dimanche 2 octobre 2022

3089 lecteurs en ligne -

fraren

Justice : avec ADALCI, les Etats-Unis soutiennent l’accès à la justice et aux droits humains au Niger

DSC00087.JPG 

Le gouvernement américain, à travers l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID) soutient une initiative de 15 millions de dollars sur quatre ans pour soutenir l’accès à la justice et les droits humains au Niger à travers le projet Adalci, ou « équité » en haoussa.  Elaboré et mis en œuvre par Search for Common Ground, le projet Adalci a été officiellement lancé le 23 juin 2021 au  centre de conférence International Mahatma Gandhi par le Ministre de la Justice du Niger,  Dr Boubacar Hassan, et l’Ambassadeur des États-Unis au Niger, S.E. Eric P. Whitaker.

 

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Le projet Adalci va couvrir les régions de Tillaberi, Tahoua et Diffa et vise à fournir aux communautés les outils dont elles ont besoin pour traiter de manière juste et équitable les griefs qui les opposent et contribuer  par la même occasion à limiter la portée et l’influence des extrémistes qui se nourrissent de ces conflits non résolus et latents. Les principaux objectifs d’Adalci sont ainsi d’améliorer la capacité des mécanismes coutumiers et autres mécanismes locaux de médiation des conflits à résoudre les différends, tout en aidant les populations à accéder au système de justice formel et en augmentant la capacité du gouvernement du Niger et des organisations de la société civile (OSC) à lutter contre les violations des droits humains.

Pour la Directrice de la mission de l’USAID au Niger, Jo Lesser-Oltheten, a déclaré  que « cette activité fournit une aide cruciale aux Nigériens qui recherchent la justice et le respect de leurs droits humains. Nous sommes particulièrement heureux de soutenir une approche technique qui renforce le système judiciaire formel au Niger mais respecte également le rôle que les chefs traditionnels et les méthodes de résolution des conflits peuvent jouer dans les communautés nigériennes. Nous espérons que cela réduira également la vulnérabilité de ces communautés à l’extrémisme violent ».

En effet, souligne-t-on,  les recherches montrent que les extrémistes profitent de la méfiance, des divisions et des conflits au sein et entre les communautés pour recruter et étendre leur contrôle sur la région. Pour contrer cela, l’USAID s’efforce de réduire l’attrait des groupes extrémistes violents qui se présentent souvent comme offrant aux populations un moyen d’obtenir justice et vengeance. Adalci de l’USAID formera les chefs traditionnels et les médiateurs locaux à la négociation et à la médiation et les aidera à organiser des dialogues communautaires pour faire avancer la résolution des conflits. Grâce à une série d’ateliers de formation, le programme aidera également les organisations de la société civile et la Commission Nationale des Droits de l’Homme à enquêter et à demander réparation pour les violations des droits de l’homme. Enfin, Adalci mènera des campagnes radio et des représentations théâtrales participatives pour fournir des informations essentielles pour guider les communautés à travers le système juridique.

Le projet Adalci de l’USAID est mis en œuvre par un consortium d’organisations au Niger dirigé par l’organisation de consolidation de la paix Search for Common Ground en partenariat avec l’American Bar Association – Rule of Law Initiative et Pact, qui sont tous partenaires dans le cadre du Mécanisme de Soutien aux Droits de l’Homme dirigé par Freedom House. L’USAID travaille en étroite collaboration avec les institutions nationales et locales, notamment la Haute Autorité pour la Consolidation de la Paix, le Ministère de la Justice, le Ministère de l’Intérieur, la Commission Nationale des Droits de l’Homme, les comités de paix, les autorités locales, les acteurs de la justice, les organisations de la société civile, les chefs traditionnels et les médiateurs locaux.

Combattre l’extrémisme violent à la source

DSC00085.JPG

Dans son intervention, le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Dr Boubakar Hassane a tenu à saluer ce projet qui a pour but de combler le fossé entre justice traditionnelle et la justice coutumière, justice formelle et droits humains, résolution des conflits et médiation. Le ministre n’a pas manqué de rappeler que dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale de justice et des droits humains et son plan d’action décennal 2016-2025, le ministère de la Justice a défini et adopté un certain nombre de stratégies, de plan d’actions et de programmes parmi lesquels le Programme d’Appui à la justice et l’Etat de droit (PAJED2 ) et le Programme d’appui à la justice et à la sécurité au Niger (AJUSEN) en vue de promouvoir l’accès à la justice autrement dit, rapprocher la justice du justiciable. Aussi, et pour accompagner la dynamique engagée par le ministère de la Justice en vue d’assurer un meilleur accès au service judiciaire, Dr Boubakar Hassane a mis en évidence la création et l’opérationnalisation de l’Agence nationale de l’assistance juridique et judiciaire (ANAJJ) afin de permettre aux personnes vulnérables de bénéficier gratuitement de l’assistance juridique et judicaire. Selon le ministre, «cette institution fournit diverses prestations dans le sens d’améliorer la compréhension du droit et de la justice et de toutes les institutions de l’Etat en vue de prévenir les conflits». Le ministre de la Justice a aussi rappelé que dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, l’arsenal juridique du Niger a connu plusieurs reformes. « En s’attaquant au grief et aux injustices qui sont souvent à l’origine de l’extrémisme violent, on combat inéluctablement le mal à la racine par le développement de la résilience des communautés aux idées extrémistes », a déclaré le ministre de la Justice pour qui, il s’agit d’une importante contribution à la promotion des droits de l’homme et à la protection des personnes vulnérables.

DSC00033.JPG

Pour sa part, le Directeur régional pour l’Afrique de l’Ouest de Search for Common Ground, Alhassane Drabo, il a estimé que le lancement de ce projet est un événement important parce qu’il marque le début d’un processus qui aura un impact durable au sein des communautés vulnérables.  En fournissant aux communautés les outils dont elles ont besoin pour traiter de manière juste et équitable les griefs qui les opposent, « on peut limiter la portée et l’influence des extrémistes qui se nourrissent de ces conflits non résolus et latents» a-t-il indiqué.  

DSC00060.JPG

De son coté, l’ambassadeur des Etats Unis, Eric P. Whitaker, s’est félicité du lancement du Projet Adalci dont les résultats attendus vont  permettre le renforcement de la capacité du Niger à fournir un accès effectif à la justice et aux droits humains à ses citoyens. «Adalci est une raison de plus pour laquelle nous disons que le Niger se lève», a affirmé l’ambassadeur Eric P. Whitaker, qui a indiqué que pour mieux répondre aux besoins du Niger le projet Adalci s'appuie sur des consultations approfondies avec le Ministère de la Justice, la Commission Nationale des Droits de l'Homme, les partenaires au développement œuvrant dans le domaine de l'État de droit et la société civile nigérienne. « Ils ont souligné les besoins d'accès à la justice formelle et coutumière, aux droits de l'homme et à la prévention et la résolution des conflits », a expliqué le diplomate américain qui n’a pas manqué de souligné que le projet Adalci s'aligne sur l'axe numéro quatre du Plan de Développement Économique et Social du Niger 2017-2021 axé sur l’amélioration de la gouvernante, de la paix et de la sécurité qui vise à prévenir la survenance de crises multidimensionnelles susceptibles de mettre en péril les perspectives nationales de développement économique et social Cet axe couvre les domaines de la sécurité, de la gouvernante politique et administrative, et des matières juridiques et judiciaires.

M.Adamou (actuniger.com)

 

.

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

Forum Douane Entreprise du 27 au 28 Septembre à Niamey

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com