lundi 8 août 2022

2949 lecteurs en ligne -

fraren

Le chef d'Al Qaïda au Maghreb islamique tué au Mali par les forces françaises

Abdelmalek Droukdal

Le leader d'Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), l'Algérien Abdelmalek Droukdal, a été tué par les forces françaises dans le nord du Mali, près de la frontière algérienne, a affirmé vendredi sur Twitter la ministre des Armées Florence Parly, confirmant des informations obtenues par l'AFP.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Ce chef historique du jihad au Maghreb, mentor de plusieurs groupes jihadistes sahéliens, a été tué jeudi au nord-ouest de la ville malienne de Tessalit, a appris l'AFP. "Plusieurs de ses proches collaborateurs" ont également été "neutralisés", a assuré Mme Parly sans plus de détails.

"Abdelmalek Droukdal, membre du comité directeur d’Al-Qaida, commandait l'ensemble des groupes qaïdistes d’Afrique du Nord et de la bande sahélienne, dont le JNIM, l’un des principaux groupes terroristes actifs au Sahel", selon la ministre française.

Le chef d'AQMI, dont le nom est parfois aussi orthographié Droukdel, a reçu l'allégeance de plusieurs groupes jihadistes actifs au Sahel, rassemblés depuis 2017 au sein du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), dirigé par le touareg malien Iyad Ag Ghaly.

La France revendique également vendredi soir la capture d'un "cadre important de l'EIGS", le groupe jihadiste Etat islamique au Grand Sahara, rival du GSIM au Sahel et désigné ennemi numéro un par Paris.

"Les opérations contre l’Etat islamique au Grand Sahara, l'autre grande menace terroriste dans la région, se poursuivent également. Le 19 mai dernier, les forces armées françaises ont capturé Mohamed el Mrabat, vétéran du djihad au Sahel et cadre important de l’EIGS", annonce Mme Parly dans un autre tweet.

La force française antijihadiste Barkhane, forte de plus de 5.000 militaires, multiplie ces derniers mois les offensives au Sahel, pour tenter d'enrayer la spirale de violences qui, mêlées à des conflits intercommunautaires, ont fait 4.000 morts au Mali, au Niger et au Burkina Faso l'an dernier, cinq fois plus qu'en 2016 selon l'ONU.

AFP



Commentaires  

+2 #1 djibo 06-06-2020 00:00
Bravo.. mission accomplie. maintenant faut plier vos bagages et rentrez chez vous en France
Citer | Signaler à l’administrateur
+7 #2 Excellent travail – un résultat au- 06-06-2020 11:33
La pierre angulaire est détruite. Un effort soutenu fera se déliter les autres tas de merdes. Ainsi le sahel pourra se débarrasser de ces vermines d’un autre siècle.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 GRANDE VICTOIRE 06-06-2020 11:36
Citation en provenance du commentaire précédent de Excellent travail – un résultat au- :
La pierre angulaire est détruite. Un effort soutenu fera se déliter les autres tas de merdes. Ainsi le sahel pourra se débarrasser de ces vermines d’un autre siècle.


un résultat au-delà des espérances
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #4 Sani Ali 06-06-2020 18:18
Il doit déranger leurs alliés les rebelles touaregues que la France utilise pour déstabiliser nos régions.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Okacha Ibn muhsin 07-06-2020 14:04
L'homme le plus influent c le chef du EIGS
Droukel n vaut pas grand chose par rapport a l'homme fort du EIGS qui contrôle un vaste territoire entre le 3 frontières
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com