mardi, 21 août 2018
French Arabic Chinese (Simplified) English Turkish
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

NITA Actu Niger 3 min

Cour constitutionnelle Gabon min

Au Gabon, la Cour constitutionnelle a décidé, ce lundi 30 avril, de dissoudre l'Assemblée et de faire démissionner le gouvernement car la date limite pour organiser les élections législatives n’a pas été respectée. Les autorités gabonaises avaient jusqu'à fin avril pour le faire, c'est à dire jusqu'à ce soir. Dans cette situation de blocage, la Cour constitutionnelle décide de frapper fort.

 

C’est un véritable séisme politique qui vient de se produire dans le pays. Les décisions de la Cour constitutionnelle sont sévères. L’Assemblée nationale est dissoute. Entre temps, le Sénat a été désigné pour assurer l’intérim de l’Assemblée nationale.

A la surprise générale, Marie-Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle, a sorti la chicotte : « les pouvoirs de l'Assemblée nationale prennent fin dès la notification de la présente décision aux autorités publiques, dont le président de l'Assemblée nationale. Dans le souci d'assurer le fonctionnement régulier des pouvoirs publics, le pouvoir législatif sera représenté par le Sénat. »

Impossible pour les députés de continuer de siéger alors que leur mandat est épuisé depuis deux ans, a expliqué la Cour constitutionnelle.

La Cour a aussi décidé de sanctionner le gouvernement pour avoir été incapable d’organiser les élections législatives. Le gouvernement est donc obligé de démissionner. Le président de la République est prié de nommer un gouvernement de transition qui aura pour mission d’organiser les élections législatives.

Ce même gouvernement, après les élections législatives, sera obligé aussi de démissionner. Dans l'intervalle, puisque l’Assemblée nationale ne sera pas disponible, le gouvernement ne pourra pas répondre devant le Sénat. Il ne répondra uniquement que devant le président de la République.

Pour réagir à cette décision, une partie de l’opposition est actuellement en conclave pour préparer sa réaction. Mais d'ores et déjà, des voix s'élèvent et demandent l'intervention du chef de l'Etat.

« Pour une fois, la Cour constitutionnelle est allée dans la bonne direction, estime David Mabdinga, le porte-parole de la coalition des 41 partis de l'opposition. C'est ce qu'il fallait faire, mais de toute façon, elle ne pouvait pas faire autrement. Elle a donc pris une série de décisions, mais dans ces décisions, nous sommes un peu surpris qu'elle puisse conférer au Sénat les prérogatives de l'Assemblée nationale. Le Sénat est une émanation des collectivités locales, ses membres sont élus au suffrage indirect, alors que l'Assemblée nationale est une émanation du peuple parce que ses membres sont élus au suffrage universel direct. Nous demandons au président de la République, qui est la clé de voûte des institutions à constater cette crise grave, inédite - depuis 1960, nous n'avons jamais vécu cette situation - et de tirer les leçons de cette situation assez grave pour que la classe politique nationale, toutes tendances confondues, puisse se retrouver pour analyser la situation et prendre les décisions qui s'imposent pour sortir de l'ornière. »

 

RFI

Commentaires   

+6 #1 gaza 01-05-2018 11:09
Une cour constitutionnelle qui connait son role. Rien a voir avec la mafia de la dame de compagnie de issoufou qui a fini par souiller la CC qui fit la fierte des nigeriens sous la conduite eclairee de Madame Bazeye. Honte a toi kadidiatou ly, tu es une honte pour les diori et le corps judiciaire nigerien.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #2 J 01-05-2018 12:50
On devrait faire la même chose au Niger
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #3 Bourgeois tahoua 01-05-2018 13:55
Cc mon ami ce le president
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #4 boul 01-05-2018 15:06
au niger il nya pas d'institutions indépendantes. ttes les institutions prévues par la constitution ,les différentes cours sont rose et sont sous ordres. c'est triste, c'est un recul
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #5 bagague 02-05-2018 09:36
C'est vraiment malheureux pour le Niger où nous sommes loin d'un Etat de droit
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #6 sayadi 02-05-2018 11:36
luttez dabord contre boko haram avant vos institutions forte. si une telle tragedie se produise au niger c cera le cao, que Dieu nous en preserve
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #7 sayadi 02-05-2018 11:36
luttez dabord contre boko haram avant vos institutions forte. si une telle tragedie se produise au niger c cera le cao, que Dieu nous en preserve
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

 

265x285 C Jeunesse2018 Niger

 // Ecouter de la musique moderne nigerienne \\ 
actuzik1 min

Dans la même Rubrique

Présidentielle au Mali: la Cour constitutionnelle confirme la victoire d'IBK

20 août 2018
Présidentielle au Mali: la Cour constitutionnelle confirme la victoire d'IBK

La victoire d'Ibrahim Boubacar Keïta, surnommé « IBK » par la population, a été confirmée au Mali par la Cour constitutionnelle, qui a annoncé les résultats officiels du second tour de la...

Soumaïla Cissé se déclare vainqueur de la présidentielle au Mali

17 août 2018
Soumaïla Cissé se déclare vainqueur de la présidentielle au Mali

L'opposant malien Soumaïla Cissé a "catégoriquement rejeté" vendredi les résultats officiels de la présidentielle le donnant battu au second tour du 12 août, affirmant qu'il l'avait au contraire remporté face...

Présidentielle au Mali: Ibrahim Boubacar Keïta réélu avec 67,17% des voix

16 août 2018
Présidentielle au Mali: Ibrahim Boubacar Keïta réélu avec 67,17% des voix

Au Mali, le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta («IBK») remporte le second tour de la présidentielle avec 67,17% des voix. Son opposant Soumaïla Cissé obtient 32,83% des suffrages. Le taux...

Mali: le second tour de la présidentielle entaché par des violences

13 août 2018
Mali: le second tour de la présidentielle entaché par des violences

8 millions de Maliens étaient appelés à voter ce dimanche pour élire leur président. Le scrutin s'est bien déroulé dans de nombreuses localités, mais a tout de même été émaillé...

Vidéo d’exécutions au Cameroun: arrestation de 7 soldats

12 août 2018
Vidéo d’exécutions au Cameroun: arrestation de 7 soldats

Au Cameroun, les soldats impliqués dans la vidéo montrant les exécutions sommaires de deux femmes et leurs enfants dans l'extrême nord du pays auraient formellement été identifiés. Ils sont au...

Côte d'Ivoire: le PDCI se retire des discussions pour un parti unifié RHDP

10 août 2018
Côte d'Ivoire: le PDCI se retire des discussions pour un parti unifié RHDP

En Côte d’Ivoire, le PDCI, le parti d’Henri Konan Bédié a annoncé ce jeudi 9 août, son retrait du processus de mise en place du parti unifié RHDP. Ce projet...