lundi 8 août 2022

3626 lecteurs en ligne -

fraren

Justice: le SAMAN répond au ministre Marou Amadou

Nouhou Boubacar Saman

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU SYNDICAT AUTONOME DES MAGISTRATS DU NIGER/SAMAN

Suivant un communiqué de presse en date du 03 janvier 2020, le Ministre de la justice, fait savoir à l’opinion nationale que la nouvelle rédaction de l’article 25 du Statut de la Magistrature, adoptée par l’Assemblée le 20 décembre 2019, vise uniquement à permettre « aux candidats titulaires au moins d'une maitrise en droit ou de tout autre diplôme reconnu équivalent de se présenter au concours direct d'entrée à l’école de formation judiciaire du Niger ».

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Il importe de rappeler à l’opinion, que l’ancienne écriture de l’article 25du Statut de la Magistrature avait été modifiée parce qu'elle exigeait le master II ou la maitrise en droit comme diplômes requis pour accéder au corps de la magistrature.

A travers son communiqué, le Ministre de la justice cherche comme à ses habitudes, à manipuler les consciences en insinuant qu'il n'avait pas été insérée dans le Statut de la Magistrature, le certificat de validation de la première année de master comme diplôme de recrutement de magistrats.

Or, il ressort de la modification votée par l’Assemblée National, que  l’écriture consacrée s'agissant des diplômes exigés est ainsi libellée : « être titulaire au moins de la maitrise en droit ou de master en droit. Toutefois, peuvent dire être autorisés à concourir, les titulaires de certificat de validation de la première année du master en droit ou tout autre diplôme reconnu équivalent ... ».

A la lecture da cette disposition, le BEN constate l’insertion du certificat de validation de la première année de master comme diplôme de recrutement de magistrats, principale raison pour laquelle le SAMAN avait observé la grève des 26 et 27 décembre 2019 et projette d’observer celle des 06, 07 et 08 janvier 2020.

Le SAMAN comprend bien alors le désarroi du ministre de la justice qui, gagné par l’usure, cherche à se rabattre sut l’opinion en le dressant contre notre structure dans son noble combat pour de défense des valeurs essentielles de la justice et de l’Etat de droit.

Tout en lui faisant économie de ses vulgaires propos desquels il a du mal à s'en départir, le BEN/SAMAN apprend au Ministre de la justice qui semble bien l’ignorer, que le droit de grève est prévu par la constitution du Niger d’une part, et que d'autre part, il ne peut s'arroger les attributions de la Cour constitutionnelle, seule compétente pour déclarer un acte anticonstitutionnel.

En conclusion, le BEN/SAMAN informe l’opinion nationale et internationale que son préavis de grève ne vise en aucune manière à empêcher aux étudiants des universités publiques d'intégrer le corps de la Magistrature, mais plutôt à faire échec aux manœuvres insidieuses du Ministre de la justice tendant a procéder à un recrutement au rabais et déguisé, en se cachant derrière des termes vagues et imprécis, du genre “peuvent être autorisés”.

Vive le Niger !

Vive le SAMAN uni et fort!

La tutte continue !

Fait à Niamey, le 04 janvier 2020

Pour le BEN/SAMAN

Le Secrétaire Général

NOUHOU ABOUBACAR



Commentaires  

-1 #1 Kimi 05-01-2020 00:16
Je comprends à présent toutes les raisons de cette agitation
Mr les juges vous avez raison de refuser et vous avez bien fait de dénoncer
Citer | Signaler à l’administrateur
+7 #2 #soul 05-01-2020 06:13
Bien sûr que le SAMAN voulais bloquer l'accès au étudiant des université publiques car vous le savez bel et bien que le master 2 est quasi inexistant dans nos universités. Or, la maîtrise est équivalent au master 1 alors c'est quoi le problème sauf si vous voulez bloquer l'accès aux étudiants des universités publiques et en donnant la possibilité à ceux des instituts privés de concourir.
Citer | Signaler à l’administrateur
+6 #3 Issa Maissamari 05-01-2020 08:01
Il aurait été plus intelligent pour les magistrats de faire un lobbying au niveau du parlement pour empêcher le vote de cette loi. Des lors que rien n'a été fait pour attirer l'attention des députés sur les conséquences de cette loi. Je pense que ce n'est pas après son adoption que des individus censés appliquer la loi qui vont se soulever contre son application. Trop tard mes chers magistrats.
Citer | Signaler à l’administrateur
+9 #4 Manu 05-01-2020 11:31
Bonjour à tous. Dès lors qu’il s’agit de concours et non d’un accès direct, il n’y a pas lieu d’introduire une grande restriction sur les candidatures. Que candidat dispose d’une maîtrise, master 1, ou master 2, c’est le concours qui servira de filtre pour être retenu pour l’accès à la formation. Le détenteur d’un master 1 d’une école donnée peut être aussi qualifié qu’un autre détenant un master 2 d’une autre école.
Citer | Signaler à l’administrateur
+8 #5 Manu 05-01-2020 11:32
En outre, pour ceux qui sont admis suite au concours, la formation à suivre comprendra des épreuves à satisfaire pour être jugé admis à exercer le métier de magistrat. Il n’y a donc pas lieu d’introduire des restrictions inutiles à l’étape du concours d’entrée. Dans les pays anglo-saxons, ils estiment que c’est le concours qui permettra de savoir qui est capable et qui ne l’est pas. Alors, j’exhorte mes frères du SAMAN à plus d’indulgence et permettre à tout détenteur d’un diplôme de maitrise, master 1, master 2 et même licence en droit qui le désire à se présenter au concours. Il ne sert à rien d’éliminer inutilement. Le SAMAN devrait toutefois s’assurer que le concours soit d’un niveau adéquat et administré avec la transparence requise aux fins de jouer son rôle de filtre. Merci.
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #6 NOMA 06-01-2020 08:16
la dénomination master 1 ne doit pas exister dans le système LMD. Il n'ya que le Master qui est reconnu.il est obtenu après avoir validé tous les crédits après la Licence et soutenu avec succès son mémoire .En première année il est délivré à l'étudiant qui a validé tous les crédits une attestation de validation qui lui donne droit à s'inscrire en deuxième année. Cette attestation n'est pas sanctionnée par un jury de soutenance donc n'a pas valeur de diplôme.Le service d'équivalence des diplôme des universités publiques ne reconnait pas cette attestation comme équivalente de la maîtrise.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 A.Sidik 06-01-2020 10:18
Vs avez le plein droit de faire denoncer d ailleur c c qui devrait etre fait .Ils veulent creer de confusion pour filtrer de n importe quoi dans le domaine .Allah nous assiste davantage
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 Zoom 06-01-2020 11:16
La défense d'intérêt
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com