vendredi, 22 novembre 2019
frarzh-CNentr
Flash Infos
........ ....... ....... ........ ....... ....... ...... ........ ....... .......

Abdoulaye HASSANE DIALLO1Lorsque l'ancien  Chef d'Etat du Sénégal,  le Président Abdou DIOUF  avait été élu à l'Organisation Internationale  de la Francophonie  (OIF) comme le Premier responsable de cette noble institution, après être passé aux voix, je ne m'étais pas empêché de saluer ce geste, combien magnanime, courageux et  responsable, par un article publié dans Jeune Afrique.

Je ne me suis pas empêché aussi de lui adresser personnellement une lettre (à laquelle il m'avait réservé une suite par l'intermédiaire d'un Conseiller Spécial) pour le féliciter, louer ses capacités et sa vision d'homme politique et d'Etat en allant à l'international pour laisser la place  au suivant. A celui que le peuple avait désigné pour lui succéder après une élection présidentielle dans laquelle, il était perdant contre Abdoulaye WADE.

C'est un geste  qui a honoré le sage peuple Sénégalais qu'il avait beaucoup servi  et qui donne à la démocratie toutes ses lettres de noblesse dans un pays qui avait pris langue avec la colonisation bien avant les nôtres  Abdou DIOUF, dauphin se son aîné le Président SENGHOR (PS) avait bien voulu attendre  sagement son heure en servant son pays comme  Directeur de Cabinet, parlementaire  et à tous les rouages de  l'Etat dans l'ombre de son mentor. II deviendra son premier Ministre et à la suite d'un mandat  écourté le Président SENGHOR  lui confiera les années qui  restaient. Le Président s'en est allé  et DIOUF   l'a remplacé. A la fin de son mandat, il va se  présenter   à l'élection présidentielle et sera élu, puis réélu avant de céder son fauteuil à WADE (PDS). Au  lieu d'imiter  beaucoup de nos Chefs  d'Etats en  insistant pour continuer pendant plusieurs années, il a eu la sagesse d'évoluer au niveau du continent et mondial d'ailleurs. Avec l'aide de ses pairs il sera élu Secrétaire Général   puis Président  de l’OIF, fauteuil qu'il occupe toujours en attendant les prochaines élections  au niveau de la Francophonie qui se tiendront bientôt et verront l'arrivée d'un nouveau Président à qui il passera le relai. Voici ce que nos dirigeants, doivent faire une fois leurs mandats légaux et légitimes  seront terminés afin de continuer à toujours apporter leur contribution dans la construction de nos pays et de l'édification du continent et aussi du monde. C'est également le rôle que doivent continuer à jouer nos responsables qui ont occupé des postes au niveau panafricain ou international en tendant d'aider leurs compatriotes à avancer aussi en leur confiant des responsabilités. Parce que si nous nous lamentons et nous  nous nous plaignons aujourd'hui   de la stagnation  de la démocratie dans nos pays, c'est parce nous n'aidons  et n'encourageons pas nos dirigeants quand ils quittent le pouvoir à aller vers d'autres institutions  après avoir géré le pays Nous avons notre propre responsabilité dans toutes ses dérives qui nous ramènent à chaque fois à la case départ. Nos anciens Chefs d'Etats ont le devoir de s'ériger en personnes ressources pour faire profiter de leurs expériences en allant dans des rencontres internationales pour cautionner ceux qui sont au pouvoir dans l'intérêt supérieur de la Nation dont le peuple leur avait confié la gestion. Pour le cas du Sénégal j'ai encore en mémoire en 1987 lorsqu'ayant terminé mon Mémoire de DEA en sciences politiques sur l'OUA à l'Université de Lyon III et rédigeant ma thèse de Doctorat  sur le même thème, un collègue d'Université, Mr TATANGAN ,Camerounais ,nous avions eu la chance d'être reçus par l'ex Président SENGHOR pour qu'il nous briffe et nous   donne des informations sur les démarches qui avaient abouti à la mise en place de l'OUA  le 25 Mai 1963 en  à  Addis-Abeba en  Ethiopie. 

A  la fin   de    l'entretien,  mon camarade lui avait posé des questions sur la politique du Sénégal. Voilà la réponse  qu'il nous a réservée" Je ne  suis plus Président du Sénégal et je ne parlerai pas de politique sur la gestion de celui qui m'a bien remplacé. Plus de politique sauf  sur l'histoire ou la littérature. J'ai pris cet engagement et je le respecterai. "Il est vrai que tout le monde n'est pas SENGHOR  ce premier académicien noir en grammaire. Pour revenir à notre sujet de la Francophonie  et dont les rumeurs qui courent nous font croire que le Président du FASO Blaise COMPAORE pourrait être le prochain locataire de cette maison. Mais si cela se confirme, je dirai quant à moi que c'est d'abord son affaire et celle des Burkinabais avant qu'elle ne devienne panafricaine et  Francophone. Pour ma part je continuerai à réclamer justice   ( je n'avais pas  hésité à interpeller le Président  de l'OIF  M Abdou DIOUF lors d’une Conférence qu'il avait tenue  à l'Université Jean Moulin Lyon III  ) pour mon pays le Niger afin qu'une Institution Francophone ou toute autre structure francophone  soit dédiée à la mémoire d'un des plus illustres francophones et pères fondateurs de cet espace francophone  Elhadj Hamani DIORI( paix à son âme)  dont la capitale du pays Niamey à été le berceau. Je continuerai comme tous les Nigériens à l'exiger parce qu'il le mérite et cela ne peut pas être autrement. Le Président SENGHOR  (paix à son âme) a une Université qui porte son nom en Alexandrie en  Egypte   et Mr BOURGUIBA (paix à son âme)  ancien Président de la Tunisie a un Boulevard à PARIS qui lui a été dédié. Avec DIORI, la boucle sera bouclée puisque le Prince Norodom SYANOUK (paix à son âme) du Cambodge doit sûrement avoir un symbole quelque part qui porte son nom.
Nous continuerons à réclamer à   cet espace francophone dont nous sommes les fondateurs ( au moins 50 pays  multilinguismes ,forment cette communauté) d'accorder assez de bourses et de créer des Universités et beaucoup de classes pour cette jeunesse qui a tant envie d'étudier dans une langue dont leurs pays sont l'épine dorsale et le sève. C'est un droit et il ne doit pas y être autrement puis que le Président Hollande, le premier des français de France a reconnu que "la langue française est plus  parlée  sur notre continent, par nous que par eux les français". Cela est encore une vérité de la Palice. Et puisque la colonisation nous a fait partager sa langue et sa culture, en y ajoutant les guerres et autres difficultés, nous devrions êtres bien servis parce que nous n'avons rien demandé. Ce sont les conséquences d'une communauté de destin que nous partageons. Un choc de cultures dont une fois encore, nous ne sommes pas responsables sinon des simples victimes qui méritent égard, équité et réparation. Un prix très symbolique qu'il payer.

                                             Abdoulaye HASSANE  DIALLO  Dr en Sciences Politiques, Fondateur                                                        Directeur   du   Journal  Nigérien La liberté Nouvelle, Auteur

Commentaires  

+1 #1 Alheriri 14-03-2014 16:11
Merci Docteur, nos voisins ne seront pas content de lire Burkinabais mais burkinabés.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #2 Tarno 14-03-2014 16:50
Nigérien et Nigérian ça c'est différent. Si docteur arrivait à commettre de telles erreurs il lui sera impardonnable. Burkinabais ou Burkinabés, l"essentiel est d'avoir compris de qui il s'agit. C'est ça le petit nigérien, il cherche toujours le pou là où il n'y en a pas. Merci docteur et bon courage, vous au moins vous écrivez.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #3 Alheri 15-03-2014 11:57
Je suis sur que le Docteur appréciera bien cette modique contribution. Il n'est pas question de petit nigérien qui dénigre mais de grand nigérien qui apporte sa contribution positive.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #4 Tarno 15-03-2014 22:21
Si c'est tout ce que vous trouvez comme contribution dans ce texte, excusez-moi alors, de vous avoir importuné
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Nous avons 2795 invités et aucun membre en ligne

10 nouvelles chaines au meme prix

Top de la semaine

Publier le 21/11/2019, 19:49
journee-mondiale-de-l-enfance-a-niamey-les-enfants-ont-pris-les-commandes-a-l-occasion-des-30-ans-de-la-convention-des-droits-de-l-enfant-cde A l’instar de la communauté internationale, le Niger a célébré, le mercredi 20 novembre, la Journée...Lire plus...
Publier le 21/11/2019, 18:28
nation-le-comite-national-de-reflexion-sur-l-hymne-national-fait-le-point-au-chef-de-l-etat Le Comité National chargé de réfléchir sur l’hymne National du Niger a fait, ce jeudi 21 novembre, le...Lire plus...
Publier le 21/11/2019, 12:12
revocation-des-maires-des-communes-rurales-de-dogueraoua-malbaza-et-du-conseil-municipal-de-youri-de-leurs-fonctions Le conseil des ministres qui s’est tenu le mercredi 20 novembre 2019, sous la présidence du Chef de...Lire plus...
Publier le 21/11/2019, 12:05
sahel-lancement-des-activites-du-projet-mediation-agropastorale-au-niger L’hôtel Radisson Blu de Niamey a servit de cadre, mardi 19 novembre, au lancement des activités du...Lire plus...
Publier le 21/11/2019, 11:38
burkina-18-assaillants-et-un-gendarme-tues-dans-une-attaque-a-arbinda-dans-le-soum-sahel Un (1) gendarme a été tué et dix huit (18) assaillants ont été abattus, a annoncé dans un communiqué,...Lire plus...
Publier le 18/11/2019, 09:39
l-opposant-hama-amadou-a-regagne-la-prison-civile-de-filingue L’opposant Hama Amadou, revenu au pays le jeudi dernier après 3 années d’exil, a regagné, depuis ce...
Publier le 19/11/2019, 19:40
eliminatoires-can-2021-le-mena-a-sombre-a-niamey-devant-les-bareas-de-madagascar-2-6 Le Mena National a « bu l’eau », comme il se dit chez nous, ce mardi 19 novembre au Stade...
Publier le 18/11/2019, 22:48
trafic-de-drogue-guinee-bissau-le-nigerien-mohamed-sidi-ahmed-condamne-a-15-ans-de-prison La justice bissau-guinéenne a condamné, ce lundi 18 novembre, le nigérien Mohamed Sidi Ahmed, à...
Publier le 21/11/2019, 18:28
nation-le-comite-national-de-reflexion-sur-l-hymne-national-fait-le-point-au-chef-de-l-etat Le Comité National chargé de réfléchir sur l’hymne National du Niger a fait, ce jeudi 21 novembre, le...
Publier le 18/11/2019, 12:50
fc-g5-sahel-25-terroristes-mis-hors-d-etat-de-nuire-et-du-materiel-recupere-au-cours-d-une-operation-dans-le-gourma-burkina Durant les deux premières semaines du mois de novembre 2019, la Force conjointe du G5 Sahel (FC G5...
Publier le 18/11/2019, 09:39
l-opposant-hama-amadou-a-regagne-la-prison-civile-de-filingue L’opposant Hama Amadou, revenu au pays le jeudi dernier après 3 années d’exil, a regagné, depuis ce...
Publier le 18/11/2019, 22:48
trafic-de-drogue-guinee-bissau-le-nigerien-mohamed-sidi-ahmed-condamne-a-15-ans-de-prison La justice bissau-guinéenne a condamné, ce lundi 18 novembre, le nigérien Mohamed Sidi Ahmed, à...
Publier le 20/11/2019, 14:33
drame-un-militaire-tire-mortellement-sur-2-de-ses-compagnons-d-arme-avant-de-se-suicider Drame dans la famille des Forces armées nigériennes (FAN). Un militaire relevant de la 7e Zone de...
Publier le 18/11/2019, 21:57
operation-tongo-tongo-mali-niger-24-soldats-maliens-et-17-terroristes-tues-une-centaine-de-suspects-entre-les-mains-des-fan-a-tiloa Le bilan de l’accrochage, ce lundi 18 novembre à Tabankort (Gao), entre les Forces armées maliennes...
Publier le 18/11/2019, 12:50
fc-g5-sahel-25-terroristes-mis-hors-d-etat-de-nuire-et-du-materiel-recupere-au-cours-d-une-operation-dans-le-gourma-burkina Durant les deux premières semaines du mois de novembre 2019, la Force conjointe du G5 Sahel (FC G5...

Dans la même Rubrique

Lettre ouverte à l’occasion des 30 ans de la Convention relative aux Droits de l’Enfant (Par Félicité Tchibindat)

20 novembre 2019
Lettre ouverte à l’occasion des 30 ans de la Convention relative aux Droits de l’Enfant (Par Félicité Tchibindat)

Pour chaque enfant, tous ses droits 20 novembre 1989 – 20 novembre 2019.  Il y a 30 ans de cela, jour pour jour, les dirigeants du monde ont pris un engagement...

Lettre ouverte au Président de la République du Niger, Président en Exercice de la CEDEAO sur le refus du droit à la vérité sur la mort du président Baré en dépit l’arrêt de la Cour de justice de la CEDEAO de 2015

8 novembre 2019
Lettre ouverte au Président de la République du Niger, Président en Exercice de la CEDEAO sur le refus du droit à la vérité sur la mort du président Baré en dépit l’arrêt de la Cour de justice de la CEDEAO de 2015

                                Monsieur le Président de la République, Permettez-moi tout d’abord de souhaiter la bienvenue aux Chefs d’Etat et de Gouvernements dans notre sympathique capitale. Je m’autorise à vous rappeler, et à...

Tribune politique : Nous autres, les jeunes....

3 novembre 2019
Tribune politique : Nous autres, les jeunes....

Les repères perdus S'il existe un indice, qui puisse permettre, de jauger du bien-être d'une nation, c'est à coup sûr sa jeunesse, à condition qu'elle soit éduquée, responsable, et utilement...

Lettre citoyenne ouverte au Président de la République sur la situation catastrophique des étudiants Nigériens à Dakar

1 novembre 2019
Lettre citoyenne ouverte au Président de la République sur la situation catastrophique des étudiants Nigériens à Dakar

M.le président de la République, Vous me permettrez de m’adresser à nouveau à vous, en tant que simple citoyen, à propos de la situation dramatique des étudiants Nigériens vivant au...

Hommage à Jacques Chirac l’Africain (Par Djibrilla BARE)

1 octobre 2019
Hommage à Jacques Chirac l’Africain (Par Djibrilla BARE)

Djibril Baré signant le livre de condoléances à l'ambassade de France ce lundi 30 septembre 2019. Jacques Chirac gaulliste paternaliste et condescendant ? Non pas vraiment Jacques Chirac né le 29...

Lettre ouverte à l’Honorable Député Oumarou Abdourahamane

10 septembre 2019
Lettre ouverte à l’Honorable Député Oumarou Abdourahamane

Ceux qui décident pour l’école publique doivent y inscrire leurs propres enfants, simple question de bon sens, de responsabilité partagée et d’équitabilité ! Cher honorable, cher concitoyen, cher frère Abder !