vendredi, 26 février 2021
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Brigi rafini visite covid19

Au Niger, alors que le ramadan va débuter dans la soirée du 23 avril, les tensions autour de la fermeture des mosquées dans le contexte de la pandémie de Covid-19 s’accentuent. Le gouvernement devrait autoriser la réouverture des mosquées en la conditionnant au respect strict des règles sanitaires préconisées par l’OMS.

Zeyna transfert argent bis

Au Niger, le gouvernement continue de lutter contre le virus Covid-19 mais certaines mesures prises pour contenir sa propagation suscitent le mécontentement voire le rejet d’une frange de la population. Alors que les Nigériens semblent s’accommoder de la plupart des restrictions, celles liées à la fermeture des mosquées et à la suspension des prières collectives, au nom des règles de distanciation sociale, alimentent une contestation de plus en plus importante. Dans ce pays où 98 pour cent de la population est de confession musulmane, de violentes manifestations ont eu lieu dans plusieurs localités pour dénoncer ces mesures que certains jugent contraires à la doctrine islamique. Alors que le début du mois de ramadan (prévu pour le 23 avril) approche, le risque que ces contestations s’intensifient et se propagent est très élevé. Les jihadistes pourraient également se servir de la fermeture des mosquées pour discréditer davantage un Etat qu’ils décrivent comme hostile à l’islam.

 « Alors que le début du mois de ramadan approche, le risque que ces contestations s’intensifient et se propagent est très élevé. »

Afin de réduire ces risques, le gouvernement devrait autoriser la réouverture des mosquées en la conditionnant au respect des règles sanitaires préconisées par l’Organisation mondiale de la santé dans le contexte du ramadan, notamment à l’intérieur des lieux de prières. Plus largement, le gouvernement devrait renforcer ses efforts de concertation pour associer les lieux de culte, mais aussi les principales organisations islamiques de la société civile à la lutte contre le Covid-19 plutôt que de risquer d’en faire des foyers de résistance.

Les mesures contre le virus

Près d’un mois après l’enregistrement de son premier cas de contamination, le Niger compte officiellement 662 personnes testées positives au 23 avril– dont vingt-deux sont décédées –, ce qui en fait le pays du Sahel le plus affecté par la pandémie et le huitième d’Afrique sub-saharienne.  A l’instar d’autres pays du monde, le gouvernement a pris des mesures inédites afin de faire face à la pandémie. Dès le 17 mars, deux jours avant la confirmation du premier cas, le gouvernement a décrété une série de dix mesures visant à lutter contre le virus, dont notamment : fermeture des frontières, des écoles, des lieux de loisir ; interdiction des rassemblements ; et obligation de distanciation sociale. Deux jours plus tard, et à l’issue de longues discussions, le gouvernement a amené le Conseil islamique du Niger, élargi à d’autres associations islamiques, ainsi que les Eglises chrétiennes, à décider la suspension de la fréquentation des lieux du culte, invitant les fidèles à prier chez eux. Pour les musulmans, ces mesures impliquent l’interdiction des prières collectives dans les mosquées, y compris les cinq prières quotidiennes et la grande prière hebdomadaire du vendredi.

Cette mesure de restriction n’est pas l’apanage du Niger. A travers le monde musulman, les autorités de plusieurs pays ont conclu qu’il serait impossible de lutter efficacement contre la pandémie si des millions de croyants continuaient à fréquenter les mosquées selon les coutumes habituelles. En effet, lors des prières collectives, les fidèles sont tenus de se rapprocher les uns des autres et de serrer les rangs. La décision des autorités nigériennes de restreindre les rassemblements dans les mosquées n’est donc pas singulière. D’autres pays à large majorité musulmane dans la région comme le Sénégal, la Mauritanie et le Tchad ont pris des décisions similaires. De leur côté, les autorités saoudiennes ont fermé les deux mosquées les plus saintes de l’islam.

Prier à tout prix

« Certains ont interprété la décision de suspendre les prières collectives comme une intrusion inacceptable des autorités dans la pratique de leur foi. »

Inédites dans l’histoire du Niger, les mesures de lutte contre le Covid-19 sont éprouvantes pour de nombreuses personnes, notamment parce qu’elles ralentissent les activités économiques, provoquent une hausse des prix, et obligent les populations à changer leurs habitudes sociales. Pourtant, alors que le pays est le plus pauvre au monde en termes d’indice de développement humain (IDH 2019), ce n’est ni la réduction des revenus ni l’inflation qui semble catalyser les mécontentements, mais plutôt l’interdiction des prières collectives. Les cinq prières quotidiennes et la prière hebdomadaire du vendredi sont perçues par nombre de musulmans comme un aspect fondamental de leur foi, et les effectuer dans une mosquée comme une obligation religieuse. Certains ont interprété la décision de suspendre les prières collectives comme une intrusion inacceptable des autorités dans la pratique de leur foi. Sur les réseaux sociaux, beaucoup de Nigériens doutent également de la sincérité des autorités dans cette lutte contre le Covid-19, y voyant soit un complot ourdi par l’Occident, soit un moyen pour l’Etat de soutirer des fonds auprès de la communauté internationale.

Si le Conseil islamique du Niger – censé représenter les principales autorités musulmanes du pays – soutient les décisions gouvernementales, de nombreux fidèles s’y opposent et tentent de défier les autorités en continuant d’organiser des prières collectives. Dans les zones rurales où l’Etat dispose d’une capacité moindre pour imposer ces mesures, de nombreuses mosquées sont restées ouvertes et les prières se poursuivent presque normalement. Dans les grandes villes, certains fidèles continuent de braver l’interdiction en tentant de rouvrir leur mosquée ou en se donnant rendez-vous dans des endroits de fortune, notamment dans les banlieues.

En réponse, le gouvernement a sévi contre les contrevenants, arrêtant les imams qui dirigent ces prières ou dispersant les fidèles qui y prennent part. Cette répression a provoqué des échauffourées entre fidèles et forces de l’ordre. Depuis la fin du mois de mars, des altercations se produisent régulièrement chaque vendredi dans des localités différentes à travers le pays, comme à Mirriah dans la région de Zinder, Tessaoua dans la région de Maradi et Illéla dans la région de Tahoua.  A Niamey, la capitale du Niger, de sérieuses violences ont éclaté le vendredi 17 avril dans plusieurs quartiers suite à l’intervention des forces de l’ordre pour empêcher la tenue de la prière de vendredi. Ces incidents ont provoqué le blocage de plusieurs voies publiques et la destruction de propriétés publiques et privées. Le même jour à Sarkin Haoussa, une localité dans le département de Mayahi, région de Maradi, des manifestants contre l’intervention des forces de l’ordre cherchant à les empêcher de prier, ont saccagé les locaux de l’école primaire du village, le bâtiment de la mairie, et autres symboles de l’Etat dans le village, y compris du matériel d’enrôlement électoral.

Ces émeutes rappellent les grands épisodes de violences à dimension religieuse qui ont secoué le Niger ces dernières années. Elles témoignent du caractère éclaté de la société civile islamique du pays et de la difficulté des autorités politiques à la contrôler. En janvier 2015, à la suite des attentats qui ont ciblé le magazine Charlie Hebdo à Paris, et en réaction à une interview du président Mahamadou Issoufou dans laquelle il exprimait sa sympathie à l’égard des victimes de ces attaques, des manifestations meurtrières avaient éclaté, notamment à Zinder et Niamey, provoquant la mort d’au moins dix personnes et la destruction de plusieurs églises. Plus récemment, en juin 2019, l’adoption d’une loi destinée à réglementer le domaine du culte a généré de violentes émeutes dans la ville de Maradi (capitale économique du Niger, située à près de 600 km à l’est de Niamey). Ces épisodes témoignent d’une tendance chez les activistes à recourir aux manifestations souvent violentes pour exprimer leurs griefs vis-à-vis de l’Etat quand celui-ci empiète sur ce qui est considéré comme la sphère religieuse.

Argument pour les jihadistes

Au-delà de leur impopularité aux yeux d’une frange de la population, les mesures d’interdiction des prières pourraient servir la rhétorique des jihadistes contre l’Etat. La fermeture abrupte des mosquées et l’interdiction des prières collectives peuvent renforcer la perception d’un Etat sinon opposé à l’islam du moins peu soucieux de le respecter. A la frontière entre le Burkina Faso et le Niger, des jihadistes probablement affiliés à l’Etat islamique auraient interdit aux villageois de respecter les mesures de lutte contre le Covid-19, en particulier l’interdiction des prières collectives.  Des sources locales contactées par Crisis Group ont indiqué que plusieurs imams et chefs coutumiers des villages frontaliers avec le Burkina Faso où les jihadistes ont une forte présence se seraient refugiés dans la ville de Téra au nord-ouest de la région de Tillabéry par peur d’être pris en étau entre la pression des autorités et les représailles des jihadistes.

Par ailleurs, dans un enregistrement audio attribué au leader du mouvement Boko Haram au Nigéria, dont les ramifications s’étendent au sud-est du Niger, Aboubacar Shekau se démarque des dirigeants de la sous-région et critique les mesures prises contre le virus : « Nous sommes ici, nous continuons de prier ensemble les cinq prières quotidiennes et la prière de vendredi… Être en mesure de faire cela dans le contexte du monde actuel… [fait partie] des acquis pour lesquels nous remercions Dieu. »

Rouvrir les mosquées

Non seulement les mesures des autorités nigériennes génèrent des protestations violentes, mais leur efficacité reste à prouver, tant de nombreux croyants les contournent pour prier collectivement, en ville comme dans les campagnes. Les autorités devraient prendre la mesure des dangers que pose la fermeture brutale des mosquées sur la stabilité du pays. Elles ne devraient pas pour autant céder sous la pression de la rue et rouvrir l’ensemble des lieux de culte en renonçant à y faire appliquer toute mesure de protection. En assumant leur responsabilité en matière de santé publique, elles devraient plutôt envisager d’assouplir leur politique concernant les lieux de culte.

Les autorités pourraient par exemple autoriser l’ouverture des mosquées en conditionnant celle-ci au respect par les fidèles des règles sanitaires strictes adaptées à la lutte contre le Covid-19. Elles pourraient s’inspirer des recommandations récemment émises par l’Organisation mondiale de la santé – notamment en matière de distanciation sociale et d’hygiène dans les lieux de culte pendant la période du ramadan. Pour éviter d’alimenter des rivalités sectaires entre différents courants religieux, les autorités devraient être transparentes dans la définition des critères permettant la réouverture des mosquées.

Le gouvernement a intérêt à agir vite. Alors qu’approche le mois de ramadan – habituellement un moment d’intense activité religieuse, dont une bonne partie se pratique dans les mosquées – les épisodes de contestations jusque-là localisés risquent de prendre plus d’ampleur. Sur les réseaux sociaux, des marabouts et des citoyens ont déjà commencé à hausser le ton, demandant au gouvernement d’alléger les mesures en prélude au mois saint.

Comme le suggère l’exemple d’épidémies récentes comme celle du virus Ebola, le combat sanitaire peut être gravement affaibli lorsque l’Etat impose des mesures sans explications suffisantes, sans concertation préalable avec les populations affectées, et sans pragmatisme. Tirant parti des expériences sous-régionales, les autorités nigériennes, qui savent par ailleurs maîtriser l’art de la concertation quand elles le souhaitent, devraient redoubler d’efforts pour gagner le soutien populaire dans la lutte contre le Covid-19. Dans ce cadre, les mosquées ne devraient pas devenir des lieux de résistance aux politiques de santé publique mais, au contraire, servir de points d’appui pour informer sur les mesures sanitaires adéquates et mieux diffuser les messages clés de prévention et de sauvegarde.

Le premier réflexe gouvernemental, justifiable, a été d’imposer des mesures très restrictives. Mais celles-ci seront nécessairement difficiles à maintenir si l’épidémie s’inscrit dans la durée ou si elles suscitent des résistances populaires farouches. L’Etat nigérien gagnerait à adopter une approche plus concertée et mieux à même de gagner la confiance de ses citoyens, associant pleinement les organisations de la société civile et visant à faire reposer l’efficacité des mesures de prévention sur la force de l’adhésion populaire.

Source : CRISIS GROUP

Commentaires  

+1 #1 nigerien 24-04-2020 17:20
Quand les gouvernants ont perdu toute credibilite, quand les citoyens ont perdu la foi en leur dirigeant, les clash sont inevitables. International Crisis Group devrait interpreter ces mouvements comme des manifestations de la crise de confiance qui perdure depuis belle lurette deja entre la mafia rose et les nigeriens.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 Abdoul Rachid 24-04-2020 17:26
Waww #Actuniger j'ai ne jamais lu quelque chose d'aussi sensé, d'important et aussi long.
Je cosiderais Actuniger comme une branche de Télé.Sahel, je viens que pour des informations de l'état.
Mais cet article, c'est vraiment de ça nous avons besoin, une enquête indépendante, véridique.
Merci
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #3 Ali Younoussa 24-04-2020 17:51
Autoriser les marchés avec toute la concentration humaine de 8h à 17h et interdire l'ouverture des mosquées pour des prières obligatoires dont les durées ne dépassent guère 10 mn, cela me paraît vraiment incongru.
Qu'Allah swt nous aide à surmonter cette épreuve difficile.
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #4 Lawali Djafar Issia 24-04-2020 17:54
Nous allons prier الله de leur sanctionner pour cet actes infidèles qu’il ont posé sur sa terre .لعنة الله عليهم
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Fils Du Terroir 24-04-2020 17:55
Peut être que vos gourous guidés par leurs oracles passent pas vous pour préparer l'opinion sur leur redition qui est voulue héroïque et salutaire. En attendant nous on va avant chaque rupture prier pour qu' Allah nous débarrasse à très court terme de ce régime de mécréants.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Ousseini Soumaila Kountché 24-04-2020 20:02
Que ces autorités ouvrent les mosquées ou pas, Allah est là et il viendra à bout de tous les hypocrites qui sont derrières la fermeture des mosquées.
De toutes les façons la fermeture de ces lieux de culte n'est pas liée au COVID-19, c'est un complot contre l'islam et les musulmans.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 Awal Garba Mahamadou Aminou 24-04-2020 20:03
C'est étonnant de voir les marchés ouvertement et les mosquées fermées.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 Hassane Gounna 24-04-2020 20:04
Je crois que les mosquées doivent être ouvertes en prenant bien sûr toutes les mesures d'hygiènes (dispositifs de lavage des mains, gels hydro alcoolisées, bavettes) surtout en ce mois béni de ramadan.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #9 Diafara Hassane 24-04-2020 20:19
Soubahanal laye donc ce l'OMS qui va nous donné l'autorisation de prier pauvre Niger
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 Zoro 24-04-2020 20:32
OMS, OMS..., pourquoi dois on écouter cette institution dont maintenant tout le monde connaît ses motivations... d'ailleurs Trump s'était même retiré de cette institution car il prétend qu'ils n'ont pas joué le franc jeu...et pensez vous qu'ils vont nous la jouer cool???tout ce que font ce genre d'institutions depuis des lustres, c'est vivre au profit des malheur des autres...tant qu'il n'y a pas de malheur, eux ils ne bossent pas, chômage technique...OMS prédisait des millions de morts en Afrique il y a environ un mois...quand on regarde la tendance actuelle, cette prédiction n'a pas de chance de se réaliser car nous avons beaucoup de pays africains qui n'ont même pas enregistré de décès après plusieurs cas confirmes positifs....la seule raison de cette alerte sordide de millions de morts en Afrique est le financement que
l'OMS souhaitais avoir.... merci vraiment à Trump d'avoir retirer le financement de son pays... vivement que le genre d'institutions disparaissent à jamais de ce monde....
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #11 A S 24-04-2020 21:21
Crisis group, il n'y a pas de djihadistes au Niger, mais des bandits armés.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 Le Consultant 27-04-2020 11:00
Beaucoup, sinon la grande majorité des nigériens pratiquent l'Islam sans l'avoir au préalable étudié.
Les gens obtiennent des diplômes au bout d'une vingtaine d'années d'études, mais ils n'ont jamais passé 1 an à apprendre l'Islam.
Quel honte!!!
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Booster ACTUNIGER 800-800 pixels Plan de travail1

Top de la semaine

Publier le 25/02/2021, 18:10
urgent-le-domicile-de-l-opposant-hama-amadou-actuellement-encercle-par-un-imposant-contingent-des-forces-de-l-ordre-images-exclusives Selon le constat fait par Actuniger, un imposant contingent d’éléments d’interventions spéciales ...Lire plus...
Publier le 25/02/2021, 16:10
troubles-post-electoraux-2-morts-et-pres-de-500-arrestations-depuis-mardi-niamey-toujours-sous-haute-tension Les manifestations qui secouent Niamey et plusieurs villes du pays depuis mardi dernier et la...Lire plus...
Publier le 25/02/2021, 14:36
ibrahim-moussa-redacteur-en-chef-du-journal-nigerien-la-roue-de-l-histoire-analyse-pour-apa-les-principaux-chantiers-de-mohamed-bazoum Comment appréciez-vous le déroulement du scrutin présidentiel de dimanche dernier ? En dépit de...Lire plus...
Publier le 25/02/2021, 12:43
tensions-post-electorales-calme-precaire-a-niamey-internet-toujours-bloque Après 48h de violentes manifestations à Niamey, un calme précaire règne dans cette matinée du jeudi 25...Lire plus...
Publier le 24/02/2021, 21:48
elections-la-secretaire-generale-de-la-francophonie-oif-condamne-les-violences-post-electorales-au-niger-communique Dans un communiqué publié ce mercredi 24 février 2021, la Secrétaire générale de l’Organisation...Lire plus...
Publier le 22/02/2021, 10:29
presidentielles-2e-tour-legere-avance-de-bazoum-sur-ousmane-selon-les-premiers-resultats-proclames-par-la-ceni La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a commencé depuis quelques heures, la...
Publier le 24/02/2021, 12:56
presidentielle-le-candidat-de-l-opposition-mahamane-ousmane-revendique-sa-victoire-avec-50-3-des-voix C’est depuis Zinder où il avait installé son QG après la fin de sa camapgne électorale, que le...
Publier le 25/02/2021, 18:10
urgent-le-domicile-de-l-opposant-hama-amadou-actuellement-encercle-par-un-imposant-contingent-des-forces-de-l-ordre-images-exclusives Selon le constat fait par Actuniger, un imposant contingent d’éléments d’interventions spéciales ...
Publier le 23/02/2021, 20:28
presidentielle-apres-sa-victoire-bazoum-felicite-ousmane-et-lui-tend-la-main-pour-faire-face-ensemble-aux-defis-majeurs-du-pays-declaration Après la proclamation des résultats provisoires du second tour de la présidentielle qui le donne...
Publier le 24/02/2021, 19:10
tensions-postelectorales-interpellation-du-general-tchanga-ancien-chef-d-etat-major-de-l-armee Les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ont procédé ce mercredi dans l’après-midi à...
Publier le 22/02/2021, 10:29
presidentielles-2e-tour-legere-avance-de-bazoum-sur-ousmane-selon-les-premiers-resultats-proclames-par-la-ceni La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a commencé depuis quelques heures, la...
Publier le 23/02/2021, 15:35
elections-l-opposition-denonce-un-hold-up-electoral-et-exige-la-suspension-de-la-publication-des-resultats-par-la-ceni   Dans un communiqué publié ce mardi 23 février 2021, la direction nationale de campagne du...
Publier le 21/02/2021, 21:57
bazoum-mohamed-j-ai-des-raisons-de-croire-que-la-chance-sera-de-mon-cote Le candidat du PNDS Tarraya au second tour de l’élection présidentielle, Mohamed Bazoum, a accompli...
Publier le 24/02/2021, 19:10
tensions-postelectorales-interpellation-du-general-tchanga-ancien-chef-d-etat-major-de-l-armee Les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ont procédé ce mercredi dans l’après-midi à...
Publier le 23/02/2021, 16:57
elections-situation-tendue-a-niamey-en-marge-de-la-proclamation-des-resultats-du-second-tour-de-la-presidentielle De violents heurts ont éclaté ce mardi après-midi dans plusieurs quartiers de Niamey à quelques heures...

Dans la même Rubrique

Urgent : le domicile de l'opposant Hama Amadou actuellement encerclé par un imposant contingent des forces de l’ordre (images exclusives)

25 février 2021
Urgent : le domicile de l'opposant Hama Amadou actuellement encerclé par un imposant contingent des forces de l’ordre (images exclusives)

Selon le constat fait par Actuniger, un imposant contingent d’éléments d’interventions spéciales  de la Police, de la gendarmerie et de la garde nationale est actuellement déployé au domicile de l’opposant...

Troubles post-électoraux : 2 morts et près de 500 arrestations depuis mardi, Niamey toujours sous haute tension

25 février 2021
Troubles post-électoraux : 2 morts et près de 500 arrestations depuis mardi, Niamey toujours sous haute tension

Les manifestations qui secouent Niamey et plusieurs villes du pays depuis mardi dernier et la proclamation des résultats du second tour de la présidentielle ont deux (2) morts selon les...

Ibrahim Moussa, rédacteur en chef du journal nigérien La Roue de l’Histoire, analyse pour APA les principaux chantiers de Mohamed Bazoum

25 février 2021
Ibrahim Moussa, rédacteur en chef du journal nigérien La Roue de l’Histoire, analyse pour APA les principaux chantiers de Mohamed Bazoum

Comment appréciez-vous le déroulement du scrutin présidentiel de dimanche dernier ? En dépit de quelques irrégularités, notamment la saisie de faux bulletins de vote à Dogondoutchi (Sud-Ouest) par la Commission...

Tensions post-électorales : calme précaire à Niamey, internet toujours bloqué

25 février 2021
Tensions post-électorales : calme précaire à Niamey, internet toujours bloqué

Après 48h de violentes manifestations à Niamey, un calme précaire règne dans cette matinée du jeudi 25 février. La contestation s’est toutefois étendue à Tillabéri où les échauffourées ont nécessité...

Tensions postélectorales : interpellation du «général Tchanga », ancien chef d’Etat major de l’armée

24 février 2021
Tensions postélectorales : interpellation du «général Tchanga », ancien chef d’Etat major de l’armée

Les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) ont procédé ce mercredi dans l’après-midi à l’interpellation de l’ex général Moumouni Boureima dit « Tchanga », ancien chef d’état-major des Forces Armées Nigériennes...

Niger : internet bloqué suite à de violentes manifestations postélectorales

24 février 2021
Niger : internet bloqué suite à de violentes manifestations postélectorales

Les nigériens se sont réveillés ce mercredi sans accès à internet. Un black out qui concerne tous les quatre (4) opérateurs que compte le pays et qui fait suite aux...