lundi 8 août 2022

3247 lecteurs en ligne -

fraren

Lutte contre le chômage des jeunes: 40 aide-cuisiniers en formation pour une meilleure intégration sur le marché du travail

aide cuisiner Prodec

Dans le cadre de leur partenariat, l'Agence Nigérienne pour la Promotion de l'Emploi (ANPE) et le cabinet de formation en hôtellerie et en restauration AACCES ont procédé, le lundi 27 juin 2022 à Niamey, à la cérémonie officielle de formation au profit de quarante (40) jeunes dans le métier d'aide-cuisiniers. Il s'agit de la 3e promotion de jeunes chômeurs qui a bénéficié de cette formation grâce à ce partenariat avec le soutien financier du Projet de Développement des Compétences (PRODEC), un projet financé par la Banque mondiale et qui vise à lutter contre le chômage des jeunes à travers des formations dans des secteurs porteurs et créateurs d'emplois.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

C'est la Secrétaire générale du ministère de l'Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Mme Habsatou Dady Gaoh qui a présidé la cérémonie officielle de lancement qui s'est déroulée au QG d'AACCES en présence du Secrétaire général de l'ANPE, M. Saidou Bawa, de la Représentante résidente par intérim de la Banque mondiale au Niger, Mme Aissatou Dicko, du coordonateur du PRODEC, Dr Aoula Yahaya, et la Directrice générale du cabinet de formation AACCES, Stéphanie Chan.

aide cuisiner Prodec BIS

Plusieurs allocutions ont marqué la cérémonie notamment celle introductive de la DG du centre de formation AACCES qui s'est félicitée de la poursuite de ce partenariat fructueux qui a déjà donné des résultats probants. Stéphanie Chan a saisi l'occasion pour remercier les différents partenaires pour cette confiance renouvelée pour la formation des jeunes chômeurs  au cabinet AACCES.

 

Reconversion professionnelle

Pour sa part, la Représentante de la Banque mondiale a tenu à rappeler qu'il y a deux ans , précisément le 20 avril 2020 , a été lancé la première promotion pour la formation de techniciens dans le domaine de l'hôtellerie et du tourisme. Aujourd'hui, a indiqué Mme Aissatou Dicko,  "nous sommes à nouveau réunis pour le lancement d'autres actions de formation dans le cadre de la mise en œuvre du dispositif de reconversion des jeunes diplômés". Selon ses explications, "ces formations de reconversion de jeunes diplômés à la recherche d'une insertion visent à doter ces jeunes diplômés de nouvelles compétences professionnelles devant leur permettre une intégration réussie dans des emplois recherchés sur le marché du travail et à soutenir les secteurs économiques prioritaires ". Elle a en ce sens tenu à remercier l'Agence Nationale de Promotion de l'Emploi (ANPE) qui a initié et organisé cette nouvelle opération de formation au bénéfice des jeunes et des structures hôtelières.

En effet, a poursuivi la Représentante par intérim de la Banque mondiale au Niger, "la formation d'un nouveau groupe de 40 jeunes au métier d'aides cuisiniers répond à la forte demande des employeurs qui ont exprimé des besoins importants de recrutement pour soutenir la croissance de leurs activités après une période difficile marquée par le COVID - 19. Elle répond également au fort engouement des jeunes pour les métiers de l’hôtellerie. Le nombre très élevé des candidatures en témoigne". Aussi, a-t-elle ajouté,  elle fait aussi suite à une évaluation positive des résultats des premières formations tant au niveau de la qualité de la prestation générale fournie par AACCES qu'au niveau de l'insertion des jeunes post formation.

La Représentante résidente par intérim de la Banque mondiale a également saisis l'occasion pour encourager tous les acteurs impliqués dans ce processus de tout mettre en œuvre pour garantir la réussite de l’action. Elle a par la même occasion invité  les jeunes à être assidus et motivés., au cabinet AACCESS de démontrer le même engagement et garantir un accompagnement de qualité des jeunes eux  entreprises à préparer les meilleures conditions de stage en leur sein. A l'ANPE, Mme Aissatou Dicko a plaidé pour la mise en place d'un dispositif rigoureux de suivi des différentes phases de l’opération.

En terminant son allocution, la Representante résidente par intérim de la Banque mondiale au Niger a adresser se félicitations à la Chambre de Commerce , d'Industrie et d'Artisanat du Niger ( CCIN ) pour avoir convenu de permettre aux diplômés du programme de reconversion de bénéficier des opportunités entrepreneuriales mises en œuvre par la CCIN et financées par le PRODEC . Ainsi," un effectif important des jeunes ayant achevés avec succès le programme de reconversion pourra accéder à des formations entrepreneuriales et à des financements pour la création d'activités génératrices de revenus", a mis en avant Mme Aissatou Dicko qui a rappelé les objectifs visés par le PRODEC, grâce au financement de la Banque mondiale.

"A travers les activités du PRODEC, dont ce dispositif de reconversion professionnelle des jeunes diplômés, la Banque mondiale accompagne le Niger dans le développement de programme de formation au profit les secteurs porteurs. Elle s'engage à poursuivre son appui en faveur des programmes et projets de développement, conformément à la vision des autorités nigériennes.  Nous restons donc pleinement engagés à vos côtés pour contribuer à la mise en œuvre d'actions de développement pour le bien - être des populations".

Faciliter l'absorption des diplômés par le marché du travail

De son coté, le Secrétaire général de l’ANPE a rappelé les missions assignés à l'Agence qui sont celles de service public de l'Emploi qui assure principalement l'intermédiation sur le marché du Travail entre entreprises et demandeurs d’emploi. "Au regard des statistiques qui font apparaître, depuis cinq (05) ans, un taux moyen de placement de 20 %, l’ANPE estime qu'il faille réfléchir pour trouver des pistes afin d'améliorer ce taux ; ce qui impactera l'emploi des jeunes diplômés d'où l'exhumation et la relance de son Programme d'Aide à l'Insertion professionnelle des Jeunes ( PAIJ ), dans sa dimension « Reconversion Professionnelle » qui consiste à proposer à des jeunes inscrits pour la recherche d'emploi , des formations autres que celles initialement acquises et qui donnent plus de chance d'être embauchés tant les besoins dans les filières ciblées sont réels et non satisfaits dans les entreprises par une main - d'œuvre locale disponible ", a indiqué M. Saidou Bawa, qui a souligné que les deux premières formations d'aides cuisiniers , intervenues dans ce même Centre , avaient intéressé quarante - cinq ( 45 ) jeunes , tous engagés aussitôt remis sur le marché du travail. Selon le SG de l'ANPE, les besoins des entreprises non totalement satisfaits, l'Agence qui est à leur service comme à celui des autres usagers , en l'occurrence les demandeurs d'emploi, en particulier les jeunes diplômés, a sollicité et obtenu , de nouveau , un appui financier de la Banque Mondiale pour former ainsi des aides cuisiniers dans le même Centre de formation car il est admis que l'on ne change pas une équipe qui gagne d'autant que le Centre est doté de moyens humains et matériels pour assurer une formation de qualité.

Dans son intervention, le SG de l'ANPE a déclaré que le passage de l'École au marché du Travail n'est pas toujours facile pour deux ( 02 ) raisons notamment  la situation de la formation professionnelle et technique qui n'est pas en phase avec les besoins des entreprises  ainsi que les contraintes psycho culturelles qui freinent beaucoup de jeunes à embrasser des métiers qu'ils estiment dégradants alors même qu'il n'y a pas de sot métier comme on a coutume de le dire . "Aujourd'hui ,  a poursuivi Saidou Bawa, c'est le travail qui fait la dignité de la personne humaine dans la famille et même dans la société" . C'est pourquoi, il a tenu à féliciter tous les jeunes apprenants pour avoir compris cette réalité du moment pour accepter de se former dans le métier d'aide-cuisinier.

Le SG de l'ANPE a estimé que pour faire  face aux problématiques notamment l'inadéquation entre la formation professionnelle dispensée et les besoins des entreprises d'une part et la réticence des jeunes diplômés à accepter certains emplois , d'autre part , il faut d'abord créer un cadre régulier , d'échange entre les autorités chargées de définir les programmes de formation professionnelle et les entreprises consommatrices ou utilisatrices de ces produits . La solution à l'autre souci, a-t-il estimé, c'est d'intensifier les campagnes d'information et de sensibilisation à l'endroit des jeunes diplômés pour ne pas stigmatiser certains emplois qui sont nombreux et disponibles. "En adoptant cette démarche dans la synergie d'actions de tous les acteurs  notamment l'État,  les centres de formation, les entreprises, la société civile et les organisations des jeunes, pour ne citer que ceux-là,  on peut réduire un tant soit peu le chômage des jeunes qui est un souci partagé par tous", a indiqué M. Saidou Bawa pour qui, le contexte économique doit s'améliorer pour davantage de résultats dans la lutte contre le chômage des jeunes.

Stage et insertion professionnelle

En procédant au lancement officiel de la formation pour cette 3e promotion d'aide-cuisinier, la Secrétaire générale du ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle a remercié, au nom des plus hautes autorités,  la Banque Mondiale pour son engagement à leur coté à travers cet important appui à la formation professionnelle et à l’insertion économique des jeunes souvent désœuvrés. Mme Habsatou Dady Gaoh n'a pas manqué d' inviter les jeunes à saisir cette opportunité et à faire preuve de professionnalisme afin qu’ils soient au sortir de ladite formation  à la hauteur de l’attente du Centre et également des partenaires.

Il convient de noter que selon les explications de la DG du Centre AACCES, cette 3e promotion est composé de 40 nouveaux jeunes entreprenants qui sont de jeunes chômeurs nigériens en reconversion professionnelle dans le métier de la restauration en général et plus spécifiquement pour les aide-cuisiniers, les pâtissiers et quelques serveurs. La formation est structurée en deux phases dont la première d’une durée de six (06) mois se déroule au niveau du Centre et la seconde d'une durée de trois (03) mois va se dérouler dans les établissements hôteliers ou restaurants de la place. Pour les plus méritants, il leur est offert la possibilité d’aller faire un stage professionnelle dans la sous-région comme l'a indiqué Stéphanie Chan, DG du centre de formation AACCES.

 

aide cuisiner Prodec BIS1

aide cuisiner Prodec BIS2Abdoul Wahab (actuniger.com)

 



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com