jeudi, 06 mai 2021
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Moustapha Liman planificateur educationUne fois n’est pas coutume, je veux partager quelques réflexions dans un domaine où je ne suis point spécialiste mais où chaque citoyen peut dire son mot. Il s’agit bien sûr de la politique. Je tiens également à préciser que je ne suis ni analyste, ni même un observateur averti de la vie politique au Niger.

Zeyna transfert argent bis

La politique est, depuis quelques mois, le sujet de conversation favori des nigériens qui s’expriment à profusion dans les réseaux sociaux, les médias, les services, les fadas, etc. Peut-on expliquer cela par la célèbre phrase du Discours de la Méthode de Descartes : « le bon sens est la chose du monde la mieux partagée » ? Peut-être bien ! Mais c’est très probablement à cause du renouvellement total du mandat des élus locaux, régionaux et nationaux (du Conseiller communal au Président de la République) que la conversation politique monopolise le plus  l’attention  des nigériens en ces moments.

Les dispositions régissant les partis politiques se trouvent dans les textes de loi de 2010 : la Constitution de la VIIème et la Charte des partis. Selon l’article 9 de notre loi fondamentale, les partis politiques se créent librement : « Dans le cadre de la liberté d’association reconnue et garantie par la présente Constitution, les partis politiques, groupements de partis politiques, syndicats, organisations non gouvernementales et autres associations ou groupements d’associations se forment et exercent leurs activités librement, dans le respect des lois et règlements en vigueur.

Les partis et groupements de partis politiques concourent à l’expression des suffrages. Les mêmes prérogatives sont reconnues à tout citoyen nigérien jouissant de ses droits civils et politiques et remplissant les conditions d’éligibilité prévues par la loi.

Les partis politiques à caractère ethnique, régionaliste ou religieux sont interdits. Aucun parti ne saurait être créé dans le but de promouvoir une ethnie, une région ou une religion, sous peine des sanctions prévues par la loi ».

L’article 2 de la charte des partis politiques de 2010 définit les partis politiques  comme « des associations à but non lucratif qui, conformément à la Constitution, regroupent des citoyens nigériens autour d'un projet de société et d'un programme politique, en vue de concourir à l'expression du suffrage universel et de participer à la vie politique par des moyens démocratiques et pacifiques.

Les partis politiques ont l'obligation d'assurer la sensibilisation et la formation de leurs membres et de contribuer à la formation de l'opinion, en vue de la préservation et de la consolidation de l’unité nationale, de la démocratie, de l’état de droit ,de la paix, de la sécurité et du développement économique, social et culturel du Niger ».

La lecture de ces deux articles suffit à comprendre les fonctions principales d’un parti :

  • Existence d’un but politique ou d’une plate-forme d’idées constituant la base d’un programme politique,
  • Mobilisation et formation des militants,
  • Participation aux élections dans la perspective de gestion de la cité.

Le nombre de partis politiques est très élevé au Niger à cause du multipartisme intégral, consacré par notre constitution, de  la facilité de formation ou création d’un parti (voir le Titre II, articles 3 à 16 de la charte des partis) et du manque de contrôle du ministère de tutelle.

Certains partis sont nés à la suite de conflits internes mal résolus mais beaucoup d’autres sont des « partis satellites » ou des « échoppes politiques » ne prenant part à aucun scrutin électoral et se limitant juste de soutenir un autre parti. La transhumance politique est un autre phénomène tout aussi inquiétant, voire nocif pour tout système démocratique, observé à l’échelon mondial et qui prend de l’ampleur au Niger. C’est le fait de quitter son parti pour un autre, au gré de circonstances du moment, sur fond de corruption et de clientélisme. Même des élus quittent les partis où ils ont obtenu le suffrage et continuent d’exercer le mandat au profit du parti d’accueil.  A ce sujet voici une description pleine d’humour du « nomadisme politique » faite par Francis KPATINDE, au plus fort de la transhumance politique au Bénin (In Jeune Afrique, N° 1779 du 9 au 15 février 1995) :

« Ce sont des bergers d’un genre nouveau qui, une boussole à la main, une calculatrice dans la tête, vont de pâturage en pâturage pour ‘’brouter’’. A l’écoute de la météo, les yeux rivés sur les sondages, ils arpentent les sentiers du nomadisme politique, comme ailleurs on emprunte les chemins d’alpage .Le matin, le ‘’nomade’’ politique flirte avec l’opposition, l’après-midi, il se laisse séduire par le pouvoir. Puis, déçu de ne pas avoir été bombardé ministre, il renoue avec ses premières amours, qu’il délaissera à la première occasion pour les allées du pouvoir. Le nomade politique s’installe là où l’herbe pousse. (…) Si quelques ministres refusent obstinément de verser dans le nomadisme, la plupart ont rejoint les rangs du parti présidentiel ».

Notre démocratie est-t-elle en crise ? Une autre situation embarrassante est le fait que pour la première fois on a vu des élites, chef de partis, déposer leurs dossiers de candidature à la cour constitutionnelle, sans être en mesure de payer la caution. Les nigériens sont en droit d’attendre du sérieux et du respect de la part tous les  leaders politiques. Pourquoi déposer un dossier, médiatiser l’événement et ne pas être en mesure de payer la caution ?

Les partis politiques doivent jouer leur rôle d’animation de la vie politique, ce qui inclut la responsabilité participer aux compétitions électorales et d’assurer l’éducation civique des militants.

D’ailleurs, l’apprentissage démocratique est même institutionnalisé à l’école. Le Parlement des Jeunes vise à promouvoir la culture de la paix, de la tolérance, du dialogue, du développement et de la démocratie en inculquant aux collégiens et lycéens le sens des responsabilités.Le but du Gouvernement Scolaire au primaire est également d'éduquer les enfants à la démocratie et de mettre sur pied des projets visant à améliorer la vie de leur école.Les élèves acquièrent ainsi des connaissances et des compétences pratiques.

L’enracinement de la démocratie est un processus laborieux et de longue haleine.

 Les partis politiques doivent être régis par des textes clairs, avoir une discipline interne très ferme et des leaders intègres qui inspirent confiance et soucieux de l’intérêt général et de la ligne du parti. Les partis ne doivent pas être des propriétés personnelles ou familiales de leurs fondateurs. Il faut que les partis politiques sortent des logiques ethniques, régionalistes et du nationalisme étroit ou borné et aient une implantation nationale.

 Selon l’article 44 de la charte des partis politiques, « les partis politiques peuvent contracter librement des alliances, se grouper ou fusionner.

Afin de préserver la transparence du jeu démocratique, les alliances et les groupements doivent être rendus publics sans délai et les instruments consacrant ces alliances ou ces regroupements doivent être déposés au ministère chargé de l'intérieur dans un délai de quinze (15) jours sous peine de nullité. »

Cependant, les coalitions électorales qui vont se mettre en place ne devraient en aucune façon lier les mains du futur président de la république, élu au suffrage universel et dont les prérogatives sont définies par la constitution.  Selon l’article 50  de la Constitution, avant son entrée en fonction, le Président de la République prête serment sur le Livre Saint de sa confession devant la Cour constitutionnelle, en présence des membres de l’Assemblée nationale, en ces termes :

«Devant Dieu et devant le Peuple nigérien souverain, Nous................................., Président de la République élu conformément aux lois, jurons solennellement sur le Livre-Saint :

- de respecter et faire respecter la Constitution que le Peuple s’est librement donné ;

- de remplir loyalement les hautes fonctions dont nous sommes investi ;

- de ne jamais trahir ou travestir les aspirations du Peuple ;

- de respecter et défendre la forme républicaine de l’Etat ;

- de préserver l’intégrité du territoire et l’unité de la Nation ;

- de respecter et défendre les droits et libertés des citoyens ;

- de ne prendre ni cautionner aucune mesure avilissante pour la dignité humaine;

- de veiller à la neutralité de l’administration et au respect des textes qui consacrent sa dépolitisation ;

- de travailler sans relâche au bonheur du Peuple ;

- de ne ménager aucun effort pour la réalisation de l’unité africaine ;

- de nous conduire partout en fidèle et loyal serviteur du Peuple.

En cas de parjure, que nous subissions les rigueurs de la loi.

Puisse Dieu nous venir en aide». Le serment est reçu par la Cour constitutionnelle.

Un « bon indicateur de l’état de santé de la démocratie en Afrique consiste à observer si les dirigeants quittent effectivement le pouvoir au terme prévu par leur mandat » et sur ce plan et contrairement à beaucoup d’autres pays, même ceux de la sous-région le Niger est sur le bon chemin.

Il est vraiment temps de réduire le nombre de partis par des procédures consensuelles à définir par la classe politique pour éviter de tomber dans des travers dus aux motivations bassement matérielles de certains leaders qui créent des partis qui n’existent que sur « papier ». Par exemple, comme c’est le cas dans certains pays, tout parti politique perd son statut juridique s’il ne présente pas, seul ou en alliance, des candidats à deux élections locales et législatives consécutives, dans au moins quatre régions du pays.

 

Pour conclure, il important de noter qu’il n’y a pas d’ennemis en politique, mais des adversaires, c’est-à-dire des compatriotes qui ont un point de vue différent sur la marche du pays. Les militants de la majorité comme ceux de l’opposition sont tous fils et filles du même et seul Niger et, il n’y a pas les anges d’un côté et les démons de l’autre. Il faut privilégier les débats d’idées, éviter les attaques personnelles systématiques ou plus grave encore les débats sur les ethnies, qui vivent d’ailleurs en bonne entente, dans un brassage total. La politique nécessite le respect mutuel, la tolérance et le fair-play.

Nous souhaitons que le second tour des élections présidentielles se déroule dans la transparence et un climat apaisé. Pour affermir la démocratie et la bonne gouvernance, le nouveau président doit prendre l’initiative de s’entretenir régulièrement avec le chef de fil de l’opposition et redynamiser le cadre national de dialogue politique.  Aussi, c’est à la majorité présidentielle de faire les efforts nécessaires pour la bonne marche du cadre. Une vraie démocratie ne pourrait se développer sans un dialogue permanent entre les forces constitutives d’une société, un esprit de tolérance et le rejet de la violence. L’ennemi commun de tous les nigériens en ces temps, c’est le terrorisme et l’obscurantisme. Il faut une union sacrée de tous les nigériens pour lutter efficacement contre les forces du mal. Les populations doivent offrir une collaboration totale aux forces de défense et de sécurité et concernant l’Education, dépolitiser l’école, privilégier le mérite et en plus du travail normal des ministères en charge de l’éducation disposer d’un plan présidentiel « spécial » d’appui au secteur, du même ordre de financement que le programme de modernisation des villes.

Moustapha Liman Tinguiri, planificateur de l’Education à Zinder

Commentaires  

+1 #1 Tom 15-01-2021 10:53
«Devant Dieu et devant le Peuple nigérien souverain, Nous................................., Président de la République élu conformément aux lois, jurons solennellement sur le Livre-Saint :
- de respecter et faire respecter la Constitution que le Peuple s’est librement donné ;
- de remplir loyalement les hautes fonctions dont nous sommes investi ;
- de ne jamais trahir ou travestir les aspirations du Peuple ;
- de respecter et défendre la forme républicaine de l’Etat ;
- de préserver l’intégrité du territoire et l’unité de la Nation ;
- de respecter et défendre les droits et libertés des citoyens ;
- de ne prendre ni cautionner aucune mesure avilissante pour la dignité humaine;
- de veiller à la neutralité de l’administration et au respect des textes qui consacrent sa dépolitisation ;

- de travailler sans relâche au bonheur du Peuple ;
- de ne ménager aucun effort pour la réalisation de l’unité africaine ;
- de nous conduire partout en fidèle et loyal serviteur du Peuple.
En cas de parjure, que nous subissions les rigueurs de la loi.

Issoufou Mahamadou a tout transgresse des l'an 1 de son triste reigne.
Citer | Signaler à l’administrateur
-8 #2 Guéro 15-01-2021 11:10
Kay Moustapha, tu vas bien?
Si tu n'es ni un spécialiste, ni analyste, ni même un observateur averti de la vie politique au Niger et que tu fais des analyses risquées comme ça, tu es un donc un Karambaniste, hhahahahahaha, ou bien chers amis lecteurs
Citer | Signaler à l’administrateur
+8 #3 Nana 15-01-2021 12:44
Citation en provenance du commentaire précédent de Guéro :
Kay Moustapha, tu vas bien?
Si tu n'es ni un spécialiste, ni analyste, ni même un observateur averti de la vie politique au Niger et que tu fais des analyses risquées comme ça, tu es un donc un Karambaniste, hhahahahahaha, ou bien chers amis lecteurs


Il fait juste preuve d'une grande modestie
Citer | Signaler à l’administrateur
+5 #4 Opposition 15-01-2021 15:03
On recherche un(e) constitutionnaliste intègre et courageux(se) pour arrêter pacifiquement Mr I. Trump dans ses manigances interminables pour que les échéances électorales finales soient équitables entre les 2 candidats :lol:
Citer | Signaler à l’administrateur
-3 #5 The Condor 15-01-2021 16:41
Il est temps de retirer de la prestation de serment l'acte de jurer sur le Saint Coran. Meme un père de famille ne peut pas jurer de faire respecter tout dans sa famille, a plus forte raison un President pour 20 millions et qui doit remercier ceux qui l'ont aide a gagner les elections, sans compter les corruptions, impunité, crimes, malversations, etc. A moins que jurer sur le Coran c'est seulement pour la liste qui est proposée dans le serment. Aujourd'hui l'administration est politisée. Ou est le serment? ou bien le President accepte de subir les rigueurs de la loi (quelle loi?) et le Coran? A bon entendeur salut.
Citer | Signaler à l’administrateur
-5 #6 BOZARI 15-01-2021 18:10
kay laisser le president issoufou...il a tout fait pour ce pays...bande d'ingrats
Citer | Signaler à l’administrateur
-4 #7 Nigérien pur 15-01-2021 20:13
Merci Mr Bozari, tous ceux qui ne reconnaissent l'effort de Mahamadou Issoufou sont des ingrats et qu'ils resteront ainsi d'autant plus que c'est Bazoum Mahamadou qui va encore monter Incha Allah. N'en déplaise à ceux qui ne veulent. Personne ne peut être à l'encontre de la volonté de Dieu. Ceux qui pensent que le pouvoir de ces gens leur suffit n'ont s'exiler. Que Dieu protège le Niger et son peuple. Amine ya Allah
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #8 Vink 15-01-2021 20:48
Bonsoir Moustapha, merci pour cette analyse, je suis tout à fait d'avis avec vous sur la multitude de partis politiques. Qu'Allah facilite la suite de ces élections. Amine.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #9 Vink 15-01-2021 20:48
Bonsoir Moustapha, merci pour cette analyse, je suis tout à fait d'avis avec vous sur la multitude de partis politiques. Qu'Allah facilite la suite de ces élections. Amine.
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #10 Tchimi 16-01-2021 02:56
Citation en provenance du commentaire précédent de BOZARI :
kay laisser le president issoufou...il a tout fait pour ce pays...bande d'ingrats

Bonjour,
ce n'est pas de l'ingratitude. Critiquer fait partie de la démocratie mais nuire n'est pas bon. L'homme n'est pas parfait et issoufou n'est pas parfait car il a fait ou accepté plus de maux aux nigeriens que du bien don c'est cette balance qui ne lui est pas positive. Si on fait plus de bien que du mal on ne parlera que de ton bien mais désolé ce n'est pas le cas de issoufou.
c'est mon point de vue
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #11 HAMZA MAI GARKUA 16-01-2021 04:20
Bazoum Salim, l'imposteur libyen, a toujours vilipende une partie de la population pour s'assurer les faveurs de l'autre partie de la population. Comme il l'a toujours dit, pour lui, Les Nigériens sont "des ignorants" pour qui il n'a "que du mépris". C'est pourquoi, partout sur les réseaux sociaux, ses partisans traitent les autres Nigériens de "négros" (Mohamedine) qui, d’après son cousin Ahmad Djoudout seraient dans les fers de l'esclavage si les blancs n’étaient pas venus les libérer. Soyez assures que c'est ce qu'ils disent entre eux quand les autres Nigériens ne sont pas. D'ailleurs, il existe de multiples interviews et propos divisionnistes de Bazoum enregistrés a son insu. Nigériens! Le 21 février 2021, prouvez aux racistes que nous sommes un peuple uni et solidaire qu'aucune manœuvre sordide ne saurait diviser. Ne remettez pas le pouvoir à un opportuniste dénué de tout principe et de toute conscience morale. Ne le laissez pas confisquer notre souveraineté nationale par un individu déséquilibré qui n'arrive même pas à se contrôler lui-même, à plus forte raison contrôler un pays. Ne vendez pas notre nation au plus offrant. Votons tous Mahamane Ousmane!
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #12 HAMZA MAI GARKUA 16-01-2021 04:38
Voici la liste des dignes fils du Niger, tous potentiellement présidentiables, que l'imposteur étranger a réussi à écarter de son chemin en les salissant dans diverses "affaires" aussi scabreuses les unes que les autres. Aujourd'hui, ces "affaires" servent à exercer un chantage sur ces personnalités dont la plupart sont d'honorables et honnêtes citoyens.Bazoum tient ces "scandales" comme une épée de Damoclès sur leur tête et chaque fois qu'ils bougent, on réactive les journaux aux ordres au Niger et à l’étranger pour les faire taire:
Kalla Hankouraou
Me Souley Oumarou
Sabo Seidou
Kalla Moutari
Laouali Chaibou
Massoudou Hassoumi
A l'exception notable de l'indomptable Sabo Seidou et de Me. Souley Oumarou contre qui ils n'ont rien pu trouver, tous ces citoyens sont des otages politiques de Mahamadou Issoufou et Bazoum Salim. Ils n'osent même pas bouger le petit doigt de peur d’être trainées dans la boue par les journaux. Voila les méthodes de ces "dirigeants" cyniques et sans foi ni loi. Le 21 fevrier 2021, renvoyons-les dans les poubelles de l'histoire d’où ils n'auraient jamais du sortir. Votons tous Mahamane Ousmane. Na gari. Na gida. Na kowa.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #13 Tayi Tawri 16-01-2021 08:55
Citation en provenance du commentaire précédent de Nigérien pur :
Merci Mr Bozari, tous ceux qui ne reconnaissent l'effort de Mahamadou Issoufou sont des ingrats et qu'ils resteront ainsi d'autant plus que c'est Bazoum Mahamadou qui va encore monter Incha Allah. N'en déplaise à ceux qui ne veulent. Personne ne peut être à l'encontre de la volonté de Dieu. Ceux qui pensent que le pouvoir de ces gens leur suffit n'ont s'exiler. Que Dieu protège le Niger et son peuple. Amine ya Allah


Issoufou Mahamadou est une abomination pour ce pays et son peuple qu'il a trahi de la plus vilaine des manieres.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #14 Journaliste 16-01-2021 11:52
S.E.M baba Ali Chaibou, paix à son âme, disait :"Des syndicalistes en pertes de repères"
Que Dieu nous donne un dirigeant qui fera revenir le
Journaliste Baba Alpha auprès de sa famille après avoir été expulsé par un monomaniaque. Amin
Citer | Signaler à l’administrateur
-2 #15 alib 17-01-2021 12:35
Mr Tinguiri,
Merci pour cette analyse assez pertinente, à travers laquelle je profite d'ailleurs, pour évoquer un autre sujet de préoccupation sur 2 points précisément à savoir :
1. l'article 2 de la charte des partis, doit exiger avant toute élection, que chacun des partis élabore et dépose dans son dossier un programme politique (actuellement il y a eu environs une dizaine de partis sur les 30 ayant participé aux présidentielles.
2. l'article 44 aussi, doit être supprimé, justement pour interdire les alliances, car elles ne sont pas démocratiques de par leur fondement, parce que les militants ne comptent en rien dans ses alliances la et elles favorisent davantage le mercantilisme dans son processus.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #16 democrate 18-01-2021 12:19
@15
Bonne proposition,
1. il faut aussi qu'il y ait un amendement dans la constitution par exemple qui stipule que les ministres doivent être soumis à un contrat de performances et de résultats sinon ils sont remerciés sans état d'âme peu importe le parti allié.
2. Les élus nationaux doivent avoir un nombre minimum de proposition de loi et d'interpellation de ministre dans le cadre de l'action gouvernementale sinon pas d'indemnité
3. Les municipalités doivent rendre des rapports d'activités trimestriels par exemple sinon pas d'indemnités.
4. Tu foires un marché public une fois, tu ne traites plus avec l'état, tu vas chercher dans le privé des marchés.
Avec ca le pays va bien avancer, ce qui ne peuvent pas n'ont qu'à aller faire du commerce tout simplement.
Ainsi pour paraphraser Rawlings, même si c'est le diable qui dirige il n'y pourrait faire comme il veut
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #17 Lelegomi Hassane 22-01-2021 11:14
,Tu aurais pu citer la définition d'un parti politique" une association privée de conquête, d'exercice et de conservation de pouvoir" les politiciens nigériens avec en tête ceux de....... travaillent uniquement avec cette idée, passant tout leur temps à détruire les autres partis politiques alliés ou adverses. la prochaine fois tu proposes la suppression des partis politiques, Pour ma part je pense qu'un parti politique tel qu'il est au Niger, est à la république ce que le mondialisation est aux services publics. Il y a des pays qui travaillent bien sans partis politiques, sans constitution mais où il y a la justice sociale, la securité et le bien être des citoyens. il faut révolutionner les idées et sortir du carcan au service du néo-libéralisme décadent.
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #18 Lelegomi Hassane 22-01-2021 11:32
Citation en provenance du commentaire précédent de Opposition :
On recherche un(e) constitutionnaliste intègre et courageux(se) pour arrêter pacifiquement Mr I. Trump dans ses manigances interminables pour que les échéances électorales finales soient équitables entre les 2 candidats :lol:

Dans ce cas le meilleur constitutionnaliste c'est les FDS dont la mission régalienne est de protéger la république et ses lois, le NIGER et son âme et non de protéger ou de soutenir des dirigeants injustes et corrompus au risque de perdre leur crédibilité et créer la contestation populaire de leur statut et uniforme. .
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Coris Banks Baraka

B4_WHH.jpg

WhatsApp_Image_20H21-04-21_at_16.49.08.jpeg

RAMADAN 2021 ACTU NIGER

Top de la semaine

Publier le 05/05/2021, 20:35
attaque-d-intoussan-banibangou-15-militaires-tues-et-4-autres-blesses-ministere-de-la-defense-nationale  Quinze (15) militaires ont été tués et quatre (4) autres blessés dans une nouvelle attaque armée...Lire plus...
Publier le 05/05/2021, 19:24
dialogue-social-le-president-bazoum-echange-avec-les-partenaires-sociaux Le chef de l’Etat a rencontré ce mercredi 05 mai 2021 à son cabinet pour une séance de travail, les...Lire plus...
Publier le 05/05/2021, 16:56
insecurite-une-vingtaine-de-soldats-tues-suite-a-une-attaque-vers-banibangou-tillaberi Une vingtaine de militaires nigériens ont été tués, hier mardi, suite à une attaque contre leur...Lire plus...
Publier le 04/05/2021, 14:36
medias-et-migrations-au-niger-lancement-d-une-initiative-pour-une-information-de-qualite-dans-un-contexte-de-covid-19 Le lundi 03 mai 2021, jour de la célébration de la Journée mondiale de la Presse, s’est ouvert à...Lire plus...
Publier le 03/05/2021, 21:21
lutte-contre-le-terrorisme-24-presumes-terroristes-abattus-lors-d-une-tentative-d-evasion-a-chinagoder-tillaberi  Les Forces de défense et de sécurité (FDS) ont neutralisé une vingtaine de présumés terroristes...Lire plus...
Publier le 03/05/2021, 04:41
insecurite-16-soldats-tues-dans-une-embuscade-dans-la-zone-de-tillia-tahoua Seize (16) éléments de la Garde nationale du Niger (GNN) ont été tués samedi dernier suite à une...
Publier le 03/05/2021, 21:21
lutte-contre-le-terrorisme-24-presumes-terroristes-abattus-lors-d-une-tentative-d-evasion-a-chinagoder-tillaberi  Les Forces de défense et de sécurité (FDS) ont neutralisé une vingtaine de présumés terroristes...
Publier le 30/04/2021, 18:10
le-president-bazoum-l-education-ne-doit-pas-etre-seulement-une-affaire-de-l-etat-et-des-enseignants-mais-de-toute-la-societe-discours Allocution du Président Mohamed Bazoum, lors de la Rencontre de présentation de la Politique Educative...
Publier le 01/05/2021, 07:34
education-la-therapie-de-choc-du-president-bazoum-pour-faire-renaitre-le-grand-corps-malade Le chef de l’Etat a présenté ce vendredi au Centre des conférences Mahatma Ghandi de Niamey, les...
Publier le 05/05/2021, 16:56
insecurite-une-vingtaine-de-soldats-tues-suite-a-une-attaque-vers-banibangou-tillaberi Une vingtaine de militaires nigériens ont été tués, hier mardi, suite à une attaque contre leur...
Publier le 03/05/2021, 04:41
insecurite-16-soldats-tues-dans-une-embuscade-dans-la-zone-de-tillia-tahoua Seize (16) éléments de la Garde nationale du Niger (GNN) ont été tués samedi dernier suite à une...
Publier le 03/05/2021, 21:21
lutte-contre-le-terrorisme-24-presumes-terroristes-abattus-lors-d-une-tentative-d-evasion-a-chinagoder-tillaberi  Les Forces de défense et de sécurité (FDS) ont neutralisé une vingtaine de présumés terroristes...
Publier le 01/05/2021, 07:34
education-la-therapie-de-choc-du-president-bazoum-pour-faire-renaitre-le-grand-corps-malade Le chef de l’Etat a présenté ce vendredi au Centre des conférences Mahatma Ghandi de Niamey, les...
Publier le 30/04/2021, 18:10
le-president-bazoum-l-education-ne-doit-pas-etre-seulement-une-affaire-de-l-etat-et-des-enseignants-mais-de-toute-la-societe-discours Allocution du Président Mohamed Bazoum, lors de la Rencontre de présentation de la Politique Educative...
Publier le 05/05/2021, 16:56
insecurite-une-vingtaine-de-soldats-tues-suite-a-une-attaque-vers-banibangou-tillaberi Une vingtaine de militaires nigériens ont été tués, hier mardi, suite à une attaque contre leur...

Dans la même Rubrique

Élections présidentielles 2e tour : décryptage des résultats proclamés par la CENI pour mieux comprendre (par NSC/ICON)

17 mars 2021
Élections présidentielles 2e tour : décryptage des résultats proclamés par la CENI pour mieux comprendre (par NSC/ICON)

Le 21 Février 2021, quatre millions six-cent quatre-vingt-quatre mille cinq cent soixante-douze (4 684 572) nigériens ont voté au second tour des élections présidentielles qui ont opposé SEM Bazoum Mohamed à...

NATION : Quel bilan pour issoufou ? (Par Kaougé Mahamane Lawaly)

3 février 2021
NATION : Quel bilan pour issoufou ? (Par Kaougé Mahamane Lawaly)

Arrivé au pouvoir en 2011, Issoufou Mahamadou, après deux mandats successifs, s’apprête à passer le flambeau à un « successeur démocratiquement élu ». Nul doute qu’il tiendra parole ! A quelques mois de...

Lettre interpellative à Mohamed Bazoum, candidat à l’élection présidentielle 2020-2021 relative à son intervention sur Africa 24 (Par Djibrilla Mainassara Baré)

29 janvier 2021
Lettre interpellative à Mohamed  Bazoum, candidat à l’élection présidentielle 2020-2021 relative à son intervention sur Africa 24 (Par Djibrilla Mainassara Baré)

  M.Mohamed Bazoum, J’ai suivi avec intérêt votre passage dans l’émission « L’Invité du jour», de la chaîne internationale Africa 24, notamment vos propos relatifs aux dispositions de la constitution relatives à...

LA POLITIQUE EN PHASE CRITIQUE AU NIGER (Par Moustapha Liman Tinguiri)

15 janvier 2021
LA POLITIQUE EN PHASE CRITIQUE AU NIGER (Par Moustapha Liman Tinguiri)

Une fois n’est pas coutume, je veux partager quelques réflexions dans un domaine où je ne suis point spécialiste mais où chaque citoyen peut dire son mot. Il s’agit bien...

Il était une fois, Alpha Condé prédisait la mort de l’opposition politique (Par Moussa Diabate)

6 janvier 2021
Il était une fois, Alpha Condé prédisait la mort de l’opposition politique (Par Moussa Diabate)

Élu en 2010 avec des conditions criardes, une crise née du fait de l’inexpérience des commis de l’État remodelés en politiciens du jour. Alpha Condé a souffert de l’environnement politique...

20 Novembre 2020 - Journée Mondiale de l’Enfance : Réinventons l’avenir pour chaque enfant (Par Ilaria Carnevali, Représentante a.i. de l’UNICEF au Niger)

20 novembre 2020
20 Novembre 2020 - Journée Mondiale de l’Enfance : Réinventons l’avenir pour chaque enfant (Par Ilaria Carnevali, Représentante a.i. de l’UNICEF au Niger)

Le 20 novembre de chaque année marque la journée mondiale de l’enfance. Cette journée vise à rappeler l’importance de garantir et faire respecter les droits de chaque enfant, aujourd’hui plus...