samedi, 28 novembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


blaise compaore afp 512x288

Le procès du dernier gouvernement Blaise Compaoré reprend ce jeudi matin 4 mai devant la Haute Cour de justice à Ouagadougou. Ouvert il y a une semaine, le procès avait aussitôt été renvoyé. Jeudi dernier, 25 anciens ministres se sont présentés. Six ministres qui vivent en exil seront jugés par contumace. A commencer par l'ex-président, qui est jugé en tant qu'ancien ministre de la Défense et qui a pris la nationalité ivoirienne. Ils sont poursuivis pour «complicité d'homicide volontaire et complicité de coups et blessures volontaires».

Zeyna transfert argent bis

Le procès du dernier gouvernement Blaise Compaoré reprend ce jeudi matin 4 mai devant la Haute Cour de justice à Ouagadougou. Ouvert il y a une semaine, le procès avait aussitôt été renvoyé. Jeudi dernier, 25 anciens ministres se sont présentés. Six ministres qui vivent en exil seront jugés par contumace. A commencer par l'ex-président, qui est jugé en tant qu'ancien ministre de la Défense et qui a pris la nationalité ivoirienne. Ils sont poursuivis pour «complicité d'homicide volontaire et complicité de coups et blessures volontaires». Ils sont jugés pour leur implication présumée dans la répression de l'insurrection populaire d'octobre 2014 qui avait conduit à la chute du régime.

Devant leurs juges, 25 anciens ministres vont comparaître ce jeudi. Une image inédite. Tous sont poursuivis pour avoir décidé, lors du Conseil extraordinaire des ministres du 29 octobre 2014, de faire appel à l'armée pour réprimer les manifestants hostiles à la modification de la Constitution.

Pour l’accusation, en signant « une réquisition complémentaire spéciale », les ministres ont incité les militaires à tirer à balles réelles sur des manifestants, occasionnant sept décès et 88 blessés.

Selon une source judiciaire, le procès ne devrait pas durer plus de deux semaines. La première journée doit être consacrée en partie aux exceptions. Environ trois jours pour les interrogatoires des prévenus. Une journée pour l'audition des témoins. Parmi eux, le général Gilbert Diendéré, ancien chef d'état-major particulier de Blaise Compaoré qui était présent à l'ouverture du procès. Puis ce sera le réquisitoire, les plaidoiries, le dernier mot des accusés et le délibéré.

Le parti de Blaise Compaoré dénonce d’ores et déjà un « procès politique qui tient du règlement de compte ». « Aucun acte illégal n'a été commis », renchérissent les avocats de la défense.

A l'inverse, pour ceux qui avaient pris part à l'insurrection populaire, c'est le procès de la responsabilité politique et de la reddition des comptes. Le procès du refus de l'impunité.

« Beaucoup de ceux qui se retrouvent dans le box des accusés ne se seraient jamais imaginé un jour devant la justice, tant ils considéraient que la justice c’était pour les autres, commente Luc Ibriga, juriste, président du Forum de citoyennes et citoyens de l’alternance. Voilà pourquoi ce procès est important parce que les Burkinabè ont soif de justice. Parce que ceux qui ont choisi de faire passer leur projet de révision de la Constitution par la force, aujourd’hui ont à rendre compte des décisions qu’ils ont prises. C’est un grand moment, un moment symbolique de la responsabilité politique et de l’importance de la reddition des comptes. Les Burkinabè s’en souviendront. »

L’ex-président Blaise Compaoré n’est pas présent au procès. « C’est dommage qu’il soit absent et c’est dommage pour lui qui voulait se donner l’image d’un grand homme d’Etat, souligne Luc Briga. Un grand homme d’Etat ne fuit pas devant ses responsabilités, il les assume. Et le fait qu’il soit parti du Burkina Faso, mais qu’il ait aussi changé de nationalité pour échapper à la justice, ne le grandit pas du tout. »


Les victimes en attente de justice

Devant la Haute Cour de justice de Ouagadougou, les victimes n’ont pas pu se porter partie civile, la loi ne le prévoit pas. Elles le déplorent. RFI a rencontré Lydia Karambiri. Son mari qui travaillait au Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) en République démocratique du Congo a été tué par le Régiment de sécurité présidentielle, au premier jour de l'insurrection.

« Nous on voulait que Blaise soit là, qu'il nous regarde. Il nous a fait tellement de mal. S'il a un cœur, ça doit lui faire quelque chose. Mais s'il n'est pas là, qui va-t-on aller voir là-bas ? »

RFI

Le procès du dernier gouvernement Blaise Compaoré reprend ce jeudi matin 4 mai devant la Haute Cour de justice à Ouagadougou. Ouvert il y a une semaine, le procès avait aussitôt été renvoyé. Jeudi dernier, 25 anciens ministres se sont présentés. Six ministres qui vivent en exil seront jugés par contumace. A commencer par l'ex-président, qui est jugé en tant qu'ancien ministre de la Défense et qui a pris la nationalité ivoirienne. Ils sont poursuivis pour «complicité d'homicide volontaire et complicité de coups et blessures volontaires». Ils sont jugés pour leur implication présumée dans la répression de l'insurrection populaire d'octobre 2014 qui avait conduit à la chute du régime.

Devant leurs juges, 25 anciens ministres vont comparaître ce jeudi. Une image inédite. Tous sont poursuivis pour avoir décidé, lors du Conseil extraordinaire des ministres du 29 octobre 2014, de faire appel à l'armée pour réprimer les manifestants hostiles à la modification de la Constitution.

Pour l’accusation, en signant « une réquisition complémentaire spéciale », les ministres ont incité les militaires à tirer à balles réelles sur des manifestants, occasionnant sept décès et 88 blessés.

Selon une source judiciaire, le procès ne devrait pas durer plus de deux semaines. La première journée doit être consacrée en partie aux exceptions. Environ trois jours pour les interrogatoires des prévenus. Une journée pour l'audition des témoins. Parmi eux, le général Gilbert Diendéré, ancien chef d'état-major particulier de Blaise Compaoré qui était présent à l'ouverture du procès. Puis ce sera le réquisitoire, les plaidoiries, le dernier mot des accusés et le délibéré.

Le parti de Blaise Compaoré dénonce d’ores et déjà un « procès politique qui tient du règlement de compte ». « Aucun acte illégal n'a été commis », renchérissent les avocats de la défense.

A l'inverse, pour ceux qui avaient pris part à l'insurrection populaire, c'est le procès de la responsabilité politique et de la reddition des comptes. Le procès du refus de l'impunité.

« Beaucoup de ceux qui se retrouvent dans le box des accusés ne se seraient jamais imaginé un jour devant la justice, tant ils considéraient que la justice c’était pour les autres, commente Luc Ibriga, juriste, président du Forum de citoyennes et citoyens de l’alternance. Voilà pourquoi ce procès est important parce que les Burkinabè ont soif de justice. Parce que ceux qui ont choisi de faire passer leur projet de révision de la Constitution par la force, aujourd’hui ont à rendre compte des décisions qu’ils ont prises. C’est un grand moment, un moment symbolique de la responsabilité politique et de l’importance de la reddition des comptes. Les Burkinabè s’en souviendront. »

L’ex-président Blaise Compaoré n’est pas présent au procès. « C’est dommage qu’il soit absent et c’est dommage pour lui qui voulait se donner l’image d’un grand homme d’Etat, souligne Luc Briga. Un grand homme d’Etat ne fuit pas devant ses responsabilités, il les assume. Et le fait qu’il soit parti du Burkina Faso, mais qu’il ait aussi changé de nationalité pour échapper à la justice, ne le grandit pas du tout. »


Les victimes en attente de justice

Devant la Haute Cour de justice de Ouagadougou, les victimes n’ont pas pu se porter partie civile, la loi ne le prévoit pas. Elles le déplorent. RFI a rencontré Lydia Karambiri. Son mari qui travaillait au Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) en République démocratique du Congo a été tué par le Régiment de sécurité présidentielle, au premier jour de l'insurrection.

« Nous on voulait que Blaise soit là, qu'il nous regarde. Il nous a fait tellement de mal. S'il a un cœur, ça doit lui faire quelque chose. Mais s'il n'est pas là, qui va-t-on aller voir là-bas ? »

 

RFI

Zeyna transfert argent bis

Commentaires  

0 #1 Blosse 05-05-2017 06:45
ni la force, ni le temps ne mettent les criminels à l abri de leur acts
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

banniere spotlight BIS

Canal Horizon Nov Dec

Top de la semaine

Publier le 28/11/2020, 17:44
infrastructures-inauguration-officielle-de-la-route-bitumee-maradi-madarounfa-frontiere-du-nigeria Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a inauguré officiellement,...Lire plus...
Publier le 28/11/2020, 14:32
47e-session-du-conseil-des-ministres-de-l-oci-a-niamey-la-lutte-contre-le-terrorisme-au-coeur-du-conclave-des-chefs-de-la-diplomatie-des-pays-musulmans La capitale nigérienne abrite, du 27 au 28 novembre 2020, les assises de la 47e session du Conseil des...Lire plus...
Publier le 28/11/2020, 09:36
ce-que-tandja-m-a-dit-l-emouvant-hommage-du-journaliste-abdoulaye-barry-a-tandja-mamadou Un grand baobab vient de se coucher pour toujours. Homme d’état au patriotisme inaltérable, son...Lire plus...
Publier le 28/11/2020, 09:36
issa-abdou-eleve-de-16-ans-nos-conditions-de-vie-sont-vraiment-precaires-sur-ce-site-qui-accueille-les-sinistres-des-inondations Dans le cadre de la célébration de l’édition 2020 de la Journée Mondiale de l’Enfance,  célébrée...Lire plus...
Publier le 28/11/2020, 09:22
lutte-contre-drogue-des-series-de-saisies-de-drogue-operees-a-l-interieur-du-pays-ces-deux-dernieres-semaines-police-nationale Les services de la police nationale ont procédés, ces deux dernières semaines, à une série de saisies...Lire plus...
Publier le 24/11/2020, 19:52
officiel-baba-tandja-n-est-plus L’ancien président Tandja Mamadou vient de tirer sa révérence ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey. A 82...
Publier le 23/11/2020, 09:00
coalition-bazoum2021-45-partis-soutiennent-bazoum-mohamed-pour-l-election-presidentielle Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont...
Publier le 26/11/2020, 11:27
obseques-officielles-de-tandja-mamadou-hommage-national-a-l-ancien-president-au-palais-de-la-presidence Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a assisté, jeudi matin, 26...
Publier le 23/11/2020, 07:46
elections-malgre-des-defis-importants-le-niger-a-l-opportunite-d-assurer-un-transfert-paisible-du-pouvoir-selon-mohamed-ibn-chambas-envoye-special-du-sg-de-l-onu Le Représentant spécial du SG des nations unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel  de l’ONU,...
Publier le 25/11/2020, 10:24
disparition-de-tandja-mamadou-le-peuple-nigerien-vient-de-perdre-un-de-ses-illustres-fils-selon-hama-amadou-son-ancien-premier-ministre-et-bras-droit Dans son message de condoléances, l’ancien premier ministre (2000 à 2007) Hama Amadou  a tenu à...
Publier le 24/11/2020, 20:59
disparition-de-tandja-mamadou-le-president-issoufou-reporte-sa-visite-dans-la-region-de-maradi Suite à la disparition de l’ancien chef de l’Etat Tandja Mamadou ce mardi à Niamey, le président...
Publier le 24/11/2020, 19:52
officiel-baba-tandja-n-est-plus L’ancien président Tandja Mamadou vient de tirer sa révérence ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey. A 82...
Publier le 23/11/2020, 09:00
coalition-bazoum2021-45-partis-soutiennent-bazoum-mohamed-pour-l-election-presidentielle Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont...
Publier le 26/11/2020, 11:27
obseques-officielles-de-tandja-mamadou-hommage-national-a-l-ancien-president-au-palais-de-la-presidence Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a assisté, jeudi matin, 26...
Publier le 25/11/2020, 22:44
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-25-novembre-2020 En application de l’article 73 de la Constitution, le Premier Ministre a reçu du Président de la...

Dans la même Rubrique

Burkina : le président Roch Marc Christian Kaboré réélu dès le premier tour avec 57,87% des voix (CENI)

26 novembre 2020
Burkina : le président Roch Marc Christian Kaboré réélu dès le premier tour avec 57,87% des voix (CENI)

Le président sortant Roch Kaboré, candidat du MPP, a été réélu dès le premier tour de l’élection présidentielle avec 57,87% des voix, a annoncé la CENI qui a proclamé ce...

Ghana : l’ancien président Jerry Rawlings a tiré sa révérence

12 novembre 2020
Ghana : l’ancien président Jerry Rawlings a tiré sa révérence

L’ancien chef de l’Etat ghanéen, John Jerry Rawlings,  est décédé ce jeudi 12 novembre à Accra, ont annoncé plusieurs sources officielles. A 73 ans, cet ancien putschiste a dirigé l’ex...

Election américaine : Joe Biden est élu 46e président des Etats-Unis

7 novembre 2020
Election américaine : Joe Biden est élu 46e président des Etats-Unis

Joe Biden a été élu samedi président des États-Unis, l’emportant face à Donald Trump et mettant fin à une séquence politique inédite qui a secoué l’Amérique et le monde. Le candidat...

Côte d’ivoire : le président Alassane Ouattara réélu au premier tour avec 94, 27% (CEI)

3 novembre 2020
Côte d’ivoire : le président Alassane Ouattara réélu au premier tour avec 94, 27% (CEI)

La Commission électorale indépendante  (CEI) a annoncé que le président Alassane Ouattara a été réélu dès le premier tour de l’élection présidentielle du 31 octobre dernier avec 94,27% des voix....

Guinée : Alpha Condé réélu pour un 3e mandat dès le premier tour avec 59,49% des voix (CENI)

24 octobre 2020
Guinée : Alpha Condé réélu pour un 3e mandat dès le premier tour avec 59,49% des voix (CENI)

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a proclamé ce samedi les résultats globaux provisoires de l’élection présidentielle du 18 octobre dernier. C’est le président sortant, Alpha Condé, qui est arrivé...

Nigeria : Buhari ferme et intransigeant face aux protestataires

23 octobre 2020
Nigeria : Buhari ferme et intransigeant face aux protestataires

Le président nigérian est enfin sorti de son silence plusieurs jours après le début des manifestations contre les violences policières qui ont déjà fait plusieurs dizaines de victimes et provoqué...