prise en compte de la transversalité de la question du handicap dans les différentes programmations/budgétisations, les mécanismes efficaces de suivi et de mise en œuvre de la CDPH et de la législation interne, restent des défis importants pour la réalisation des droits des personnes handicapées au Niger.

À cela s'ajoutent, selon le 1er vice-président de la FNPH, l'inaccessibilité des personnes handicapées aux infrastructures, aux transports et aux services ouverts au publics, l'absence de système de protection sociale, même pour les personnes ayant des besoins importants de soutien ainsi que la persistance de perception et attitudes négatives des familles des personnes handicapées et de la communauté en général.

En poursuivant son allocution, celui qui parle au nom de l’ensemble en personnes en situation de handicap du Niger, a tenu à attirer l'attention « du parlement de notre pays, lors de l'examen de la loi des finances 2023, afin de veiller à la prise en compte du fonds de soutien aux personnes handicapées, qui est un engagement fort du gouvernement, matérialisé par des instructions claires de Son Excellence Monsieur Ouhoumoudou Mahamadou, Premier Ministre, Chef du Gouvernement ».

Il n’a pas manqué à cette occasion de remercier l'ensemble de leurs partenaires et tous ceux qui œuvrent pour l'inclusion sociale, économique et politique des personnes handicapées, particulièrement I'UNICEF, dont le soutien technique et financier a permis la tenue de ces assises, au sortir desquelles, «  je fonde l'espoir d'une redynamisation des mécanismes de mise en œuvre et du suivi de la CDPH et de la législation en faveur des personnes handicapées au Niger » a conclu de 1er vice-président de la FNPH.

En s’adressant à son tour à l’assistante, le représentent de l’UNICEF au Niger, Stefano Savi a également remercié les autorités nigériennes pour leur détermination à promouvoir la solidarité nationale et l’inclusion socio-économique des personnes handicapées, en renforçant les services de protection sociale et l’autonomisation des femmes et des enfants, avec les porteurs de handicap.

L’UNICEF, surtout très récemment, a-t-il souligné, a amplifié son engagement, « et ça on peut le voir parce que l’UNICEF vient de signer son nouveau cadre de coopération 2023-2026, avec le gouvernement du Niger. Dans ce cadre, beaucoup d’actions dans le sens de l’inclusion des personnes en situation de handicap, bien sûr à commencer par les enfants, parce que c’est notre domaine et une priorité, ont été prises en compte » a indiqué représentent de l’UNICEF au Niger.

Selon Stefano Savi, il existe cependant une difficulté majeure dans la réalisation de leurs objectifs, celle d’une véritable synergie entre l’UNICEF et les différents ministres consternés. « À L’UNICEF on est spécialiste en ce qu’on appelle approche en silos, il y’a la section Éducation, il y’a la section Santé et souvent on ne se parle pas et dans ce cadre défigure, c’est difficile d’atteindre nos objectifs.  Au niveau de l’UNICEF, ce que nous voudrons, c’est que le Gouvernement créé les conditions de ce dialogue, c’est l’action nécessaire. Je pense que la grande difficulté était là, j’espère que le gouvernement, autant que l’UNICEF, aura la capacité de créer un lien entre les différents ministères pour progresser dans les différents domaines d’intervention parce que les questions de handicap, c’est des questions transversales, ce n’est pas le domaine d’un seul ministère » a-t-il déclaré.

M. Stefano Savi qui a exprimé à l’assistance la capacité et la volonté son institution à faire mieux, a, pour finir, assuré, de mon engagement et l’engagement de l’UNICEF à accompagner d’avantage la fédération et gouvernement en premier lieu, « dans une collaboration, j’espère, très étroite, avec beaucoup d’ambitions ».

En procédant pour sa part à l’ouverture officielle des activités de cette journée de réflexion, la Directrice de la Promotion des Personnes Handicapées et de l'Inclusion Sociale, Mme Moussa Aichatou a salué cette initiative de la Fédération Nigérienne des Personnes Handicapées « qui a tenu à organiser cette rencontre combien importante pour la réalisation des droits des personnes handicapées au Niger »

Le Niger est l’un des pays à avoir ratifié la CDPH depuis le 24 janvier 2008, ainsi que son protocole facultatif, a ensuite rappelé Mme Moussa Aichatou.

Ainsi, pour honorer ses engagements vis-à-vis du réseau international, a-t-elle poursuivi, notre pays a mis en place un mécanisme permettant de coordonner et de suivre la mise en œuvre de cette convention à travers notamment la création d’un comité national et de 8 comités régionaux de suivi de la convention relative à aux droits des personnes handicapées.

« D’autres actions ont également été réalisées dans ces sens dont entre autres : La formation des membres des comités sus mentionnés et des cadres centraux du Ministère ; la formation des formateurs nationaux sur la CDPH en raison d’un groupe de 3 formateurs par région ; la traduction en langue Zarma, Haoussa et en braie en des milliers d’exemplaires comme support de vulgarisation ; la réalisation de nombreuses missions de vulgarisation de la CPDH en équipes pluridisciplinaires, notamment les agents de l’État, la société civile, les organisations des personnes handicapées, au niveau des 8 régions du pays ; la formation de plus de 2000 encadreurs pédagogiques et enseignants sur les droits des enfants ; la participation à des rencontres internationales portant sur la CDPH ; l’adoption par le Gouvernement d’une politique nationale de protection sociale en septembre 2011, cette politique s’articule atours de  5 axes dont l’axe numéro 4 qui est actions spécifiques aux groupes vulnérables dont les personnes handicapés ; l’inscription dans les documents du PDS des actions prioritaires en faveur des personnes handicapées ; la création d’une direction nationale de la promotion des personnes handicapées et de leur vison sociale ; la révision d’un certain nombre de textes nationaux de protection des personnes handicapées pour les conformer aux textes nationaux » a ajouté la Directrice de la Promotion des Personnes Handicapées et de l'Inclusion Sociale avant de reconnaître que malgré tous les efforts déployés par l’État et les partenaires techniques et financiers, beaucoup reste à faire en vue de renforcer d’avantage le mécanisme existant et de créer d’autres tant au niveau des départements que dans les communes, pour une meilleure inclusion.

Mme Moussa a tenu outre à adresser ses remerciements à l’UNICEF, pour son appui technique et financier pour la réalisation de cette rencontre.

« Enfin, je vous souhaite plein succès dans vos travaux, en espérant que des recommandations pertinentes découleront des échanges de cette journée de réflexion » a-t-elle conclu.

Ainsi il est attendu des assises de cet atelier sur la mise en œuvre et le suivi de la Convention relative aux Droit  des Personnes en situation de Handicap (CDPH), des recommandations pertinentes pour le renforcement des mécanismes de mise en œuvre et de suivi de la CDPH et des textes législatifs et réglementaires en faveur des personnes en situation de handicap, et un engagement des acteurs gouvernementaux, associations, ONG et partenaires techniques et financiers  à renforcer leur contribution à la mise en œuvre de la convention, pour une meilleure inclusion sociale et économique des personnes en situation de handicap au Niger.

journee echange Unicef Etat CPDH BIS3journee echange Unicef Etat CPDH BIS3

AbdoulWahab Issaka (actuniger.com)

.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com