NITA Fond Site Web 675 x 240

Alieu Mamar Njie 960x670

Alors que la situation politique est toujours dans l'impasse en Gambie, le président de la Commission électorale a quitté le pays pour se rendre au Sénégal. L'homme qui avait annoncé la victoire de l'opposant Adama Barrow après la présidentielle du 1er décembre 2016 n'était plus en sécurité en Gambie.

Zeyna commission0

Pendant toute la campagne électorale, il était décrit comme un homme à la botte du régime et beaucoup de Gambiens considérait les élections jouées d'avance. Mais le 2 décembre au lendemain du scrutin, Alieu Momarr Njie a surpris tout le monde en annonçant la victoire de l'opposant Adama Barrow.

Mardi 3 janvier, le président de la Commission électorale ne s'est pas rendu à son bureau. Depuis lundi, il vit caché dans un pays de la région. Pourtant Alieu Momarr Njie ne voulait pas partir. A 82 ans, il affirmait encore il y a quelques jours : « Je suis né en Gambie et je mourrai en Gambie ». Le président de la Commission expliquait qu'à son âge, rien ne pouvait lui faire peur.

Menaces

Ses proches en revanche se sont inquiétés des menaces dont il était l'objet. Ce sont eux qui l'ont poussé à quitter la Gambie. Il faut dire que la Commission électorale était sous pression depuis plusieurs semaines. Les locaux étaient bouclés depuis le 13 décembre, des militaires bloquaient l'accès au bâtiment, officiellement pour des raisons de sécurité.

Mais, pendant tout ce temps, Alieu Momarr Njie a maintenu sa position : il a répété que les résultats de l'élection présidentielle ne changeraient pas, que l'opposant Adama Barrow était bien le président élu.

Tour de vis

Relâché après un passage en prison et le paiement d'une importante caution, Alieu Momarr Njie a travaillé dans une commission électorale régionale et comme maire adjoint dans une localité située à l'ouest de la capitale. Nommé en avril dernier à la tête de la Commission électorale, il a tenu sa promesse d'organiser des élections transparentes et crédibles.

Finalement les intimidations l'ont contraint à l'exil, un signe supplémentaire du tour de vis opéré par Yahya Jammeh depuis quelques jours. A l'approche de la fin théorique de son mandat, le président gambien a fait fermer deux radios et la société civile dénonce plusieurs arrestations.

Rfi

Zeyna commission0



Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
2610 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
569 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
362 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
509 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
400 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
386 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2287 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages