vendredi, 27 novembre 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Farmo Moumouni

Après vingt-sept années de pouvoir implacable, Blaise Compaoré, homme fort de Ouagadougou, médiateur incontournable dans les conflits qui traversent la sous-région ouest africaine, homme clé de la Françafrique, envisageait de tripatouiller la Constitution afin de se donner une rallonge de cinq ans, et fort probablement, de se frayer, au milieu des réticences et des résistances, un chemin qui mènerait à la présidence à vie.

Sans doute, avait-il sous-estimé la détermination de l’opposition politique, l’activisme des organisations de la société civile, et la bravoure du peuple burkinabè.

Au terme d’une insurrection qui, le 30 et le 31 octobre 2014, mit à feu et à sang les grands centres urbains, le peuple burkinabè en furie l’oblige à renoncer à son projet, à abandonner son trône présidentiel, et à prendre le chemin de l’exil. 
Des événements survenus au pays des hommes intègres, l’Afrique, je crois, doit retenir les enseignements suivants :

1 La souveraineté appartient au peuple. Elle peut-être confisquée par un monarque, accaparée par un tyran ou usurpée par un dictateur. La durée du retrait varie d’un lieu à un autre, d’un pays à un autre, et des conditions dans lesquelles les peuples vivent. Mais elle ne peut s’étendre indéfiniment. Au Burkina Faso, il a duré 27 ans. Ailleurs en Afrique, les peuples en sont encore privés. Assurément, comme le peuple burkinabè, ils se soulèveront et reprendront ce qui leur appartient.

2 Aucun homme, quelle que soit la durée de son règne, qu’il soit fort comme l’airain, père adulé de la nation ou timonier national, n’est indispensable à la marche du pays. Au Burkina, Blaise est déchu. Son absence sera exempte de chaos. Ailleurs en Afrique, après la chute des usurpateurs de la souveraineté, les pays continueront d’exister et de progresser.

3 La jeunesse a été le fer de lance du changement. Elle a ouvert la voie : les partis politiques, les syndicats et l’armée, ont marché dans les sillons qu’elle a tracés. Au Burkina Faso, comme ailleurs en Afrique, la jeunesse est marginalisée par les pouvoirs en place; elle est entravée par le règne interminable des anciens; elle est exclue des circuits de redistribution des richesses nationales, elle est victime d’un système dont la perpétuation scellerait indéfiniment son avenir. La jeunesse constitue donc de toutes les forces sociales et politiques, celle dont les intérêts pressants se trouvent dans le changement. La jeunesse burkinabè a compris, la jeunesse africaine sait ce que sa composante du Burkina a compris.

4 Les jeunes manifestants du Burkina brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : «Sankara est parmi nous, il est vivant». L’ombre du capitaine Sankara planait sur l’insurrection burkinabè. La jeunesse burkinabè scandait le mot d’ordre : « La patrie ou la mort! Nous vaincrons!». Il y a eu des morts dans les rangs de la jeunesse, mais la jeunesse a vaincu. L’ombre du Capitaine accompagnera la jeunesse des pays africains, et la jeunesse africaine, comme celle du Burkina, vaincra.


5 L’armée n’est pas au-dessus du peuple. Même si, comme cela s’est vu au Burkina Faso, elle s’impose à l’occasion de la vacance du pouvoir, elle dirige en tenant compte des valeurs, des convictions, des volontés des composantes de la société burkinabè. Le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida dirige sous l’empire de l’opinion publique, il est l’instrument de la volonté populaire. Il n’est pas l’homme providentiel, mais celui que la providence utilise pour accomplir la volonté du peuple burkinabè. À la lumière de ce qui se passe au Burkina, les armées africaines reverront leurs places et leur rôle dans la République.

6 Face aux pressions de la communauté internationale, et aux injonctions de l’Union Africaine en particulier, le peuple burkinabè, par la bouche du lieutenant-colonel Zida a réaffirmé sa souveraineté, sa volonté de décider lui-même de son sort, dans les délais qu’il se fixe lui-même. Ailleurs en Afrique, quand les peuples prendront leur destin en main, quand la communauté internationale accourra, et que l’UA donnera des ultimatums,  ils se souviendront  que ni l’une ni l’autre n’ont été d’aucun secours pour les Burkinabè, au cours des 27 années de calvaire vécues sous le joug de l’homme fort de Ouagadougou.

7 Blaise Compaoré était (est) l’ami de la France. Son exfiltration par les forces spéciales françaises le prouve assez. Mais l’amitié qu’il a tissée avec son protecteur n’a pas suffi à le maintenir au pouvoir. Le cas de l’ami burkinabè de la France devrait faire comprendre à nos chefs que le soutien le plus important est celui des peuples, et que les soutiens extérieurs qu’ils viennent de l’ancienne force tutélaire ou de tout autre force, ne résisteront pas à la furie des peuples.

8 Un page nouvelle des transitions démocratiques est en cours d’écritre au Burkina Faso. Contrairement à ce qui s’est vu jusqu’ici sur le continent, à la différence de ces grands fora, les conférences nationales (souveraines dans certains pays, dépendantes dans d’autres) qui ont légitimé le pouvoir de certains dictateurs ou remplacé des juntes militaires par des civils qui ont perpétué les mêmes formes de gouvernement, le processus de transition au Burkina est volonté du peuple, et les organes de la transition sont des émanations de la volonté populaire. Les peuples liront avec intérêt cette page de l’histoire générale de l’Afrique.


9 Les chefs africains qui auront retenu ces leçons se raviseront, et abandonneront leurs projets funestes dans l’intérêt de tous, c’est-à-dire les leurs et ceux des peuples. Ceux qui s’entêteront, seront mis au rebut de l’histoire par les peuples en courroux.

10 Les évènements du Burkina Faso rappellent à tous que le salut du peuple, c’est le peuple lui-même.

Professeur Farmo Moumouni

{jathumbnail off}

Ajouter un Commentaire

Coris Bank Epargne

banniere spotlight BIS

Canal Horizon Nov Dec

Top de la semaine

Publier le 27/11/2020, 11:53
signature-d-une-convention-de-partenariat-entre-les-regulateurs-nigeriens-et-francais-de-l-energie-communique-de-presse Le mardi 25 novembre 2020 a été signée à Niamey au Niger, une convention de financement entre le Niger...Lire plus...
Publier le 27/11/2020, 08:56
47e-conference-des-ministres-de-l-oci-a-niamey-le-niger-accueille-le-monde-musulman Le Niger accueille du 27 au 28 novembre 2020, la 47ème  session du conseil des ministres des...Lire plus...
Publier le 26/11/2020, 17:28
tandja-mamadou-baba-repose-pour-l-eternite-a-maine-soroa-sous-sa-terre-natale L’ancien président Tandja Mamadou a été inhumé ce jeudi en début d’après-midi à Mainé-Soroa, sa ville...Lire plus...
Publier le 26/11/2020, 14:14
burkina-le-president-roch-marc-christian-kabore-reelu-des-le-premier-tour-avec-57-87-des-voix-ceniLe président sortant Roch Kaboré, candidat du MPP, a été réélu dès le premier tour de l’élection...Lire plus...
Publier le 24/11/2020, 19:52
officiel-baba-tandja-n-est-plus L’ancien président Tandja Mamadou vient de tirer sa révérence ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey. A 82...
Publier le 23/11/2020, 09:00
coalition-bazoum2021-45-partis-soutiennent-bazoum-mohamed-pour-l-election-presidentielle Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont...
Publier le 26/11/2020, 11:27
obseques-officielles-de-tandja-mamadou-hommage-national-a-l-ancien-president-au-palais-de-la-presidence Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a assisté, jeudi matin, 26...
Publier le 21/11/2020, 15:17
elections-presidentielles-15-partis-politiques-s-engagent-a-soutenir-albade-abouba-des-le-premier-tour Quinze (15) partis politiques ont signé un protocole accord, hier vendredi au sortir d’une réunion,...
Publier le 23/11/2020, 07:46
elections-malgre-des-defis-importants-le-niger-a-l-opportunite-d-assurer-un-transfert-paisible-du-pouvoir-selon-mohamed-ibn-chambas-envoye-special-du-sg-de-l-onu Le Représentant spécial du SG des nations unies en Afrique de l’Ouest et au Sahel  de l’ONU,...
Publier le 21/11/2020, 15:17
elections-presidentielles-15-partis-politiques-s-engagent-a-soutenir-albade-abouba-des-le-premier-tour Quinze (15) partis politiques ont signé un protocole accord, hier vendredi au sortir d’une réunion,...
Publier le 24/11/2020, 20:59
disparition-de-tandja-mamadou-le-president-issoufou-reporte-sa-visite-dans-la-region-de-maradi Suite à la disparition de l’ancien chef de l’Etat Tandja Mamadou ce mardi à Niamey, le président...
Publier le 24/11/2020, 19:52
officiel-baba-tandja-n-est-plus L’ancien président Tandja Mamadou vient de tirer sa révérence ce mardi 24 novembre 2020 à Niamey. A 82...
Publier le 23/11/2020, 09:00
coalition-bazoum2021-45-partis-soutiennent-bazoum-mohamed-pour-l-election-presidentielle Quarante-cinq (45) partis politiques membres de la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN) ont...
Publier le 25/11/2020, 22:44
communique-du-conseil-des-ministres-du-mercredi-25-novembre-2020 En application de l’article 73 de la Constitution, le Premier Ministre a reçu du Président de la...

Dans la même Rubrique

20 Novembre 2020 - Journée Mondiale de l’Enfance : Réinventons l’avenir pour chaque enfant (Par Ilaria Carnevali, Représentante a.i. de l’UNICEF au Niger)

20 novembre 2020
20 Novembre 2020 - Journée Mondiale de l’Enfance : Réinventons l’avenir pour chaque enfant (Par Ilaria Carnevali, Représentante a.i. de l’UNICEF au Niger)

Le 20 novembre de chaque année marque la journée mondiale de l’enfance. Cette journée vise à rappeler l’importance de garantir et faire respecter les droits de chaque enfant, aujourd’hui plus...

Lettre ouverte à l’ex pensionnaire du Lycée National Issoufou Mahamadou sur les souvenirs  provoqués par l’inauguration de l’Hôtel du Ministère des Finances (Par Djibril Baré)

22 octobre 2020
Lettre ouverte à l’ex pensionnaire du Lycée National Issoufou Mahamadou sur les souvenirs  provoqués par l’inauguration de l’Hôtel du Ministère des Finances (Par Djibril Baré)

Cher grand-frère, L’inauguration, le jeudi 15 octobre 2020 à travers une cérémonie officielle de l’Hôtel des Finances devant abriter tous les services relevant du Ministère des Finances érigé en plein...

Élections présidentielles : pour une confrontation loyale et équitable, gage d'une certaine intelligence politique au service du pays

22 septembre 2020
Élections présidentielles : pour une confrontation loyale et équitable, gage d'une certaine intelligence politique au service du pays

L’investiture, comme candidats aux prochaines élections présidentielles, de deux autres poids lourds de la politique nigérienne, constitue à n’en point douter un évènement qui constitue un tournant majeur dans la...

L’éligibilité à l’épreuve de la condamnation pénale au Niger (Par Adamou Issoufou)

6 septembre 2020
L’éligibilité à l’épreuve de la condamnation pénale au Niger (Par Adamou Issoufou)

De la vision positive et égalitariste de l’homme, il se dégage une présomption d’aptitude à l’exercice du pouvoir par tous les hommes. Le style impersonnel introduit, illustré par l’emploi de...

Lettre ouverte citoyenne de félicitations au président Tchadien Idriss Déby pour son élévation à la Dignité de Maréchal par la Représentation nationale (Par Djibrilla Mainassara Baré)

28 août 2020
Lettre ouverte citoyenne de félicitations au président Tchadien Idriss Déby pour son élévation à la Dignité de Maréchal par la Représentation nationale (Par Djibrilla Mainassara Baré)

M. le président de la République, L’actualité brûlante dans notre sous-région, m’autorise à revenir sur votre élévation, le 11 Août 2020 à N’Djaména, à la dignité de Maréchal du Tchad,...

Il ne faut pas être naïf, la Russie ne viendra pas sauver le Mali (Par Gado Alzouma)

26 août 2020
Il ne faut pas être naïf, la Russie ne viendra pas sauver le Mali (Par Gado Alzouma)

En voici les raisons: Tout d’abord, certains Africains ont parfois pour habitude d’adopter des comportements et des attitudes que nous croyons acceptables, comme allant de soi, mais que les autres...