samedi, 11 juillet 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Hama GUN

Aspect politique :

Depuis un certain temps, la vie politique nigérienne, sinon, tout court, la vie des nigériens est rythmée par l’affaire dite « Trafic de bébés ».

Tout d’abord il faudra relever le contexte de cette « affaire » car on ne saura apprécier objectivement la situation sans la relier à des faits politiques qui semblent caractériser l’ensemble des actions reliées les unes aux autres.

Comme tout le monde le sait, après la funeste aventure du Tazarché et la transition militaire qui s’en ai suivie, le candidat du PNDS Tarayya a été triomphalement élu président de la république par le peuple nigérien le 14 mars 2011.

Il faut rappeler que Mahamadou Issoufou a obtenu au second tour, 57,95% des voix, devançant  ainsi Seïni Oumarou  ayant obtenu un score de 42,05%.  Hama Amadou, arrivé troisième en obtenant  19 % des voix  (avec un parti crée 4 mois plus tôt) a soutenu le candidat M.Issoufou qui a obtenu au 1er tour 36% des voix.

Composant ensemble la majorité parlementaire et présidentielle, ce tandem politique aboutit à la formation d’un gouvernement contrôlé par un pouvoir législatif ayant à sa tête Hama Amadou.

Comme cela peut arriver dans toute alliance politique, en Aout 2013, le parti de Hama Amadou décida de quitter la majorité présidentielle et par conséquent rejoindre l’opposition politique.

A partir de cette date, l’opposant Hama, vit déferler sur sa personne une série de « déboires » qui seraient tous comiques les uns, les autres, si ce n’est le risque que de tels actes font peser sur la quiétude de nos compatriotes dont les priorités sont éloignées de celles qui sont au centre des discussions de salon à Niamey.

Mais pour le moment  attardons sur nous cette affaire de « Trafic de bébés ».Il est indéniable  qu’aucun esprit normalement constitué ne resterait insensible face à toute l’horreur socio-économique qui peut entourer  les circonstances caractérisant cette tragédie humaine, si jamais le trafic est avéré.

Mais apprécions ces évènements dans un contexte pluriel qui sera tant judiciaire, politique, moral et constitutionnel :

Aspect moral et social :

Dans cette affaire, nous faisons face à un faisceau d’indices assez troublant qui sème le doute dans l’esprit de certains et provoque chez d’autres tout simplement un sentiment d’indignation. Comment si cela est  avéré accepter qu’un trafic porte sur qu’il ce qu’il de plus innocent sur cette terre qu’est l’enfant ? Comment accepter que la misère humaine soit exploitée et par conséquent entrainer des femmes à  se séparer de la plus belle richesse qu’on puisse avoir sur cette terre ?

Sur le plan moral et social comme dans toute affaire de ce type, avant toute condamnation judiciaire, très souvent la vindicte populaire fait son effet. Mais fort heureusement le contexte politique et les différents protagonistes de l’affaire ramènent tout simplement à la raison toute personne qui porte sur ces événements un regard objectif teinté d’une appréciation circonstancielle des choses.

Aspect judiciaire :

Malgré le tollé soulevé par cette histoire, force est de constater que sur le plan judiciaire le dossier de l’accusation reste totalement  vide en termes d’éléments tangibles et irréfutables qui puissent conforter l’accusation. En effet fort heureusement dans un tribunal, ce n’est point l’émotion et le faisceau d’indices qui oriente la décision de justice mais les preuves.

D’abord la première interrogation qu’on a dans cette affaire constitue la procédure de déclenchement de cette affaire. En effet, comment comprendre, que si cette affaire, avait réellement eu lieu au Nigéria que ce ne soit pas les juridictions de ce pays qui fassent appel au Niger et aient par la même occasion fourni à nos autorités des éléments leur permettant d’identifier toutes les personnes qui seraient impliquées dans l’affaire ?

Dans le droit, en matière de compétence territoriale, cela interpelle et suscite de nombreuses interrogations.

Mais revenons à l’affaire et analysons le déroulement de la procédure et le contenu du dossier.

En se saisissant de cette affaire  le juge l’a qualifié de supposition  d’enfants qui,  au passage, est un délit et non un crime.

Selon l’article 248 du code pénal nigérien, est qualifié de supposition d’enfants le fait qu’une femme ait simulé sa grossesse pendant qu’une autre cacherait la sienne en vue de permettre à la première  de supposer avoir donné naissance à l’enfant né.

Or pour aucune des femmes arrêtées, malgré dans certains cas, la présence d’indices troublants, le dossier d’accusation n’a pas montré  un seul élément tangible permettant d’affirmer de façon irréfutable qu’une ou plusieurs femmes  aurait désigné chacune de celles soupçonnées comme celle qui aurait « acheté », « enlevé » ou « récupéré » l’enfant ou les enfants à qui ou auxquels l’accusatrice aurait donné naissance.

Certains ont des interrogations sur les différences entre les  lieux de naissance et les lieux d’établissement des actes de naissance. Mais s’il ne s’agit que de cela, les prisons nigériennes ne seraient pas assez nombreuses pour accueillir tous ceux de nos compatriotes dont les actes d’état civil seraient truffés de ces incohérences.

Par ailleurs, si trafic il y a, ni le juge d’instruction, ni le procureur n’ont montré aucune preuve tendant à mettre en rapport chacune de ces femmes ou leurs maris avec ledit trafic.

Et même dans l’hypothèse où ces femmes auraient simulé leurs grossesses ou seraient impliquées dans un trafic, l’accusation n’a dans son dossier aucun élément permettant de relier les maris à ces éventuelles forfaitures. Mais on verra plus tard l’objectif de cette démarche.

Parmi les personnes soupçonnées se trouve la femme du Président de l’assemblée nationale nigérienne Mr Hama Amadou.

Comme cela a été signalé précédemment, non seulement le dossier d’accusation reste vide au regard du délit reproché, mais en plus, pour ce qui est du cas de Hama Amadou, à aucun moment, le doyen des juges d’instruction ne l’a convoqué. Pire la demande d’arrestation transmise  au bureau de l’assemblée par le parquet est viciée  car à aucun moment le doyen des juges n’a demandé au parquet un réquisitoire supplétif lui permettant de poursuivre Hama Amadou.

En plus, pourquoi ce n’est pas le juge en charge du dossier qui saisit le gouvernement ? En effet, non seulement, c’est le procureur qui est à l’origine de cette requête mais en plus ladite requête est datée du 16 Juillet 2014, c’est-à-dire, en pleine session de l’assemblée nationale. L’assemblée nationale n’aurait-elle pas été le cadre juridique et constitutionnel  requis pour cela ?

Comme on le voit l’ensemble de la procédure est vicié, le dossier est vide.

Alors  l’arrestation de ces  femmes, et surtout  celle de leurs maris, n’est-elle pas un leurre afin de pouvoir atteindre   la véritable cible qu’est Hama Amadou ?

En effet, depuis le départ  de Hama Amadou de l’alliance au pouvoir, le ministre des affaires étrangères Mohamed Bazoum et celui de l’intérieur  H.Massaoudou n’ont-ils  pas crié publiquement à toute la presse nationale  et internationale qu’ils allaient tout faire pour provoquer la chute et la neutralisation de Hama ?

Maintenant que, Hama Amadou    s’est «  mis à l’abri », l’enquête  a-t-elle avancé depuis?  Ou alors toutes ces personnes arrêtées  croupiront dans les geôles  comme c’est le cas de plusieurs centaines de nos compatriotes, dans l’attente d’un hypothétique jugement ?

Surtout que dans ce cas, les personnes arrêtées risqueraient d’être les « otages » d’un agenda politique et électoral. 

Aspect constitutionnel :

Sur le plan constitutionnel, concernant l’appréciation de l’article 88 de la constitution nigérienne, plusieurs spécialistes en la matière tendent à avoir une lecture différente mais à priori beaucoup plus objective que celle tronquée du Gouvernement. En effet, la seule prise en compte de l’alinéa 4 de cet article en ignorant les précédents dont le 1er qui fait état de l’immunité parlementaire constitue une vue de l’esprit.

Dans la même logique de concassage des partis politiques, et ce, au mépris de la charte des partis politiques, ce gouvernement tend à bafouer le contenu et l’esprit de la loi fondamentale qu’est la constitution nigérienne.

Avec tout le respect qu’on doit  à la Cour constitutionnelle, son arrêt du 4 septembre 2014 témoigne tout simplement du fait qu’en plus d’une justice aux ordres, cette noble institution n’est pas capable de résister à un exécutif totalement dominant.

En tout état de cause, ce qu’il faut surtout retenir c’est l’échec, l’irresponsabilité et l’incapacité de la classe politique, véritables « enfants gâtés » de la république dont les « espiègleries » ont fini d’amuser le peuple nigérien.

Par ailleurs, le retour au premier plan des principaux chantres du Tazarché n’est pas pour rassurer les démocrates nigériens….

Moussa Ibrahim Abdou

{jathumbnail off}

Commentaires  

+15 #1 DAN-TIBIRI 17-09-2014 15:27
Mr le journaliste moi je suis surtout d'acord avec t'on recit sur l'aspect judiciaire, car effectivement aucun nigerien ne peut comprendre l'accusation de ces femmes ainsi que leurs maris de trafics de bebes a partir du nigeria sans au moins une preuve.
Citer | Signaler à l’administrateur
-11 #2 alheri 17-09-2014 17:42
c'est nul comme imagination, Mr le journaleux.
Citer | Signaler à l’administrateur
-10 #3 LE COMTE DE L ADER 17-09-2014 18:52
Mes amis ce qui a fait quitter Hama c est le fait qu il n a pas "achete" seulement 2 mais et il a sacrifier les autres.
et meme le gouvernement a eu peur du scandale c est pour cela il lui a ouvert la breche pour fuir et eviter le debalage
Citer | Signaler à l’administrateur
+4 #4 ZAMAN DUNYA IYAWANÉ 17-09-2014 23:10
Ô, croyants à Dieu et aux Prophètes Envoyés pour enseigner la Raison à l'humanité! Sans se fatiguer de le rappeler, sachons que la Jihad armée est aujourd'hui menée au service de Satan qui répand la terreur et l'ignominie sur Terre afin de contraindre les honnêtes gens à lâcher leur noble voie et bonne foi pour emprunter le chemin de l'égarement, la turpitude et l'avilissement et épouser la mécréance. Sous l'effet de sa peur bleue, Hama Amadou ex-pdt de l'AN du Niger, a abandonné tous les citoyens y compris ses 2 Bébés supposés achetés et leur mère incarcérée qui ne représentent aucune valeur à ses intérêts. Par Allah, pour l'amour de tout ce qui nous est cher au monde (liberté de vivre et circuler...), oublions et laissons celui-là, H+ avec ses démêlés qu'il s'est lui-même créés avec la Justice. Ce fugitif H+ypocrite ne souhaite qu'apprendre par médias interposés; le Niger et son peuple à feu et à sang. Si tel est son vœu, qu'Allah le lui retourne sur sa tête. Amen!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #5 Tarana Maï Houra 18-09-2014 01:13
À l'Aspect judiciaire de cette affaire, comme tu le soulignes, ne perd donc pas le nord que t'indique ta boussole, Mr le journaliste:
...le dossier de l’accusation reste...vide...fort heureusement dans un tribunal, ce n’est point l’émotion et le faisceau d’indices qui oriente la décision de justice mais les preuves...
Ce n'est SEM Issoufou Mahamadou Pdt de la Rép, ni SE le 1er Ministre Brigi Raffini encore moins l'homme aux yeux du félin MJ/GS qui puisse tordre la volonté du Procureur Général et son staff à tout méconnaitre pour dire ce qui est dit. Affirmant l'Aspect moral et social :
...Comment...accepter qu’un trafic porte sur ce qu’il y a de plus innocent...qu’est l’enfant...la plus belle richesse...?
Alors, crois-tu qu'un chauffeur, fou soit-il, au volant d'un bus transportant des passagers, peut exécuter l'ordre de son convoyeur à se diriger vers un ravin? Dis plutôt au fourbe Dr Amadou Bounty Diallo de se taire car la Justice nigérienne sait ce qu'elle fait.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #6 nigérien fier 18-09-2014 09:09
bel analyse, :lp
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 Kassoum 18-09-2014 09:19
Hey contribution concernant le chemin de fer... Il faut que l'histoire serve a nos dirigeants concernant les grand chantiers. C'est concernant le Geni Militaire. Pourquoi attendre toujours la derniere minute pour faire appel a eux alors que vue les ambitions affichées par les dirigeants on doit les associer vite. Je me souviens que Bare a du faire appel a eux pour les routes de Ny, Tandja aussi pour respecter le delai de cite de la Francophonie. Si vous regarder les travaux en cours pour le chemin de fer on voi que les entreprises sont enormement engagées mais que le travail reste. Alors pensons y...
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #8 Le regard objectif 18-09-2014 09:42
Analyse bien débutée, mais guidée par une conclusion.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #9 huc 18-09-2014 10:38
hum mr le hamiste, avan de te lire je connaissais deja la suite, tu diras que hama a raison a tjrs raison, hama est un saint,alors tu sais très bien que c'est un faux, un assassin,hama est quelqu'un qui est pret pr tuer tout le monde pour son interet personnel, cett fois ci Dieu l'a attrapé com on dit, il n'a pa pu empecher à sa femme d'aller acheter des enfants au nigeria et voila c'est fini!!!tu vas te calmer mr le griot
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #10 PATRIOTE123 18-09-2014 10:54
très belle analyser Mr le journaliste Moussa Ibrahim, c'est un résumer clair et précis des différents tournure de la vie politique depuis l'arrivée de Mahamadou au pouvoir :lp je t'encourager à continuer dans ce sens et montre à l'opinion national et international les vrai dériver de ce gouvernement incompétent .
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #11 Niono2011 18-09-2014 17:53
Mais putain que suis satisfait de cet écrit bien ficelé et n'en déplaise les guristes; AUCUNE PREUVE! Et d'autre part la justice se fait honir par la pratique impartiale de certains de ses enfants (cas passe port diplomatique tjours ................ rien). Et d'ailleurs Niono n'y attend rien du tout.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #12 kailo 21-09-2014 02:29
Très bien dit et tout est clair la justice doit passer si le délit est avéré mais pour le moment ce qui est avéré c'est ce caractère purement politique qui saute aux yeux de tous et qu'on ne peut tolérer dans une démocratie.
Citer | Signaler à l’administrateur
+3 #13 MME GARBA 22-09-2014 09:18
tres belle analyse Moussa Dieu est grand et la verite finira par triompher
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #14 Ahar 09-10-2014 10:48
Hama, c'est Dieu qui l'a attrapé, il est tombé dans son propre trou, un conseil à tout militant de "kay na touray" sauve qui peut !
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #15 lamma 10-11-2014 10:51
Encien president d'l'asemble et nouvaux president des prizonie
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Uastm rentree 2020

CANAL RECRUTEMENT 10500F

Top de la semaine

Publier le 10/07/2020, 21:48
covid-19-2-nouveaux-cas-enregistres-a-niamey-vendredi-10-juillet Dans son point quotidien de la situation du Covid-19, le ministère de la Santé publique a annoncé que...Lire plus...
Publier le 10/07/2020, 20:01
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-10-juillet-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour,  vendredi 10 juillet 2020, dans la salle habituelle...Lire plus...
Publier le 09/07/2020, 23:13
fin-des-travaux-de-la-formation-des-journalistes-sur-le-fact-checking-le-renjed-recu-en-audience-par-le-mediateur-de-la-republique-me-ali-sirfi-maiga  Le Médiateur de la République Me Ali Sirfi Maiga a reçu  en audience jeudi 09 Juillet 2020...Lire plus...
Publier le 09/07/2020, 20:48
covid-19-aucun-cas-et-aucun-deces-enregistres-ce-jeudi-9-juillet-2020 Sur 74 tests réalisés ce jeudi 9 juillet 2020, aucun cas positif au Covid-19 n’a été enregistré selon...Lire plus...
Publier le 09/07/2020, 16:21
trafic-international-de-drogue-deux-importants-reseaux-demanteles-a-niamey-et-zinder L’Office Central de Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants (OCRTIS) a démantelé, la semaine...Lire plus...
Publier le 06/07/2020, 19:45
permis-de-conduire-biometrique-le-president-issoufou-se-met-en-regle Le Président de la République Issoufou Mahamadou a fait son permis de conduire biométrique ce lundi 6...
Publier le 06/07/2020, 00:01
religion-cheikh-djibril-ismael-karanta-elu-nouveau-president-de-l-association-islamique-du-niger-ain Le Cheikh Djibril Soumaila Karanta a été élu ce dimanche à Niamey, président de l'Association...
Publier le 09/07/2020, 16:21
trafic-international-de-drogue-deux-importants-reseaux-demanteles-a-niamey-et-zinder L’Office Central de Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants (OCRTIS) a démantelé, la semaine...
Publier le 08/07/2020, 07:32
douanes-annulation-des-concours-pour-les-recrutements-directs-de-septembre-2018-et-janvier-2019-ministere-des-finances  Le Ministère des Finances porte à la connaissance du public que suite aux irrégularités...
Publier le 09/07/2020, 16:16
processus-electoral-les-non-affilies-haussent-le-ton-et-interpellent-le-president-de-la-republique-declaration Dans une déclaration qu’ils ont rendue public le mercredi 8 juillet 2020 au siège du parti Dubara, les...
Publier le 06/07/2020, 19:45
permis-de-conduire-biometrique-le-president-issoufou-se-met-en-regle Le Président de la République Issoufou Mahamadou a fait son permis de conduire biométrique ce lundi 6...
Publier le 09/07/2020, 16:21
trafic-international-de-drogue-deux-importants-reseaux-demanteles-a-niamey-et-zinder L’Office Central de Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants (OCRTIS) a démantelé, la semaine...
Publier le 06/07/2020, 00:01
religion-cheikh-djibril-ismael-karanta-elu-nouveau-president-de-l-association-islamique-du-niger-ain Le Cheikh Djibril Soumaila Karanta a été élu ce dimanche à Niamey, président de l'Association...
Publier le 10/07/2020, 20:01
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-10-juillet-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour,  vendredi 10 juillet 2020, dans la salle habituelle...
Publier le 08/07/2020, 07:32
douanes-annulation-des-concours-pour-les-recrutements-directs-de-septembre-2018-et-janvier-2019-ministere-des-finances  Le Ministère des Finances porte à la connaissance du public que suite aux irrégularités...

Dans la même Rubrique

G5 Sahel : Quel bilan 6 mois après le sommet de Pau? (Par Tidiane Sahelien)

3 juillet 2020
G5 Sahel : Quel bilan 6 mois après le sommet de Pau? (Par Tidiane Sahelien)

Le G5-Sahel a été  créé en 2014 sur la volonté des chefs d’Etat du Tchad, du Niger, du Burkina Faso, de  la Mauritanie et du Mali afin de répondre conjointement...

Pour Dr Anasser Ag Rhissa, pour le Mali, le dialogue est incontournable entre les pro-IBK et les anti-IBK du M5RFP dans le cadre de la médiation

19 juin 2020
Pour Dr Anasser Ag Rhissa, pour le Mali, le dialogue est incontournable entre les pro-IBK et les anti-IBK du M5RFP dans le cadre de la médiation

Compte-tenu des propositions concrètes d’IBK (arrêt de la grève des enseignants (augmentation de leurs salaires de 20 %) en instruisant le Premier Ministre pour le respect de l’article 39, constituer...

Lettre Ouverte au Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) du Niger (Par Bachirou AMADOU ADAMOU)

18 juin 2020
Lettre Ouverte au Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) du Niger (Par Bachirou AMADOU ADAMOU)

  Monsieur le Président, Les élections générales à venir au Niger en 2021 questionnent avant tout les spécialistes du droit constitutionnel ou encore le politiste. Elles ne sont toutefois pas...

Point de vue sur la surfacturation dans les marchés publics (Par Adamou ISSOUFOU)

17 juin 2020
Point de vue sur la surfacturation dans les marchés publics (Par Adamou ISSOUFOU)

La surfacturation est l’un des grands classiques du droit de la commande publique. Elle ne se pratique, généralement, que lorsque la relation commerciale est déjà installée entre le fournisseur et...

Biométrie et vote électronique : Quelle différence ?

6 juin 2020
Biométrie et vote électronique : Quelle différence ?

Introduction Depuis l’avènement de son renouveau démocratique, le Niger a toujours oeuvré pour le renforcement de sa démocratie et de ses institutions démocratiques. Ainsi depuis 1993, des élections générales sont...

VERS LA FIN DU RÈGNE DE LA CORRUPTION ET DE L’IMPUNITÉ ? (Par Bachirou AMADOU)

4 juin 2020
VERS LA FIN DU RÈGNE DE LA CORRUPTION ET DE L’IMPUNITÉ ? (Par Bachirou AMADOU)

La colère légitime suscitée au sein de l’opinion, par les récents rapports (puisqu’il en existe désormais deux versions) d’inspection au ministère de la défense, mettant en lumière un vaste réseau...