NITA Fond Site Web 675 x 240

Saif Al Islam Gaddafi Pictures

Un avocat de Seif al-Islam Kadhafi, le second fils de l'ex-dictateur libyen Mouammar Kadhafi, a affirmé à France 24 que son client, détenu depuis 2011, avait été libéré et affirme vouloir contribuer à unifier la Libye.

Zeyna commission0

Seïf al-Islam Kadhafi est libre. Détenu depuis près de cinq ans par une milice de Zintan, ville côtière de l'ouest de la Libye, le fils du défunt dictateur libyen Mouammar Kadhafi est libre depuis plusieurs semaines, a indiqué Marcel Ceccaldi, l'un de ses avocats, dans un entretien exclusif à France 24, le 8 juillet.

Ce-dernier affirme qu'il n'est pas en résidence surveillée comme l'avait assuré il y a deux jours un autre avocat proche de la famille Kadhafi. Il est considéré comme un "invité" par la commune de Zintan où il se trouve.

Selon Marcel Ceccaldi, Seïf al-Islam dit vouloir contribuer à l'unification politique de la Libye, en finir avec les divisions du pays et lutter contre le terrorisme.

Jugé avec trente-sept autres figures du régime par un tribunal de Tripoli, Seïf al-Islam avait été condamné à mort le 28 juillet 2015 pour son rôle dans la répression meurtrière de la révolte ayant mis fin à l'ancien régime en 2011. Mais la peine n’avait pas été exécutée. Et pour cause : ce dernier a été arrêté en novembre 2011 par une milice opposée au gouvernement de Tripoli alors qu'il essayait de fuir la Libye après l'exécution de son père. 

Depuis, celui qui avait promis aux rebelles "des rivières de sang" était détenu à Zintan, à environ 180 kilomètres au sud-ouest de la capitale. La milice dirigée par le colonel Ajmi al-Atiri, qui le détenait en dehors de tout cadre légal, a toujours refusé de le remettre à la justice de Tripoli. Lors de l'ouverture de son procès dans la capitale, en avril 2014, Seïf al-Islam avait d'ailleurs comparu par visio conférence depuis le tribunal de Zintan.

Seïf al-Islam aurait bénéficié d'une loi d'amnistie générale décrétée par le Parlement de Tobrouk "conformément à la loi libyenne". Le pays est partagé depuis 2014 entre deux gouvernements – l’un installé à Tripoli, l’autre à Tobrouk, dans l'est du pays – qui ont chacun leur système judiciaire. Malgré la formation d'un gouvernement d'union nationale (GNA) à Tripoli, le 30 mars dernier, la division perdure et le GNA peine à asseoir son autorité sur l'ensemble du territoire.

La CPI réclame le transfèrement du fils Kadhafi depuis 2011, ce qu'a toujours refusé la justice libyenne estimant être juridiquement compétente pour juger cette affaire. En outre, le prévenu n'était pas entre les mains des autorités libyennes de Tripoli mais entre celles des milices de Zintan. Les juges attendent donc toujours le feu vert des autorités libyennes. Maître Karim Khan, un autre de ses avocats, a de son côté, déclaré à France 24 qu'il allait soumettre une demande auprès de la CPI pour suspendre toute poursuite à l'encontre de son client.

France 24

Zeyna commission0



Ajouter un Commentaire

Enregistrer

Zeyna commission0

 

android_actuniger2.jpg

Télécharger l'application depuis notre serveur ICI
Image
Image
Image
Image

LOWEBTV.png

 
DEPART DU DERNIER VOL DE LA FORCE FRANÇAISE CE 22-12-2023
1997 vues
 
Conférence de presse des députés et sénateurs de la CEDEAO
525 vues
 
AUDIENCE DU GOUVERNEUR DE LA BCEAO JEAN CLAUDE KASSI BROU
322 vues
 
Communiqué conjoint de la visite officielle au Burkina Faso de Son Excellence le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, chef de l’État du Niger.
471 vues
 
Déclaration du Chef de l'État, le Général de Brigade Abdourahamane Tiani, à la suite de sa visite officielle au Burkina Faso.
357 vues
 
Prestation de serment des membres de la COLDEF et de la Cour d’état
361 vues
 
Le ministre en charge de l'emploi rencontre des bénéficiaires du PEJIP
2283 vues
 

logo-white.png

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12

Copyright © 2022, ActuNiger. Tous droits réservés. Designed by KM Media Group

0
Partages