NITA Fond Site Web 675 x 240

Cedeao chefs etats reunis

Dans un second communiqué publié en début de soirée de ce mardi 18 août 2020, la CEDEAO a annoncé une série de mesures sur la situation qui prévaut au Mali. Après avoir noté avec « une très grande préoccupation, la prise de pouvoir par des militaires putschistes maliens », l’organisation a condamné « avec la plus grande fermeté » cette prise de pouvoir « par des militaires putschistes » à qui elle « dénie catégoriquement toute forme de légitimité ». Tout en exigeant « le rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel», la CEDEAO a décidé de « suspendre le Mali de tous ses organes avec  effet immédiat», de « la fermeture de toutes les frontières terrestres et aériennes ainsi que l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, commerciales et financières » entre les pays membres et le Mali, tout en y invitant « ses partenaires à y faire de même». Aussi, la CEDEAO a demandé « la montée en puissance immédiate de la Force en attente » et a engagé « la Commission de la CEDEAO à mettre en œuvre immédiatement un ensemble de sanctions contre tous les putschistes et leurs partenaires et collaborateurs ».

Zeyna commission0

La CEDEAO est allée très vite en besogne puisqu’elle n’a pas attendu le communiqué officiel d’usage des « putschistes » pour sortir son communiqué dans lequel elle semble avoir déjà consommer « le renversement par des militaires putschistes du gouvernement démocratiquement élu du Président Ibrahim Boubacar Kéita ». Il s’agit visiblement pour l’organisation, de ne laisser aucune marge de manœuvres aux mutins et surtout de les prendre de vitesse d’autant que les « mutins » devenus « putschistes » n’ont pas daigné tenir compte de  son appel à  « retourner dans les casernes ». C’est ce que l’organisation avait pourtant demandé dans son premier communiqué publié dans la journée, alors que tout laissait à croire que le président IBK était en train de reprendre la main sur ce qui se déroulait alors comme une mutinerie ou « un mouvements d’humeur » selon les mots du gouvernement malien.

Pas de quartier pour les putschistes

Après avoir rappelé  qu’elle a engagé un processus de médiation depuis plus de deux mois en vue de trouver une solution à cette crise, la CEDEAO a estimé que  « ce coup de force des militaires putschistes maliens, qui est de nature à avoir un impact négatif sur la paix et la stabilité au Mali et dans la sous-région ». Pour l’organisation, l’enjeu est de ne pas faire des émules surtout au regard des situations tout aussi incertaines, dans une moindre mesure certes, qui prévaut dans d’autres pays membres à l’approche des élections à hauts risques.  Solidaire du chef de l’Etat aux mains des militaires mutins, la CEDEAO a aussi tenu a leur rappeler « leur responsabilité sur la sûreté et la sécurité du Président Ibrahim Boubacar Kéita et des officiels arrêtés », dont elle a aussi « exiger la libération immédiate ». La CEDEAO enfin décidé de dépêcher une délégation de haut niveau pour « assurer le retour immédiat de l’ordre constitutionnel ».

La CEDEAO qui ne tient pas à échouer dans cette médiation malienne à multiples enjeux pour les pays de la sous-région, et surtout « le club des chefs d’Etat », comme une large opinion africaine considère les dirigeants de l’organisation communautaire, est en train de jouer sa dernière carte en optant sur la manière forte.

On l’aura compris et les « putschistes » et autres contestataires maliens devraient le comprendre : le cas malien ne doit pas faire tâche-huile en Afrique de l’ouest où des présidents élus démocratiquement pourraient alors perdre leur légitimité populaire et subir la sanction de la rue. Le protocole de la Cedeao n’en fait pas encore mention … Tel est le sens du message que l’organisation sous-régionale entend véhiculer à travers cette stratégie du bâton et de la carotte qui n’a pourtant pas fait ses preuves lors de l’épreuve de force entre le régime légal du président IBK et les frondeurs du M5-RFP !

A.Y.B (actuniger.com)

 

COMMUNIQUÉ DE LA CEDEAO SUR LA SITUATION AU MALI

  1. Suite à son communiqué publié au cours de la journée du 18 août 2020 faisant état d’une mutinerie en cours au sein des Forces Armées Maliennes, la CEDEAO a noté avec une très grande préoccupation la prise de pouvoir par des militaires putschistes maliens.
  2. Cette prise de pouvoir intervient dans un contexte de crise socio- politique difficile. En effet, la CEDEAO rappelle qu’elle a engagé un processus de médiation depuis plus de deux mois en vue de trouver une solution à cette crise. Suite à ce coup de force des militaires putschistes maliens, qui est de nature à avoir un impact négatif sur la paix et la stabilité au Mali et dans la sous-région, la CEDEAO :
    a) condamne avec la plus grande fermeté le renversement par des militaires putschistes du Gouvernement démocratiquement élu du Président Ibrahim Boubacar Kéita;
  3. b) dénie catégoriquement toute forme de légitimité aux putschistes et exige le rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel ;
  4. c) rappelle aux militaires leur responsabilité sur la sûreté et la sécurité du Président Ibrahim Boubacar Kéita et des officiels arrêtés ;
  5. d) exige la libération immédiate du Président Ibrahim Boubacar Kéita et de tous les officiels arrêtés ;
  6. e) suspend le Mali de tous les Organes de décision de la CEDEAO avec effet immédiat, conformément au Protocole additionnel sur la Démocratie et la Bonne Gouvernance et ce, jusqu’au rétablissement effectif de l’ordre constitutionnel ;
  7. f) décide de la fermeture de toutes les frontières terrestres et aériennes ainsi que l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, commerciales et financières entre les pays membres de la CEDEAO et le Mali et invite tous les partenaires à faire de même ;
  8. g) demande la montée en puissance immédiate de la Force en Attente de la CEDEAO ;
  9. h) engage la Commission de la CEDEAO à mettre en œuvre immédiatement un ensemble de sanctions contre tous les putschistes et leur partenaires et collaborateurs ;
  10. i) décide de dépêcher une délégation de haut niveau pour assurer le retour immédiat de l’ordre constitutionnel ;
  11. j) décide de demeurer saisie de la situation au Mali.

Fait à Abuja le 18 août 2020 

Commission de la CEDEAO

 



Commentaires

1
Maiga Issaka Adamou
3 années ya
Plut
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
Seeko Savadogo
3 années ya
Faites d'abord de la libre circulation dans l'espace CEDEAO, une r
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
A bdoul Razak
3 années ya
Cette CEDEAO nous fait honte, jamais elle n'a pris connaissance compte de souffrance de peuples malien lmais maintenant cette CEDEAO est pr
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
A bdoul Razak
3 années ya
#3 A bdoul Razak 18-08-2020 23:36
Cette CEDEAO nous fait honte, jamais elle n'a pris compte de souffrance de peuples malien lmais maintenant cette CEDEAO est pr
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
3 années ya
Ce machin de CEDEAO, syndicat de b
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
TOTO A DIT
3 années ya
Lire
D'avoir le dernier mot ....
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Intarou
3 années ya
CEDEAO ou syndicat des chefs d'Etats de la l'Afrique de l'Ouest.
Corrigez-vous et respectez votre peuple et les textes fondamentaux de vos pays.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Karamoko
3 années ya
Quand la case de ton voisin brule, alors tu prends des dispositions pour eviter que les flammes debordent sur la tienne. C'est ce que fait issoufou en miaulant. Il n'a jamais appris ce que le respect du au peuple veut dire. Il pense h
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
1
Alema
3 années ya
MI au pouvoir est allergique
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Ladibo
3 années ya
Le pr
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Ladibo
3 années ya
Le pr
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Tarangaba
3 années ya
CEDEAO z
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Gorkoo
3 années ya
La fin justifie les moyens, n'est ce pas monsieur le president de la cedeao? Eh bien non. Le Mali n'est pas le Niger
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
Halima
3 années ya
"...la CEDEAO a d
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
enfant du soleil
3 années ya
CEDEAO c'est un rassemblement des vautours affam
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
enfant du soleil
3 années ya
CEDEAO c'est un rassemblement des vautours affam
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
1997 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
525 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
322 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
471 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
357 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
361 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2283 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages