mardi, 22 octobre 2019
frarzh-CNentr
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

amadou adamou bachir rouge

Dans toute démocratie, la nécessité d'un fonctionnement cohérent et harmonieux de la société politique doit, en effet, se concilier avec les exigences propres à l'administration de la justice pénale[1]. Au Niger comme ailleurs, le droit constitutionnel aménage, à l'égard de certaines fonctions politiques, des règles particulières de répression pénale. « Plutôt que d'atténuer la responsabilité des destinataires de ces règles, le Constituant a entendu, au contraire, souligner l'intangibilité de cette responsabilité[2] ».

C’est le cas notamment de la fonction de président de la République et celle du député qui font l’objet de règles particulières, formulées pour l’essentielle dans la constitution elle-même respectivement à ses articles 142 et 88. L’actualité étant marquée par une affaire judicaire retentissante, certaines de ces règles ont été largement manipulées tant par les acteurs politiques que par les juristes eux-mêmes. Les médias ne sont pas restés aussi en marge, donnant ainsi l’impression d’une situation juridico-politique hors contrôle. Mais la saisine de la Cour constitutionnelle, par le président de l’Assemblée nationale, suspendra tous les commentaires à son verdict. Celui-ci vient d’être connu à travers l’arrêt n°12/CC/MC du 04 septembre 2014.

Afin de mieux appréhender la teneur de cet arrêt, un regard critique nous parait donc nécessaire. Par cette importante décision, le juge constitutionnel vient de créer un précédent qui entrera dans les annales de l’histoire de la justice constitutionnelle nigérienne. En effet, de façon originale, la Cour vient d’interpréter le régime de l’inviolabilité (consacré à l’article 88 de la Constitution), qui protège le parlementaire contre des poursuites liées à des faits étrangers à l’accomplissement du mandat parlementaire, dans le but de rapprocher les parlementaires du statut commun de justiciable. La Cour opère désormais une distinction entre les périodes de sessions où la protection est plus forte, et les périodes hors sessions. Désormais, hors session, à tout moment, des poursuites peuvent être engagées contre un député sans avoir à obtenir auparavant une autorisation de l’assemblée nationale.

Le privilège de l’inviolabilité est ainsi réduit pour ne plus concerner que l’arrestation ou les privations de libertés (I). Cette décision devrait atténuer l’impression souvent ressentie dans l’opinion publique que les parlementaires échappent bien facilement à la justice (II).

La limitation du privilège de l’immunité parlementaire

Avant toute chose, il convient de relever que le juge constitutionnel n’a pas la prétention de dénier au législateur l’immunité que lui a reconnue le Constituant, mais son interprétation procède de la volonté de distinguer l’autorité de poursuite (A) et l’organe habilité à autoriser l’arrestation d’un parlementaire en cas de poursuite (B).

L’autorité de poursuite

Pour répondre au quatrième point de la demande du requérant, invoquant une distinction entre l’acte de poursuite et l’autorisation d’arrestation d’un député, la Cour rappelle le principe d’immunité parlementaire consacré à l’article 88 de la Constitution notamment à son alinéa 1 qui dispose « Les membres de l'Assemblée nationale jouissent de l'immunité parlementaire. ». Le juge reconnaît aux députés, le bénéfice de l’irresponsabilité absolue pour les opinions qu'ils expriment au sein de l’hémicycle. Cette impunité est d’ailleurs inhérente à tous les systèmes parlementaires. Au Niger, elle ne souffre d’aucune contestation et le juge constitutionnel l’a rappelé dans son arrêt, ce n’est pas un privilège personnel mais plutôt une protection de la fonction de représentant de la nation.

En revanche, l'alinéa 4 de l’article 88 de la Constitution qui est relatif à l'inviolabilité parlementaire et couvre tous les autres actes posés par le député, spécialement dans le cadre de sa vie privée a fait l’objet de beaucoup de controverses.


Toutefois, dans son arrêt, la Cour a clairement souligné qu’en dehors des sessions, la poursuite peut être engagée sans autorisation préalable du bureau contrairement à l’arrestation du député qui nécessite une autorisation préalable du bureau de l’assemblée. Concrètement, la Cour explique qu’en dehors de l’irresponsabilité consacrée à l’alinéa 2, c'est-à-dire l’immunité tenant à la fonction parlementaire, le député ne peut jouir de son immunité que dans le cas où l’assemblée est en session. Au cours de la session, l’immunité parlementaire et l’opportunité des poursuites sont appréciées par la plénière. Hors session, seule l’autorisation du bureau est requise, celui-ci n’étant pas habilité à poursuivre. En l’espèce l’autorité de poursuite est le ministère public c'est-à-dire le procureur de la République sans qu’il soit soumis à aucune autorisation préalable ni de l’assemblée ni de son bureau.

Pour toutes les mesures contraignantes, qui sont pour l'essentiel des actes d'investigation, c'est désormais le principe de la liberté de l'instruction qui domine. Concrètement, il n'est plus nécessaire, en principe, d'obtenir la levée de l'immunité parlementaire pour délivrer un mandat d'amener en vue d'un interrogatoire ou un mandat de perquisition en vue d'une saisie éventuelle, ni pour ordonner des écoutes téléphoniques, ni encore pour inculper le parlementaire.

L’attitude du juge est ici perceptible sous deux angles :

Tout d'abord, la Cour a entendu remédier à certains inconvénients ; car du fait de cette immunité, l'assemblée n'était jamais à l'abri de réflexes protectionnistes, voire corporatistes, de la part de tout ou partie de ses membres, c'est-à-dire que dans un élan de solidarité, les députés peuvent refuser de mettre à la disposition de la justice certains de leurs collègues contre qui, il est pourtant reproché certains faits graves. Ensuite, la communication par le procureur d'une demande de levée d'immunité avait pour effet inéluctable de générer une publicité prématurée, qui déconsidérait nécessairement l'intéressé, au risque de le priver de la garantie d'une présomption innocence. A dire vrai, le système emportait par lui-même une violation du secret de l'instruction, dans la mesure où les activités parlementaires ont vocation à être exercées dans la plus grande transparence et s'accommodent mal de la discrétion qu'impose une instruction confidentielle. C’est pourquoi, seule l’autorisation d’arrestation est soumise à leur approbation, puisqu’elle impliquerait des mesures coercitives, attentatoires à la liberté.

A qui revient l’autorisation d’arrestation ?

Dans son arrêt, la Cour souligne que seule l’arrestation du député nécessite une autorisation préalable du bureau de l’assemblée nationale hors session. Cette autorisation tient à la gravité de la décision, car l’arrestation implique des mesures privatives de liberté, quand bien même, selon la doctrine, le député peut demander au bureau ou à l’assemblée nationale de suspendre l’autorisation lorsqu’il démontre que la demande est sans fondement. Le bureau peut donc refuser son autorisation lorsqu'il s'avère que les poursuites sont manifestement fondées « sur des motifs politiques », ou bien si elle constate que « les éléments fournis sont irréguliers, arbitraires ou insignifiants ». Pourtant, il n'est pas certain qu'ils soient de nature à obvier à tout risque de dérapage, dans la mesure où le juge constitutionnel préserve au profit du bureau une large marge d'appréciation des motifs d’arrestation.

Répondant à la cinquième demande du requérant, la Cour, a dans un considérant remarquable, précisé que deux cas de figure sont prévus à l’article 88 pour la levée de l’immunité d’un député : L’autorisation de poursuite et d’arrestation qui relèvent de la compétence de l’assemblée nationale en session, et hors session le bureau ne dispose que de l’une de ces prérogatives seulement : l’autorisation d’arrestation.

Dans le considérant suivant, le juge souligne que « l’appréciation du caractère sérieux, loyal et sincère des poursuites engagées contre un député doit se faire pendant la session par l’assemblée nationale, et que l’appréciation des motifs justifiant l’arrestation d’un député hors session relève de la compétence du bureau ». Il faut expliquer que les motifs justifiant l’arrestation d’un député doivent relever un caractère sérieux et obéir aux conditions de sincérité et de loyauté.

L’appréciation du caractère sérieux de la demande suppose la mise à la disposition de l'assemblée d'un dossier suffisamment étayé, avec à la fois des éléments solides quant à la matérialité des faits et des indices de culpabilité. Or, en règle générale, c'est précisément la nécessité d'étayer le dossier qui justifie la démarche du ministère public visant à obtenir la levée de l'immunité.  

Lorsque l'assemblée est saisie d'une demande de levée d'immunité parlementaire, elle peut l'écarter si elle constate soit que la demande est inconsidérée, peu sérieuse ou trahit une motivation partisane, soit qu'elle est de nature à perturber indûment le déroulement normal des activités parlementaires, ce qui suppose une mise en balance entre des exigences purement fonctionnelles et les éléments propres à l'affaire, telle la gravité des faits reprochés.

Toutefois, peut-on réellement considérer que les membres du bureau d’une assemblée ont la capacité requise pour s'acquitter d'une tâche qui exige une formation et des aptitudes particulières ? On peut sérieusement en douter. La fonction de poursuivre, comme la fonction relative à l’examen d’une autorisation d’arrestation, réclame, en effet, des vertus spécifiques, qui sont très éloignées des exigences propres à la gestion des affaires politiques. Ainsi, l'appréciation qu'une assemblée est amenée à poser sur l'opportunité ou non de poursuivre un député peut-elle être considérée comme politiquement neutre ? Autrement dit, la décision de poursuivre ou de ne pas poursuivre est-elle à l'abri de toute interférence politique ? Ici aussi, on se permet d'en douter. Dans la mesure où l'action publique est mise en mouvement par une majorité politique, dont le gouvernement est une émanation, il faut admettre que, dans sa fonction d'autorité poursuivante, le parquet selon la formule consacrée - « n'offre pas des garanties suffisantes pour exclure tout doute légitime quant à son impartialité ». Le juge ne risque-t-il pas, dans ces conditions, de commettre des faux-pas, que ce soit au bénéfice ou au détriment du député mis en cause ? En somme, ne pourrait-il pas être tenté, en prononçant hâtivement une décision, de se débarrasser d'un dossier trop pesant pour lui, renonçant par là à assumer jusqu'à son terme la mission que lui confie la Constitution ? Sur le plan plus général, le fait de réserver à un bureau d’une assemblée nationale, l’autorisation d’arrêter un député ne procède-t-il pas d'un regrettable amalgame entre la responsabilité pénale et la responsabilité politique du député? Comme l'a bien écrit Robert Badinter, « la responsabilité pénale […] ne peut être substituée à leur responsabilité politique, sans risque de voir la justice altérée [3]».

 

Le rapprochement du régime juridique du député à celui du droit commun

En démocratie, les citoyens sont en droit d'attendre que les hommes politiques qui les représentent ou les hauts fonctionnaires qui les administrent ne sacrifient pas les intérêts de la société à leur intérêt personnel ou à ceux de leur parti, car ces personnes doivent être d'une probité certaine ; insoupçonnable et ce, en raison des fonctions supérieures qu’elles exercent dans l'Etat. C’est ce qui semble motivé la décision du juge constitutionnel dans son arrêt du 4 septembre.

Dans son raisonnement, il procède d’une volonté de concilier une double exigence.

La première exigence découle de ce que le Niger est un Etat de droit, c'est-à-dire un Etat où toute action des pouvoirs publics est soumise à l'ensemble du droit de la société politique. Il s'ensuit que personne fut-elle député ne peut se dérober à l'obligation de répondre personnellement des conséquences de ses actes fussent-elles pénales.


Toutefois et c'est la seconde exigence, le Niger est aussi un Etat respectueux d'un certain équilibre entre les pouvoirs, un Etat qui entend préserver, autant que faire se peut, un fonctionnement cohérent et harmonieux de la société politique. Accepter qu'un député puisse être librement poursuivi, n'importe quand et dans n'importe quelles conditions, bref sans aucune précaution, c'est accepter le risque d'« acharnements partisans ». C'est donc se résigner à ce que le Parlement puisse être soumis, de manière permanente, non seulement à des perturbations d'ordre fonctionnel, mais, en outre, à des interférences politiques, c'est-à-dire à une censure indirecte, voire insidieuse, de l'activité parlementaire elle-même.


Lorsque la Constitution affirme qu'un député peut faire l'objet de poursuites pénales, elle met un point d'honneur à rappeler qu'un député est un citoyen parmi les autres et, partant, que sa responsabilité pénale ne saurait en aucun cas être éludée. Lorsque cette même Constitution précise que les membres de l’assemblée nationale jouissent de l’immunité parlementaire, elle veut indiquer que, si le député est bien un citoyen parmi les autres, il est tout de même un citoyen un peu particulier, en raison précisément de sa participation à l'exercice du pouvoir législatif, c'est-à-dire au contrôle de l’action gouvernementale. Selon le Constituant, cette participation suffit à justifier, non pas une immunité personnelle ou un privilège égoïste, mais un système dérogatoire établi dans l'intérêt de tous.


Le problème de la levée de l’immunité des parlementaires ne peut donc être abordé sérieusement et paisiblement qu'à la condition de se départir d'un certain nombre de fausses croyances, qui sont autant de mythes simplistes et réducteurs[4]. On pense au mythe de l'homme politique corrompu, qui serait nécessairement véreux et viscéralement magouilleur. On pense aussi au mythe du juge purificateur, de ce juge à qui l'on attribue, le plus souvent contre son gré, la vertu herculéenne de nettoyer les écuries d'Augias plutôt que de dire le droit. En d'autres termes, il revient aux juges de résister à la tentation de conjurer les démons en jetant l'opprobre sur quelques boucs émissaires hautement symboliques.


Quant aux politiques, il leur revient de ne pas sacrifier à cette très contemporaine et très injuste « culture d'hostilité à l'égard de la justice », selon l'expression de Denis Salas[5]. C’est pourquoi, dès lors que l’arrêt de la Cour est rendu, l’autorité de chose jugée qui s’y attache, oblige chacun de nous, au-delà de toute considération politique, à s’y soumettre. Quant au député Hama Amadou, il est dès lors tenu de se mettre à la disposition de la justice pour y être entendu conformément à la loi.

M. AMADOU ADAMOU Bachir, Doctorant en droit public

Attaché temporaire de Recherche au Centre de Droit et de Politique Comparés J.C. ESCARRAS.

Faculté de Droit de Toulon

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


{jathumbnail off}

[1] Marc Verdussen, la répression pénale des ministres et des parlementaires en Belgique

[2] Idem.

[3] R.Badinter, Préface in Association française pour l'histoire de la justice, Les ministres devant la justice, Arles, Actes Sud, 1997, p. 13. V. Ph. Chrestia, Responsabilité politique et responsabilité pénale entre fléau de la balance et fléau de société, Revue du droit public & de la science politique, 2000, p. 739-778.

[4] Marc Venussen, Politique et justice, Revue de droit politique, 1999

[5] D. Salas, La Républiquesaisie par la justice, Le Monde des Livres, 18 septembre 1998.

{jathumbnail off}

Commentaires  

+3 #1 Alpha 07-09-2014 09:01
S'ils vous plait opposition comme le pouvoir laisser tomber ses querelles inutiles pour travailler pour le bonheur de ce pays qui vous a tout donner .wallahi chaqu'un de vous je le dit et le répète n'a rien en dehors de l'argent de l'état des fois acquis dans des conditions douteuses même .
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 La vox populi 07-09-2014 18:12
Les choses sont telles que le peuple doit appliquer le droit,en se soulevant, puisque la Constitution lui garantit la souveraineté. Sinon qu'on m'explique ce que veut dire: "Le peuple est souverain".
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #3 Veridique 07-09-2014 21:21
Au Niger même une un âne est mieux protégé qu'un député national.
ON dirait que les lois sont taillées en fonction des individus.
Le jour où le PNDS serait en opposition leurs propres lois. leur serait appliquées

Au lieu de travailler le PNDS a passé tout son temps derrière Hama , c'est pourquoi le Niger tire la queue du monde . C'est incroyable.

Quand un pouvoir est dans l'illusion et ne se soucie pas des conséquences de certains de ces actes , ça peut être catastrophique pour le Pays : Cas de Bagbo, ect....
Quand il y a un grand risque c'est à l'ensemble de la classe politique et députés de prendre leur responsabilité même s'il faut censurer le gouvernement.

L'unité Nationale est sacrée et plus chère que n'importe quel pouvoir.
Hamid Algabid, Cissé, Cheffou Amadou, Moussa ect ont une lourde responsabilité s'il y a atteinte à l'Unité Nationale.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #4 ADILA YAR TASSAOUA 08-09-2014 00:25
Le passager tremblant à un poste de contrôle, a du prohibé dans ses bagages.Citation en provenance du commentaire précédent de La vox populi :
...le peuple doit appliquer le droit...la Constitution:..."Le peuple est souverain"...
Cet Honorable et très respectable personnage, représentant du peuple, élu par le peuple pour parler, agir au nom du peuple à tout temps et en tout lieu durant son mandat pour exposer les préoccupations du peuple; le Député National n'a que trop de charges mais peu de privilèges, quel que soit le prix et le résultat. Ayant endossé cette robe pour servir ses électeurs, non pas se servir ou se faire servir, il doit rester digne.Citation en provenance du commentaire précédent de Veridique :
Au Niger...un âne est mieux protégé qu'un député national...le PNDS a passé tout son temps derrière Hama...ne se soucie pas des conséquences...L'unité Nationale est sacrée...
C'est tout ça pris en compte que le remède doit être administré à toute la classe politique en commençant par l'H+ypocrite qui est le plus nuisible.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #5 kaocen 08-09-2014 03:08
issoufou mahaqmadou semblable a BAGBO LAURENT
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #6 modeste 08-09-2014 10:09
Dorénavant les députés sont suits. Son immunité vient d'être affaibli. On va assister à une cascade d'interpellation judiciaire de toute sorte sur fonds de règlement politique et autre. Les députés ont creusé leur propre tombe.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #7 CONSCIENCE DU PEUPLE 08-09-2014 21:58
Citation en provenance du commentaire précédent de modeste :
...une cascade d'interpellation judiciaire...sur fonds de règlement politique...Les députés ont creusé leur...tombe.
Le modeste n'empiète pas dans l'espace d'autrui et avance dans son couloir de passage délimité par la Loi. Le Député National n'est pas au dessus de la LOI pour le regarder faire ce bon lui semble. Après le ravage du Sida et autres maladies, veux-tu qu'aucun grand homme ne s'engage à prendre des mesures préventives contre la Fièvre d'Ebola qui s'avance; et, la laisser envahir la population, contaminer l'ensemble de paisibles citoyens afin de contraindre l'humanité à l'avilissement généralisé? Les actes des arnaqueurs, tels les trompeurs "SHAHI MAREDAS", doivent être prévenus. Sans un berger dans une famille, les troupeaux s'égarent. Sans les prêcheurs des nobles religions d'Allah (Judaïsme, Christianisme et Islamisme), les Prophètes et Messagers d'Allah seraient oubliés pour la perdition de l'humanité. Ce qui serait dommage!
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #8 morou 10-09-2014 10:05
Nul n' est au dessus de la loi;oui mais si Hama n' était pas dans cette affaire l’État n'aurai jamais pris l'affaire au sérieux.Je ne dit pas que tous les juges sont corrompis mais frères le Niger n' est plus un pays de justice car selon ce que je vois y' a une sélection dans les dossiers.Les dossiers non politiques tarde toujours;alors que pour impliquer un partisan de l' opposition c'est très rapide.Je vous dit qu'il soit Hama, Issoufou,Maman Ousm ...etc.tous ne luttent que pour l' avenir de leur enfants,leur famille...alors que le bas peuple souffre toujours de famine,de malnutrition,de pauvreté .Mes frères tout développement commence par le développement de l' agriculture ,nous devons travailler dans ce secteur .Je ne suis pas à Niamey je vous jure y' a la famine au Niger.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 gam gam 12-11-2014 01:58
le droit est élaboré par des humains et donc présente et présentera tjrs des failles. le consensus entre les protagonistes serait la meilleure solution afin d'éviter le recours à la loi.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

10 nouvelles chaines au meme prix

Top de la semaine

Publier le 22/10/2019, 21:57
le-niger-accueille-pres-de-442-449-demandeurs-d-asile-refugies-retournes-et-deplaces-internes-sur-son-sol-hcr Le Niger accueille à la date du 20 octobre un nombre total de 442.449 demandeurs d’asile, refugiés,...Lire plus...
Publier le 22/10/2019, 04:38
3eme-sommet-sur-la-paix-en-afrique-niamey-terre-des-debats-en-novembre-prochain Échange de documents entre les deux signataires. Le Niger abrite le sommet continental de l’Afrique...Lire plus...
Publier le 21/10/2019, 12:33
diffa-le-maire-de-kablewa-et-son-epouse-enleves-par-des-presumes-membres-de-boko-haram Le maire de la commune rurale de Kabléwa, dans le département de N’Guigmi, et son épouse, ont été...Lire plus...
Publier le 21/10/2019, 12:21
diffa-declaration-des-deputes-de-la-region-sur-la-situation-des-inondations Déclaration des Députés de la Région de Diffa sur la situation des inondations à Diffa : En 2012, les...Lire plus...
Publier le 20/10/2019, 22:39
tillaberi-des-ecoles-incendiees-par-des-individus-armes-dans-la-commune-de-makalondi Des individus armés ont mis le feu, samedi 19 octobre, à deux écoles de la commune de Makalondi, dans...Lire plus...
Publier le 18/10/2019, 13:36
diplomatie-le-president-issoufou-attendu-a-tokyo-et-a-sotchi-en-russie Le président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, est attendu dans les prochaines heures à Tokyo...
Publier le 17/10/2019, 15:20
orange-niger-entretien-exclusif-avec-les-repreneurs-mohamed-rhissa-et-moctar-thiam Comme nous l’annoncions en exclusivité sur Actuniger, c’est l’homme d’affaires nigérien Mohamed Rhissa...
Publier le 20/10/2019, 22:39
tillaberi-des-ecoles-incendiees-par-des-individus-armes-dans-la-commune-de-makalondi Des individus armés ont mis le feu, samedi 19 octobre, à deux écoles de la commune de Makalondi, dans...
Publier le 20/10/2019, 21:23
chan-cameroun-2020-le-mena-qualifie-pour-la-3e-fois Le Mena A’, l’équipe nationale des locaux, s’est qualifié, ce dimanche 20 octobre à Abidjan, pour le...
Publier le 22/10/2019, 04:38
3eme-sommet-sur-la-paix-en-afrique-niamey-terre-des-debats-en-novembre-prochain Échange de documents entre les deux signataires. Le Niger abrite le sommet continental de l’Afrique...
Publier le 18/10/2019, 19:22
communique-du-conseil-des-ministres-du-vendredi-18-octobre-2019 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, vendredi 18 octobre 2019, dans la salle habituelle des...
Publier le 17/10/2019, 11:25
fc-g5-sahel-importante-saisie-d-armes-par-le-bataillon-nigerien-de-madama Le bataillon nigérien de la Force conjointe du G5 Sahel (FCG5S) de Madama vient de réaliser une...
Publier le 17/10/2019, 15:20
orange-niger-entretien-exclusif-avec-les-repreneurs-mohamed-rhissa-et-moctar-thiam Comme nous l’annoncions en exclusivité sur Actuniger, c’est l’homme d’affaires nigérien Mohamed Rhissa...
Publier le 17/10/2019, 13:19
diffa-une-dizaine-de-vehicules-et-leurs-cargaisons-de-poissons-saisis-et-brules-par-les-services-nigerians-a-damatru-nigeria Des véhicules en provenance de la région de Diffa, chargés de poissons, ont été saisis par les...
Publier le 18/10/2019, 20:05
ville-de-maradi-le-delegue-special-laouali-issa-debarque-et-remplace-par-ibrahim-miko-angoula Le président de la Délégation spéciale de Maradi, M. Mahamane Laouali Issa, a été débarqué, ce...

Dans la même Rubrique

Hommage à Jacques Chirac l’Africain (Par Djibrilla BARE)

1 octobre 2019
Hommage à Jacques Chirac l’Africain (Par Djibrilla BARE)

Djibril Baré signant le livre de condoléances à l'ambassade de France ce lundi 30 septembre 2019. Jacques Chirac gaulliste paternaliste et condescendant ? Non pas vraiment Jacques Chirac né le 29...

Lettre ouverte à l’Honorable Député Oumarou Abdourahamane

10 septembre 2019
Lettre ouverte à l’Honorable Député Oumarou Abdourahamane

Ceux qui décident pour l’école publique doivent y inscrire leurs propres enfants, simple question de bon sens, de responsabilité partagée et d’équitabilité ! Cher honorable, cher concitoyen, cher frère Abder !

La gouvernance des partis politiques au Niger : Multipartisme ou multi-entreprise !!!

7 août 2019
La gouvernance des partis politiques au Niger : Multipartisme ou multi-entreprise !!!

  Le peuple nigérien a adopté lors de la conférence nationale souveraine tenue en 1991, le principe de la démocratie pluraliste. Ce choix est matérialisé dans le préambule de la...

Tribune pour des élections présidentielles idéelles au Niger

19 juillet 2019
Tribune pour des élections présidentielles idéelles au Niger

La date des élections présidentielles au Niger, fatidique, approche. Le peuple s'interroge : « Pour qui  voter ? ». Il y a aussi ceux qui sont découragés, déçus. À ceux-là, il...

Pour une intégration effective, l’Afrique a besoin de leaders convaincus

9 juillet 2019
Pour une intégration effective, l’Afrique a besoin de leaders convaincus

Malgré leur dispersion sur terre, leur diversité et leurs différences, les êtres humains dans leur existence, ne peuvent tout naturellement pas se passer de l’interdépendance. Malheureusement, l’histoire a montré qu’au...

Lettre citoyenne ouverte aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de participant au Sommet de Niamey sur la ZLECAf

9 juillet 2019
Lettre citoyenne ouverte aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de participant au Sommet de Niamey sur la ZLECAf

Excellences, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement, Je suis très heureux, en tant que citoyen, de pouvoir vous accueillir dans notre capitale pour le Sommet de l’Union Africaine relatif...