samedi 13 août 2022

3750 lecteurs en ligne -

fraren

Éducation : déclaration du BEN/SYNACEB du 8 janvier 2020

Synaceb 08 01 2020

Le Bureau Exécutif du Syndicat National des Agents Contractuels et fonctionnaires de l’Education de Base (SYNACEB) ; profondément touché par la situation de l’insécurité grandissante dans plusieurs régions du pays ; mais aussi celle de l’école publique et des enseignants en général, rend publique la déclaration dont la teneur suit :

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

De la situation sécuritaire

Le Bureau Exécutif National du SYNACEB se dit très préoccupé  par les différentes attaques meurtrières que subissent nos FDS et les populations civiles ; sur le regard complice des bases militaires implantées au Niger sous le couvert d’alliés stratégiques.

Le BEN/SYNACEB :

 présente ses condoléances aux familles de toutes les victimes et souhaite prompt rétablissement aux blessés.

Fustige les récentes mesures d’interdiction de circuler à moto de jour comme de nuit dans certaines localités ; car elles exposent d’avantage les enseignants et freinent le bon fonctionnement du système éducatif.

Exige l’allègement de ces mesures en ramenant l’interdiction pour au moins de 6h à 18h pour faciliter les déplacements ;

Aussi le dernier développement des attaques dans le golfe prouve à suffisance le manque de volonté des bases présentes au Niger de finir avec l’insécurité au Sahel. C’est pourquoi nous estimons que le Président de la République chef suprême des armées doit demander à ses amis de clarifier leur position sur le motif réel de leur présence au Niger ; à la limite demander leur départ.

Le BEN/SYNACEB demande au gouvernement de doter nos FDS de moyens conséquents et adéquats au vu des sommes colossales injectées dans la gestion sécuritaire pour protéger et défendre l’intégrité du territoire car la sécurité ne doit pas être sous traitée.      

De la situation de l’école et des enseignants

Résolument engagé à nous opposer contre la dictature, l’arbitraire ; l’impunité, l’injustice, la corruption, la concussion, le régionalisme, l’ethnocentrisme, le népotisme, le pouvoir personnel (préambule de la constitution du 25 novembre 2010). Toutes choses devenues jeux favoris des autorités actuelles, en particulier les responsables administratifs et académiques du ministère de l’enseignement primaire.

Le BEN/SYNACEB :

Constate avec amertume que l’école publique et les enseignants  n’ont jamais été aussi mal desservis que depuis l’avènement de la 7ème république ;

 dénonce avec force la mort programmée de l’école publique nigérienne en témoigne les différentes réformes ; sans formation préalable des acteurs  pour uniquement satisfaire les besoins des partenaires financiers au détriment du système éducatif ;

Fustige le non-respect des engagements pris par le Président de la république et son gouvernement vis-à-vis des partenaires sociaux notamment ceux contenus dans le protocole d’accord signé le 13 décembre 2016 avec CAUSE-Niger/SYNACEB

Eu égard à tout ce qui précède : Le BEN/SYNACEB Exige du gouvernement :

le paiement immédiat et sans condition des salaires du mois de décembre2019 à tous les enseignants contractuels ;

Le retrait pur et simple du paiement des salaires des contractuels à Niger Poste et la libéralisation des domiciliations de salaire pour les institutions librement choisies par les concernés ;

La réhabilitation systématique des enseignants révoqués pour respect du mot d’ordre de Boycott de l’évaluation illégale organisée par le ministère de l’enseignement primaire en 2017 ;

La mise à la disposition des écoles publiques des kits des modules du programme rénové en quantité suffisante et la formation des enseignants sur ledit programme ;

La mise en solde de tous les enseignants régulièrement recrutés à la fonction publique depuis 2014 ;

L’ouverture systématique des recrutements à la fonction publique pour le compte des années 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019 ;

Le déblocage du paiement des rappels salaires et autres incidences financières ;

L’annulation de toutes les affectations arbitraires et la réhabilitation de la commission nationale d’affectation suivant les critères consensuels préétablis ;

L’arrêt de toutes formes de menaces, d’intimidations et d’ingérence dans la gestion des ressources Humaines au ministère de l’enseignement primaire ;    

La sécurisation des écoles et du personnel enseignant se trouvant dans les zones d’insécurité.  

Le BEN/SYNACEB lance un ultimatum d'une semaine à compter du jeudi 9 janvier 2020 pour la satisfaction totale de ses revendications.

Faute de quoi le BEN/SYNACEB se donnera tous les moyens utiles pour faire aboutir ses justes et légitimes revendications et tiendra le gouvernement de la 7ème République pour seul et unique responsable de toute situation qui adviendrait.

En fin le BEN/SYNACEB fait appel à toutes les structures syndicales du secteur de l’éducation (syndicats ; Association des parents d’élèves ; OSC active en éducation) de se réveiller de leur profond sommeil ; mettre de côté leurs égos  et se mobiliser en bloc pour défendre les intérêts des enseignants, de l’école publique et de la nation toute entière.

Vive le SYNACEB !

Vive l’unité syndicale !

La lutte continue.

                                                                 Fait à Niamey, le 8 janvier 2020.



Commentaires  

+2 #1 Rana 09-01-2020 22:17
je me demande c qui ne va pas dans la tete des gens qui continue a croire a cet escroc de moukayla vous defendez pas les memes interets que lui, primo il n'est plus contractuelle, secondo c un politicien et regarder bien depuis combien de temps il est a ce poste.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 Ishak 10-01-2020 11:59
Cela fait cinq ans que la region de diffa vit cette interdiction. Il n'y a pas d'ecole labas ? mounkaila n'a pas de militant labas ? ou encore c'est mainteant que le vrai Niger est touche ? Il faut qu'on arrete de prendre les gens pour des cons.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 Alaina 26-04-2020 16:46
Bande des escrocs indigne vos collègues nouvelment recrute non pas eu de pécule de plus de 5mois maintenant qui sont père et mère de familles et d'orphelins !! Et avc ce mois bénis il non même pas de quoi faire le carême , que Dieu vous punissent
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com