jeudi, 22 août 2019
frarzh-CNentr
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

nGRIA map

«Je suis d’avis avec ceux qui disent que BOKO HARAM n’est pas musulman maisanti-musulman.Je ne peux pas comprendre que des musulmans nigérians s’attaquent uniquement à leurs frères coreligionnaires alors que de tout temps les problèmes ont existé entre chrétiens et musulmans au Nigéria et non entre musulmans. Je m’aligne avec ceux qui pensent que BOKO HARAM est une émanation directe de Good Luck au seul dessein de se faire élire par son électorat du sud et empêcher l’électorat du Nord de voter ses candidats : Voilà toute la problématique de la secte BOKO HARAM…».

Ces propos, tenus par un compatriote sur un forum nigérien, résument éloquemment l’essentiel des représentations que l’on se fait du mouvementJamāʿat ʾahlal-sunnahli-l-Daʿwahwa-al-Jihād, plus connu sous le nom de Boko haram. Mais qu’enest-ilréellement ? Le dialogue interreligieuxa-t-iltoujours été tendu au Nigeria ? Quelle est véritablement la part du complot et des manœuvres électoralistes dans l’inexorable expansion de boko haram ? Ces questions invitent à placer le phénomène boko haram dans une perspective historique, s’appuyant sur certains aspects de la vie sociopolitique du Nigeria, méconnus des jeunes générations, qui favoriseraient une meilleure appréhension de l’insécurité qui sévit dans le Nord du Nigéria et qui constitue une menace pour notre pays.

1-      Contrairement à certaines idées reçues, les éléments de Boko haram ne s’attaquent pas uniquement à leurs coreligionnaires. Ils ont d’abord commencé par faire exploser des églises, dans presque l’indifférence des leaders d’opinion du Nord. Ce silence « complice » dont ils ont bénéficié au début, leur a permis de bien s’installer ou seré-(installer).Se réinstaller, parce que certains analystes soutiennent que boko haram n’est qu’une régénérescence des cendres de la secte de Muhammed Marwa aliasMaitatsine , qui a sévit au Nord du Nigéria dans les années 1980.

2- En effet, entre 1980 et 1985, la secteMaitatsine et sa répression ont fait des milliers de morts, essentiellement des musulmans. La secte ne s’attaquait qu’aux autres leaders musulmans et leurs adeptes ainsi qu’aux forces de l’ordre. Les émeutes de Kano de décembre 1980 par exemple ont fait près de 4177 morts, dontMaitatsine, le chef de la secte. Et la répression du soulèvement de ses adeptes a fait, en octobre 1982, près de 3350 morts également, près de Maïduguri. D’autres poches de résistance apparurent à Yola en mars 1984 et à Gombe en avril 1985, causant la mort de plusieurs centaines de personnes. En reprenant les rênes du pouvoir des mains de Elhadji Shehu Shagari, par le biais duLieutenant-colonelMuhammed Buhari, l’armée mit un terme aux dérives sanglantes de la secteMaitatsine.

3- Donc contrairement à ce qui est assez souvent avancé, les conflits religieux au Nigeria concernaient exclusivement la communauté musulmane. Ils étaient intracommunautaires. Et ils ont toujours été sévèrement réprimés, par une élite politico-militaire,soucieuse de garder l’homogénéité du Nord.

4- Les conflitsinter-religieuxde grande ampleur, opposant les musulmans aux chrétiens, n’ont commencé qu’à partir du début des années 1990, sur fond de conflits fonciers et commerciaux. Et cela s’est amplifié, tout naturellement, après l’adoption de la shari’a dans les Etats du Nord.

5- Sinon, les musulmans et les chrétiens du Nord ont globalement vécu jusque- là en parfaite harmonie. Une harmonie « encouragée » et maintenue par les héritiers du Sardauna Ahmadou Bello, fidèles artisans de la mise en oeuvre de son idéologie du Grand Nord.

6-L’idéologie du Grand Nord, devrait initialement permettre au Nord de rattraper son retard économique et intellectuel sur le sud de la fédération, y compris en le dominant politiquement. Mais l’unité du Nord, devait être la pierre de lance du projet. Lorsque Sardauna négociait aussi bien avec les autres parties de la confédération que les colons Anglais, il prenait soin de constituer une équipe représentative des sensibilités du Nord. Composée à la fois des musulmans que des chrétiens, des Hausa, des Peuls mais aussi des représentants des autres minorités ethniques.

7- Dans le processus, l’université de Zaria, qui porta son nom, devait être le répondant des prestigieuses universités du Sud et accélérer la production des élites nordistes. Sur le plan politique, l’idée du Grand Nord s’est donc traduite d’abord par la création de l’identitéHausa-Fulani.

8- L’assassinat du Sardauna Ahmadu Bello donna à ses idées la force d’un testament, dont les objectifs devaient être scrupuleusement poursuivis. Les élites politiques du Nord et en particulier leurs officiers veillaient au succès « du projet ». Et le Nord se prononçait effectivement presque d’une seule voix, en suivant la voie qui aurait été tracée par Ahmadu Bello. La seule voix plus ou moins discordante qu’on entendait était celle de Aminu Kano.

9- L’élite chrétienne que Sarduna a sciemment contribué à constituer avait, elle aussi, pleinement adhéré au décor et était stratégiquement mise en avant, chaque fois qu’un problème opposant le Nord au Sud est susceptible d’avoir une interprétation religieuse. Par exemple, l’arrestation et la « neutralisation » du Général Johnson Aguiyi- Ironsi , qui était accusé de protéger les auteurs des opérations militaires du 15 janvier 1966 au cours desquelles Sardauna et Tafawa Baléwa avaient été assassinés, ont été menées, comme par hasard, par l’officier Théophilus Yakubu Danjuma. Et dans la foulée, pour remplacer le Général JohnsonAguiyi-Ironsi,le choix s’était porté sur un autre officier chrétien. Murtala Ramat Muhamed, le vrai concepteur ducontre-coupd’Etat devait rester dans l’ombre.

10- L’oligarchie du Nord savait, en fait, qu’une guerre civile, contre le Sud, « étiqueté chrétien », était inévitable. Alors quoi de plus judicieux que de choisir Yakubu Gowon, un chrétien, pour diriger la fédération. Donc au moment où les cameras du monde braquaient leurs projecteurs sur le Nord « musulman » qui faisait la guerre au Sud « chrétien », les commentateurs étaient obligés de faire constater que celui qui présidait la fédération était certes Nordiste, mais aussi Chrétien. Et aussitôt la guerre terminée et les affaires pendantes liées à la guerre réglées, Yakubu Gowon fut déposé le 29 juillet 1975, alors qu’il se trouvait en Ouganda, au sommet de l’OUA. La responsabilité de ce coup de palais, qui se déroula sans effusion de sang, avait été officiellement attribuée à Joseph Nanven Garba, un autre officier chrétien. Mais Gowon fut remplacé par Murtala Ramat Muhamed, le vrai acteur du coup. Et on confia à Joseph Garba, sa figurine, leporte-feuilledes affaires étrangères. On peut également constater cette mise en avant tactique des officiers chrétiens nordistes dans les évènements qui ont suivi l’assassinat de Murtala. L’opération ayant été revendiquée par Buka Suka Dimka, un officier suddiste, Théophilus Danjuma, qui assumait à l’époque la vice présidence, conjointement avec Olesegun Obasanjo, était mis au devant de la scène. Cependant, sur le terrain et en réalité, le vrai acteur ducontre-coupdu 13 février 1976, était un bouillonnant officier dénommé… Ibrahim Badamassi Babangida, qui, avec ses éléments, avait encerclé la station de radio dans laquelle se trouvaient les présumés putchistes, en menaçant de faire tout sauter s’ils ne se rendaient pas.

11- La force de cette oligarchiepolitico-militairepopuliste et populaire du Nord, était sa façon d’agir et d’interagir sur plusieurs registres, en s’appuyant sur sa diversité, tout en veillant scrupuleusement au maintien de son unité. Leurs plans étaient imparables, au point de susciter la notion de « Kaduna mafia ». Kaduna étant la capitale du Nord, où siégeait donc l’idéologue Sardauna et où le clan se serait constitué et se retrouvait.

12- L’alchimie de cette élitepolitico-militaireavec les populations dérangeait, tout naturellement, les élites du Sud, impuissantes et condamnées à subir. Et son présumé plan de perpétuer la domination politique du Nord sur le reste de la fédération suivait son bonhomme de chemin, sans difficulté. Une anecdote attribuait d’ailleurs à Ibrahim Babamassi Babangida cette phrase : « Nous ne savons pas ceux qui vont nous succéder. Mais nous connaissons ceux qui ne nous succéderont pas ! » .

13- Mais le tournant commença à partir de 1993, avec la victoire électorale inattendue de Mashood Abiola sur le nordiste Bashir Tofa, aux élections du 12 juin 1993. Mashood Abiola était un richissime musulman, mais…sudiste. La populiste oligarchie s’était alors subitement retrouvée face à un dilemme sans précédent. Concéder l’alternance du pouvoir au Sud ou récuser les aspirations des populations du Nord, qui l’ont aussi élu ? Une partie aurait été pour la validation des résultats et l’autre radicalement opposée.

14- La division était tenace dans le clan des officiers nordistes. Et le Sud, en particulier les intellectuels yoruba, ne cessait de brandir les menaces de désobéissance. Dans la foulée, ils trouvèrent une solution bancale. Donner le pouvoir à un Yoruba, mais celui qu’ils auraienteux-mêmeschoisi. Abiola, le choix des populations, était un peu trop imprévisible, pas assez facilement manipulable, etc. à leur goût. Enerst Shonekan devait faire l’affaire. Cela a partiellement calmé l’ardeur de certains intellectuels Yoruba. Mais les plus véhéments, comme le prix nobel Wolé Soyinka ou le tumultueux Bola Ahmed Tinibu ont préféré l’exil et bien d’autres ne cessaient de réclamer la libération de Abiola de prison et son investiture au pouvoir.

15- La frange radicale, incarnée par le Général Sani Abacha, déposa littéralement Shonekan, au bout de 3 mois, pour reprendre les choses en main et faire taire, comme à leurs habitudes, et par tous les moyens, les opposants sudistes. Mais le sud était de plus en plus intenable. Et le Général Sani Abacha plus que jamais intransigeant.

16- Finalement, après un « nettoyage » dans les rangs des officiers yoruba et sudistes, suite aux allégations d’une tentative de coup d’Etat menée par le numéro deux du régime, le Lieutenant-général Oladipo Diya, celui qui était donc censé assumer l’intérim de la présidence, Sani Abacha mourut subitement, le 8 juin 1998. Et le 7 juillet 1998, donc près d’un mois après, Mashood Abiola décéda tout aussi brusquement, devant une délégation internationale, composée de Susan Rice, venue s’enquérir de ses conditions de détention.I-né-dit.Fait de hasard pour certains, un coup des « maitres » pour d’autres. Toujoursest-ilque les pendules semblaient avoir été remises à l’heure.

17- Le général Abubakar Abdusalami, frère adoptif de Ibrahim Badamassi Babangida, plus conciliant que Sani Abacha, écarta les risques d’une implosion de la fédération et d’une guerre civile. Et l’élection du Général Olusegun Obasanjo mit graduellement un terme à la grogne des intellectuels activistes yoruba et leurs populations.

18- Il est important de rappeler que le constat d’un éventuel transfert du pouvoir politique au Sud, a fait accélérer le projet du rapprochement de la capitale de la fédération du Nord. Elle a donc été transférée de Lagos à Abuja. L’essentiel de l’artillerie du Nigeria ayant toujours été maintenu au Nord, sous le contrôle d’éléments « fiables ». L’occupant de Asu Rock, pourrait donc, au besoin, être déposé, selon les humeurs et les intérêts de certains milieux oligarchiques nordistes, foncièrement attachés à la domination politique du Nord.

19- Seulement, Obasanjo que d’aucuns présentaient au début comme le candidat de l’establishment du Nord, celui qui protègerait leurs arrières, sécuriserait leurs intérêts et qui serait donc une solution à leur perte d’hégémonie politique, s’est révélé un véritable problème. Leur… problème.

20- Aucun officier sudiste ne connaissait aussi bien l’oligarchie politico- militaire nordiste que Olusegun Obasanjo, ancien numéro 2 de Murtala Muhammed. Il connaissait tellement bien leur force de frappe, qu’il s’était empressé de leur « rendre le pouvoir », après l’intérim qu’il assuma à la mort de Murtala.

21- Mais Obasanjo connaissait aussi leur faiblesse. Il savait que le Grand Nord était né et se nourrissait de son unité. Les Hausa seraient par exemple, selon les statistiques, majoritaires au Nord. Mais contrairement à une idée fortement répandue, aucun Hausa n’a jusque là dirigé le Nigeria. Shagari étant Peul, tout comme Buhari et le défunt Yar addua, le chrétien Yakubu Gowon issu d’une minorité ethnique du middle belt. Murtala Muhammed était aussi issu d’une minorité ethnique de Jos (son père aurait été chrétien, avant de se convertir à l’âge adulte à l’islam), Ibrahim Badamassi Babangida et Abdousalami Abubacar, frères adoptifs (IBB ayant été élevé par son oncle, le père de Abdousalami, après le décès de son père biologique), sont issus de l’ethnie gwari et les scarifications de Sani Abacha indiquaient qu’il était kanuri. Mais tout cela ne se voyait pas de l’extérieur, à cause de l’unité que Sardauna avait créée et léguée.

22- Toutes ces personnalités, à l’exception de Yakubu Gowon, étaient ou sont de confession musulmane. Et elles ont presque toutes, directement ou indirectement, eu à gérer les revendications de la shari’a et les velléités de l’extrémisme religieux au Nord. Mais elles n’ont jamais voulu céder et y ont répondu par des répressions, parfois extrêmement sanglantes, comme il a été souligné. Et tout cela pour préserver l’unité du Nord.

23- Cette fermeté des officiers nordistes face aux revendications religieuses tranche, étrangement, avec la facilité avec laquelle Obasanjo, « étiqueté chrétien » a voulu satisfaire les mêmes requêtes. Et le tour fut joué. Le contexte était devenu favorable au foisonnement des groupes extrémistes qui ne cessent de mettre à mal l’unité et la quiétude tant enviées des nordistes.

24- Il ne serait pas étonnant de découvrir que, de la même façon que les officiers Nordistes avaient saucissonné, à la fin de la guerre civile, les Etats Ibo pour les priver des ports, des mesures aient été prises pour rendre l’armée fédérale inopérante face à la nébuleuse boko haram, dans le simple but de mettre un terme à l’hégémonie politique du Nord. La nomination d’un Ibo à la tête du Ministère de la Défense en 2006, pour la première fois de l’histoire du Nigeria post guerre civile, pourrait donner à cet égard du grain à moudre aux tenants de la théorie du complot. Et ceci d’autant que le Ibo en question n’était autre que…

ThomasAguiyi-Ironsi,le fils du défunt Général JohnsonAguiyi-Ironsi.Le fond du problème, même si la thèse du complot s’avérait, est donc visiblement loin d’être religieux. Il serait plutôt politique. Une réponse aux politiques de domination et d’exclusion qui ont été menées consciemment ou inconsciemment par les élites nordistes durant des décennies.

25- Maisau-delàd’une probable stratégie de revanche politique du Sud sur le Nord, l’incapacité de l’armée nigériane à mettre fin à l’expansion de Boko haram est aussi, concrètement, la conséquence des tentatives récurrentes des coups d’Etat qui ont caractérisé le pays et des gigantesques réseaux de corruption qui les provoquaient ou les alimentaient. L’armée, en tant qu’institution, en a été affectée, dans sa cohésion, son éthique et son efficacité.

Les tentatives de coups d’Etat étant monnaie courante, la préoccupation des officiers qui se sont succédé au pouvoir était moins de renforcer les capacités opérationnelles de l’armée que de surveiller et d’affaiblir les factions ou unités susceptibles de les renverser.

26- Dans son discours d’investiture du 29 mai 1999, prononcé devant un parterre de personnalités, parmi lesquelles Nelson Mandela, Rev. Jessy Jackson, le prince Charles, etc., Obasanjo esquissa une poignante description de la réalité de l’armée nigériane. En voici la traduction :« l’incursion des militaires en politique durant ces 30 dernières années, a été un désastre pour notre pays et pour l’armée. L’esprit de corps a été détruit, le professionnalisme n’existe plus. Les jeunes s’engagent dans l’armée non pas à cause de la noblesse de la carrière militaire, mais pour uniquement participer aux coups d’Etat, devenir des gouverneurs […]En tant qu’officier à la retraite, mon cœur saigne face à cette dégradation des compétences de l’armée. Un profond travail de ré- orientation et de redéfinition de ses rôles s’impose. Des efforts de ré- encadrement et de rééducation de ses éléments doivent être entrepris, pour les amener à accepter l’autorité du régime démocratique et permettre à l’armée de retrouver sa fierté, son professionnalisme et ses valeurs initiales… ».

27- Dans le mois qui a suivi sa prise de fonction, Obasanjo prit un décret, pour mettre à la retraite tous les officiers qui ont servi dans un gouvernement, pendant une période d’au moins 6 mois. Cette mesure, élargie aux anciens gouverneurs et PDG des entreprises publiques, a contraint plusieurs dizaines d’officiers à la retraite. En clair, presque tous les officiers qui ont été impliqués dans les coups d’Etat ou tentatives de coups ont été remerciés. L’armée nigériane s’était donc à l’occasion débarrassée de presque tout ce qu’elle avait d’officiers millionnaires, politisés, ethnicisés et corrompus etc., mais aussi de ses vétérans de la guerre du Biafra ou ceux qui étaient à l’époque leurs aides de camp et proches collaborateurs. Conséquemment, la mesure a permis à la quatrième République d’avoir une durée de vie plus longue que les précédentes et de mettre à son actif des acquis importants, dont la relance de l’économie nigériane, comme le soulignent certains analystes de l’ère Obasanjo. Mais elle a aussi privé le Nigeria de nombreux talentueux et valeureux officiers nordistes, dont l’expérience et la pugnacité auraient été des atouts considérables dans la traque et neutralisation de boko haram. Et ceci d’autant que le tempérament du tandem Yar’adua – Goodluck était un peu aux antipodes de la fermeté requise pour contenir le mouvement Boko haram, qui a surgit en 2009, deux ans après le départ de Obasanjo au pouvoir.

28- La candidature de Umaru Musa Yar’adua avait,faudrait-ille rappeler, été activement appuyée par Obasanjo, pour contrecarrer l’ascension de Atiku Abubakar, son tumultueuxvice-président,avec qui il avait eu des rapports tendus vers la fin de son second mandat, en grande partie à cause de sa volonté de faire modifier la constitution pour faire un troisième mandat. La préférence de Obasanjo pour Umaru Yar’adua pourrait aussi s’expliquer par sa volonté d’honorer la mémoire de son grand frère, le Général Shehu Umaru Yar’adua, qui fut sonVice-président(1976-1979)et surtout son compagnon dans les geôles de Sani Abacha, où il trouva la mort des suites d’une crise cardiaque…selon la version officielle. Mais le choix de Obasanjo était aussi motivé par le souci de laisser le Nigéria entre de bonnes mains, à mêmes de conserver les acquis de ses réformes et de les poursuivre. Des mains, qu’il pourrait cependant manipuler au besoin. Une certaine façon de faire un troisième mandat, par procuration. Umaru Yar’adua avait une solide réputation d’intégrité, qui faisait l’unanimité. Cette grande, et plutôt rare, qualité qu’il possédait, n’avait cependant pas véritablement réussi à compenser son manque de notoriété d’homme à poigne. Ses problèmes de santé et les absences prolongées qu’ils lui imposaient, ont davantage accentué son tempérament calme et effacé. Cette situation a créé une espèce de vide, face au manque évident de charisme et d’autorité de son vice- président, Goodluck Jonathan, un autre poulain de Obasanjo. Boko Haram a donc profité de ces moments de fragilité du pouvoir fédéral pour surgir. Des moments de flottement, qui ont favorisé par ailleurs le retour massif des pratiques corruptives, y compris au sein de l’armée. La confirmation de Jonathan Goodluck à la tête de la fédération après des élections violemment contestées au Nord en 2011, a davantage aggravé la situation. Une armée mal gérée et visiblementsous-équipée,un pouvoir souffrant d’un déficit de légitimité et qui peine à s’imposer, etc.. Ce fut un scénario idéal pour boko haram qui, comme d’autres groupes terroristes qui évoluent dans la zone sahélo- saharienne, au Moyen Orient et dans bien d’autres régions du monde, n’aspire qu’à répandre ses macabres activités.

29- Boko Haram, c’est aussi en effet un mouvement qui évolue dans un contexte international caractérisé par la montée des groupes terroristes. Il est donc dans l’air du temps. Le temps du terrorisme. Il a son propre sanglant agenda. Et ses incursions sur le territoire camerounais démontrent bien son intention d’inscrire ses activités dans un cadre transnational. Une sombre ambition que l’élection du Général Muhammed Buhari, homme de poigne, qui qualifie le mouvement de bande de délinquants, risquerait fort de compromettre. Et ceci d’autant qu’il a déjà fait ses preuves dans la gestion des insurrections, en « asphyxiant » les dernières poches de résistance des adeptes de Maitatsine. Général Buhari plaide par ailleurs, en faveur d’un retour au climat d’entente interconfessionnelle, pour mettre fin aux divisions que Boko haram avait alimentées et savamment exploitées, dans le but d’implanter son dispositif de terreur. Son penchant prononcé pour l’ordre, la discipline et la transparence dans la gestion des affaires publiques, qui se sont traduits lors de son passage au pouvoir par la mise en œuvre rigoureuse de son concept de WAI (War Against Indisciple), la guerre contre l’indiscipline, portent à croire qu’il serait plus à même de combattre Boko Haram, en démantelant les réseaux de corruption. Ces réseaux de corruption qui, en favorisant l’enrichissement d’une extrême minorité au détriment de la majorité, contribuent à la création des masses grossissantes de déshérités et de désœuvrés, dans lesquelles Boko haram pioche l’essentiel de son macabre personnel et ses bras armés. Autant donc d’éléments qui montrent clairement combien Boko haram avait tout intérêt à créer un climat insurrectionnel au Nord, défavorable à l’avènement de Buhari au pouvoir. C’est aussi ce qui expliquerait en grande partie l’attentat qui a visé son cortège dans l’Etat de Kaduna le 23 juillet 2014, faisant une trentaine de morts et beaucoup de blessés, dont deux de ses gardes corps.

30- La gestion de l’insécurité créée par Boko Haram au Nord, est sans conteste un des enjeux majeurs de l’élection présidentielle de février prochain. L’échec patent de Goodluck sur ce dossier a fini par rallier au camp de Buhari, beaucoup de personnalités influentes du Nord, militant au People’s Democratic Party, qui étaient jusque là réticentesvis-à-visde Buhari ou qui lui reprochaient son application stricte et non sélective du WAI. Une des actions spectaculaires du régime Buhari dans le cadre du WAI,peut-onle rappeler, avait été sa tentative de ramener au Nigeria, dans une valise diplomatique, l’ancien Ministre des Transports de la seconde République, Umaru Dikko, accusé de corruption. Cette opération, qui avait été minutieusement planifiée avec le concours des agents secrets israéliens du Mossad, n’a finalement pas abouti, Umaru Dikko ayant été découvert, fortement sédaté, dans « le coffre diplomatique », à l’aéroport de

Londres. Mais elle démontre jusqu’où Buhari était allé dans sa volonté de traquer la corruption et les présumés corrompus. Elle explique pourquoi certaines fractions de l’oligarchiepolitico-militaireétaient frileuses à l’idée de son retour aux affaires. Cette frilosité d’une bonne partie de l’oligarchie était en grande partie la cause de l’échec de ses trois candidatures précédentes aux présidentielles (en 2003, 2007, 2011).

31- La débâcle de l’armée fédérale devant les groupuscules de Boko haram est devenue un spectacle affligeant, humiliant et insupportable pour les vétérans de la guerre du Biafra, parmi lesquels le Général à la retraite Olusegun Obasanjo. C’est dans ce sens qu’il faudrait aussi comprendre la posture de « cannibalisme électoral » adoptée ce derniers temps par Olusegun Obasanjo, à travers ses virulentes critiques contre Goodluck, le candidat du PDP, un parti dont il est l’un des principaux fondateurs. Les allégations d’incompétence de Goodluck sur le dossier Boko haram et de la corruption de son équipe, que Obasanjo ne cesse de brandir publiquement depuis la sortie de ses mémoires, constituent un considérable avantage compétitif pour Buhari, le candidat du All Progressives Congress (APC), que l’on a tendance à classer parmi les cautions morales de l’oligarchiepolitico-militairedu Nord. La virulence des critiques de Obasanjo et leur fort probable effet désastreux sur le score du PDP dans leSud-ouest,au moins, ont motivé le déplacement des gouverneurs de ce parti auprès decelui-ci,dans le but de l’amener à adoucir au moins ses critiques, à défaut d’afficher son soutien pour Goodluck. L’enjeu est de taille.

32- Les électeurs du PDP dans leSud-ouest,sont plutôt attachés à la personne de Olusegun Obasanjo, qu’ils ont commencé à soutenir, dans le courant de son premier mandat. Il est à cet égard utile de rappeler que, lors des élections présidentielles de 1999, le ticketOlusegun-AbubakarObasanjo, soupçonné d’être « parrainé » par l’oligarchiepolitico-militairedu Nord, a été « boudé » dans le Yoroubaland. Il n’a récolté, par exemple, que près de 15% des suffrages exprimés valables à Ondo, 30% à Ogun, 24% à Osun, 25% à Oyo, 27% à Ekiti et seulement 12% à Lagos. LeSud-ouestlui a ainsi préféré son adversaire, Olu Falaë, un autre Yorouba, présenté par la coalition Alliance for Democracy (AD)- All People’s Party (APP). Mais à l’issue des présidentielles de 2003, tous ces Etats, ont basculé au PDP, en lui accordant près de 95% des suffrages à Ondo, 95% à Osun, 94% à Oyo, 69% à Lagos, 92% à Ekiti et jusqu’à plus de 99% à Ogun state, son Etat natal. Des chiffres qui montrent clairement l’influence du « facteur Obasanjo » sur l’électorat PDP ainsi que les désastreuses conséquences que sa mésentente avec Goodluck pourraient avoir sur les scores decelui-cidans ces régions. Le choix du colistier de Buhari, qui a aussi été influencé par la situation qui prévaut au Nord, est un autre élément qui pourrait également élargir le cercle de soutiens du APC dans le Sud du pays.

33- L’éclatement des affrontementsinter-religieuxen marge de la contestation des résultats des présidentielles du 16 avril 2011, essentiellement dans les fiefs de Buhari, a suscité l’émergence dans certains milieux, au début de l’année 2012, des allégations de connivence entre des branches de l’oligarchie politico- militaire du Nord et Boko haram. Des connivences qui auraient pour but de rendre, sinon le Nigeria, le Nord ingouvernable, afin de précipiter le retour du pouvoir au Nord. Buhari est ainsi, dans le processus, présenté comme un dangereux fondamentaliste. Le choix de son colistier a de ce fait pris une dimension beaucoup plus importante qu’il n’en avait eue dans lors de ses précédentes candidatures. L’idée de l’éventualité du choix d’un colistier sudiste musulman donc un «muslim-muslimticket » avait été longuement évoquée. Les noms de Bola Ahmed Tinibu ou de Babatunde Fashola, militants influents de son fief de Lagos étaient mêmes avancés. Finalement, il a opté, comme les fois précédentes pour un «muslim-christianticket », avec le choix du juriste Professeur Yemi Osinbajo, dont l’épouse est issue de la famille… du défunt Chief Obafémi Awolowo, celui qui avait été pour leSud-ouestet dans le cœur des Yorouba, ce que Sardauna Ahmadu Bello représente pour les Nordistes. Ce qui pourrait représenter un avantage supplémentaire pour l’APC, qui contrôle déjà la forte agglomération de Lagos, compte tenu de la dimension clanique du jeu électoral nigérian. Mais le Professeur Osinbajo est surtout un intellectuel engagé, fondateur d’un think thank sur la justice, ainsi que d’autres structures militant pour l’accès des pauvres à la justice et à l’alphabétisation, avec une attention soutenue accordée à… la scolarisation des enfants. Un message clair donc envoyé à Boko Haram. Mais aussi un choix stratégique qui a désarçonné tous ceux qui l’attendaient autour dumuslim-muslimticket pour renforcer les soupçons et allégations d’extrémisme à son encontre. Le choix du Professeur Osinbajo est surtout un signe de sa volonté de mettre un terme aux conflits interconfessionnels. Et cela semble avoir convaincu certains milieux chrétiens. Des églises du Sud par exemple, et non des moindres, lui apportent son soutien et appellent celles du Nord à faire de même. Parmi ces églises figurent bien sûr la célèbre Redeemed Christian Church of God, dans laquelle le Professeur Osinbajo officie aussi comme Pasteur et dans l’une des branches de laquelle

Goodluck célébra en grande pompe le mariage de sa fille il y a quelques mois. Il y a également la très populiste paroisse réformée de Enugu, dont le prêtre a donné clairement les consignes d’un vote en faveur de Buhari qui, selon lui, incarne le changement dont le Nigéria a besoin et représente une alternative crédible contre la corruption, l’insécurité, le chômage et la baisse du pouvoir d’achat des Nigérians. L’église catholique est une voix fortement audible dans le Sud-est,qui est déjà globalement insatisfait du bilan de Goodluck. Autant donc d’éléments qui peuvent laisser croire que la percée significative dans le Sud qui avait manqué à Buhari lors de ses précédentes candidatures n’est plus improbable.

34- Dans les coulisses de la campagne, l’équipe de David Axelrod, l’architecte de la spectaculaire campagne de 2008 d’un certain…Barack Obama, est mise à contribution pour maximiser les probabilités d’une indispensable percée sudiste sans précédent du Genéral Muhamed Buhuri. Mais ce qui plaide le plus en sa faveur, c’est surtout le désir de changement qu’éprouvent des millions des Nigérians, pour sortir de l’ impasse sécuritaire et économique dans laquelle ils se trouvent et sur laquelle Goodluck ne semble pas avoir de l’emprise. Les thèmes de campagne mis en avant, favorisent clairement le candidat de APC, qui a le vent en poupe. Mais le candidat du PDP dispose d’un atout qui, dans le contexte africain, n’est pas négligeable : celui d’être le président sortant.

Enfin, le Nigeria est tout un continent en lui tout seul. Ces points évoqués ne peuvent par conséquent pas épuiser toute la complexité de la problématique Boko haram et ses implications dans la compétition électorale en cours. Ils auront néanmoins apporté quelques éléments d’appréciation supplémentaires à certains et donner à d’autres la possibilité de nuancer et même de récuser l’interprétation des éléments ici présentés. L’essentiel étant d’élever le niveau du débat et de l’enrichir, afin de donner aux uns et aux autres la possibilité de se faire leurs opinions, en se basant sur des faits et non sur des idées reçues et fausses évidences. L’intérêt de cette approche historique et structurelle, en plus de sa dimension complémentaire avec une analyse strictement conjoncturelle et évènementielle, c’est aussi, et peut être surtout, la possibilité d’une identification des causes à la fois immédiates et lointaines du phénomène boko haram qu’elle offre à l’opportunité qu’elle donne à chacun et à chacune de réfléchir sur les voies et moyens d’épargner, à court, moyen et long termes, une telle épreuve à notre pays. Elle nous invite à examiner la solidité des piliers sur lesquels reposent notre nation afin de prendre des fermes résolutions allant dans le sens de les renforcer. Elle nous pousse à interroger notre rapport à la différence et nous incite à mettre nos savoirs etsavoir-fairesau service de la promotion de la tolérance, de la justice et de l’équité, ingrédients indispensables à la diffusion d’une solide culture de la Paix, capable de résister aux assauts et velléités des forces centrifuges, mêmes les plus pernicieuses. Elle nous exhorte à évaluer et à édifier notre capacité à placer les valeurs humanistes au dessus de toute autre considération temporelle et l’épanouissement de l’être humain au cœur de nos préoccupations majeures et ambitions.

G. D. M., avec une pensée profonde pour les filles de chibok, leurs familles et ceux qui œuvrent inlassablement pour leur libération, de façon désintéressée.

{jathumbnail off}

Commentaires  

+3 #1 TSORON ALLAH GAZUCYA 08-01-2015 02:40
L'exemple a été donné par le cinéaste désintégrateur de palais du Guide Libyen où fut tué sa fille adoptive. Ce genre d'acte scénarisé et monté dans un studio hollywoodien pour du cinéma, fit vibrer les esprits des américains autrement croyants des illusions pouvant se transformer en réalité. Cet endoctrinement de conscience humaine, réalisé par des cinéastes et acteurs au modèle de John Wayne, Roy Roger, Zacharie Scott, Diane Versi, Nathalie Thrundy, Fernando Sancho...ou le contemporain Rambo, qui va à la guerre pour tuer et revenir saint et sauf; ceux-là ont dopé les électeurs qui pensent meilleur d'accorder leur suffrage au candidat prêt à écraser tout peuple ou nation qui se mettrait en travers de leurs intérêts. Le tueur de l'irakien donna l'exemple au français qui pensait être réélu en héros de Libye; hélas évincé par l'honnête François Hollande. Cet art de campagne par la terreur, se transporte en Afrique pour mode électorale, chez certains dirigeants candidats.
Citer | Signaler à l’administrateur
+8 #2 Manipulation 08-01-2015 14:29
Très bon article qui nous aide à comprendre les arcanes politiques complexes du grand voisin nigérian. J'ai beaucoup aimé aussi les perspectives électorales du match Buhari/Goodluck avec en arrière plan Olesegun Obasanjo et la terrible tragédie Book Haram. Merci pour la promenade politique hors du Niger, ça fait plaisir de savoir que les nigériens connaissent l'histoire des voisins pas seulement celle des anciennes puissances coloniales.
Citer | Signaler à l’administrateur
+7 #3 kawarien 08-01-2015 16:29
Très bonne analyse de la situation politique de notre grand voisin le Nigeria.sauf que la contribution n'est signée
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #4 Le révolté 08-01-2015 16:33
Manipulation, qu´est ce qui te prouve que l´auteur de cet article est Nigérien? Moi je donne ma tete a couper que c´est un Francais. C´est moi qui ai soulevé le lievre mais , si sur le plan historique, je suis entierement satisfait de ce plongeon dans l´histoire du Nigéria, sur le plan Boko Haram, je n´arrive toujours pas a comprendre qu´un conglommérat de pays dont la France, la Grande Bretagne, les USA, la Chine, etc, et tous leurs satellites et armes modernes n´arrivent pas a mettre un terme a ces enleveurs de femmes. Le désordre au Nigéria arrange bel et bien l´Occident.
Néanmoins, merci beaucoup pour ce travail d´universitaire!
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #5 Manipulation 08-01-2015 17:29
Bonjour Révolté, ce n'est pas le plus important de savoir si c'est un français ou un nigérien. Honnêtement je ne suis pas de ceux qui pensent qu'un Nigérien ne peut pas écrire cet article bien articulé, un nigérien est plus proche du Nigéria pour savoir mieux qu'un français certaines choses. A mon humble avis bcp de phrases et un certain sens de profondeur me fait penser que l'auteur (e) est du Niger. Mais ce qui m'intéresse le plus en terme de débat c'est ce retour de Buhari dans un contexte ou les nigérians recherchent la sécurité et sont révoltés par la corruption des dirigeants... une préoccupation dans bcp de pays de l'Afrique de l'Ouest.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #6 koulma 09-01-2015 00:20
Magistrale analyse de situation politique du Nigeria. Félicitation à l'auteur qui a signé avec des initiales GDM. A Révolté s'il te plaît ne donne surtout pas ta tête à couper.... car on a besoin d'elle au Niger surtout en ce moment... donc tu es amnistie et on va juste te demander de recopier dans un cahier au bic bleu (pas de copier coller automatique), comme dans le bon vieux temps "oui c'est une personne du Niger qui est auteur de cet article". Marché conclu ?
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #7 Le révolté 09-01-2015 14:02
A Koulma, je suis rassuré d´avoir la garantie que c´est un compatriote qui a pondu cet article. Oui, j´ai fait ce que tu me demandes,mais une seule fois!...
je n´ai toujours pas de réponses a ma question, a savoir pourquoi, avec tous les pays ayant accourus au chevet du Nigéria, ce groupuscule d´individus ne sont pas neutralisés. Concrete est ma question!...! Et merci!
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #8 GDM 10-01-2015 19:13
Le révolté, le "souleveur" du lièvre (maï farauta zomo, ke nan) !!, merci à vous et à tous les autres d'ailleurs.

Pourriez-vous me citer un seul pays qui a réussi à se débarrasser durablement du terrorisme avec l'aide de ces coalitions ? J'en connais pas personnellement! Ils n'arrivent même pas à écarter indéfiniment des menaces terroristes sur leur propres territoires, comme l'attestent les derniers évènements survenus en France. C'est pour cela que j'ai préféré explorer et orienter les débats vers des causes et solutions internes.

Le cas de l'Algérie, qui se débrouille jusque là plutôt bien en la matière, peut laisser croire qu'un pays africain peut valablement lutter contre les démons du terrorisme en s'appuyant essentiellement sur ses ressources propres.
.
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #9 lyonzaki 11-01-2015 07:16
Cela aurait été une excellente thèse de doctorat de l'histoire politique contemporaine du géant Nigéria.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #10 Manipulation 12-01-2015 12:31
A Revolté, merci pour ta question. De ma modeste connaissance, je pense tout d'abord qu'il n'y a pas eu beaucoup de pays qui ont accouru au Nigeria. Par exemple il n y a aucune troupe étrangère venue au Nigeria combattre ce groupuscule. Seuls les voisins dont les camerounais essayent de se défendre comme ils peuvent. Ensuite le Nigeria lui même estime pouvoir gérer la situation et GEJ (Goodluck) a passé son temps a minimisé Bharam et à ne pas en parler. Pour combattre ce groupe il faut des hommes au sol et tant que le Nigeria n'en fait pas la demande, et bien le triste spectacle de la fuite des soldats va continuer. Il parait qu'à Baga il y'avait quelques centaines de soldats, or le fou sanguinaire Shakau est capable des milliers de petits à qui ils ont appris à tuer pour les submerger par épuisement sans aucune relève ou soutien aérien approprié. Peut être qu'une intervention internationale se fera à partir du Cameroun qui est entrain d'en faire la demande. Wait and see...
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #11 Le révolté 12-01-2015 12:51
Merci a tous!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #12 Alheri 15-01-2015 12:09
C'est bien un nigérien qui a ecrit l'article,

"Ces propos, tenus par un compatriote sur un forum nigérien"

Le révolté, ta salle tête doit certainement être coupée.

Tu viens de donner la preuve de ton ignorance et ton
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #13 Le juge 17-01-2015 12:20
Alhéri, comment sais tu que Le Révolté est ignorant? Je le connais, moi, et sans te connaitre je parie qu´il est plus cultivé que toi. Le Révolté cherche a savoir et toi tu insultes, alors que l´heure est au travail! Ignorant , que tu es!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #14 lamma 20-01-2015 17:40
:-* :ne: :ne: :ne: :ne: :ne: :ne: :ne:
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #15 EspoirNiger 20-01-2015 23:35
Au plan méthodologique, y'a rien à dire. Sur le fond, l'article est plein d'information utile. J'avoue que c'est de tels intellectuel que le Niger a besoin. Une analyse objective qui nous amène à la prudence vis-à-vis de la menace du groupe boko haram. GDM, vraiment félicitation pour ton article pertinent pas comme d'autres Docteurs en Science Po qui écrive en prenant directement une position. Leur article est sans intérêt pour la quiétude de notre pays.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #16 Adamou Gaoh Farouck 27-01-2015 17:21
SVP est ce qu'on nous renseigner sur l'identité de l'auteur de cet article?
Merci
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #17 Erick 29-04-2019 18:58
Attractive portion of content. I just stumbled upon your site and
in accession capital to claim that I get in fact enjoyed account your weblog
posts. Anyway I will be subscribing in your augment or even I fulfillment you access constantly
rapidly.

Feel free to surf to my web page ... pimpis: https://pixelphonemanuals.com/
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

DOC_UA19.jpg

Top de la semaine

Publier le 21/08/2019, 22:35
communique-de-presse-du-syndicat-national-des-agents-des-douanes-snad-du-21-aout-2019 Le Bureau Exécutif National du Syndicat National des Agents des Douanes, en sa réunion ordinaire du...Lire plus...
Publier le 21/08/2019, 20:51
communique-de-presse-le-groupe-telecel-un-modele-de-politique-sociale-et-de-developpement Beyrouth, Liban – Une campagne de rumeurs infondées manifestement colportée à dessein amène le Groupe...Lire plus...
Publier le 21/08/2019, 10:11
exclusif-actuniger-orange-niger-finalement-reprise-par-rimbo-apres-l-echec-du-deal-avec-telecel Des informations exclusives que nous détenons, c’est finalement le holding de l’homme d’affaires...Lire plus...
Publier le 20/08/2019, 20:34
declaration-de-presse-du-cadre-de-concertation-et-d-actions-citoyennes-de-la-societe-civile-independante-de-zinder-ccac-sci-zr -Considérant la constitution du 25 Novembre 2010 garantissant le droit à la manifestation, à la...Lire plus...
Publier le 20/08/2019, 18:54
attaque-de-koutougou-le-burkina-faso-ne-cedera-pas-une-partie-du-territoire-dussions-nous-tous-y-laisser-notre-vie-president-roch-kabore « Le 19 août est une tâche noire dans la vie de notre armée nationale. Car, c’est la première fois que...Lire plus...
Publier le 21/08/2019, 10:11
exclusif-actuniger-orange-niger-finalement-reprise-par-rimbo-apres-l-echec-du-deal-avec-telecel Des informations exclusives que nous détenons, c’est finalement le holding de l’homme d’affaires...
Publier le 16/08/2019, 13:10
halcia-le-president-gousmane-abdourahamane-fait-le-point-sur-plusieurs-dossiers-traites-par-l-institution Le président de la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées...
Publier le 17/08/2019, 13:06
lumana-s-appuyant-sur-les-textes-du-parti-oumarou-noma-confirme-qu-il-est-bel-et-bien-le-nouveau-president-legal Investit président du parti par le Congrès de Dosso du 4 août dernier, qui s’est tenu parallèlement à...
Publier le 16/08/2019, 21:05
permis-biometrique-le-ministre-karidio-mahamadou-dans-de-sales-draps Le président de la HALCIA, Gousmane Abdourahamane, a confirmé dans un point de presse qu’il a tenu ce...
Publier le 19/08/2019, 07:24
g5-sahel-le-general-oumarou-namata-prend-officiellement-le-commandement-de-la-force-conjointe Le Général de brigade Oumarou Namata Gazama du Niger succède au Général de division Hanana Ould Sidi...
Publier le 21/08/2019, 10:11
exclusif-actuniger-orange-niger-finalement-reprise-par-rimbo-apres-l-echec-du-deal-avec-telecel Des informations exclusives que nous détenons, c’est finalement le holding de l’homme d’affaires...
Publier le 17/08/2019, 13:06
lumana-s-appuyant-sur-les-textes-du-parti-oumarou-noma-confirme-qu-il-est-bel-et-bien-le-nouveau-president-legal Investit président du parti par le Congrès de Dosso du 4 août dernier, qui s’est tenu parallèlement à...
Publier le 16/08/2019, 13:10
halcia-le-president-gousmane-abdourahamane-fait-le-point-sur-plusieurs-dossiers-traites-par-l-institution Le président de la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées...
Publier le 16/08/2019, 21:05
permis-biometrique-le-ministre-karidio-mahamadou-dans-de-sales-draps Le président de la HALCIA, Gousmane Abdourahamane, a confirmé dans un point de presse qu’il a tenu ce...
Publier le 20/08/2019, 09:21
orange-niger-les-agents-en-greve-pour-exiger-le-respect-de-leurs-droits-avant-le-depart-de-l-operateur Comme annoncé en exclusivité par Actuniger, les agents de Orange Niger ont entamé ce mardi 20...

Dans la même Rubrique

La gouvernance des partis politiques au Niger : Multipartisme ou multi-entreprise !!!

7 août 2019
La gouvernance des partis politiques au Niger : Multipartisme ou multi-entreprise !!!

  Le peuple nigérien a adopté lors de la conférence nationale souveraine tenue en 1991, le principe de la démocratie pluraliste. Ce choix est matérialisé dans le préambule de la...

Tribune pour des élections présidentielles idéelles au Niger

19 juillet 2019
Tribune pour des élections présidentielles idéelles au Niger

La date des élections présidentielles au Niger, fatidique, approche. Le peuple s'interroge : « Pour qui  voter ? ». Il y a aussi ceux qui sont découragés, déçus. À ceux-là, il...

Pour une intégration effective, l’Afrique a besoin de leaders convaincus

9 juillet 2019
Pour une intégration effective, l’Afrique a besoin de leaders convaincus

Malgré leur dispersion sur terre, leur diversité et leurs différences, les êtres humains dans leur existence, ne peuvent tout naturellement pas se passer de l’interdépendance. Malheureusement, l’histoire a montré qu’au...

Lettre citoyenne ouverte aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de participant au Sommet de Niamey sur la ZLECAf

9 juillet 2019
Lettre citoyenne ouverte aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de participant au Sommet de Niamey sur la ZLECAf

Excellences, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement, Je suis très heureux, en tant que citoyen, de pouvoir vous accueillir dans notre capitale pour le Sommet de l’Union Africaine relatif...

Appel au Président Issoufou : pour une approche rénovée des dispositifs sécuritaires

13 mai 2019
Appel au Président Issoufou : pour une approche rénovée des dispositifs sécuritaires

Monsieur le Président, La recrudescence des actes de violence enregistrés ces derniers mois dans plusieurs régions du pays nous oblige à vous lancer cet appel afin d’attirer votre attention sur...

Lettre ouverte à Mr le ministre en charge de la renaissance culturelle (Par AbdoulMalik Issoufa)

27 avril 2019
Lettre ouverte à Mr le ministre en charge de la renaissance culturelle (Par AbdoulMalik Issoufa)

Monsieur le Ministre Par la présente, je viens à vous pour un plaidoyer et une sollicitation. En effet, Mr le Ministre, depuis quelques années, nous assistons à la publication d'une...