vendredi, 18 septembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Dilma Rousseff

Dimanche, au Brésil, les députés ont voté en faveur de la destitution de l’actuelle présidente Dilma Rousseff. C’est un vote des sénateurs en mai prochain qui pourrait définitivement scellé le sort du mandat de la dirigeante accusée de corruption.

Zeyna transfert argent bis

Les députés brésiliens ont ouvert dimanche la voie d'une destitution de la présidente par le Sénat à une écrasante majorité, lors d'un vote historique qui s'est déroulé dans une atmosphère survoltée, et Dilma Rousseff devrait s'exprimer ce lundi. Le mandat de l'impopulaire dirigeante de gauche ne tient désormais plus qu'à un fil devant le Sénat. Il suffira en mai d'un vote à la majorité simple des sénateurs pour qu'elle soit mise en accusation pour "crime de responsabilité" et écartée du pouvoir pendant une période au maximum de 180 jours, en attendant un verdict final sur sa destitution par un vote aux deux tiers.

Le vice-président Michel Temer, 75 ans, son ex-allié centriste et désormais rival, assumerait alors ses fonctions et formerait un gouvernement de transition. Homme d'appareil discret, Temer est presque tout aussi impopulaire que Mme Rousseff. Son grand parti centriste, le PMDB, est éclaboussé au plus haut niveau par le scandale de corruption Petrobras. Son propre nom a été cité par plusieurs inculpés.

Dimanche soir, l'impeachment l'a emporté par 367 voix, 25 de plus que les 342 requises (deux tiers). Seuls 137 députés, de gauche et d'extrême gauche pour l'essentiel, ont voté contre la destitution. Sept se sont abstenus et deux étaient absents. Les députés de l'opposition, ceints d'écharpes aux couleurs nationales jaune et verte ont exulté, entonnant à gorges déployées l'hymne des supporteurs de l'équipe de football au Mondial-2014: "Je suis brésilien, avec beaucoup de fierté..." Le leader du Parti des Travailleurs (PT, gauche) au Congrès des députés José Guimaraes avait anticipé la déroute du camp présidentiel: "Les putschistes ont gagné ici mais cette défaite provisoire ne signifie pas que la guerre est perdue. Nous allons maintenant dialoguer avec le Sénat".

Pas abattue

Accusée de maquillage des comptes publics en 2014, année de sa réélection, et en 2015 pour masquer l'ampleur de la crise économique, Mme Rousseff nie avoir commis un crime dit "de responsabilité". Avant le vote de dimanche, elle avait annoncé qu'elle "lutterait jusqu'à la dernière minute de la seconde mi-temps". Cette ancienne guérillera torturée sous la dictature, héritière politique de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010), est entrée dans l'histoire en 2011, en devenant la première femme présidente du Brésil. Elle risque d'y rejoindre Fernando Collor de Mello, seul président brésilien à avoir été destitué, pour corruption, en 1992.

Mme Rousseff s'exprimera lundi, a annoncé son défenseur, l'avocat général de l'Etat, José Eduardo Cardozo: "Ce vote scandaleux ne va pas l'abattre (...). Elle va lutter ce pour quoi elle a toujours lutté depuis la dictature, la démocratie". La session historique des députés s'est déroulée dans une atmosphère à couteaux tirés, entre insultes et empoignades, dès son ouverture par le président du Congrès, Eduardo Cunha, ennemi juré de Mme Rousseff, inculpé de corruption. Les députés de droite et de centre droit parlaient de "nettoyer le pays de la corruption", d'en finir avec "ce gouvernement incompétent qui a conduit le Brésil à la ruine". Les traitant de "canailles", le député d'extrême gauche (Psol) Jean Wyllys leur a a lancé: "J'ai honte de participer à la farce de cette élection indirecte, conduite par un voleur (M. Cunha), ourdie par un traître conspirateur" (M. Temer) et appuyée par de lâches tortionnaires, des analphabètes politiques et des vendus".

Des manifestations géantes

Plus de 200 millions de Brésiliens, divisés par des mois d'âpre affrontement, étaient suspendus à la première manche de cette lutte acharnée de pouvoir qui paralyse le géant émergent d'Amérique latine, au milieu d'un énorme scandale de corruption et de la pire récession économique depuis des décennies. A Brasilia, 53.000 manifestants en vert et jaune favorables à la destitution et 26.000 sympathisants de gauche habillés en rouge ont suivi les débats sur des écrans géants devant l'assemblée, de part et d'autre d'une grande barrière métallique. Des dizaines de milliers de Brésiliens ont manifesté dans le pays, moins nombreux que prévu mais sans incidents, notamment à Sao Paulo et Rio de Janeiro.

La crise brésilienne remonte à la réélection de Mme Rousseff. Mais elle s'est embrasée en mars avec d'immenses manifestations pour son départ et l'entrée frustrée à son gouvernement de son mentor Lula, soupçonné de corruption. "Une bataille s'est déclenchée entre un gouvernement incompétent, soutenu par un parti qui a trahi ses idéaux (le PT), et une opposition hypocrite, dirigée par un législateur accusé de corruption, Eduardo Cunha", a déclaré à l'AFP l'analyste politique Sylvio Costa.

 

Ajouter un Commentaire

Canal Promo Septembre Octobre 2020

Top de la semaine

Publier le 17/09/2020, 06:28
lutte-contre-le-chomage-des-jeunes-lancement-de-la-formation-de-reconversion-professionnelle-des-jeunes-diplomes-par-l-anpe-sur-financement-du-prodec Le Centre de Perfectionnement des Travaux Publics (CPTP) de Niamey a servi de cadre, mardi 15...Lire plus...
Publier le 16/09/2020, 20:17
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-16-septembre-2020  Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mercredi 16 septembre 2020, dans la salle...Lire plus...
Publier le 16/09/2020, 11:19
mali-les-chefs-d-etat-de-la-cedeao-exigent-une-transition-civile-et-la-dissolution-du-cnsp-pour-lever-les-sanctions-communique-final-du-sommet-d-accra Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte...Lire plus...
Publier le 16/09/2020, 11:07
communique-de-presse-conjoint-trois-defenseurs-des-droits-humains-injustement-detenus-entament-leur-sixieme-mois-en-prison ● Moudi Moussa, Halidou Mounkaila et Maikoul Zodi sont des prisonniers de conscience qui doivent...Lire plus...
Publier le 14/09/2020, 08:14
fichier-electoral-biometrique-les-coalitions-politiques-cap-20-21-et-gayya-zabbe-rejettent-en-bloc-les-resultats-de-l-audit-communique Communiqué des coalitions politiques CAP 20-21 et GAYYA ZABBE relatif a l’audit du fichier électoral...
Publier le 15/09/2020, 21:10
barkhane-dans-la-region-de-tillaberi-deux-lieutenants-francais-et-nigerien-dirigent-conjointement-une-operation-militaire Fin juillet 2020, sur une base opérationnelle avancée temporaire (BOAT) au cœur de la région de...
Publier le 16/09/2020, 11:19
mali-les-chefs-d-etat-de-la-cedeao-exigent-une-transition-civile-et-la-dissolution-du-cnsp-pour-lever-les-sanctions-communique-final-du-sommet-d-accra Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte...
Publier le 14/09/2020, 08:29
insecurite-2-soldats-de-la-garde-nationale-tues-dans-une-attaque-non-revendiquee-a-assamaka-region-d-agadez Deux (2) éléments de la Garde nationale du Niger (GNN) ont été tués samedi dernier suite à une attaque...
Publier le 16/09/2020, 20:17
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-16-septembre-2020  Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, mercredi 16 septembre 2020, dans la salle...
Publier le 14/09/2020, 08:14
fichier-electoral-biometrique-les-coalitions-politiques-cap-20-21-et-gayya-zabbe-rejettent-en-bloc-les-resultats-de-l-audit-communique Communiqué des coalitions politiques CAP 20-21 et GAYYA ZABBE relatif a l’audit du fichier électoral...
Publier le 15/09/2020, 21:10
barkhane-dans-la-region-de-tillaberi-deux-lieutenants-francais-et-nigerien-dirigent-conjointement-une-operation-militaire Fin juillet 2020, sur une base opérationnelle avancée temporaire (BOAT) au cœur de la région de...

Dans la même Rubrique

Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

16 septembre 2020
Mali : les chefs d’Etat de la CEDEAO exigent une transition civile et la dissolution du CNSP pour lever les sanctions (Communiqué final du Sommet d’ Accra)

Les Chefs d’Etats  et de gouvernement de la CEDEAO ont maintenu leurs exigences à la junte militaire lors du mini-sommet sur la crise malienne qu’ils ont tenu le lundi 15...

Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

15 septembre 2020
Mali : l’ancien président Moussa Traoré n’est plus !

L’ancien président malien, le général à la retraite Moussa Traoré,  est décédé ce mardi 15 septembre 2020 à 83 ans, selon des sources familiales citées par plusieurs médias maliens. Au...

Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

7 septembre 2020
Mali : la CEDEAO donne un ultimatum d’une semaine à la junte pour la nomination d’un président de la transition civil

Les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de la CEDEAO qui se sont réunis ce lundi en sommet ordinaire à Niamey, ont exigé la nomination d'un président de...

CPI/USA : la procureure Fatou Bensouda sur la liste noire des Etats-Unis

3 septembre 2020
CPI/USA : la procureure Fatou Bensouda sur la liste noire des Etats-Unis

Les Etats-Unis sont passés des menaces aux actes en imposant des sanctions à Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI). La gambienne est désormais inscrite sur la...

Guinée : Alpha Condé « accepte » d’être candidat pour un troisième mandat

2 septembre 2020
Guinée : Alpha Condé « accepte » d’être candidat pour un troisième mandat

Le président Alpha Condé s'est enfin exprimé ce mercredi sur sa candidature à la prochaine présidentielle du 18 octobre. A l’adresse de ses partisans réunis au Palais du peuple de...

Sommet de la CEDEAO sur le Mali : la levée des sanctions conditionnée à une transition civile de 12 mois

28 août 2020
Sommet de la CEDEAO sur le Mali : la levée des sanctions conditionnée à une transition civile de 12 mois

A l’issue de leur second sommet extraordinaire sur la situation sociopolitique au Mali, qui s’est tenu par visioconférence ce vendredi 28 août, les chefs d’Etat de la CEDEAO ont pris...