samedi 13 août 2022

3389 lecteurs en ligne -

fraren

Nigeria : plus de 70 soldats tués dans une embuscade contre un convoi militaire dans l’Etat de Borno

NIgeriaarmy

Plus de 70 soldats nigérians ont été tués dans une attaque terroriste qui a visé lundi 23 mars, un convoi de l’armée dans la région de Konduga, Etat du Borno, dans le nord-est du Nigeria. Le convoi militaire avait quitté Maduguri selon les sources sécuritaires. L’attaque qui a été confirmée par président Buhari s’est déroulée le même jour qu’une autre de grande envergure contre l’armée tchadienne et qui a fait au moins  92 victimes dans le bassin du Lac Tchad.

Zeyna_transfert_argent_bis.jpg

Boko Haram a encore frappé fort au Nigeria. Les assaillants de la secte islamiste ont tendu une embuscade meurtrière, le lundi 23 mars, contre un convoi de l’armée nigériane qui a quitté Maiduguri pour des opérations militaires dans l’Etat de Borno, dans le nord est du pays. Selon un bilan provisoire donné par des sources sécuritaires mardi 24 mars, plus de 70 soldats ont été tués dans l’attaque du convoi, au niveau du village de Gorgi,  dans la région de Konduga (Etat de Borno).

 Selon une source sécuritaire citée par l’AFP, « les terroristes ont spécifiquement visé un camion chargé de lance-roquettes RPG et de grenades avant d’incendier le véhicule ». « Nous avons enregistrés de très lourdes pertes », a déclaré un haut responsable  militaire qui a confirmé « qu’au moins 70 soldats sont morts dans l’embuscade ».

Quelques heures après l’attaque, 70 corps de soldats ont été retrouvés. Cependant, le bilan pourrait s’alourdir précisent les mêmes sources  sécuritaires qui font cas également de blessés et de militaires portés disparus ou enlevés par les assaillants.

Double attaque de Boko Haram 

Réagissant à cette attaque, le président Muhammadu Buhari a exprimé « son profond chagrin suite à la perte de soldats qui ont été victimes de l’embuscade tendue par des terroristes dans le village de Gorgi ». Après avoir exprimé sa compassion aux familles des victimes, le chef de l’Etat nigérian a déclaré que « malgré les tragédies et les incidents, nous ne pouvons pas permettre aux anarchistes et aux meurtriers de masse de prendre le pays en otage ».  Une mission de l’Etat major de l’armée nigériane a été envoyée sur place pour évaluer la situation.

Cette attaque est survenue le même jour qu’une autre attaque de grande envergure qui a visé une position de l’armée tchadienne (ANT), dans une île du lac Tchad. Au moins 92 soldats ont été tués et 47 autres blessés, selon un bilan provisoire mais officiel.  Les assaillants  sont des membres présumés de la secte Boko Haram ou de l’une de ses factions dissidentes, l’ISWAP. Après avoir subi plusieurs revers notamment suite aux multiples opérations de la Force mixte multinationale (FMM), Boko Haram et ses factions sont en train de reprendre du poil à la bête comme en témoigne leur capacité de nuisance avec la récurrence des attaques meurtrières au Niger, au Tchad, au Nigeria et au Cameroun.

Ikali (actuniger.com)



Commentaires  

+3 #1 lol 25-03-2020 16:23
Tchad puis Nigeria, les soldats nigeriens doivent se tenir pret car ces mécreants mijotent surement quelque chose contre le Niger aussi
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com