lundi 8 août 2022

2012 lecteurs en ligne -

fraren

IN MEMORIAM : l’ambassadeur Joseph Diatta, diplomate émérite (Par Djibril Baré)  

Joseph Diatta

J’écris parce que nous venons de subir une grosse perte et l’écrire me sert " « … seulement pour exhaler la douleur intérieure dont se nourrit mon cœur. »  Les adeptes du silence accepterons une fois de m’accorder leur indulgence.

Le sage Amadou Hampathé Ba nous l’a dit et répété : « En Afrique, un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle. »

L’Ambassadeur Joseph Diatta n’était certes pas un vieillard, mais notre pays vient de subir une grosse perte par l’incendie d’une des plus grandes bibliothèques de notre diplomatie, en la personne de ce diplomate Emérite, brutalement arraché à notre affection, ce lundi 20 avril à Washington DC. Ce nid minutieusement choisi par Son Excellence pour sa douillette fausse retraite, après 30 années de bons et loyaux services comme Haut commis de l’Etat. Puisqu’en réalité, un diplomate, un vrai, ne sera jamais à la retraite, et comme une célèbre pile de notre tendre enfance, il « ne s’use(ra) que si l’on  ne s’en sert pas ».

Et selon tous les témoignages, il a continué à servir efficacement et bénévolement ses compatriotes et son pays.

L’Ambassadeur Joseph Diatta, il est utile de le rappeler en pareille occasion, a fait son est entrée au Ministère des Affaires Etrangères et de la coopération de la République du Niger, en 1970 muni du césame des césames de ce noble et prestigieux métier, une Licence en droit public et le Diplôme de l'Institut International d'Administration Publique de Paris, Section Diplomatique. Il occupera comme premières « stations », celles de Directeur des Organisations Internationales, puis de Secrétaire général du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération.

Il sera catapulté, moins d’une décennie après le début de sa carrière, au prestigieux rang d’Ambassadeur, une consécration de ses compétences reconnues et hautement appréciées :

-  Ambassadeur du Niger en Ethiopie et Représentant permanent du Niger auprès de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA) (1979 à 1982), ancêtre de l’Union Africaine (UA) ;

- Par deux (2) fois, Ambassadeur du Niger aux Etats-Unis d'Amérique (1982-1988 et 1997 -1999) et à chaque fois, assurant cumulativement les prestigieuses charges de Représentant Permanent du Niger auprès des Nations Unies à New York ;

entrecoupé par un séjour à Pékin comme Ambassadeur du Niger en République Populaire de Chine (1988 -1990).

Ces séjours dans ces hauts lieux de la diplomatie mondiale seront entrecoupés par de hautes charges occupées au pays, comme seuls, nos diplomates ont le secret :

    Directeur général du Protocole d'Etat à la Présidence de la République du Niger,

    Conseiller Diplomatique du Premier Ministre du Gouvernement de Transition de la République du Niger,

    Secrétaire général, puis de Haut-Commissaire intérimaire du Haut-Commissariat à la Restauration de la Paix.

Si dans votre parcours vous avez eu l’opportunité de commercer un tant soit peu avec l’Ambassadeur Joseph Diatta, vous conviendrez avec Steevenson Antoine, qui m’a convaincu, que, "la diplomatie n'est qu'une science de naissance car on naît diplomate, on ne le devient pas."

En effet, tous ceux qui l’ont côtoyé seront sans nul doute unanimes : l’Ambassadeur Jopeph DIATTA était d’un raffinement, d’une courtoisie exquise, doublée d’une culture générale qui vous éblouira, qui que vous soyez : la mise toujours impeccable, le sourire en coin, couplé à un regard complice qui vous place tout de suite en position d’infériorité en cas de négociation. Le compromis est acquis d’office, en sa faveur bien entendu. Quand à ces qualités, vous découvrez un homme pétri du dialogue, des cultures et des religions, qui font les grands hommes, vous aurez fini de cerner l’homme dans sa dimension véritable. Sans exagération aucune ! Ceux qui ont connu son cousin diplomate de mon autre pays de cœur, celui de la Téranga, l’Ambassadeur Bruno DIATTA, placé au Panthéon de la diplomatie de son pays, réputé pour l’Excellence de sa diplomatie, vous aurez compris qu’il n’y a aucune place pour le hasard. C’est le talent inné. Qui nous renvoie à l’assertion première : on nait diplomate.

Autre témoignage : en septembre 1996 quand le président de la République devait désigner un Envoyé spécial pour défendre la candidature de notre pays au prestigieux poste de Secrétaire Général de l’ONU, en faveur d’un de nos compatriotes, auprès du président Paul Biya, du Cameroun au calendrier chargé, assurant la présidence du groupe Africain à l’ONU, il fallait sans doute un diplomate chevronné pour avoir la chance d’être reçu et écouté. L’Ambassadeur Joseph Diatta, accomplira la mission au village natal du président. Son talent, son carnet d’adresses et sa réputation de diplomate chevronné auprès de ses pairs l’avaient sans doute précédé.

Son secret : sa grande culture, son ouverture au monde. Né il y a sept décennies en plein  « Mawriland », dans le village de Fadama, à quelques encablures du bled de votre serviteur, l’Ambassadeur a choisi de nous fausser compagnie en plein cœur de Washington D.C. Ceci, pour marquer son appartenance au village planétaire qu’est devenu le monde, et au moment où ses citoyens du monde entier (lions compris), ont choisi d’être estampillés « maouris » par le port de la bavette devenu impératif, sous peine de subir la foudre du microscopique machin qui terrorise le monde entier, les grandes nations comme les petites.             

Je ne répèterais jamais assez ce que le Poète Ponge nous a révélé : Nous ne sommes que d’« Informes mollusques… (des) millions de fourmis que les pieds du temps écrasent ! ». La preuve vient de nous être administrée à nouveau.

Quand à vous ses enfants, Aicha Sylvia, Ahmadou Jacques, Miriam et Linda, nous vous exprimons toute notre compassion et vous rappelons, si cela peut servir à vous consoler, que « nous sommes poussière, nous retournerons poussière ».

Notre frère, votre papa, l’Ambassadeur Joseph DIATTA, a accompli son œuvre avec brio sur terre.

Nous nous devons de lui emboiter le pas, sur le chemin qu’il nous tracé, celui de l’honneur et la dignité, tout en continuant de le gaver des seules nourritures dont il aura désormais besoin : nos prières !

Repose en paix, grand frère Joseph DIATTA.

Djibril Baré

Citoyen du monde



Commentaires  

+3 #1 Sidik 24-04-2020 23:24
Inna lillahi wa inna ilayhi raji'un. A Dieu nous appartenons, a Lui nous retournerons.
Condoleances tres attristrees a sa famille eploree, amis et connaisances ainsis qu'au Niger tout entier.
Que la terre lui soit legere. Que son ame repose en Paix. Amen.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

WEB TV

JEA 2022 : la déscolarisation, un mal qui gangrène l’école nigérienne

Image

Site web d'informations générales sur l’actualité politique, économique, culturelle, sportive au Niger et dans le monde.

Tél: (+227) 89 99 99 28  / 92 55 54 12
Email: contact@actuniger.com