mercredi, 30 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Cedeao chefs etats reunis

Dans un second communiqué publié en début de soirée de ce mardi 18 août 2020, la CEDEAO a annoncé une série de mesures sur la situation qui prévaut au Mali. Après avoir noté avec « une très grande préoccupation, la prise de pouvoir par des militaires putschistes maliens », l’organisation a condamné « avec la plus grande fermeté » cette prise de pouvoir « par des militaires putschistes » à qui elle « dénie catégoriquement toute forme de légitimité ». Tout en exigeant « le rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel», la CEDEAO a décidé de « suspendre le Mali de tous ses organes avec  effet immédiat», de « la fermeture de toutes les frontières terrestres et aériennes ainsi que l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, commerciales et financières » entre les pays membres et le Mali, tout en y invitant « ses partenaires à y faire de même». Aussi, la CEDEAO a demandé « la montée en puissance immédiate de la Force en attente » et a engagé « la Commission de la CEDEAO à mettre en œuvre immédiatement un ensemble de sanctions contre tous les putschistes et leurs partenaires et collaborateurs ».

Zeyna transfert argent bis

La CEDEAO est allée très vite en besogne puisqu’elle n’a pas attendu le communiqué officiel d’usage des « putschistes » pour sortir son communiqué dans lequel elle semble avoir déjà consommer « le renversement par des militaires putschistes du gouvernement démocratiquement élu du Président Ibrahim Boubacar Kéita ». Il s’agit visiblement pour l’organisation, de ne laisser aucune marge de manœuvres aux mutins et surtout de les prendre de vitesse d’autant que les « mutins » devenus « putschistes » n’ont pas daigné tenir compte de  son appel à  « retourner dans les casernes ». C’est ce que l’organisation avait pourtant demandé dans son premier communiqué publié dans la journée, alors que tout laissait à croire que le président IBK était en train de reprendre la main sur ce qui se déroulait alors comme une mutinerie ou « un mouvements d’humeur » selon les mots du gouvernement malien.

Pas de quartier pour les putschistes

Après avoir rappelé  qu’elle a engagé un processus de médiation depuis plus de deux mois en vue de trouver une solution à cette crise, la CEDEAO a estimé que  « ce coup de force des militaires putschistes maliens, qui est de nature à avoir un impact négatif sur la paix et la stabilité au Mali et dans la sous-région ». Pour l’organisation, l’enjeu est de ne pas faire des émules surtout au regard des situations tout aussi incertaines, dans une moindre mesure certes, qui prévaut dans d’autres pays membres à l’approche des élections à hauts risques.  Solidaire du chef de l’Etat aux mains des militaires mutins, la CEDEAO a aussi tenu a leur rappeler « leur responsabilité sur la sûreté et la sécurité du Président Ibrahim Boubacar Kéita et des officiels arrêtés », dont elle a aussi « exiger la libération immédiate ». La CEDEAO enfin décidé de dépêcher une délégation de haut niveau pour « assurer le retour immédiat de l’ordre constitutionnel ».

La CEDEAO qui ne tient pas à échouer dans cette médiation malienne à multiples enjeux pour les pays de la sous-région, et surtout « le club des chefs d’Etat », comme une large opinion africaine considère les dirigeants de l’organisation communautaire, est en train de jouer sa dernière carte en optant sur la manière forte.

On l’aura compris et les « putschistes » et autres contestataires maliens devraient le comprendre : le cas malien ne doit pas faire tâche-huile en Afrique de l’ouest où des présidents élus démocratiquement pourraient alors perdre leur légitimité populaire et subir la sanction de la rue. Le protocole de la Cedeao n’en fait pas encore mention … Tel est le sens du message que l’organisation sous-régionale entend véhiculer à travers cette stratégie du bâton et de la carotte qui n’a pourtant pas fait ses preuves lors de l’épreuve de force entre le régime légal du président IBK et les frondeurs du M5-RFP !

A.Y.B (actuniger.com)

 

 

COMMUNIQUÉ DE LA CEDEAO SUR LA SITUATION AU MALI

  1. Suite à son communiqué publié au cours de la journée du 18 août 2020 faisant état d’une mutinerie en cours au sein des Forces Armées Maliennes, la CEDEAO a noté avec une très grande préoccupation la prise de pouvoir par des militaires putschistes maliens.
  2. Cette prise de pouvoir intervient dans un contexte de crise socio- politique difficile. En effet, la CEDEAO rappelle qu’elle a engagé un processus de médiation depuis plus de deux mois en vue de trouver une solution à cette crise. Suite à ce coup de force des militaires putschistes maliens, qui est de nature à avoir un impact négatif sur la paix et la stabilité au Mali et dans la sous-région, la CEDEAO :
    a) condamne avec la plus grande fermeté le renversement par des militaires putschistes du Gouvernement démocratiquement élu du Président Ibrahim Boubacar Kéita;
  3. b) dénie catégoriquement toute forme de légitimité aux putschistes et exige le rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel ;
  4. c) rappelle aux militaires leur responsabilité sur la sûreté et la sécurité du Président Ibrahim Boubacar Kéita et des officiels arrêtés ;
  5. d) exige la libération immédiate du Président Ibrahim Boubacar Kéita et de tous les officiels arrêtés ;
  6. e) suspend le Mali de tous les Organes de décision de la CEDEAO avec effet immédiat, conformément au Protocole additionnel sur la Démocratie et la Bonne Gouvernance et ce, jusqu’au rétablissement effectif de l’ordre constitutionnel ;
  7. f) décide de la fermeture de toutes les frontières terrestres et aériennes ainsi que l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, commerciales et financières entre les pays membres de la CEDEAO et le Mali et invite tous les partenaires à faire de même ;
  8. g) demande la montée en puissance immédiate de la Force en Attente de la CEDEAO ;
  9. h) engage la Commission de la CEDEAO à mettre en œuvre immédiatement un ensemble de sanctions contre tous les putschistes et leur partenaires et collaborateurs ;
  10. i) décide de dépêcher une délégation de haut niveau pour assurer le retour immédiat de l’ordre constitutionnel ;
  11. j) décide de demeurer saisie de la situation au Mali.

Fait à Abuja le 18 août 2020 

Commission de la CEDEAO

 

 

Commentaires  

+1 #1 Maiga Issaka Adamou 18-08-2020 23:07
Plutôt contre la population, Issoufou mohamadou doit arrêter son jeux d'enfants
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 Seeko Savadogo 18-08-2020 23:13
Faites d'abord de la libre circulation dans l'espace CEDEAO, une réalité .
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 A bdoul Razak 18-08-2020 23:36
Cette CEDEAO nous fait honte, jamais elle n'a pris connaissance compte de souffrance de peuples malien lmais maintenant cette CEDEAO est prête à tout pour ramener IBK AU pouvoir c'est vraiment insupportable. Pourtant au Niger des démocrates ont même marché pour soutenir le coup d'état de SALOU DJIBO
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #4 A bdoul Razak 18-08-2020 23:37
#3 A bdoul Razak 18-08-2020 23:36
Cette CEDEAO nous fait honte, jamais elle n'a pris compte de souffrance de peuples malien lmais maintenant cette CEDEAO est prête à tout pour ramener IBK AU pouvoir c'est vraiment insupportable. Pourtant au Niger des démocrates ont même marché pour soutenir le coup d'état de SALOU DJIBO
Citer | Signaler à l’administrate
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 TOTO A DIT 19-08-2020 03:45
Ce machin de CEDEAO, syndicat de bêtes d'Etat , association de valets locaux qui s'en fout royalement des préoccupations et aspirations de leur peuple , une association de malfaiteurs qui au lieu de servir leur peuple .... Se serve goulûment et sans impunité....avec la complicité de leurs amis internes et externes qui profitent .... peut condamner comme elle veut. C’est son droit...
Mais c'est aussi le devoir du peuple véritable détenteur du pouvoir de se faire entendre et d'avoir le dernier ....
Et pour le cas du Mali , Boua le Ventru incompétent , nullard et voleur ... a été Président ..... du Mali ...
Il a finalement rendu sa démission officiellement avec honte de boubou de Kati et sorti par la petite fenêtre : il dit démissionné, il dit dissoudre le Gouvernement et l'Assemblée nationale...
Pour dire .....
Power to the people .....
IBK ..... BYE BYE!!!! Tu es rentré dans l'histoire à Reculons....
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 TOTO A DIT 19-08-2020 03:47
Lire
D'avoir le dernier mot ....
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 Intarou 19-08-2020 09:00
CEDEAO ou syndicat des chefs d'Etats de la l'Afrique de l'Ouest.
Corrigez-vous et respectez votre peuple et les textes fondamentaux de vos pays.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 Karamoko 19-08-2020 09:15
Quand la case de ton voisin brule, alors tu prends des dispositions pour eviter que les flammes debordent sur la tienne. C'est ce que fait issoufou en miaulant. Il n'a jamais appris ce que le respect du au peuple veut dire. Il pense hélas que l'argent achète tout y compris la dignité des officiers maliens. Non issoufou, l'argent vole au peuple ne peut pas tout acheter partout et surtout pas au pays des descendants de soundjata keita. Contente toi de faire tes achats ici au Niger ou ce commerce t'a bien reussi et laisse les maliens regler leurs affaires a la malienne.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #9 Alema 19-08-2020 09:50
MI au pouvoir est allergique à tout forfait qu'il a eu à commettre par le passé étant à l'opposition. Le Zaki nigérien est d'une ambivalence inouïe. Il demande de considérer Nafako comme un président inapte, et il applaudit le putch de Barré puis devient allergique à lui. Il applaudit le putch de Wanke puis devient un opposant farouche au régime de la 5 et 6 ème République. Il applaudit le putch de Salou, se met en accointance avec ses caramades pour assurer la transition et avoir les faveurs de Salou pour avoir le pouvoir ce qui fut fait. Il se met en liaison avec des opposants à Campaore pour le chasser du pouvoir et voilà qui voit d'un mauvais œil un peuple malien qui se soulève contre le pouvoir en place. MI quel personnalité au caractère plein d'ambiguïté ! Quelle bizarrerie!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #10 Ladibo 19-08-2020 10:08
Le président en exercice de la CEDEAO ne rend pas service au peuple malien. Quand une partie de peuple se met dans la rue pour contester y'a problème. MI de par ses humeurs qui lui sont propres ne peut valablement bien jouer ses fonctions de l'organisation communautaire. L'heure est à écoute du peuple malien. IBK a démissionné, la moindre des choses c'est de trouver une solution transitionnelle pour aller de l'avant. Ne poussez à fond pas un peuple étouffé à se désengager d'une Communauté dont il ne trouve pas son importance. Ce n'est pas avec des bâtons qu'on peut faire plier un peuple. Combien de fois y'a eu des pitch au Nigeria. La CEDEAO pourra-t-elle faire plier le Grand Nigeria. L'heure n'est pas aux sanctions. Promouvons la bonne gouvernance si nous voulons en finir avec les coups d'État. Chaque citoyen compte. Y'a de majorité et une minorité. La situation du Mali n'est imaginable au Ghana. Question de bonne gouvernance!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 Ladibo 19-08-2020 10:08
Le président en exercice de la CEDEAO ne rend pas service au peuple malien. Quand une partie de peuple se met dans la rue pour contester y'a problème. MI de par ses humeurs qui lui sont propres ne peut valablement bien jouer ses fonctions de l'organisation communautaire. L'heure est à écoute du peuple malien. IBK a démissionné, la moindre des choses c'est de trouver une solution transitionnelle pour aller de l'avant. Ne poussez à fond pas un peuple étouffé à se désengager d'une Communauté dont il ne trouve pas son importance. Ce n'est pas avec des bâtons qu'on peut faire plier un peuple. Combien de fois y'a eu des putch au Nigeria. La CEDEAO pourra-t-elle faire plier le Grand Nigeria. L'heure n'est pas aux sanctions. Promouvons la bonne gouvernance si nous voulons en finir avec les coups d'État. Chaque citoyen compte. Y'a de majorité et une minorité. La situation du Mali n'est imaginable au Ghana. Question de bonne gouvernance!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #12 Tarangaba 19-08-2020 10:22
CEDEAO zéro. Vive le Mali. C'est un échec cuisant à tout point de vue de IBK qui n'a pas su s'éloigner des laudateurs pour promouvoir la bonne gouvernance dans son pays. Ne dit-on pas que les mêmes causes produisent les mêmes effets? La grogne populaire c'est un danger pour les régimes corrompus où le mode opératoire de gestion se résume en népotisme, gabegie, passe-droits, la majorité c'est eux, la minorité ne compte pas, les détournements de deniers publics, les scandales financiers, les pratiques frauduleuses, la discrimination de citoyens pour le simple fait de ne pas être du même bord politique, de ne pas s'aligner.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 Gorkoo 19-08-2020 10:53
La fin justifie les moyens, n'est ce pas monsieur le president de la cedeao? Eh bien non. Le Mali n'est pas le Niger
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #14 Halima 19-08-2020 11:16
"...la CEDEAO a décidé de « suspendre le Mali de tous ses organes avec effet immédiat», de « la fermeture de toutes les frontières terrestres et aériennes ainsi que l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, commerciales et financières » entre les pays membres et le Mali, tout en y invitant « ses partenaires à y faire de même»...." Preuve que la cedeao se soucie plus des interets des membres du syndicat que des populations.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 30/09/2020, 09:48
niamey-le-delegue-special-mouctar-mamoudou-demissionne-pour-briguer-la-presidence-du-conseil-de-ville Le Président de la Délégation Spéciale de Niamey, Mouctar Mamoudou,  a annoncé sa démission mardi...Lire plus...
Publier le 29/09/2020, 14:13
societe-civile-apres-6-mois-de-detention-mounkaila-halidou-maikoul-zodi-et-moudi-moussa-libres-en-attendant-le-delibere-de-leur-proces-en-appel Les 3 acteurs de la société civile Mounkaila Halidou, Maikoul Zodi et Moudi Moussa ont été libérés...Lire plus...
Publier le 29/09/2020, 10:07
journee-de-solidarite-coris-day-2020-coris-bank-niger-offre-des-vivres-et-du-materiel-a-plus-de-300-sinistres-de-harobanda-et-de-saga L’édition 2020 de la Journée de solidarité, « CORIS DAY », de Coris Bank International a été...Lire plus...
Publier le 29/09/2020, 08:48
communique-du-conseil-des-ministres-du-lundi-28-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, lundi 28 septembre 2020, dans la salle habituelle des...Lire plus...
Publier le 28/09/2020, 14:47
togo-le-president-faure-nomme-victoire-tomegah-dogbe-a-la-tete-du-gouvernement Le président togolais, Faure Gnassingbé, a nommé ce lundi 28 septembre, Mme Victoire Tomegah-Dogbé,...Lire plus...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...
Publier le 27/09/2020, 15:45
presidentielles-le-journaliste-salou-gobi-investi-candidat-du-cnr-gayya La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des...
Publier le 30/09/2020, 09:48
niamey-le-delegue-special-mouctar-mamoudou-demissionne-pour-briguer-la-presidence-du-conseil-de-ville Le Président de la Délégation Spéciale de Niamey, Mouctar Mamoudou,  a annoncé sa démission mardi...
Publier le 28/09/2020, 14:47
togo-le-president-faure-nomme-victoire-tomegah-dogbe-a-la-tete-du-gouvernement Le président togolais, Faure Gnassingbé, a nommé ce lundi 28 septembre, Mme Victoire Tomegah-Dogbé,...
Publier le 25/09/2020, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-25-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 25 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 27/09/2020, 16:24
niger-des-partis-politiques-comme-s-il-en-pleuvait Niger, 147 partis politiques légalement reconnus, 21 en instance de l’être ; Côte d’Ivoire 130...
Publier le 29/09/2020, 08:48
communique-du-conseil-des-ministres-du-lundi-28-septembre-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, lundi 28 septembre 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 27/09/2020, 15:45
presidentielles-le-journaliste-salou-gobi-investi-candidat-du-cnr-gayya La Convention Nationale pour la République (CNR GAYYA) a tenu ce samedi 26 Septembre au Palais des...
Publier le 28/09/2020, 14:44
presidentielles-alma-oumarou-investi-candidat-du-rpp-farilla Le Rassemblement pour la Paix et le Progrès (RPP-FARILLA) a tenu hier dimanche 27 septembre à Niamey,...

Dans la même Rubrique

Togo : le président Faure nomme Victoire Tomegah Dogbe à la tête du gouvernement

28 septembre 2020
Togo : le président Faure nomme Victoire Tomegah Dogbe à la tête du gouvernement

Le président togolais, Faure Gnassingbé, a nommé ce lundi 28 septembre, Mme Victoire Tomegah-Dogbé, comme Premier Ministre. C’est la première femme à être nommée à la tête du gouvernement dans...

Mali : le diplomate Moctar Ouane nommé Premier ministre de la Transition

27 septembre 2020
Mali : le diplomate Moctar Ouane nommé Premier ministre de la Transition

L’ancien chef de la diplomatie malienne, Moctar Ouane, a été nommé ce dimanche 27 septembre, premier ministre de la transition. Après le président et le vice-président, il est la troisième...

Mali : un ancien militaire comme chef d’Etat et l’essentiel du pouvoir dans les mains de la junte militaire

21 septembre 2020
Mali : un ancien militaire comme chef d’Etat et l’essentiel du pouvoir dans les mains de la junte militaire

Les premières autorités de la transition politique sont connues depuis ce lundi 21 septembre 2020, veille de la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance du pays. Il s’agit du colonel-major...

Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

16 septembre 2020
Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte militaire lors du mini-sommet sur la crise malienne qu’ils ont tenu le lundi 15...

Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

15 septembre 2020
Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

L’ancien président malien, le général à la retraite Moussa Traoré,  est décédé ce mardi 15 septembre 2020 à 83 ans, selon des sources familiales citées par plusieurs médias maliens. Au...

Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

7 septembre 2020
Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

Les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de la CEDEAO qui se sont réunis ce lundi en sommet ordinaire à Niamey, ont exigé la nomination d'un président de...