jeudi, 13 décembre 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Des soldats procedent a des fouilles bureau de vote Bamako

8 millions de Maliens étaient appelés à voter ce dimanche pour élire leur président. Le scrutin s'est bien déroulé dans de nombreuses localités, mais a tout de même été émaillé de violences. En particulier dans le centre et le nord du pays. RFI fait le point sur les différents incidents qui ont perturbé ce deuxième tour.

 

L'attaque la plus grave a coûté la vie à un président de bureau de vote, dans le village d'Akordia au sud-ouest de Tombouctou, en début d'après-midi, ce dimanche. Des hommes armés ont fait irruption dans un bureau de vote et « menacé tout le monde », comme le raconte le chef du village Ousmane Touré.

Le président du bureau de vote, « un homme d’une trentaine d’années, a tenté de fuir, de sortir. Et c’est là qu’on l’a tué. On l’a abattu froidement ». Les assaillants « ont brûlé le matériel, les urnes, les papiers, tout a été brûlé ». Le corps, lui, a été « laissé sur place », explique le chef du village, avant que des forces armées ne soient dépêchées et ne le récupèrent, d’après le ministère de la Défense.

Selon Ousmane Touré, qui affirme qu'aucune force de l'ordre ou groupe d'autodéfense ne s'est déplacé pour sécuriser le scrutin dans son village ce dimanche, les assaillants seraient trois ou quatre « présumés jihadistes ». Ils se seraient ensuite rendus dans plusieurs villages du cercle de Niafounké pour proférer des menaces. Par crainte, certains bureaux de vote ont fermé avant l'heure, raconte le chef du village d'Akordia.

Matériel de vote brûlé ou détruit

Dans le village de Tinem, dans le cercle de Diré, des hommes armés ont volé et brûlé le matériel de vote samedi dans la nuit. Bocar Djitté, président du bureau de vote concerné, raconte que « des individus armés » sont venus le réveiller. « Ils ont tiré en l’air avec leur arme et m’ont demandé : "donne-moi le matériel de vote, tout de suite" ». Le lendemain matin, les habitants ont constaté que le matériel de vote avait été « brûlé » et n’ont donc « pas pu voter ».

Parmi les autres faits marquants, le ministère de la Défense note du matériel électoral détruit, dans l'ouest du pays à Karwasa, dans le cercle de Gouina. Des urnes ont été volées à Dianoulé près de Nampala dans le centre.

Certains bureaux de vote ont dû rester fermés

Selon les observateurs nationaux, un nombre significatif de bureaux de vote n'ont pas pu ouvrir, essentiellement dans le centre et le nord du pays. Comme au premier tour, où plus de 800 bureaux étaient restés fermés à cause, selon le ministère de l’Administration du territoire, « des intempéries et des problèmes de sécurité ».

Enfin, lors d’un premier point dimanche soir, Cécile Kyenge, la chef de la mission d'observation de l'Union européenne a rapporté que, dans plusieurs des 300 bureaux de vote observés par 80 observateurs européens dans le pays, « les listes électorales n’étaient pas affichées ». Un souci « observé un peu partout dans le pays ». Comme au premier tour, elle demande « la publication des résultats bureau de vote par bureau de vote » et que soit rendue publique la « liste des bureaux de vote où le vote n’a pas eu lieu ».

Malgré ces problèmes, le ministère de la Défense affirme que le second tour s'est globalement mieux passé que le premier, avec moins d'incidents et moins de personnes blessées.

 

 

RFI

Commentaires   

0 #1 Nayamma T S 13-08-2018 06:19
Qu Allah assiste le peuple malien et les epargne d une crise post-electoral.
A cette douloureuse circonstance, je présente mes condoléances au peuple malien et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Puisse Allah swt ramener la stabilité et apaise les coeurs de nos frères maliens.
Je lance également un crit de coeur à nos dirigeants africains ,de tenir compte des préoccupations de leur peuple respectif,seul gage d une bonne gouvernance et d une stabilité durable.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

EXE-promo-decodeur-internet-265x285 (2).jpg

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Sous le feu des critiques, le chef de l'Onusida offre de partir en juin

13 décembre 2018
Sous le feu des critiques, le chef de l'Onusida offre de partir en juin

Sous le feu des critiques, le chef de l'Onusida, le Malien Michel Sidibé, a offert jeudi de quitter son poste en juin, après la publication d'un rapport accablant sur sa...

RDC: près de 80% des machines à voter de Kinshasa détruites dans un incendie

13 décembre 2018
RDC: près de 80% des machines à voter de Kinshasa détruites dans un incendie

Les dégâts sont énormes. Selon la CENI (Commission électorale nationale indépendante de la République Démocratique du Congo, NDLR), 77% de l'équipement qui devait être utilisé dans la capitale pour l'élection présidentielle du 23...

RDC: incendie dans un entrepôt de la Commission électorale à Kinshasa

13 décembre 2018
RDC: incendie dans un entrepôt de la Commission électorale à Kinshasa

Le principal entrepôt de la commission électorale pour la ville de Kinshasa a pris feu cette nuit, à Kinshasa, à dix d’une élection que les Congolais attendent depuis deux ans....

Togo : au moins quatre morts dans des affrontements avec les forces de l’ordre

11 décembre 2018
Togo : au moins quatre morts dans des affrontements avec les forces de l’ordre

Une coalition de l’opposition, qui boycotte les législatives prévues le 20 décembre, avait appelé à des manifestations pour exiger l’arrêt du processus électoral. Deux personnes ont été tuées à Sokodé, fief...

Des sénateurs américains accusent MBS d'avoir «ordonné» le meurtre de Khashoggi

5 décembre 2018
Des sénateurs américains accusent MBS d'avoir «ordonné» le meurtre de Khashoggi

Des sénateurs républicains américains ont affirmé mardi, après avoir été informés à huis clos des conclusions de la CIA, n'avoir « aucun doute » sur le fait que le prince héritier saoudien...

«Gilets jaunes»: «si on ne trouve pas de solution, on renoncera» à la hausse des taxe (porte-parole du gouvernement)

5 décembre 2018
«Gilets jaunes»: «si on ne trouve pas de solution, on renoncera» à la hausse des taxe (porte-parole du gouvernement)

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a réaffirmé mercredi que si l’exécutif «ne trouve pas de solution» à l’issue de la concertation menée jusqu’au 1er mars, il «renoncera» à la...