NITA Fond Site Web 675 x 240

Walter Samuel Onnoghen

 Le gouvernement nigérian a réclamé mardi à la justice de suspendre de ses fonctions le président de la Cour suprême, plus haut magistrat du pays, inculpé pour fraude, le temps de son procès.

Zeyna commission0

Cette affaire qui fait grand bruit au Nigeria est très politisée, à moins d'un mois des élections générales dans le pays le plus peuplé d'Afrique. L'opposition a accusé le gouvernement de vouloir se débarrasser du juge suprême - notoirement critique du pouvoir actuel - alors que la Cour suprême est compétente pour régler les éventuels litiges liés au scrutin. Walter Samuel Onnoghen était absent lors de l'audience qui s'est tenue à Abuja devant le Tribunal du code de conduite (CCT), créé spécialement pour juger les questions éthiques, comme les non-déclarations ou fausses déclarations d'avoirs. Il est accusé de ne pas avoir déclaré plusieurs comptes bancaires en dollars, euros et livres sterling. "L'accusé est le président de la Cour suprême et du Conseil national de la magistrature. Nous ne lui demandons pas de démissionner, mais nous le prions de se mettre en retrait pour la durée de ce procès", a déclaré le procureur, Aliyu Umar.

Le tribunal ne s'est pas prononcé dans l'immédiat sur cette requête. La défense conteste la compétence même du CCT à juger cette affaire. Le principal avocat de la défense, Wole Olanipekun, a demandé la suspension du procès devant le CCT en attendant que des procédures entamées devant d'autres juridictions pour la même affaire aboutissent. Mais le CCT a rejeté cette demande, affirmant qu'il n'était pas lié aux décisions des autres cours de justice, avant d'ajourner l'audience au 28 janvier.

Le juge Onnoghen a dénoncé à plusieurs reprises la "politisation" des nominations dans le système judiciaire nigérian depuis l'élection de M. Buhari à la présidence en 2015. Les Nigérians voteront le 16 février prochain pour choisir leurs président et parlementaires. Muhammadu Buhari, candidat à un second mandat, est régulièrement accusé de mener une chasse aux sorcières contre ses opposants politiques.

Son principal adversaire à la présidentielle, l'ancien vice-président Atiku Abubakar, a accusé la semaine dernière l'administration Buhari de "faire pression sur une institution gouvernementale indépendante et autonome pour faire démissionner (Onnoghen) ou le mettre à l'écart".

(Belga)



Commentaires

1
balzac
5 années ya
Ca rappelle la fameuse ligne verte de Brigi Rafini qui s'est averee une escroquerie politique car utilisee pour faire chanter les accuses de corruption.
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire
0
issaka
5 années ya
Courageux
Like J'aime Répondre | Signaler ce commentaire

Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
1660 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
512 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
305 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
448 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
337 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
345 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2272 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages