mardi, 04 août 2020
frarzh-CNentr
FLASH INFOS


Abdoulahi ATTAYOUB picsLe rendez-vous de Pau, pour une clarification des attentes des pays du G5 Sahel vis-à-vis de la France : Faudrait-il dire, enfin, certaines vérités aux peuples sahéliens et… français !

Zeyna transfert argent bis

Le Président français Emmanuel Macron, excédé par une campagne orchestrée par certains milieux africains contre la politique française au Sahel, a donc décidé d’inviter les cinq chefs d’Etats du G5 Sahel à venir à Pau afin de clarifier leurs attentes concernant la présence de la France dans ces pays. Le Président français se donne également une occasion de s’interroger enfin, sur l’état d’évolution des liens entre la France et les peuples, dont elle a considérablement orienté le sens de l’Histoire. Cette initiative a soulevé un certain nombre de critiques de la part des tenants d’un patriotisme réactionnaire qui ne s’est toujours pas illustré par la cohésion de son message, la pertinence de son combat pour la construction de ces pays et l’épanouissement de leurs populations.

S’en prendre à la France et critiquer son action ne pourrait convaincre que si, cela était précédé d’une autocritique sans complaisance des élites sahéliennes sur la qualité et l’efficacité des gouvernances dans leurs pays. Autrement, il s’agira uniquement des mêmes complaintes dénuées de tout sens de responsabilité. Attention ! Le peuple malien, le peuple nigérien…sont encore à définir de manière inclusive et consensuelle, avant de vouloir leur prêter une opinion et de les lancer dans une position partagée sur des sujets d’intérêt commun. Au risque d’aller à contrecourant d’une certaine « bien-pensance », l’on ne pourra faire l’impasse sur les fractures récentes causées par des politiques nationales, dont plusieurs communautés tiennent l’Etat pour responsable. En réalité, certains « patriotes » ne seront satisfaits que quand la France ira installer l’Armée malienne à Kidal au risque que cette dernière s’adonne à nouveau aux violations des droits de l’Homme.

Compte tenu des réalités sociopolitiques de ces pays et de la fragilité de leurs architectures étatiques, céder à la démagogie et au populisme rampant, risquerait de mettre la sous-région dans une situation chaotique semblable à celle que connaissent la Centrafrique, la Somalie et la Libye. Cela exigerait encore plus d’efforts de la Communauté internationale qui finirait alors, par mettre certains pays sous une tutelle assumée.

Que font les élites nigériennes et maliennes pour construire un sentiment national partagé ?

Ces pays sont, certes, une création récente de l’administration coloniale française. On pourrait alors, se demander ce que les élites ont fait pour leur donner une réelle consistance favorisant l’adhésion de l’ensemble des communautés que la France a bien voulu y rassembler. Il est irréaliste de penser qu’une constitution rédigée et approuvée dans des conditions discutables, suffirait à créer un Etat et à stabiliser un pays. La Communauté internationale a imposé un état de fait dont elle n’a pas voulu assumer la complexité. Elle a choisi de brimer des peuples pour sauvegarder une « normalité » dont le caractère artificiel constitue un des ingrédients du chaos qui s’installe aujourd’hui en Afrique et au Sahel. La faillite des Etats africains est d’abord celle de leurs élites. Ces dernières n’ont pas été capables de s’émanciper et de se penser par elles-mêmes en dehors des référentiels de leurs puissances de tutelle. La paresse intellectuelle et l’absence d’imagination conduisent à se contenter de singer des institutions qui n’ont à l’évidence aucun rapport avec les réalités socioculturelles des peuples concernés.

Il est illusoire de vouloir mobiliser les citoyens autour de la défense d’un Etat dans lequel certains peinent à se reconnaitre car, constamment confrontés au déni et à la violence. Le sentiment national se limite souvent à l’aune des intérêts de chacune des communautés qui composent le peuple. Dans ces pays, la République n’a pas encore convaincu quant à sa capacité à « fabriquer » des peuples intégrés qui assument et respectent leurs propres diversités. L’instrumentalisation de l’Etat et de ses institutions au profit de certaines communautés a fini par brouiller les esprits sur la définition même de l’Etat et de la place du citoyen.

En effet, la France a des intérêts et une aspiration légitime à les promouvoir dans un monde de compétition économique et géostratégique. Il n’y a pas d’incongruité à cela, dès lors que les relations économiques et stratégiques se font sur des bases saines qui tiennent compte des intérêts des différentes parties. Il est évident que la France se trompe à infantiliser certaines anciennes colonies dont elle continue à couvrir les travers en matière de gouvernance politique et de respect des droits de l’Homme. La France devrait accepter d’affronter certaines réalités de ces pays et y être plus attentive aux conditions de vie de tous les peuples sans exception. Cela est d’autant plus pertinent que les dirigeants de ces pays ont fait la preuve de leur insouciance et de leur incapacité à favoriser la cohésion et le respect mutuel des peuples.

Il apparait en effet, que les dirigeants sahéliens n’ont pas toujours été suffisamment persuasifs quant à leur propre engagement à créer les conditions d’une lutte efficace contre l’insécurité, au-delà de la multitude de rencontres et forums sur la paix et la sécurité. Ceux qu’ils considèrent comme leurs véritables ennemis ne sont pas clairement identifiés et leurs efforts ne sont pas toujours convaincants. En laissant la corruption et la mal-gouvernance atteindre un niveau inédit dans ces pays, on a fini par décrédibiliser le rôle de l’Etat et sa capacité à assumer ses fonctions. Le reproche souvent fait à certains dirigeants sahéliens est d’être en connivence avec des réseaux qui gangrènent les appareils d’Etats et de faire des quêtes auprès des occidentaux pour obtenir des moyens permettant de combattre l’insécurité et de faire fonctionner ces Etats.

Le respect se mérite ! Or, que font les dirigeants sahéliens pour forcer le respect et mériter les égards ? L’hypocrisie de certains et l’opportunisme d’autres forment un cocktail improductif qui maintient certains pays dans un état végétatif indépassable. Les politiques se comportent le plus souvent en petits boutiquiers qu’en hommes et femmes investis d’une mission multidimensionnelle de la vie d’un pays. Ils sont souvent, plus obnubilés par l’accession ou le maintien au pouvoir qu’à l’avenir du pays et au bien-être de ses populations. Il y a une certaine absence de réalisme politique à vouloir toujours critiquer ou rendre responsables les autres, tout en oubliant que les premiers responsables des divisions, de la mal gouvernance et de l’instabilité sont d’abord les élites politiques et intellectuelles de ces pays.

Abdoulahi ATTAYOUB

Président de l’ODTE/TANAT

(Organisation de la Diaspora Touarègue en Europe)

@attayoub

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lyon, le 10 décembre 2019

 

Commentaires  

+1 #1 Citoyen 11-12-2019 10:26
Je trouve cette analyse très pertinente.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #2 Dan Babba 11-12-2019 15:48
Voilà une analyse assez convaincante, car objective et claire.
Citer | Signaler à l’administrateur
+1 #3 SBM 13-12-2019 09:37
Bonjour
Toutes mes condoléances.
Les élites politiques et intellectuelles sont à l’origine des maux qui gangrènent les pays du Sahel. Ils sont à la base de la mauvaise gouvernance économique et de connivence avec les forces impérialistes. Ces élites sont parvenues à politiser l'armée. Ce qui dénote au passage l'inefficacité des forces de défense et de sécurité sur le terrain. Pire, les trafiquants de drogue et d'armes sont en réseaux avec certains officiers supérieurs de l'armée.
Citer | Signaler à l’administrateur
+2 #4 Amani 13-12-2019 10:21
Monsieur Abdoulahi ATTAYOUB, si j'ai bien compris votre analyse, vous êtes un Kidaliste pur et dur, et comme toutes les élites Maliennes et Nigériennes (les dirigeants) qui se sont succédé sont incapables ou incompétentes pour avoir "marginalisé et commis des exactions " sur une communauté (le peuple Touareg), il faut créer l'état d'AZAWAD à cheval entre le Mali et le Niger. Selon vous, Kidal (le MNLA et consorts) et tous les autres terroristes ont leur raison d'être. Dommage.
Citer | Signaler à l’administrateur
-1 #5 Mas 15-12-2019 07:57
C'est bien élucider
Citer | Signaler à l’administrateur
0 #6 Djibril 19-12-2019 08:06
Article tres naif a propos de la position de la france mais tres elucidant par rapport a l'attittude de nos etats du G5.

Vous ecrivez:"Il est illusoire de vouloir mobiliser les citoyens autour de la défense d’un Etat dans lequel certains peinent à se reconnaitre car, constamment confrontés au déni et à la violence. Le sentiment national se limite souvent à l’aune des intérêts de chacune des communautés qui composent le peuple"
Je ne crois pas que cette lecture soie juste surtout au Niger.
Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

NITA Banniere web 03

CANAL RECRUTEMENT 10500F

Top de la semaine

Publier le 03/08/2020, 22:18
alliance-gayya-zappe-le-pna-et-son-president-ne-sont-nullement-engages-par-l-investiture-d-un-candidat-a-la-presidentielle Le président du PNA Al’Oumma a confirmé à actuniger que ni lui et encore moins son parti ne sont en...Lire plus...
Publier le 03/08/2020, 21:17
mali-5-soldats-tues-et-5-autres-blesses-dans-une-attaque-contre-l-armee-dans-la-region-de-segou Les Forces armées maliennes ont annoncé la mort de 5 soldats au cours d’une attaque, le dimanche 2...Lire plus...
Publier le 03/08/2020, 21:12
fete-de-l-arbre-le-president-issoufou-mahamadou-appelle-a-eviter-d-agresser-la-nature Le Président de la République Issoufou Mahamadou a présidé, ce lundi 3 août 2020 à Agadez (Plus de...Lire plus...
Publier le 03/08/2020, 20:58
necrologie-disparition-a-dakar-de-notre-compatriote-bouramah-ali-harouna-secretaire-general-de-la-confejes Notre compatriote, BOURAMAH ALI HAROUNA, secrétaire général de la CONFEJES, est  décédé ce lundi...Lire plus...
Publier le 03/08/2020, 11:06
la-modification-de-la-loi-portant-indemnites-et-avantages-des-deputes-quand-les-subtilites-de-la-procedure-legislative-financiere-echappent-aux-acteurs-politiques   Dans sa volonté de circonscrire les domaines de compétence du législateur, le constituant...Lire plus...
Publier le 02/08/2020, 22:28
message-a-la-nation-du-president-de-la-republique-chef-de-l-etat-sem-issoufou-mahamadou-a-l-occasion-du-60e-anniversaire-de-l-independance-du-niger  Nigériennes, Nigériens, Mes Chers Concitoyens, C’est la dixième fois que je m’adresse à vous à...
Publier le 02/08/2020, 20:24
message-a-la-nation-de-l-opposition-politique-nigerienne-a-l-occasion-du-60eme-anniverssaire-de-la-proclamation-de-l-independance  Nigériennes, Nigériens, Chers hôtes vivant parmi nous, L’Opposition Nigérienne, regroupée au...
Publier le 03/08/2020, 22:18
alliance-gayya-zappe-le-pna-et-son-president-ne-sont-nullement-engages-par-l-investiture-d-un-candidat-a-la-presidentielle Le président du PNA Al’Oumma a confirmé à actuniger que ni lui et encore moins son parti ne sont en...
Publier le 03/08/2020, 20:58
necrologie-disparition-a-dakar-de-notre-compatriote-bouramah-ali-harouna-secretaire-general-de-la-confejes Notre compatriote, BOURAMAH ALI HAROUNA, secrétaire général de la CONFEJES, est  décédé ce lundi...
Publier le 30/07/2020, 09:24
gouvernement-mme-ataka-zaharatou-aboubacar-remplace-mme-salamatou-balla-goga-comme-ministre-deleguee-en-charge-de-l-integration-africaine-et-de-la-diaspora Le président de la République Issoufou Mahamadou a procédé ce mercredi 29 juillet 2020 à un léger...
Publier le 31/07/2020, 13:38
communique-du-conseil-des-ministres-du-jeudi-30-juillet-2020 Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour, jeudi 30 juillet 2020, dans la salle habituelle des...
Publier le 03/08/2020, 22:18
alliance-gayya-zappe-le-pna-et-son-president-ne-sont-nullement-engages-par-l-investiture-d-un-candidat-a-la-presidentielle Le président du PNA Al’Oumma a confirmé à actuniger que ni lui et encore moins son parti ne sont en...
Publier le 02/08/2020, 20:24
message-a-la-nation-de-l-opposition-politique-nigerienne-a-l-occasion-du-60eme-anniverssaire-de-la-proclamation-de-l-independance  Nigériennes, Nigériens, Chers hôtes vivant parmi nous, L’Opposition Nigérienne, regroupée au...
Publier le 30/07/2020, 09:24
gouvernement-mme-ataka-zaharatou-aboubacar-remplace-mme-salamatou-balla-goga-comme-ministre-deleguee-en-charge-de-l-integration-africaine-et-de-la-diaspora Le président de la République Issoufou Mahamadou a procédé ce mercredi 29 juillet 2020 à un léger...
Publier le 03/08/2020, 20:58
necrologie-disparition-a-dakar-de-notre-compatriote-bouramah-ali-harouna-secretaire-general-de-la-confejes Notre compatriote, BOURAMAH ALI HAROUNA, secrétaire général de la CONFEJES, est  décédé ce lundi...

Dans la même Rubrique

La modification de la loi portant indemnités et avantages des députés : Quand les subtilités de la procédure législative financière échappent aux acteurs politiques !

3 août 2020
La modification de la loi portant indemnités et avantages des députés : Quand les subtilités de la procédure législative financière échappent aux acteurs politiques !

   Dans sa volonté de circonscrire les domaines de compétence du législateur, le constituant de 2010 a prévu à l’article 99 de la Constitution que « la loi fixe les règles...

Lettre ouverte au président de la République du Niger, Président en Exercice de la CEDEAO sur la crise au Mali (Djibrilla Mainassara Baré)

27 juillet 2020
Lettre ouverte au président de la République du Niger, Président en Exercice de la CEDEAO sur la crise au Mali (Djibrilla Mainassara Baré)

Monsieur le Président de la République, J’ai suivi avec un grand intérêt, à l’instar de tous nos compatriotes et les membres de notre communauté ouest africaine, la mission que vous...

Adieu, Docteur Jean-Pierre MAVOUNGOU, le beau-frère, l’ami et le confident

18 juillet 2020
Adieu, Docteur Jean-Pierre MAVOUNGOU, le beau-frère, l’ami et le confident

J’ai été froidement cueilli dans cette triste après-midi du dimanche 12 juillet 2020 par ces mots que nous redoutons tous tant et qui finissent par tomber fatalement un jour :...

La coalition pour le Sahel : le tremplin que le Niger attendait ? (Par Adam Maiga)

15 juillet 2020
La coalition pour le Sahel : le tremplin que le Niger attendait ? (Par Adam Maiga)

Comparé au Mali et au Burkina, le Niger garde une stabilité relative même si une extension de la menace djihadiste dans le Sahel pourrait changer cette donne. Toutefois, malgré ses...

Nouvelle ère politique (par Nouhou Garba Abdourahamane)

11 juillet 2020
Nouvelle ère politique (par Nouhou Garba Abdourahamane)

Après l’indépendance de notre pays, le Niger, plusieurs évènements se sont succédés, notamment la conférence souveraine de 1991, l’heure de la démocratie au Niger, ainsi depuis cette époque des partis...

G5 Sahel : Quel bilan 6 mois après le sommet de Pau? (Par Tidiane Sahelien)

3 juillet 2020
G5 Sahel : Quel bilan 6 mois après le sommet de Pau? (Par Tidiane Sahelien)

Le G5-Sahel a été  créé en 2014 sur la volonté des chefs d’Etat du Tchad, du Niger, du Burkina Faso, de  la Mauritanie et du Mali afin de répondre conjointement...